Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
741 résistants juifs
8734 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page
Tsiganes français en 1939/1945 (1946)

Le camp de Jargeau - collection Cercil
Le camp de Jargeau - collection Cercil
source memoires-tsiganes1939-1946.fr

La "question Tsigane", une expression qui résonne, est étudiée en France et en Allemagne dès le début du XXe siècle. Leur fichage policier anthropométrique, remontant à 1912, permettait de suivre leurs déplacements, suite à la loi du 16 juillet 1912 sur les professions ambulantes et le nomadisme. Simple était alors de rassembler 6 milliers de Tsiganes pour les interner, à partir du 14 mai 1940, dans une trentaine de camps Vichystes dont : Les Alliers à Angoulême ; Montreuil-Bellay ; Lannemezan ; Poitiers ; Jargeau (Loiret) ; Gurs ; Monsireigne en Vendée ; La Saline royale à Arc-et-Senans (Doubs) ; Rennes ; La Forge Neuve à Moisdon-la-Rivière ; Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes (Yonne) ; Choisel à Châteaubriand ; Beau-Désert à Mérignac. Parmi ceux qui survécurent, les derniers n'en sortirent qu'en juin 1946. La vie nomade et la culture orale des Tsiganes était évidemment incompatible avec les préceptes de la IIIe République.

Plusieurs départements français, à partir de septembre 1939, interdisent la circulation des nomades. L'Indre-et-Loire les expulse. Le décret-loi du 6 avril 1940 étend l'interdiction à tout le territoire métropolitain et pour toute la durée de la guerre. Les préfets doivent assigner les Tsiganes à résidence à proximité d'une gendarmerie.

L'armée d'occupation expulse, d'Alsace et de Lorraine, les nomades dès juillet 1940 vers la zone non occupée. Ils sont internés à Rivesaltes, Argelès, Barcarès puis dirigés vers le camp de Saliers dans les Bouches-du-Rhône, spécialement créé par Vichy pour les nomades. Vichy livra des hommes aux autorités allemandes dans le cadre du STO, des familles furent raflées par les forces d'occupation dans le Nord.

Les Tsiganes ne furent que très rarement reconnus "internés" ou "déportés politiques". Aujourd'hui encore leur persécution durant la période nazie est très peu connue.


Liens ressource :
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
17 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87