La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
313 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8767 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Les lieux et camps d'internement


Camp de Gurs
Camp de Gurs
source photo : Inconnue
crédit photo : DR
Camp d'internement du Vernet d'Ariège
Camp d'internement du Vernet d'Ariège
Source-credit : Institut Géographique National
Birkenau
Birkenau
Source et crédit : Caroline Rose
Dès la signature du traité d'armistice entre la France et l'Allemagne en juin 1940, le régime de Vichy inaugure, quatre mois après son installation, une politique antisémite d'État dans l'indifférence " presque " générale.

Environ 350 000 juifs vivaient en France en juin 1940 sur une population totale d'environ 41 millions de Français, soit moins de 1 %. La moitié d'entre eux fuyant les mesures antijuives et les pogroms, de Pologne, d'Allemagne et de toute l'Europe de l'Est, avaient été accueillis par la France.
Dès le 3 octobre 1940, une loi, " portant statut des Juifs ", est promulguée excluant les Juifs de la fonction publique française, des métiers de la presse, du spectacle et de la direction d'entreprises et soumettant les professions libérales à des quotas.
Le lendemain, Philippe Pétain signe une loi prévoyant que " les ressortissants étrangers de race juive (…) pourront être internés dans des camps spéciaux " et qu'ils " pourront en tout temps se voir assigner une résidence forcée par le préfet du département de leur résidence ".
Plus de 2 000 camps et lieux d'internements ouvriront en France durant cette période.

À leur arrivée au pouvoir en Allemagne, les nazis internent les opposants politiques, les tziganes, les handicapés…

Dachau, le premier camp de concentration nazi, ouvre le 22 mars 1933.
Sachsenhausen ouvrira en août 1936, puis Ravensbrück, le camp des femmes, le 15 mai 1939.
D'autres camps ouvriront par la suite : Neuengamme, Bergen Belsen, Dora Mittelbau, Buchenwald (Weimar), Flossenbürg, Hinzert, Gross-Rosen, Strutthof (près de Dantzig), Theresienstadt (Térézin) en Tchécoslovaquie, Mathausen en Autriche, Natzweiler-Struthof en Alsace…

À la suite de la défaite de la France, le régime nazi déportera près de 76 000 personnes juives, 2 500 ont survécues.

La France livrera également à l'ennemi près de 87 000 déportés résistants dont moins de 41 000 reviendront.

Le site ajpn.org recense 1148 lieux d'internement en France. Nous souhaitons, à terme, tous les identifier afin d'aider chacun dans ses recherches.

Vous pouvez effectuer une recherche par camp ou par commune pour retrouver les lieux d'internement du département.


>> 1148 lieux d'internement en France <<
Camp de Gurs (64)
« Gurs
une drôle de syllabe
comme un sanglot,
qui ne sort pas de la gorge »

Louis Aragon.
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
41 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014