La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
315 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8767 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Paris en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Paris 75000
- Paris
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Paris en 1939-1945
Le Matin, 1er novembre 1940
source photo : Inconnu
crédit photo : D.R.
Paris en 1939-1945
Hôtel de Ville
source photo : Ville de Paris
crédit photo : D.R.
Paris en 1939-1945
Rafle à Paris
source photo : DMPA
crédit photo : D.R.
Paris en 1939-1945
Rafle à Paris, scène devant un centre de tri de la rafle des 16 et 17 juillet 1942.
source photo : Ministère de la Défense, DMPA. Coll. Klarsfeld
crédit photo : D.R.
Paris en 1939-1945
Femmes juives portant l'étoile jaune obligatoire. Paris, France, 8 juin 1942.
source photo : United States Holocaust Memorial Museum
crédit photo : USHMM
Paris en 1939-1945
“Aryanisation” en France : ce magasin appartenant à des Juifs a été donné à un “administrateur provisoire” non-juif. Paris, avril 1942.
source photo : United States Holocaust Memorial Museum
crédit photo : USHMM
Paris en 1939-1945
Rafle de Juifs. Paris, France, vers 1942.
source photo : YIVO Institute for Jewish Research, New York
crédit photo : D.R.
Paris en 1939-1945
Des délégués Quakers de l’American Friends Service Committee (le Secours Quaker américain) qui mit en œuvre une opération de secours et de sauvetage à Toulouse. France, janvier 1941.
source photo : Roger - Viollet
crédit photo : D.R.
Paris en 1939-1945
Juifs portant l’étoile jaune obligatoire dans le quartier juif de Paris. France, après juin 1942.
source photo : Bibliotheque Historique de la Ville de Paris
crédit photo : D.R.
Paris en 1939-1945
Reddition d’officiers allemands à Paris. France, août 1944.
source photo : The Paris Pages, "Paris Libere!" -- www.paris.org
crédit photo : Norman H. Barth

Voir l'histoire du département de Paris
Histoire

La drôle de guerre et l'occupation

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie à Bordeaux dès le 11 juin. La France est envahie. C’est l’exode vers le sud. Le président du Conseil : Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées.

Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement.

Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice. Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.
La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Pyrénées-Atlantiques, Landes, Gironde, Dordogne, Charente, Vienne, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Cher, Allier, Saône-et-Loire, Jura, Ain.

La France sera entièrement occupée à partir du 11 novembre 1942.

Les proscrits du régime
Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront. Les Tsiganes sont internés dans les camps français.
Les Francs-maçons et les Communistes, considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

20/08/2009

[Compléter l'article]

14 Mai 1941: La première rafle

Le 14 mai 1941 les Juifs étrangers sont convoqués individuellement, pour un " examen de situation ", dans cinq centres : Caserne de Napoléon, Caserne des Minimes, Rue Édouard-Pailleron, Rue de la Grange-aux-Belles, gymnase Japy. La lettre de convocation précise que chacun doit se présenter en personne, accompagné d'un membre de sa famille."La personne qui ne se présenterait pas aux jours et heures fixés, s'exposerait aux sanctions les plus sévères". Ceux qui se présentent ne sont pas libérés. L'accompagnateur est chargé de rapporter une valise et un minimum d'effets personnels. 3 710 hommes sont ainsi arrêtés et internés dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, anciens camps de prisonniers de guerre. Parmi eux se trouvent 3 430 Juifs polonais, 123 Juifs apatrides et 157 Juifs tchèques.

25/02/2009
Lien : Conservatoire historique du Camp de Drancy

[Compléter l'article]

La rafle du 20 août 1941

Le 20 août 1941 la police parisienne cerne le XIe arrondissement et arrête 2 894 Juifs. Pendant les trois jours suivants, des rafles sont effectuées dans les autres quartiers de Paris et le bilan s'élève à 4 232 Juifs arrêtés, dont environ 1 500 français. Ils sont tous internés au Camp de Drancy, ouvert le 20 août 1941. Ils sont rejoints par 52 membres du barreau de Paris, arrêtés à leur domicile.

25/02/2009

[Compléter l'article]

Germaine sauvée par Mme Collin

Lucie Aubrac raconte l’épisode d’une rencontre entre une mère juive et une inconnue non-Juive durant la rafle du Vélodrome d'Hiver (16-17 juillet 1942) :
«J’allai place des Vosges – se souvient elle – où je savais trouver gîte et couvert chez une amie d’enfance, institutrice.
Madame Collin m’ouvrit et me reçut dans la cuisine. Une gamine d’une huitaine d’années, les coudes sur la table, la tête entre les mains, psalmodiait la table de multiplication par sept. “C’est Germaine, me dit mon amie, c’est la fille d’une cousine de province, dont le mari est prisonnier. Elle vit avec nous depuis juillet et est dans l’école de ma fille depuis la rentrée.”
Plus tard, quand nous fûmes seules, mon amie me raconta comment l’enfant était arrivée chez elle :
“En juillet dernier, rue du Pas-de-la-Mule, j’ai assisté au départ de trois autobus […] remplis de familles juives que des agents avaient tirées de leurs logements. Incroyable ! […] Je connaissais de vue presque tout le monde... Une femme me fit signe d’approcher : ‘Emmenez ma petite fille, Madame, avec vous elle n’aura pas peur de me quitter. Je ne veux pas qu’elle connaisse ce que je pressens...’ L’enfant me prit la main et me suivit à la maison. Je l’ai fait parce que ça allait de soi”.
»

27/03/2009
Lien : Mairie de Paris

[Compléter l'article]

Jeanne Rayski échappe à la rafle du Vel d'Hiv'

Jeanne Rayski, rentrée avec Benoit, quatre ans, à son domicile, 342, rue des Pyrénées, à vingt heures – l’heure du couvre-feu pour les Juifs – un immeuble habité par une cinquantaine de familles juives immigrées, trouve tous les voisins réunis dans la cour de l’immeuble en train de discuter avec la concierge, dont le mari est gardien de la paix. Sans perdre de temps, Jeanne monte à la maison, empile dans son sac quelques affaires et une baguette. Au moment de sortir, en passant devant une glace, elle voit l’étoile jaune sur sa veste. Elle l’arrache, mais le tissu en garde la trace. Alors, elle prend l’enfant sur son bras gauche croyant ainsi la cacher.
Jeanne et Benoit passent la nuit dans un petit hôtel de la rue de l’Aqueduc, dans le Xe arrondissement. Très tôt, l’hôtelier vient les réveiller : « Madame, vous devez partir, c’est trop dangereux pour moi de vous garder. »
Une fois en bas, dans le café, Jeanne voit ce qui se passe dehors. Des groupes d’hommes, de femmes, certaines avec des enfants dans leurs bras, tous entourés de policiers. Elle se met à pleurer. « Tu ne vas pas la mettre dehors avec le môme », lance un client au patron. D’autres clients interviennent également : « Bon, remontez, lui dit enfin le patron. Je viendrai vous dire quand tout se calmera. » Jeanne quitte l’hôtel vers midi. Le patron n’a pas voulu être payé : « Gardez votre argent. C’est honteux de voir ça. Et faites bien attention », lui dit-il.

27/03/2009
Lien : Mairie de Paris

[Compléter l'article]

La persécution des Juifs à Paris

Lorsque les Allemands envahirent la France en mai 1940, environ 175 000 Juifs habitaient à Paris ou y avaient trouvé refuge. Nombre d'entre eux, à l'origine, avaient fui la ville pour n'y retourner qu'après la signature de l'Armistice, en juin, lorsque Paris devint le siège de l'administration militaire allemande. La majorité des Juifs parisiens vivaient dans les 4ème, 11ème, 18ème et 20ème arrondissements. Fin septembre 1940, un recensement allemand enregistrait 150 000 Juifs à Paris, y compris 64 000 Juifs étrangers.

La persécution des Juifs de Paris débuta en octobre 1940, avec la promulgation du premier Statut des Juifs et le début de la politique d'aryanisation économique. Théodore Dannecker, « expert en questions juives » et représentant d'Eichmann à Paris, ordonna plusieurs mesures antijuives, dont la centralisation des organisation juives. Au cours des années 1940-1941, les Allemands arrêtèrent 10 000 Juifs à Paris en trois rafles successives ; près du même nombre avaient fui la ville en direction du sud, vers la zone libre. En 1942, les Allemands entamèrent la déportation systématique des Juifs étrangers et apatrides vers les camps d'extermination, via les camps de transit de Drancy, Beaune-la-Rolande et Pithiviers.

En mai 1942, on ordonna aux Juifs de Paris de porter l'étoile jaune pour mieux les identifier. Les 16 et 17 juillet, la police française concentra 13 000 Juifs au Vélodrome d'Hiver, un stade dans le XVe arrondissement de la ville, où ils furent détenus pendant des jours, privés de nourriture et de boisson. Ils en furent déportés, via Drancy, vers Auschwitz-Birkenau. Alors que des milliers de Juifs se cachaient, presque 30 000 étaient déportés de Paris au cours de l'année 1942. À la mi-1943, il restait 60 000 Juifs à Paris. Les Allemands commencèrent par déporter les pensionnaires d'orphelinats, de crèches et d'hôpitaux.

À Paris, des milliers de Juifs entrèrent dans la clandestinité ou se réfugièrent dans des lieux retirés des provinces françaises. Plusieurs autres milliers avaient fui vers l'Espagne, le Portugal ou la Suisse, pays neutres. Au moins 3 000 Juifs turcs, hongrois et italiens furent rapatriés. Beaucoup rejoignirent la Résistance. Les Juifs de Paris furent assistés par plusieurs organisations juives clandestines ou semi-clandestines, comme la « Solidarité » communiste, le Comité Amelot, l'OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) et plusieurs groupes sionistes clandestins.

Lorsque les Forces alliées libérèrent Paris le 25 août 1944, au moins 50 000 juifs parisiens, pour la plupart nés à l'étranger avaient été déportés et exterminés.

17/10/2010
Lien : United States Holocaust Memorial Museum, courtesy of Arnold Einhorn

[Compléter l'article]

Ambassadeurs et consuls à Paris sous l'Occupation

Ambassadeurs :

  • Gustav Forssius, ambassadeur de Suède. L'ambassade était située rue d'Anjou.

Consuls :

  • René Naville, consul de Suisse.
  • , nommé vice-consul de Suède en 1905, à 24 ans, consul en 1917 et consul général en 1926 jusqu'en 1959. Le consulat était situé rue d'Anjou.
  • Bernardo Rolland, consul d'Espagne jusqu'en mars 1943. Le consulat d'Espagne était situé boulevard Malesherbes, 75008.
  • Ate Sevenster, consul général des Pays-Bas.

30/07/2014

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de Paris

Austerlitz 75013 Paris 75013
Bassano 75016 Paris 75016
Carlingue 180 rue de la Pompe 75016 Paris 75016
Carlingue 93 de la rue Lauriston 75016 Paris 75016
Caserne de Napoléon 75000 Paris
Caserne des Minimes 75003 Paris 75003
Caserne des Tourelles 75020 Paris 75020
Gestapo avenue Foch 75016 Paris 75016
Gestapo rue des Saussaies 75008 Paris 75008
Gymnase Japy 75011 Paris 75011
Hospice de la rue de Picpus 75012 Paris 75012
Hospice de la rue Lamblardie 75012 Paris 75012
Hôpital Rothschild 75012 Paris 75012
Hôpital Sainte-Anne 75014 Paris 75014
Hôpital Tenon 75020 Paris 75020
La Bellevilloise 75020 Paris 75020
La Conciergerie 75001 Paris 75001
Lager-Ost Lévitan 75010 Paris 75010
Les Invalides 75007 Paris 75007
Local UGIF 75018 Paris 75018
Palais de Justice 75001 Paris 75001
Palais de Tokyo 75016 Paris 75016
Prison de la Roquette 75011 Paris 75011
Prison de la Santé 75014 Paris 75014
Prison du Cherche-Midi 75006 Paris 75006
Prison Saint-Lazare 75010 Paris 75010
Rue de la Grange-aux-Belles 75010 Paris 75010
Rue Édouard-Pailleron 75019 Paris 75019
Stade Roland-Garros 75016 Paris 75016
Stand de tir de Balard dit Stand de tir d'Issy-les-Moulineaux 75015 Paris 75015
Vélodrome d'Hiver (dit Vel d'Hiv) 75015 Paris 75015

Les lieux de sauvetage de Paris

Action orthodoxe 75015 Paris 75015
AIP 75000 Paris
Bund 75000 Paris
Cathédrale Notre-Dame 75004 Paris 75004
Centre de l'UGIF Lamarck 75018 Paris 75018
Centre de l'UGIF Secrétan 75019 Paris 75019
Centre de la Rue Jacquier 75014 Paris 75014
Centre du Marais 75000 Paris
Centre d’Enfants Inadaptés 75000 Paris
Cimade 75000 Paris
Comité Amelot 75000 Paris
Compagnie des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul 75000 Paris
Congrégation des Soeurs de Notre-Dame de Sion 75000 Paris
Congrégation du Sacré-Coeur 75000 Paris
Congrégation Sacré-Coeur-de-Jésus 75000 Paris
Couvent des Franciscains 75000 Paris
Couvent des soeur de la Doctrine chrétienne 75000 Paris
Couvent des soeurs de la Sainte-Agonie 75000 Paris
Couvent des soeurs de la Visitation 75000 Paris
Couvent des soeurs franciscaines missionnaires 75000 Paris
Diaconesses de Reuilly 75012 Paris 75012
Ecole du Travail 75004 Paris 75004
Éclaireurs Israélites de France 75000 Paris
École des garçons 75000 Paris
École des Hospitalières-Saint-Gervais 75004 Paris 75004
École du Polo de Bagatelle 75000 Paris
École régionale des cadres de la jeunesse 75000 Paris
Église Notre-Dame de Paris 75000 Paris
Église réformée 75000 Paris
Église Saint-Étienne-du-Mont 75000 Paris
Fondation de Rothschild 75000 Paris
Foyer de l'UEJF 75000 Paris
Grande Mosquée de Paris 75005 Paris 75005
Hôtel Stella 75006 Paris 75006
Institut Désir 75000 Paris
JOINT 75000 Paris
L'Institut Voltaire 75000 Paris
La Clairière 75001 Paris 75001
La Maison du Prisonnier 75000 Paris
La Maison Verte 75000 Paris
La Mère et l'Enfant 75000 Paris
La Sixième 75000 Paris
L’Entraide temporaire 75000 Paris
Maison des Pères de Notre-Dame de Sion 75000 Paris
Maison des religieuses de Marie Auxiliatrice 75000 Paris
MOI 75000 Paris
Mouvement de la jeunesse sioniste 75000 Paris
Notre-Dame de la Retraite du Cénacle 75000 Paris
Notre-Dame de Paris 75000 Paris
Oratoire du Louvre 75001 Paris 75001
Orphelinat Bon Secours 75020 Paris 75020
Orphelins d'Auteuil 75000 Paris
ORT 75000 Paris
OSE 75000 Paris
Petites Soeurs des pauvres 75000 Paris
Sacré-Coeur de Coutances 75000 Paris
Sainte Madeleine Postel 75000 Paris
Service social des jeunes 75000 Paris
Soeurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve 75000 Paris
Wizo 75000 Paris


Les 378 Justes parmi les Nations de Paris

Petrus Aendekerk (Paris) Jeanne-Marguerite Dumont (Paris) Jeanne Malais (Paris)
Germaine Albert  (Paris 75010) Charles Dupouy  (Paris 75011) René Malais (Paris)
Jean Allard (Paris) Jeanne Dupouy  (Paris 75011) Louise Marandet  (Paris 75018)
Marguerite Allard (Paris) Maria Errazuriz  (Paris 75012) Maurice Marandet  (Paris 75018)
Catherine Androulakis  (Paris 75010) Germaine Fageol Quéré (Paris) Micheline Marchand  (Paris 75011)
François Angyal (Paris) Laurence Fages (Paris) Madame Marchand  (Paris 75011)
Anne-Marie Ardouin (Paris) Lucien Faille  (Paris 75020) Victor Marchand  (Paris 75011)
Maurice Arnoult  (Paris 75011) Simone Faille  (Paris 75020) Catherine Marchetti  (Paris 75020)
Hélène Arnoux (Paris) Jean Ferrari  (Paris 75009) Albertine Marchetti  (Paris 75020)
Édouard-Jean Aupetit (Paris) Marie Ferrari  (Paris 75009) Adelaïde-Line Marmajou  (Paris 75003)
Lucienne Aupetit (Paris) Pierre Ferrari  (Paris 75009) Angèle Marseille (Paris)
Estelle Barbotin  (Paris 75020) Jeanne Ferrari Martin  (Paris 75009) Suzanne Marseille Davy (Paris)
Georges Barbotin  (Paris 75020) Marcelle Février (Paris) Marie Marteau  (Paris 75006)
Filomeno Barone  (Paris 75009) Marguerite Février (Paris) Magdalena Martinez  (Paris 75011)
Anna Barone  (Paris 75009) Paul Février (Paris) Janine Marty  (Ouge) (Paris 75012)
Raymond Barone  (Paris 75009) Paul Fiket  (Paris 75013) Marcel Marty  (Ouge) (Paris 75012)
André Bastian (Paris) Augustine Fiket  (Paris 75013) Olga Marty  (Ouge) (Paris)
Maurice Baumont (Paris) Ferdinand Fischer (Paris) Gaston Mater (Paris)
Léone Beau (Paris) Juliette Flachot (Paris) Thérèse Mater (Paris)
Anne Beaumanoir (Paris) Lucien Flachot (Paris) Annette Matter  (Paris 75012)
Roger Belbéoch (Paris) (Nogent-sur-Marne) Renée Flachot Poiret (Paris) Henri Maubon (Paris)
Micheline Bellair (Paris) Marie-Elvire Flament (Paris) Laurent Mazier (Paris)
Jean-Baptiste Benetbeltz (Paris) Suzanne Fournery (Paris) Marie Mazier (Paris)
Adolphe Bennezon (Paris) Yvonne Fournier (Paris) Suzanne Merten  (Paris 75002)
Marguerite Bernes (Paris) Abel Fournier (Paris) Roger Merten  (Paris 75002)
Geneviève Berthoumeyroux (Paris) Louis Fournier (Paris) Louis Mélas (Paris)
Pierre Berthoumeyroux (Paris) Yvonne Fournier (Paris) Marguerite Mélas (Paris)
Colette Besset (Paris) Edmond Fournier (Paris) Marie Ménérat  (Paris 75019)
Jean Besset (Paris) Gabriel Fradet  (Paris 75010) Suzanne Ménérat Leulier  (Paris 75019)
Fernand Béchard  (Paris 75018) Émilie Fradet  (Paris 75010) André Mészáros (Paris)
Odette Béchard  (Paris 75018) Germaine Fraine (Paris) Joseph Migneret  (Paris 75004) (Antony)
Marie-Cécile Biard (Paris) Georges Fricker (Paris) Gérard Monod  (Aubergenville) (Paris)
Eugénie Bockstal  (Paris 75011) Marie-Eugénie Fricker (Paris) Noémie Monod  (Aubergenville) (Paris 75012)
Félix Bockstal  (Paris 75011) Alice Funé (Paris) (Saint-Usage) Lucie-Berthe Morin  (Paris 75019)
Suzanne Boclet (Paris) André Funé (Paris) (Saint-Usage) Étienne Moulin  (Paris)
Suzanne Boclet Bastian (Paris) Jeanne Funé Maré (Paris) (Saint-Usage) Emma Navarro (Paris)
Georges Bodin (Paris) Paul Gaillard (Paris) Hélène Oudard  (Paris 75005)
Adolphe Boehm (Paris) Bernard Gandrey-Réty  (Paris) (Aix-les-Bains) Simone-Marie Parion  (Paris 75015)
Monsieur Boisse  (Paris 75002) Hélène Gardon (Paris) Marie Pasquine  (Ablon-sur-Seine) (Paris)
Renée Boisse  (Paris 75002) Pierrette Genty (Paris) André Patrolin  (Jouet-sur-l'Aubois) (Paris)
Henriette Bordier (Paris) Paul Gibaud (Paris) (Courlon-sur-Yonne) Denise Paulin Aguadich  (Grenoble) (Paris)
Alexis Bosselut  (Paris 75010) Suzanne Gibaud (Paris) (Courlon-sur-Yonne) Andrée Pauly-Santoni  (Paris 75014)
Jeanne Bosselut  (Paris 75010) Charley Ginoux de Fermon (Paris) (Issé) Clotilde Pava  (Paris)
Henri Bouigue  (Paris 75013) Henriette Ginoux de Fermon (Paris) (Issé) Marguerite Pellacoeur  (Paris 75010)
Julienne Bouigue  (Paris 75013) Gaston Girousse  (Paris 75007) Henri Pellacoeur (Paris)
Jean Bourdelle (Paris) René-Noël Goussé (Paris) Yvonne Peltel (Paris)
Simone Bourgeois Albert  (Paris 75018) Marie-Hortense Goussé (Paris) Georgette Permanne (Paris)
Clotilde Bousquet (Paris) Frédérique Grandjean  (Paris 75011) Élise Perthuis (Paris)
Lucette Bousquet (Paris) Gaston Grandjean  (Paris 75011) Lucien Perthuis (Paris)
Maurice Bousquet (Paris) Marie-Louise Grandjean  (Paris 75020) Ida Petit Barret (Paris)
Lucienne-Jeanne Boutet  (Paris 75007) Clémence Grangier  (Paris 75010) Daniel Pezeril  (Paris 75005)
Agnès Breitburd (Paris) Olivier Guelat  (Paris 75013) Aline Pierre  (Paris 75012)
Rita Breton (Paris) Suzanne Guelat  (Paris 75013) Janine Piguet (Paris)
Henri Briard  (Paris 75009) Boris Guervit (Paris) Line Piguet (Paris)
Amélie Brisolier (Paris) Paulette Guervit (Paris) Robert Piguet (Paris)
Louis Brisolier (Paris) Marcelle Guillemot (Paris) Odette Pilpoul  (Paris 75003)
Denise Brunet  (Paris 75018) Marie Hagen Boehm (Paris) Ladislas Pingitzer (Paris)
Maurice Brunet  (Paris 75018) Paulette Happ (Paris) Émile Planckaert (Paris)
Cécile Bureau  (Paris 75009) Gilberte Happ Maubon (Paris) Suzanne Pommay (Paris)
Jean Bureau  (Paris 75009) René Harent  (Paris 75020) Lucien Pradelle (Paris)
Denise Bureau Sicot  (Paris 75020) Georgette Haut  (Paris 75006) Jules-Henri Proquitte (Paris)
André Caillou (Paris) Henri Haut  (Paris 75006) Mireille Radiguet  (Paris 75020)
Marguerite Camplan (Paris) Alexandre Hegedüs (Paris) Albert Rateau (Paris)
Amélie Capiod  (Paris 75016) Madeleine Hébras  (Paris 75011) Germaine Rateau (Paris)
Henri Capiod  (Paris 75016) Julien Houdusse  (Paris 75016) Marcel Reinhard  (Paris 75006)
Régis Capiod  (Paris 75016) Laure Houdusse  (Paris 75016) Marthe Reinhard  (Paris 75006)
Élise Caron (Paris) Marguerite Huyssen Élie (Paris) Paulette Renault (Paris)
Lucie Cartier (Paris) Ernest Ischy (Paris) Jeanne Reynaud  (Paris 75008) (Sainte-Maxime)
Lucienne Caruel  (Paris 75015) Yannick Ischy (Paris) Clothilde Régereau  (Paris 75007)
Marie-Louise Carven (Paris) Achille Jacob  (Paris 75020) Hèlène Régnier  (Paris 75012)
Gabriel Cavanihac (Paris) Louise Jacob  (Paris 75020) Jeanne Régnier  (Paris 75012)
Marguerite Cavanihac (Paris) Auguste Jaeger  (Paris 75020) Madeleine Richard (Paris) (Passais)
Germaine Chaigneau  (Paris 75020) Marie Jaeger  (Paris 75020) Marcelle Robineau (Paris) (Seignelay)
Mireille Chaigneau Leblond  (Paris 75020) Paulette Jamais  (Paris 75012) Henri Roser (Paris)
Joseph Chaillet  (Paris 75003) Germaine Jamard  (Paris 75016) Gino Rossi-Landi (Paris)
Augustine Chambon  (Paris 75020) Simone Jamard Feran  (Paris 75016) Marcelle Rossi-Landi (Paris)
Victor Chambon  (Paris 75020) Henri Jault  (Paris 75020) Constant Roulleau  (Paris 75004)
May Magdeleine-Louise Charretier  (Toulouse) (Paris) (Marseille) Roger Joubeaux (Paris) Janine Roulleau  (Paris 75004)
Catherine Chassaing Viateau (Paris) Jean Jousselin  (Paris 75018) Odette Roulleau  (Paris 75004)
Charles Chatelin  (Paris 75013) Simone Justes (Paris) Viviane Roullet  (Paris 75012)
Marie-Louise Chatelin  (Paris 75013) Czeskawa Kess (Paris) Albertine Rouxel (Paris)
Claire Chemitre (Paris) Henryk Kess (Paris) Élisabeth Rudolph  (Paris 75003)
Édmond Cheval  (Plailly) (Paris) Janusz Kess (Paris) Henri Rudolph  (Paris 75003)
Fernande Cheval  (Plailly) (Paris) Dimitri Klépinine  (Paris 75015) Lucie Sabatier Chevalley (Paris)
Georgette Cheverry (Paris) (Charolles) Georges Labbé  (Paris 75002) André Saint-Chély  (Paris 75011)
Andrée Chéramy  (Paris 75011) Denise Labbé  (Paris 75002) Rosalie Saint-Chély  (Paris 75011)
Fernand Choquart (Paris) Alphonse Lacoudre  (Paris 75017) Justin Saint-Chély   (Paris 75011)
Marguerite Choquart (Paris) Gabrielle Lacoudre  (Paris 75017) Hilaire Samain  (Paris 75007)
Marie Chotel  (Paris 75009) Louise Lafon  (Paris 75016) Irène Samain  (Paris 75007)
Bernard Clerc (Paris) Émile Lafon  (Paris 75016) Léone Sarrade Koudhy Berjon  (Paris 75009)
Lucienne Clément de l'Épine (Paris) Anne-Marie Lance (Paris) Adrien Saulnier  (Paris 75016)
Maurice Cluzeau  (Paris 75011) Armandine Langlais (Paris) Marguerite Saulnier  (Paris 75016)
Paulette Cluzeau  (Paris 75011) Aline Lapicque  (Paris 75014) Margarete Schachnowsky (Paris)
Charles Collenot  (Précy-sous-Thil) (Saint-Maur-des-Fossés) (Paris 75012) Charles Lapicque  (Paris 75014) Lucien Schmitt (Paris)
Yvonne Collomb  (Paris 75019) Madeleine Larue  (Paris 75006) Louise Schmitt (Paris)
Denise Coquel  (Paris 75002) Théophile Larue  (Paris 75006) Georgette Schwarz (Paris)
Monsieur Coquel  (Paris 75002) Berthe Laurain  (Paris 75013) Henri Sérennes  (Paris 75013)
Robert Cornon  (Paris 75001) Louise Laurent  (Paris 75009) Marie-Thérèse Sérennes (Paris)
Georges Couanet (Paris) Paulette Laurent  (Paris 75009) Élisabeth Yuriseva Skobtsov  (Paris 75015)
Marie-Louise Couanet (Paris) Catherine Lavé  (Paris 75011) Suzanne Spaak  (Choiseul) (Paris 75001)
Marie-Josèphe Courbet (Paris) Józef Lazowski (Paris) César Szafranski  (Paris 75003)
Isabelle Crémer (Paris) Anne-Marie Le Bris  (Paris 75018) Marie Szafranski  (Paris 75003)
Yves Criou  (Paris 75005) (Bougival) Pierre-Louis Le Bris  (Paris 75018) Francisca Tendero  (Paris 75010)
Yvette Cross (Paris) Alfred Le Guellec  (Paris 75012) Michel Tendero  (Paris 75010)
Ursule Dalian  (Paris 75017) Augustine Le Guellec  (Paris 75012) Léa Thelliez  (Paris 75002)
Vincent Dalian  (Paris 75017) Cécile Legars  (Paris 75016) Abel Thibout  (Paris 75011)
Gilberte Daude (Paris) Marie-Anne Legars  (Paris 75016) Marthe Thibout  (Paris 75011)
Lucien Daude (Paris) Thérèse Legars  (Paris 75016) Mélanie Thibout  (Paris 75011)
Catherine Marie Dautricourt (Paris) André Lequien  (Paris 75018) Léontine Tiercelin Régereau  (Paris 75011)
Jeanine Dauvilliers  () Marcelle Lequien  (Paris 75018) Paule Trébosc  (Paris 75018) (Clermont-Ferrand)
Maurice Dauvilliers (Paris) Albert Lequin  (Paris 75012) Marcel Trochel (Paris)
Gabrielle de Linarès  (Paris 75006) Gabrielle Lequin  (Paris 75012) Yvonne Trochel (Paris)
Luis Martins de Souza Dantas (Paris) (Vichy) Gaston Lesage  (Paris 75016) Pierre Urbain  (Paris 75005)
Marguerite Delouche (Paris) Jean Lesage  (Paris 75016) Thérèse Urbain  (Paris 75005)
Charles Demoulin  (Paris 75019) Luce Lesage  (Paris 75016) Céline Vallée (Paris)
Simone Demoulin (Paris) Raymond Lesueur (Paris) Denise Vallon (Paris) (Le Raincy)
Madeleine Denis (Paris) Henri Leuillet  (Paris 75014) Henri Vautravers  (Paris 75011)
Émile Deusy  (Paris 75013) Marie Leuillet  (Paris 75014) (Saint-Savin) Juliane Vautravers  (Paris 75011)
Théomir Devaux (Paris) Andrée Levallois  (Paris 75015) René Vautravers  (Paris 75011)
Marius Dès (Paris) (Arzens) Gina Libéra  (Paris 75010) Jacqueline Vautravers Bardou  (Paris 75011)
Philippine Dès (Paris) (Arzens) Alphonse Licini (Paris) Marcelle Vergara  (Paris 75001)
Jean Dorso (Paris) Marthe Licini (Paris) Paul Vergara  (Paris 75001)
Yvonne Dorso (Paris) Albonéa Loeffert (Paris) Raymonde Weiss  (Paris 75018)
Marcel Drouin (Paris) Dolinde Luciani  (Paris 75015) Maria Winnicka (Paris)
Marcelle Drouin (Paris) Elisabeth Lugan  (Paris 75013) Georgette Zwiller  (Paris 75011)
Germaine Duchauffour (Paris) Jean Lugan  (Paris 75013) Pierre Zwiller  (Paris 75011)

Cultes à Paris

Alfred Baudrillart  Cardinal ( de 1907 à 1942 ) Recteur de l’Institut catholique de Paris depuis 1907. Cardinal depuis 1935 jusqu'à son décès le 19/05/1942
Jean Verdier  cardinal, archevêque de Paris ( 1929-1940 )
Emmanuel Suhard  Cardinal archevêque de Paris ( de 1940 à 1949 )
Roger Beaussart  Évêque auxiliaire de Paris ( 1935-1945 ) Épuré à la Libération, il est démissionné en 1945
André Latreille  Directeur des Cultes ( 11/1944 ) Historien catholique, membre du Comité de libération de la Vienne, nommé directeur des Cultes au ministère de l'Intérieur
E. Lancrenon  Curé de Saint-Germain-des-Prés  Le Chanoine, médecin, résistant, héberge des clandestins et les aide à passer en zone libre. Il est arrêté en 1941 pour hostilité à la nation allemande, puis relâché.
Jean-Paul Benoit  Pasteur à Paris-Belleville ( de 1937 à 1946 )
André-Numa Bertrand  Pasteur à l'Oratoire du Louvre ( de 1926 à 1946 ) Pasteur de l'ERF depuis 1938, vice président de la FPF en zone occupée depuis mai 1940. Il prend position contre le port de l'étoile jaune et contre la rafle du Vel' d'Hiv'.
Madeleine Blocher née Saillens  Pasteur baptiste à l'église du Tabernacle ( de 11/1929 à 1952 ) (27/04/1881-19/04/1971)
Franz Stock  Aumônier des prisons parisiennes de la Gestapo ( 1940-1945 ) Ancien recteur de la paroisse allemande de Paris, il est dès 1940 aumônier des prisons de la Santé, Fresnes et le Cherche-Midi (1904-1948)
Émile-Joseph-Marie Planckaert *  Aumônier militaire  Nommé Juste parmi les Nations
Henri Roser *  Pasteur  Nommé Juste parmi les Nations
George Grente *  Archevêque ( 1943 - 1953 ) devient Cardinal en 1953
André Funé *  Pasteur 
Théomir Devaux *  Prêtre, aumônier 

3 Familles réfugiées à Paris [Compléter]
09/1940 / 04/1941
Famille Bikales - Norbert, né le 07/01/1929 à Berlin (Allemagne) (USHMM)
1942 / 1945
Famille Dores Mirelle,Mata - The person claims that was in OSE in SAI- Normandy. Please provide the nessesary info- we shall be very obliged to you.
1942
Famille Kirchheimer - Gunther Kirchheimer né le 03/06/1932 à Berwangen (Allemagne).
Familles arrêtées (Paris) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Chronologie [Ajouter]

01/02/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attaque contre des véhicules de l'armée allemande, place de la Concorde. Des explosifs sont placés sous les camions qui seront pulvérisés.
10/09/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat, à la station de métro Porte Dauphine, contre l’officier de marine Denecke, lequel est grièvement blessé.
7/04/1942 - François Molet, fusillé le 7 avril 1942 au Mont Valérien ( les Nazis) né le 14 mars 1905 à Beaurevoir aisneMont-Valérien France
19/05/1940 - Une messe est célébrée à Notre-Dame de Paris en présence du gouvernement au complet avec Mgr Roger Beaussart, évêque auxiliaire de Paris et le cardinal Baudrillart et Mgr Gawlina, vicaire aux armées polonaises.
14/06/1940 - La Wehrmacht fait son entrée dans Paris.
14/06/1940 - Les troupes allemandes entrent à Paris "ville ouverte"
10/1940 - Le recensement effectué par les services de la préfecture de Police de la Seine (réparti aujourd'hui entre Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), dénombre 149 734 hommes, femmes et enfants juifs, dont 64 070 Juifs de nationalité étrangère.
19/10/1940 - Le Préfet de Police ordonne d’apposer la mention "juif" à l’encre rouge sur les cartes d’identité des Juifs résidant en zone occupée.
11/11/1940 - Interdiction des célébrations du 11 novembre pour l'anniversaire de l'armistice de 1918. Plusieurs centaines d'étudiants manifestent sur les Champs-Élysées.
10/02/1941 - A Paris, la Gestapo arrête plusieurs responsables du groupe du Musée de l’Homme.
14/05/1941 - Première grande rafle de Juifs à Paris: 3 710 personnes sont envoyées dans les camps du Loiret, à Pithiviers et à Beaune-la-Rolande.
15/05/1941 - Premières rafles de Juifs étrangers, organisées par la préfecture de Police : 3 747 personnes sont parqués dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, sous administration française.
20/08/1941 - Ouverture du camp de Drancy en région parisienne
20/08/1941 - Rafle du 20 août 1941 : plus de 4 000 Juifs Français et étrangers, de 18 à 50 ans, sont raflés par la police française et dirigées vers le camp de Drancy.
21/08/1941 - attentat de Pierre Georges, Fabien contre l’aspirant Moser au métro Barbès.
28/08/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attaque de camions allemands au moyen de cocktails Molotov, rue de la Plaine (XXe).
06/09/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat contre un militaire allemand rue La Fontaine (XVIe).
15/09/1941 - Des soldats allemands sont attaqués sur les Champs-Élysées, à Paris.
19/09/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) :  opération organisée par Conrado Miret-Must (alias “ Lucien ”) contre le garage SOGA (HPK503), 21 boulevard Pershing (XVIIe), où sont réparés les voitures de l’état-major allemand et de nombreux véhicules de la Wehrmacht. Tous les groupes armés de Paris, répartis en quatre ou cinq groupes. Les dégâts sont très importants, même s’ils ne réussiront pas à incendier l’atelier de menuiserie.
10/10/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : destruction de câbles du poste de la Wehrmacht n° 906-A, rue de Varize (XVIe).
13/10/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : incendie du garage Normandie rue de Rémusat (XVIe).
20/10/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : déraillement du train Paris-Nantes. Le même jour, Spartaco Guisco et Gilbert Brustlein abattent le Feldkommandant Hotz.
21/11/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat contre la librairie allemande Rive Gauche du boulevard Saint-Michel (à l’angle de la place de la Sorbonne). La librairie sera dévastée : vitres brisées, matériel et stocks de livres de propagande détruits.
22/11/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat contre un hôtel de la Wehrmacht (Hôtel Océan) situé 100 avenue du Maine (XIVe) avec des grenades récupérées dans les stocks de l’armée.
26/11/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat à la bombe contre la librairie militaire allemande située à l’angle de la rue de Rivoli et de la rue Cambon (Ier).
29/11/1941 - Loi française instituant l’Union Générale des Israélites de France (UGIF). Elle regroupe obligatoirement toutes les associations culturelles et cultuelles.
02/12/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat à la bombe contre le local du RNP (Rassemblement national populaire) boulevard Blanqui (XIIIe). Cinq cartouches de dynamite font littéralement sauter ce repaire de la collaboration.
05/12/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat rue de Seine (VIe) contre le major Friese, de la Luftwaffe.
06/12/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) :  attentat boulevard Pereire (XVIIe) contre le lieutenant Rahl, lequel est grièvement blessé.
12/12/1941 - 743 Juifs presque tous Français sont arrêtés à Paris. Emmenés à Drancy, ils sont ensuite transférés à Compiègne.
12/12/1941 - Rafle dite des notables à Paris, 700 Juifs sont arrêtés.
14/12/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : opération contre l’Hôtel Impérator, 71 rue Beaubourg, qui servait de cantine à l’unité L 37294.
15/12/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat à la bombe contre un poste de la Feldgendarmerie situé à l’Hôtel Universel, rue de la Victoire (IXe).
17/12/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : incendie d’un camion de la Wehrmacht rue Mayran (IXe).
18/12/1941 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : incendie de plusieurs camions de la Wehrmacht,  rue Lamartine, à l’angle de la rue Buffault (IXe). Plusieurs camions sont détruits. Des soldats allemands tirent. Coquillet et Touati parviennent à s’échapper, mais Bertone se fait arrêter.
03/01/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attaque au pistolet et à la grenade contre une permanence du RNP de Marcel Déat située 11 bis rue de la Procession (XVe). Bilan : les locaux sont détruits et un membre du RNP est blessé.
10/01/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat contre les locaux du Rassemblement national populaire (RNP) de la rue du Faubourg-Saint-Martin (Xe).
20/01/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) :  15 boulevard de Vaugirard (métro Bienvenüe), attentat contre un soldat allemand de la poste militaire nommé Pepling, lequel est sérieusement blessé.
28/01/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attaque contre la cantine de la Wehrmacht à l’angle de la rue du Châteaudun et de la rue Montmartre (Xe). Dans ce restaurant réquisitionné par les troupes de campagne des unités n° 913-921-930-933 se trouvaient alors dix soldats nazis : plusieurs sont tués, d’autres blessés.
05/02/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat contre une “ maison close ” de l’armée allemande, 106 avenue de Suffren (XVe), sous la direction de Pierre Georges (futur colonel Fabien). Les dégâts sont considérables.
11/02/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : les  11 et 12/02/1942, attentat à l’explosif gare de l’Est, contre des trains de permissionnaires en partance pour l’Allemagne : nombreux tués et blessés et panique parmi les nazis.
21/02/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : tentative d’attentat manqué contre le Lido, avenue des Champs-Elysées.
22/02/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : destruction à la dynamite de plusieurs camions de la Wehrmacht avenue Rachel (XVIIIe), près du cinéma Gaumont.
01/03/1942 - Attentat contre l'occupant de l'Organisation Spéciale (OS) : attentat contre le poste de garde n° 328 d’un bataillon de la Wehrmacht situé au 41 rue de Tanger (XIXe).
29/05/1942 - Ordonnance allemande instituant le port de l’étoile jaune aux Juifs de plus de 6 ans, en zone occupée.
16/07/1942 - 16 et 17 juillet 1942, la rafle du Vel’ d’Hiv’ à Paris et dans son agglomération, le "Jeudi noir" comme l’appelle les Juifs, l’opération "Vent printanier" selon le code allemand, visant les familles juives étrangères. 13.000 arrestations dont 4 000 enfants.
17/08/1942 - 997 juifs, en majorité d’origine polonaise, sont déportés de Paris au camp d’extermination d’Auschwitz pour y être gazés. 21 enfants de moins de quatre ans figurent parmi les déportés.
20/08/1942 - Du 20 au 25 août, arrestations massives de Juifs étrangers à Paris. 4 232 hommes sont internés à Drancy par la police française, à la demande des Allemands.
10/02/1943 - Deuxième grande rafle de familles juives étrangères à Paris
14/07/1943 - Bombardements aériens alliés sur la Région Parisienne.
16/07/1943 - 16 et 17 juillet : "Rafle du Vél d'Hiv": 12 884 personnes arrêtées.
22/03/1944 - Suicide de Pierre Brossolette, un des dirigeants de la Résistance française, pour échapper à la Gestapo.
21/04/1944 - Bombardements aériens alliés de Paris.
25/08/1944 - Libération de Paris. Du 19 au 25 août des combats éclatent dans Paris. Le général de Gaulle envoie la 2e division blindée du général Leclerc appuyer l'insurrection parisienne pour la libération de Paris.
26/08/1944 - De Gaulle à Paris. Le général de Gaulle défile sur les Champs-Élysées.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Paris sur Wikipedia 
2 Paris sous l'occupation allemande (film de propagande) (Cette succession d'images hétéroclites filmées par les services cinématographiques de l'armée allemande illustre les débuts de l'occupation allemande en France… )
3 Combats dans le centre de Paris (Les combats s'organisent autour de la préfecture de police puis gagnent l'Hotel de ville. )
4 Nouveau bombardement de la région parisienne (film de propagande) (Après le bombardement de la région parisienne par l'aviation britannique le 29 avril, les civils récupérent leurs biens parmi les ruines. Les salles d'une maternité ont été détruites. Les funérailles des victimes sont célébrées sous la présidence du Cardinal Suhard… )
5 Les juifs du lycée Condorcet dans la tourmente (Albertini P., Les juifs du lycée Condorcet dans la tourmente, Vingtième siècle 2006/4, N° 92, p. 81-100. Sous la Troisième République, une partie de la bourgeoisie juive parisienne avait trouvé au lycée Condorcet un havre de paix, permettant de concilier goût pour les choses de l’esprit et désir d’intégration sociale. L’occupation allemande et le régime de Vichy devaient amener des jours moins heureux. Les professeurs furent sans ménagement révoqués ; et les élèves, tout en conservant le droit de poursuivre leurs études, durent surtout songer à se préserver des persécutions antisémites qui les conduisaient à une mort certaine. )
6 Témoignage d'Étienne Raczymow (Paroles et mémoires des quartiers populaires : Étienne, fils d'immigrés juifs, une enfance dans le Belleville d'avant guerre, la déclaration de guerre puis la résistance. )
7 Enfants juifs déportés de France (Brochure éditée par les Fils et filles de déportés juifs de France et la Mairie de Paris en mars 2007.
Préface de Serge Klarsfeld : En France, en 1940, il y avait environ 70 000 Juifs de moins de 18 ans. Sur ce nombre, 11 400 ont été arrêtés - la plupart par la police de Vichy -, déportés à Auschwitz et assassinés, à l'exception d'environ 200 d'entre eux; presque tous des adolescents. Parmi les communautés juives importantes en Europe, celle de France a connu le pourcentage le plus important d'enfants sauvés : 84 %, c'est exceptionnel. On le doit essentiellement à la sympathie agissante de la population non juive qui a soutenu les efforts des familles et des organisations juives qui essayaient de sauver les enfants en priorité. Laïcs et religieux ont su tendre la main à la fois par compassion et pour que la France ne perde pas son âme. )
8 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
9 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
10 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
11 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
12 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
13 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Nom de famille de cet enfant

    Qui peut me donner des renseignements sur cet enfant, je ne connais pas son nom de famille ni son prénom, je possède qu'une photo.
    Il habitait avec ses parents à Paris avant la guerre de 39/45.
    Sa mère a fait l'école de fourrure du 21 rue des tournelles Paris.
    [répondre]

***  Transferts de Paris aux USA

    Je fais des recherches biographiques sur Rudolf Stallmann alias Lemoine qui, à Paris dans les années 1930, aidait les juifs d'Allemagne à passer aux USA, en leur fournissant des faux passeports. Il était en contact avec "l'Association mondiale juive (sic)" (?) peut-être confondue avec l'American Jewish Joint Distribution Committe (?) Il était aidé par un dénommé Drach. Je suis à la recherche d'archives ; y en aurait-il au Joint ou ailleurs ? [répondre]
    Bonjour
    Je ne sais pas si mon information vous sera bien utile. Trouvant votre annonce ce soir je venais de lire dans la journée un article publié sur Internet qui parle de Rudolf Stallman alias Rodolphe Lemoine comme agent secret au service du Deuxième Bureau français dans les années trente. L'article s'intitule : "Agents secrets à la frontière belgo-allemande - Des services de renseignements belges alliés et allemands entre 192O et 1940 dans la région d'Eupen" de Philippe Beck et Etienne Verhoeyen. Cet article vous apportera peut-être des pistes à suivre pour trouver des archives. Bien cordialement - François
      [répondre]

***  Recherches informations sur henri Casenave

    Je recherche des informations sur Henri-Léon Casenave décédé à Bergen-Belsen le 11-04-1945
    ( JO). Celui-ci a sauvé des familles juives en les faisant passer en Espagne par les Pyrénées. Malheureusement il a été arrêté dans la montagne lors d'une tempête de neige. Interné à Perpignan, tranféré à la Gestapo rue des Saussaies à Paris, il passa au camp de Compiègne , déporté à Buchenwald le 27 juillet 1943 matricule 14063, passa ensuite à Karlshagen, Dora et encore Buchenwald , aurait été tué par un SS sur la route de Kassel lors de l'arrivée des américains.
    Je recherche toute information ou témoignage de familles ayant connu ce déporté qui est mort à l'âge de 24 ans. Henri Léon habitait à Paris rue de Turenne, son père était musicien à la garde républicaine. La femme d'Henri était juive quartier des rosiers et aurait elle aussi été déportée . Merci pour les informations que vous pourrez m'apporter. domergue44@gmail.com
    [répondre]
    Bonjour.
    Je n'ai pas nécessairement d'information sur ce Monsieur mais habitant dans le Sud-Ouest et m'intéressant au sujet des passeurs, je me demande si cette personne n'aurait pas eu des parents en proximité des Pyrénnées ?
    En quel cas, si vous en aviez quelques détails, je pourrais tenter de retrouver cette parenté (son patronyme étant assez fréquent là où j'habite...
    Au plaisir d'avoir des nouvelles de vous.
      [répondre]

***  Yvonne et Marcel Trochel - Paris


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Cécile Desprairies Cécile Desprairies
Paris dans la Collaboration

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Albert Bigielman Albert Bigielman
J'ai eu douze ans à Bergen-Belsen

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Gaël Eismann Gaël Eismann
Hôtel Majestic, ordre et sécurité en France occupée (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
17 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014