Cliquez sur Opinion et donnez-nous votre avis, dites-nous vos attentes, proposez votre aide ou votre soutien pour que l'AJPN puisse perdurer.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
482 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
647 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4034 Justes de France
748 résistants juifs
9212 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1209 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

482 annonces de recherche


Pour déposer une annonce ou y répondre vous devez être inscrit en qualité de contributeur.
Identifiez-vous en haut à droite et rendez-vous à la rubrique "Déposer une annonce", en bas de la page concernée (personne, commune, département, région, organisation…) par votre demande.
Pour accéder à cette page faîtes une recherche en haut de la page dans "Recherche de personne, de lieu".

Pour vous inscrire si vous ne l'êtes pas, cliquez en haut à droite sur "S'inscrire".

Arpajon sur Cère sous l'Occupation et la Libération

Déposée le 07/06/2016
Normand d'origine, la Seconde Guerre Mondiale me passionne énormément. Ma compagne habitant Arpajon sur Cère, j'aimerais en apprendre plus sur cette période dans cette ville. Si vous avez des informations ou des liens de site internet pouvant m'aider dans ma recherche, je vous en remercie d'avance de me les faire connaitre.

Pierre C.

[répondre]

Je recherche mon père

Déposée le 12/05/2014 (Répondue le 06/06/2016)

Anna, ma mère biologique, Ukrainienne, et un jeune homme Belge francophone se sont connus en Allemagne à Stuttgart entre 1942 et 1945. Ma mère travaillait comme STO à l'entreprise Robert Bosch. Je ne sais pas si ce jeune homme y travaillait, ou vivait à proximité, mais ils devaient se marier et aller vivre en Belgique. Ils se sont perdus à la fin de la guerre. Je suis née fin septembre 1945 à l'hôpital Bichat à Paris et Anna est décédée le 7 octobre 1945. Merci infiniment de m'aider dans mes recherches. Retrouver les traces de mon père biologique m'aiderait à me reconstruire totalement.
Légende photo : Anna à Paris à 18 ans


Marie P.

[répondre]

Orphelinat de Langeac

Déposée le 02/06/2016
Bonjour,
Je recherche des informations sur un orphelinat à Langeac qui a accueilli des familles en fuite-exil pendant la guerre. Il aurait été tenu par les soeurs franciscaines. Thérèse B, une jeune fille de 15 ans y a séjourné quelques mois en 1940. Aujourd'hui, à plus de 90 ans, elle repart sur les traces de son histoire et je l'aide à avoir quelques informations, merci d'avance.

LUDIVINE F.

[répondre]

La famille Peynache

Déposée le 01/06/2016
De juillet 1944 à août 1944, la famille Peynache (mes parents plus 2 sœurs et un frère et moi qui avais six ans) a été hébergée chez des fermiers à Saint-Cyr-du-B.. Nous venions de Saint-Lô et j'aimerais retouver la trace de ces gens qui nous ont beaucoup aidés. Merci aux personnes qui pourrons m'aiguiller et me renseigner.

Marguerite L.

[répondre]

Hôpital psychiatrique apparemment "évacué" pendant la Guerre

Déposée le 01/06/2016
Bonjour,
J'ai malheureusement peu d'information sur les circonstances du décès de ma Grande Tante, pendant la Guerre. Elle était apparemment internée en hôpital psychiatrique, qui, selon la légende familiale, aurait été "vidé" par les Nazis pendant la guerre, laissant les patients livrés à eux-mêmes. Ils seraient sans doute morts de faim, la maladie psychiatrique étant à l'poque tout à fait tabou. Je n'ai jamais entendu parler de tel drame d'autre part. On m'a dit d'autre part que les Nazis n'avaient pas réquisitionné d'hôpitaux psychiatriques mais plutôt l'armée française pour soigner ses blessés. Je ne sais pas où elle était internée, mais il s'agissait de la région parisienne. Son nom de famille: Allagnon. Elle devait avoir une trentaine d'années lorsqu'elle est décédée. Toute information, même minime, même générale sur ce genre de "pratiques" m'aiderait à avancer dans cette recherche. Mille mercis par avance, Aude

Aude I.

[répondre]
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2016