space Connexion :   Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

278 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1145 lieux d'internement
633 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3824 Justes de France
738 résistants juifs
8622 personnes sauvées, cachées
Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Ressources
Espace enseignants
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins Exposition pédagogique
L'enfant cachée

Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page
Quelques organisations de sauvetage

    Des organisations issues des communautés juives et des associations caritatives de la société civile, confrontées à la barbarie antisémite des nazis et de Vichy s'organisent dans le sauvetage.
    Une dizaine d’organisations juives d’assistance se coordonnent secrètement dès le 15 juin 1940, à Paris, en zone occupée sous le nom de comité Amelot.
    A partir des lois antisémites d’octobre 1940 et de la chasse ouverte aux Juifs étrangers, le mouvement des internés volontaire s'installe au coeur des camps et font appel à des réseaux extérieurs et aux autorités religieuses afin de faire sortir le plus d'internés possible et relayer leur action.
    Une vingtaine d’associations caritatives, protestantes et juives, se réunissent dans un comité à Nîmes, en zone non occupée, à partir de novembre 1940. Chacune d’elles, avec ses leaders charismatiques, se retrouve en première ligne, dans les camps d’internement, les orphelinats, les soupes populaires, et improvise dans l'urgence pour prendre en charge les persécutés. Elles sont entraînées dans une course contre la mort et commencent à pratiquer des activités illégales, fabrication de faux papiers, création de filières de camouflage et de réseaux de sauvetage avant d'entrer en résistance.

    L’Eglise catholique, poussée par les activistes, sort du silence et, peu à peu, en appelle au devoir de solidarité.
    Les organisations juives peuvent désormais utiliser le tissu social de la France profonde pour sauver les Juifs.
    Les associations aident alors des dizaines de milliers de Juifs à se fondre dans la société civile.
    Les enfants sont la priorité absolue. Une gigantesque entreprise de camouflage commence.

    76 000 Juifs de France vont disparaître dans la Shoah. Mais grâce à cette mobilisation, et d’abord à celle des Juifs eux-mêmes, 250 000, soit les trois quarts des Juifs résidant en France, vont y échapper.

    • AFSC (American Friends Service Committee)
    • AIP (Association des israélites pratiquants)
    • AIU (Alliance Israélite Universelle)
    • Amitié chrétienne
    • Bund
    • Les cantines populaires
    • CIMADE (Comité Inter Mouvements Auprès Des Evacués)
    • Colonie Scolaire
    • Comité de la rue Amelot - 1 000 enfants Juifs seront sauvés par le Comité.
    • Croix Rouge Français
    • EIF (Éclaireurs Israélites de France)
    • ET (Entraide Temporaire) - Fondée avec le concours de militantes catholiques, protestantes et juives, l’Entraide Temporaire se consacre à partir de 1942 au sauvetage des enfants juifs privés de leurs parents. Le secteur des enfants est confié à Denise Milhaud, qui rejoint l’Entraide Temporaire en mars 1941. Dans son activité de sauvetage des enfants, Denise Milhaud a pour secrétaire à l’Entraide Française, Arlette Beaumont, fille adoptive du Professeur Beaumont, puis Hélène Berr qui fut déportée avec ses parents, et enfin Nicole Schneider. 500 enfants Juifs seront sauvés par l'Entraide Temporaire.
    • EU (Éclaireurs Unionistes)
    • La Fédération des Sociétés Juives
    • Le Foyer Amical
    • Foyer ouvrier juif
    • FSJF (Fédération des sociétés juives de France)
    • HIAS (Hebrew Immigrant Aid Society)
    • HICEM
    • Joint (American Joint Distribution Committee)
    • La Mère et l’Enfant
    • MJS (Mouvement de la Jeunesse Sioniste)
    • MNCR (Mouvement national contre le racisme) - Créé en septembre 1942 à l'initiative des résistants membres des Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée (FTP-MOI), le Mouvement national contre le racisme s'engage dans le sauvetage des enfants qui risquent la déportation : les cacher, organiser des évasions et le passage des frontières, fabriquer des faux-papiers. Le MNCR agit alors avec l'Union des juifs pour la résistance et l'entraide (UJRE). 163 enfants sortis des foyers de l'UGIF sertont sauvés par le MNCR
    • ORT
    • OSE (Œuvre de secours aux enfants) - Entre 1939 et 1944, l'O.S.E. se trouve à la tête de 14 maisons d'enfants. Elle intervient dans les camps d'internement pour sortir les enfants menacés de déportation et ouvre des centres médico-sociaux pour aider les familles juives dans le besoin. Dès 1943 elle met sur pied un réseau clandestin qui permet de cacher l'ensemble des enfants qui lui ont été confiés, contribuant à en sauver plus de 5 000 enfants Juifs.
    • Paole Zion de gauche
    • Réseau Abadi - 527 enfants Juifs seront sauvés grâce au réseau Abadi.
    • Réseau Garel - 1 600 enfants Juifs seront sauvés grâce au circuit Garel.
    • Sixième - 1 750 enfants Juifs seront sauvés par la Sixième.
    • SSAE (Service Social d’Aide aux Emigrants) - œuvre privée reconnue d’utilité publique, créée à l’initiative de notabilités et qui avant la guerre tente d’apporter une aide aux familles de fusillés et de victimes de la répression. Il est dirigé par Lucie Chevalley de 1932 à 1964.
    • UGIF (Union Générale des Israélites de France)
    • UJRE (Union des juifs pour la résistance et l'entraide)
    • Yiddische Vinkl - foyer juif. Sa vocation était d’être un salon littéraire où étaient organisés débats et rencontres. Il y était également servi des repas chauds et dispensé une assistance pour les Juifs étrangers principalement.
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
17 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87