Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
741 résistants juifs
8732 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page
2nd World War Europe animation

Repères chronologiques 1905 à 1945

1905/1939 - 1940 - 1941 - 1942 - 1943 - 1944 - 1945

Code couleur : Alliés - Espagne - France - Allemagne - Neutres - URSS
1er janvier 1940. Grande Bretagne. Mobilisation générale.
13 janvier 1940. Décret. Les étrangers et apatrides bénéficiant du droit d'asile sont autorisés à s'engager comme travailleurs étrangers au service de l'armée française.
18 janvier 1940. Danemark, Norvège et Suède proclament leur neutralité.
20 janvier 1940. Les députés communistes sont déchus.
21 janvier 1940. Churchill conseille aux États neutres de se ranger aux côtés de l'Alliance avant que ne les attaque l'Allemagne.
1er février 1940. L'URSS attaque la Carélie en Finlande.
01 février 1940. Etablissement du Ghetto de Lodz (Lódz), où vivaient avant la guerre 233 000 Juifs. 75 000 se sont enfuis à l’arrivée des allemands. Avec la mise en place du Ghetto, 160 000 Juifs des zones environnantes y sont également concentrés.
01 février 1940. Première déportation de Juifs allemands vers la Pologne.
21 février 1940. À Auschwitz, les travaux de construction de 4 camps de concentration commencent.
1er mars 1940. Loi espagnole anti-maçonnique.
12 mars 1940. Les Finlandais ne pouvant plus résister plus longtemps à l'attaque russe, cessent le feu, signent le traité de paix avec l'URSS et cèdent la Carélie.
20 mars 1940. Daladier, chef du gouvernement depuis le 10 avril 1938, démissionne en conservant la charge de la Défense nationale.
22 mars 1940. Paul reynaud devient chef du gouvernement.
03 avril 1940. Les ex-députés communistes sont condamnés à la prison.
06 avril 1940. Décret interdisant le nomadisme en France.
09 avril 1940. Hitler déclenche l'opération Weser (Weserübung) et envahit le Danemark et la Norvège.
27 avril 1940. Création du camp d’Auschwitz qui sera utilisé au départ pour les criminel allemands. Plus tard il sera utilisé pour les prisonniers polonais aussi. A partir de mars 1942, il reçoit des convois de Juifs et devient le plus grand camp de la mort de toute l’Europe. Auschwitz est un immense camp de concentration ; Adjacent à lui, le camp d’extermination de Birkenau, qui tuera jusqu’à 12 000 personnes par jour. Enfin, de nombreux camps de travail de taille plus modeste, orbitent autour d’Auschwitz-Birkenau.
29 avril 1940. Loi permettant aux préfets d’assigner à résidence les Tsiganes.
30 avril 1940. Le Ghetto de Lodz (Lódz) est clôturé. C’est le premier ghetto à connaître ce sort.
10 mai 1940, 5 h 35. C'est le début de l'offensive à l'Ouest. Deux corps d'armée allemands attaquent les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Les plans de l'attaque selon les historiens auraient été conçus par Von Manstein.
10 mai 1940. En Angleterre, Chamberlain démissionne et Churchill forme un gouvernement de coalition. Chamberlain quitte malade et abattu de l'échec de sa politique d'apaisement. Il meurt l'année suivante.
10 mai 1940. Décret de George Mandel décidant de l’internement des apatrides allemands.
12 mai 1940. Rommel atteint la Meuse au nord de Dinant avec la 7e division Panzer
13 mai 1940. Investiture de Winston Churchill : " Je n'ai rien d'autre à vous offrir que du sang, de la sueur et des larmes ".
13 mai 1940. Gudérian franchit la Meuse à Sedan avec le 19e corps. Il enfonce les défenses alliées à un point où on ne les attend pas. Arrivant par les Ardennes, territoire impraticable aux chars selon eux, ils poussent jusqu'à Dunkerque.
14 mai 1940. La Hollande passe sous la botte nazie. Sa communauté juive est de 140 000 personnes.
15 mai 1940. Belgique. Après l'entrée des troupes allemandes en Belgique, une circulaire prévoit le rassemblement de tous les ressortissants allemands âgés de 17 à 56 ans. Cette limite sera portée à 65 ans le 29 mai 1940.
15 au 25 mai 1940. Internement des ressortissants allemands de 17 à 65 ans après regroupements dans les stades, casernes et divers lieux de rassemblement. Vélodrome d'hiver, Buffalo, Roland-Garros, Gerland à Lyon, etc.
17 mai 1940. Internement des femmes allemandes âgées de 17 à 65 ans.
17 mai 1940. Le général Maurice Gamelin, commandant en chef des forces alliées en France, est limogé par le président du Conseil, Paul Reynaud, et remplacé par Maxime Weygand : le déferlement de la guerre éclair révéle la carence du généralissime.
20 mai 1940. Rommel atteint les faubourgs d'Arras. Gudérian prend Amiens et atteint la mer à Noyelles. Les armées alliées sont maintenant coupées en deux.
23 mai 1940. 9 000 ressortissantes allemandes et autrichiennes, dont la moitié juives, sont internées par les Français au camp de Gurs avec leurs enfants. Paradoxalement, les Juifs, considérés comme les plus persécutés par les allemands et les autrichiens, sont soupçonnés par les français d’être des traîtres quand ils sont allemands ou autrichiens.
26 mai 1940, 18 h 57. Début de l'opération dynamo qui permet aux Anglais le sauvetage miraculeux de leur corps expéditionnaire. 338 226 hommes sont sauvés de l'enfer de Dunkerque.
27 mai 1940. La Belgique dépose les armes.
01 juin 1940. Le Pasteur André Trocmé organise la résistance au Chambon-sur-Lignon, en Auvergne. Il encourage le sauvetage de Juifs dans le village. Environ 5 000 Juifs sont ainsi sauvés.
5 juin 1940. L'armée allemande attaque la ligne de la Somme et de l'Aisne.
10 juin 1940. L'Italie déclare la guerre à son tour et attaque la France dans le dos. Mal leur en prit car ils furent contenus et furent humiliés aux yeux de Hitler.
10 juin 1940. Le gouvernement quitte Paris pour Tours puis Bordeaux.
14 juin 1940. Les troupes allemandes entrent à Paris "ville ouverte". (Archive INA).
14 juin 1940. Le 1er transport de déportés politiques polonais arrive à Auschwitz. Il est considéré comme la date où il a commencé à fonctionner. Au début, les Polonais étaient emprisonnés et mourraient dans le camp. Ensuite, les prisonniers de guerre, les bohémiens, les prisonniers soviétiques et d'autres nationalités sont également incarcérés là. Commençant en 1942, le camp est le 1er de tous les camps de meurtre de masse commis contre les Juifs européens en tant qu'élément du plan Nazi pour leur destruction complète.
16 juin 1940. Paul Raynaud démissionne après le refus des ministres de son projet d'unioon franco-britannique.
16 juin 1940. En France, c’est la débâcle. À Bordeaux se trouvent des dizaines de milliers de réfugiés, parmi lesquels de nombreux Juifs. Le consul du Portugal à Bordeaux, Aristides de Sousa Mendes, décide ce jour-là d’accorder des visas à tous ceux qui en feront la demande : « Désormais, je donnerai des visas à tout le monde, il n'y a plus de nationalité, de race, de religion ».
17 juin 1940. Pétain, président du Conseil, foorme son cabinet. Il annonce la fin des combats dans une allocution radiodiffusée.
17 juin 1940. De Gaulle rejoint Londres.
17 juin 1940. À Chartres, le jeune préfet Jean Moulin tente de se suicider.
17 juin 1940. Début de l'occupation des pays baltes par l'URSS.
18 juin 1940. Premier appel à la résistance, radiodiffusé par la BBC (British Broadcasting Corporation), du Général de Gaulle.
21 juin 1940. 27 parlementaires s'embarquent au Verdon-sur-Mer, sur le paquebot Massilia, pour l'Afrique du Nord.
22 juin 1940. Rethondes. Signature de l’armistice entre la France de Vichy et l’Allemagne Nazie. La France est divisée en une zone occupée par l’armée allemande et une zone « libre », où le gouvernement sous la direction de Pétain s’installe à Vichy, et où la France conserve un semblant d’indépendance.
23 juin 1940. Pierre Laval et Adrien Marquet entrent au gouvernement.
24 juin 1940. Armistice franco-italien.
25 juin 1940. Entrée en vigueur de l'armistice et cessation des hostilités.
28 juin 1940. Le général de Gaulle est reconnu comme le « chef des Français libres » par le gouvernement britannique.
29 juin 1940. Le gouvernement quitte Bordeaux pour Vichy.
Juillet 1940. Les Allemands expulsent plus de 20 000 Juifs alsaciens-lorrains des territoires annexés vers la zone sud.
Juillet-août 1940. Mission Kundt - Première ordonnance allemande définissant le statut des Juifs et imposant leur recensement en zone occupée. Une loi de Vichy permet d'interner tout étranger " en surnombre dans l'économie française " dans les groupements de travailleurs étrangers.
01 juillet 1940. Création de l’AJ (Armée juive), mouvement de résistance juif qui deviendra plus tard l’Organisation Juive de Combat (OJC), présente sur tous les fronts de combat contre l’occupant.
02 juillet 1940. Formation du gouvernement dirigé par Pétain, avec Laval comme Premier ministre. Ce gouvernement entend être un gouvernement de « redressement national » dans le cadre d’une collaboration avec l’envahisseur allemand auquel il est totalement soumis, et qu’il suivra avec beaucoup de zèle et d’entrain dans la persécution des Juifs.
03 juillet 1941. Attaque anglaise contre les navires Français à Oran et Mers-el-Kebir.
03 juillet 1940. Adolf Eichmann prépare un projet détaillé pour le transfert de quatre millions de Juifs à Madagascar. Le projet entend y créer une immense réserve de Juifs qui seraient à la merci des Allemands et sous leur menace constante, otages de la puissance nazie. La France de Vichy donnera son accord au projet qui devra être financé par les biens juifs confisqués. L’option « Madagascar » sera rejetée à la conférence de Wannsee à la faveur de la " solution finale ".
04 juillet 1940. Le droit pénal allemand s'applique officiellement en zone occupée.
04 juillet 1940. Rupture diplomatique entre Vichy et les Britaniques.
10 juillet 1940. Début de la bataille d'Angleterre par le bombardement sur Swansea. Comme Churchill l'a dit plus tôt " Ce que le général Weygan appelle la bataille de France est terminée. La bataille d'Angleterre va commencer ".
10 juillet 1940. Vote des pleins pouvoirs (constituant, législatif, exécutif et judiciaire) au Maréchal Pétain par l'Assemblée Nationale, réunie à Vichy (596 voix contre 80).
11 juillet 1940. Pétain fonde l'État Français et prend le titre de chef de l'État.
12 juillet 1940. " L'Assemblée nationale donne tous pouvoirs au gouvernement de la République, sous l'autorité et la signature du maréchal Pétain, à l'effet de promulguer par un ou plusieurs actes la nouvelle COnstitution de l'État français. " Pétain est chef d'État et chef de gouvernement, il a les pleins pouvoirs législatifs et constituants.
13 juillet 1940. Pétain désigne son nouveau gouvernement ; Laval vice-président du Conseil.
13 juillet 1940. Promulgation de la directive no 15 d'Hitler qui fixe la stratégie de l'opération Otarie : détruire la R.A.F. avant l'invasion de l'Angleterre.
14 juillet 1940. Herschel Feidel Grynszpan, incarcéré à Toulouse, est livré par le gouvernement Pétain-Laval aux Allemands. Il est le premier Juif livré par l'État français aux nazis. Le 7 novembre 1938 Herschel Grynszpan se rend à l'ambassade d'Allemagne à Paris et tire à bout portant sur le secrétaire Ernst vom Rath.
16 juillet 1940. Les Allemands expulsent plus de 20 000 Juifs lorrains et alsaciens vers la zone non occupée.
17 juillet 1940. Exclusion de la fonction publique de tous les employés qui ne sont pas nés d’un père français.
17 juillet 1940. Scission au sein de l’Irgoun (Irgoun Zvaï Leoumi, ????? ???? ?????), sur le comportement à adopter en temps de guerre. La position officielle de l’Irgoun est " La guerre change la donne vis-à-vis de l’Angleterre ".
20 juillet 1940. En représailles à l'assassinat d'un policier allemand, les premières exécutions de Juifs en Pologne ont lieu.
22 juillet 1940. Loi portant révision des naturalisations obtenues après le 10 août 1927. Création par Alibert, ministre de la justice, d'une commission de révision des 900 000 naturalisations prononcées depuis 1927. Retrait de la nationalité pour 15 154 personnes devenues apatrides dont 6 307 Juifs.
30 juillet 1940. Loi " francisant" les administrations. (Une loi du 17 juillet limitait l'accès aux emplois publics aux citoyens "nés de père français").
Août 1940. Les premiers agents de la France libre débarquent en métropole pour monter des réseaux de renseignement.
02 août 1940. De Gaulle, traitre et déserteur est condamné à mort par contumace.
6 août 1940. Bernard Faÿ est nommé administrateur général de la BN. Il remplace Julien Cain qui est juif. Faÿ applique à la Bibliothèque nationale les règlements de Vichy : saisie des bibliothèques des Français déchus de leur nationalité, refus des lecteurs juifs, suspension des personnels juifs, etc. Il est nommé chef du Service des sociétés secrètes (SSS), chargé de classer les archives saisies dans les loges et de les utiliser pour la propagande anti-maçonnique : les francs-maçons seraient l'une des causes de la défaite de 1940, d'après l'Action française, ils auraient participé à un « complot » réunissant « le juif, le protestant, le maçon et le métèque ». Faÿ procure à l'ambassade d'Espagne des renseignements sur les loges républicaines espagnoles.
07 août 1940. 3 départements français de l'Est passent sous administration directe du Reich.
08 août 1940. Début de la bataile d'Angleterre.
13 août 1940. Eagle tag, jour de l'aigle. Début des bombardements massifs de l'Angleterre par la Luftwaffe, d'abord les aérodromes. La R.A.F. résiste avec courage fait sortir Goering de ses gonds qui sermone son monde. À la fin, demandant au général Galland, un de ses as, s'il a besoin de quelque chose, il s'attire cette réponse cinglante de Galland : " Oui Feldmarschall, donnez-moi une escadrille de Spitfire ".
13 août 1940. Loi pour l'interdiction des sociétés secrètes : " Toute association, tout groupement de faît, dont l'activité s'excerce même partiellement de façon clandestine ou secrète ". Saisie et séquestration des biens mobiliers et immobiliers, peine d'emprisonnement de 6 mois à 2 ans et amende de 5 000 à 16 000 Francs pour les membres. Obligation pour les fonctionnaires à une déclaration et un engagement d'honneur écrit de ne pas avoir appartenu à une société secrète ou d'avoir rompu toute attache avec elle. Ces lois s'inspirent partiellent des lois portugaise du 21 mai 1935 et espagnole du 1er mars 1940.
14 août 1940. Ordonnance allemande faisant obligation aux banques de déclarer les dépôts appartenant à des Juifs et mis en sûreté dans les territoires français occupés.
15 août 1940. La garde républicaine est rattachée à la préfecture de police de Paris.
16 août 1940. Loi limitant l'accès aux professions libérales aux citoyens "nés de père français".
21 août 1940. Léon Trotsky succombe au 2e attentat commis sur sa personne, à Mexico.
24 août 1940. La ville de Londres subit son 1er bombardement à cause d'une erreur de pilotage. Ce geste est lourd de conséquence pour la poursuite des opérations car les Anglais, en représailles, font de même sur Berlin ce qui met Hitler en furie, il ordonne d'abandonner l'attaque des aéroports de la R.A.F. et de se concentrer sur Londres ce qui sauve in extremis la R.A.F. qui est à bout de souffle. lVoir les actualités vichystes.
27 août 1940. Abrogation de la loi Marchandeau d'avril 1939 relative à l'interdiction des allégations racistes dans les organes de presse.
28 août 1940. Loi française annulant le décret-loi Marchandeau (du 21/04/1939) qui interdisait et sanctionnait la propagande antisémite.
Septembre 1940. Combat fratricide au large de Dakkar, entre les forces Vichistes et les Forces Françaises Libres du Général de Gaulle, pour le ralliement du Gabon.
03 septembre 1940. Loi relative aux mesures à prendre à l'égard des " individus dangereux " ; elle prolonge les dispositions du décret-loi du 18 novembre 1939.
06 septembre 1940. Roumanie. Mise en place d’un État National-Socialiste. Les SS version roumaine portent comme nom la garde de fer. Environ 300 000 Juifs seront assassinés.
06 septembre 1940. Les ministres parlementaires sont ejectés du gouvernement.
6 septembre 1940. Décret, signé du garde des Sceaux, Raphaël Alibert, qui prononce la déchéance de la nationalité française d'un certain nombre de personnes : outre le Baron Édouard de Rothschild, Philippe de Rothschild, Henri de Rothschild, Maurice de Rothschild, Robert de Rothschild, étaient également concernés par cette mesure Pierre Cot, Léon Stern, David David-Weill, Édouard Jonas, Henri de Kerillis, Geneviève Tabouis, Émile Buré, Giraud dit Pertinax et Élie-Joseph Bois.
10 septembre 1940. Loi limitant l'accès au barreau, au profit des citoyens " nés de père français ".
15 septembre 1940. Révocation de Laval qui est remplacé comme chef du gouvernement de Vichy par Flandin.
16 septembre 1940. États-Unis. Service militaire obligatoire.
17 septembre 1940. Instauration du rationnement alimentaire.
17 septembre 1940. Hitler diffère l'invasion de la Grande-Bretagne suite aux pertes subies par la Luftwaffe.
18 septembre 1940. Mesure limitant le nombre d'avocats juifs : "Nul ne peut être ou demeurer inscrit à l'ordre des avocats ou sur les listes de stage, s'il ne possède la nationalité française acquise, à titre originaire, comme étant né de père français".
23 septembre 1940. Début du débarquement des Japonais en Indochine.
23-25 septembre 1940. Bataille de Dakar ou Opération Menace. Echec du débarquement des forces britanniques et françaises libres.
27 septembre 1940. Berlin, signature du pacte tripartite entre le Japon, l'Italie, et l'Allemagne. (Archive INA, actualités de propagande).
27 septembre 1940. Ordonnance allemande sur le statut des Juifs en zone occupée et définissant la qualité de Juif. Recensement des Juifs (« fichier Tulard »), écriteau « Juif » sur les magasins tenus par des Juifs.« Sont reconnus comme juifs ceux qui appartiennent ou appartenaient à la religion juive, ou qui ont plus de deux grands-parents (grands-pères et grands-mères) juifs. Sont considérés comme juifs les grands-parents qui appartiennent ou appartenaient à la religion juive ». Ce n’est qu’en avril 1941 que l’occupant reprendrait la seconde branche de la définition légale vichyssoise, « sorte de cas de « relaps » par le mariage ». Le recensement a lieu par ordre alphabétique, de la lettre A le 3 octobre aux lettres W, X, Y, Z le 19 octobre. Il est terminé le 20 octobre, soit deux jours après la promulgation officielle du statut français du 3 octobre.
27 septembre 1940. Loi de Vichy qui permet d'interner tout étranger « en surnombre dans l'économie française » dans les groupements de travailleurs étrangers G.T.E.
Octobre 1940. Dans le département de la Seine, le recensement est effectué par les services de la préfecture de Police : 149 734 hommes, femmes et enfants juifs, dont 64 070 Juifs de nationalité étrangère, se font ainsi recenser durant le mois d’octobre, soit environ les neuf dixièmes des Juifs français et étrangers qui habitent alors la région parisienne.
Octobre 1940. Réunion du Camp d'Argelès : naissance de la résistance politique communiste espagnole en Zone sud.
01 octobre 1940. Vichy, loi sur le statut des Juifs.
03 octobre 1940. Premier statut des Juifs publié au Journal Officiel du 18 octobre 1940 après accord avec l'Allemagne. Les citoyens juifs français sont exclus de la fonction publique, de l'armée, de l'enseignement, de la presse, de la radio et du cinéma. Les Juifs « en surnombre » sont exclus des professions libérales. Le Juif est défini du point de vue racial : “ est regardé comme Juif toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race, si son conjoint lui-même est juif ”. Cette loi élimine les Juifs des organismes élus, des postes de responsabilité, de la fonction publique, l’armée, la magistrature, l’enseignement, la presse, la radio, le cinéma. Statut rédigé par Laval, Raphaël Alibert, garde des Sceaux, et Pétain. 1 064 instituteurs et professeurs juifs perdent leur poste (408 en zone occupée et 656 en zone libre).
04 octobre 1940. Loi sur le statut des Juifs étrangers donnant aux Préfets de la « zone libre » le pouvoir soit de faire interner en camps spéciaux, soit d’assigner à résidence forcée « les ressortissants étrangers de race juive ». 40 000 Juifs étrangers sont internés en 1940-1941 dans la zone sud, les principaux camps de “l’anti-France” se situant dans le Midi méditerranéen et les Pyrénées. La loi française autorise les préfets à interner les Juifs dans des camps spécifiques. 9 000 ressortissantes allemandes et autrichiennes, dont 50 % de juives, sont internées par les Français au camp de Gurs avec leurs enfants. Ce décret dépasse le simple phénomène du contrôle des mouvements de populations en temps de guerre, en effet s’il se calque sur les dispositions de 1912, il vise bien l’éradication du nomadisme en France. Ce décret reste en vigueur près de dix mois après la fin de la guerre ; le camp d’internement pour Tsiganes de Poitiers n’a été liquidé qu’en décembre 1945 et les internés du camp d’Angoulême durent attendre le mois de mars 1946 pour être libérés. En octobre 1940, la France compte 26 camps en zone occupée et 15 en zone libre.
07 octobre 1940. Abrogation du décret Crémieux de 1871. La nationalité française est donc retirée aux Juifs d'Algérie. Après plus de 70 ans, les Juifs d’Algérie cessent d’être français. Il ne sera rétabli que le 21 octobre 1943.
07 octobre 1940. Zone occupée : aryanisation des entreprises. La Préfecture de Police communique : L’ordonnance du chef de l’Administration militaire en France, en date du 27 septembre, prescrit que tout commerce dont le propriétaire ou le détenteur est juif devra être désigné par une affiche. Cette désignation doit être faite au moyen d’une pancarte affichée à l’intérieur des entreprises ou des vitrines extérieures par une affiche spéciale. Elle doit avoir 20 centimètres sur 40 centimètres et porter, en caractères noirs sur fond jaune, l’inscription suivante : JUDISCHES GESHAFT ENTREPRISE JUIVE À la suite de cette mesure, on assiste à des manifestations d’affichage de réclames antisémites ; comme par exemple Lissac n’est pas Isaac, Ici café auvergnat 100 % etc. Le 14 avril 1941, la France Libre fait savoir, de Londres, que l'aryanisation des biens juifs sera annulée.
08 octobre 1940. Roumanie. Entrée des forces allemandes.
11 octobre 1940. Le Gouvernement de Vichy constitue les Groupes de Travailleurs Etrangers (G.T.E.)
12 octobre 1940. Hitler renonce à l'opération Otarie, l'invasion de l'Angleterre et la reporte au printemps 1941.
18 octobre 1940. Ordonnance allemande concernant les entreprises juives placées sous séquestre. Il s'agit de la deuxième ordonnance allemande relative à l’aryanisation économique imposant la nomination d’administrateurs en vue de dépouiller les Juifs de leurs biens. Le J.O donne les critères définissant le Juif. L’accès aux fonctions publiques, professions libérales, presse, théâtre, cinéma est réglementé.
18 octobre 1940. Le statut des Juifs paraît dans le journal officiel :
Nous, Maréchal de France, chef de l’État français, Le conseil des ministres entendu, Décrétons :
Art. 1er - Est regardé comme juif, pour l’application de la présente loi, toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race, si son conjoint lui-même est juif.
Art. 2 - L’accès et l’exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après sont interdits aux Juifs : (suit un certain nombre de fonctions qui vont du Chef de l’Etat (sic) à des postes dans les entreprises d’intérêt général, en passant par ceux d’inspecteurs généraux, de police, membres du corps enseignements, officiers…).
Art. 3 - L’accès et l’exercice de toutes les fonctions publiques autres que celles énumérées… (L’interdiction d’exercer certaines fonctions est appliquée avec zèle par certaines entreprises, ainsi, la S.T.C.R.P fait signer à chaque employé une feuille sous serment où il est écrit que pour travailler dans l’entreprise, il ne faut être ni juif, ni communiste, ni franc maçon et être français de vieille souche, s’engager à ne pas faire de propagande subversive, c’est-à-dire de propagande anti-nazie (témoignage de Louis Gallois, déporté résistant). Thèse de Pascal Fitzner, mémoire de Maîtrise d’Histoire, la S.T.C.R.P pendant la Seconde guerre mondiale, Université Paris 1 Centre de Recherches d’Histoire des Mouvements Sociaux et du Syndicalisme- 92/93).
Art. 5 : Les Juifs ne pourront sans condition ni réserve, exercer l’une quelconque des professions suivantes : profession libérale, commerciale, industrielle ou artisanale, agent immobilier, banquier, éditeur, rédacteur… à l’exception des publications de caractère strictement scientifique ou confessionnel…
Art.9 : les contrevenants (tout Juif qui aura soustrait ou aura tenté de se soustraire…) s’exposent à des peines d’emprisonnement de 6 mois à 5 ans et à des amendes de 500 francs à 20 000 francs. (On peut constater toutefois que le gouvernement de Vichy sait ménager ses intérêts, puisque les publications des scientifiques juifs n’étaient pas visées par ces mesures.)
Fait à Vichy, le 3 octobre 1940 Ph. Pétain, Pierre Laval, Raphaël Alibert etc.
18 octobre 1940. Parution, dans le journal officiel, du statut sur les Juifs étrangers :
Nous, Maréchal de France, chef de l’Etat français, Le conseil des ministres entendu, Décrétons :
Art. 1er - Les ressortissants étrangers de race juive pourront, à dater de la promulgation de la présente loi, être internés dans des camps spéciaux par décision du préfet du département de leur résidence…
Art. 3 - Les ressortissants étrangers de race juive pourront en tout temps se voir assigner une résidence forcée par le préfet de leur résidence…
Fait à Vichy le 4 octobre 1940
18 octobre 1940. Ordonnance allemande prévoyant le recensement des entreprises juives et leur imposant un administrateur. 30 000 sociétés sont mises sous tutelle.
19 octobre 1940. Les droits politiques sont retirés aux Juifs indigènes d'Algérie.
21 octobre 1940. Les Juifs sont révoqués des postes d’enseignants.
22 octobre 1940. Les Juifs de la zone occupée doivent faire mentionner « Juif » sur leur carte d’identité.
22 et 23 octobre 1940. Déportation des 7 700 Juifs de Bade, de la Sarre et d'Alsace vers la zone libre de la France où ils sont internés, à Gurs (Aktion Bürckel). Au total, 25 000 Juifs allemands sont ainsi internés dans les camps de la zone sud.
23 octobre 1940. Hendaye. Rencontre Franco Hitler. Pas d'alliance. (Voir les actualités vichystes.)
24 octobre 1940. Montoire-sur-le-Loir. Rencontre Pétain Hitler. (Voir les actualités vichystes)
27 octobre 1940. Brazzaville. De Gaulle crée le Conseil de défense de l'empire.
28 octobre 1940. L'Italie attaque la Grèce.
28 octobre 1940. En Belgique, l’occupation militaire allemande définit les Juifs selon les lois de Nuremberg.
30 octobre 1940. Pétain annonce l'entrée de la France dans " la voie de la collaboration ".
03 novembre 1940. Obligation pour les Juifs polonais du Gouvernement général de porter l'étoile jaune.
07 novembre 1940. Les Allemands commencent à expulser les Juifs du Luxembourg en Zone non occupée.
09 novembre 1940. Suppression des centrales syndicales.
11 novembre 1940. Les Britanniques attaquent le port de Tarente à la torpille et coulent trois cuirassés italiens.
Lundi 11 novembre 1940. Paris, peu avant 17 h 00, deux élèves de Janson de Sailly, Igor de Shotten et Dubost, déposent une grande gerbe en forme de croix de Lorraine sur la tombe du Soldat inconnu. Sur les Champs-Élysées, des groupes de jeunes de plus en plus nombreux convergent vers l'Arc de Triomphe. Les policiers français n'interviennent pas. D'abord silencieuse, la manifestation laisse bientôt échapper des acclamations faisant référence au général de Gaulle, et quelques drapeaux tricolores font leur apparition. La répression par la Wehrmacht commence à 18 h 00, une centaine d'arrestations, dont 90 lycéens et quelques blessés. Au total, environ 2 500 jeunes gens ont participé à ce qui fut l'une des premières manifestations collectives de résistance à l’Occupation.
15 novembre 1940. Le ghetto de Varsovie se referme sur 400 000 Juifs. Celui de Krakow sur 70 000 Juifs.
17 novembre 1940. Vichy promulgue une loi transférant la surveillance des camps d'internement au Ministère de l'Intérieur par l'intermédiaire des préfets territorialement compétents.
20-23 novembre 1940. Hongrie et Roumanie adhèrent au pacte Allemagne, Italie et Japon.
23 novembre 1940. Zone occupé. Arrété : L'administration des domaines deviend propriétaire des biens séquestrés.
25 novembre 1940. Le bateau français « Patria » à bord duquel 1 771 Juifs espèrent trouver refuge en Palestine mandataire, est arrivé au port de Haïfa. Les britanniques ont refusé les immigrés clandestins et décident de les envoyer sur l’île Maurice. La Hagana décide de neutraliser le bateau pour empêcher son départ vers l’île Maurice. Il mettent sur la coque une charge explosive qui sera trop forte et qui, au lieu d’endommager le bateau, le coulera purement et simplement, entraînant par le fond 257 personnes. Les survivants seront internés au camp d’Atlit, près de Haïfa.
Décembre 1940. A Vichy, à l'ambassade du Mexique, l'O.M.E. se transforme en service de renseignements.
13 décembre 1940. Révocation de Laval qui est remplacé comme chef du gouvernement de Vichy par Flandin.
15 décembre 1940. Transfert des cendres de l'Aiglon aux Invalides.
23 décembre 1940. Loi donnant tous pouvoirs aux préfets d'ordonner des mesures à prendre dans leurs départements à l'encontre des "étrangers indésirables".
24 decembre 1940. Bulgarie. Loi pour la protection de la nation. La définition du Juif n’incluait pas le Juif converti au christianisme, ce qui donne lieu à de nombreuses conversions fictives. L’opposition d’une partie de la classe politique, du clergé et d’une grande partie de la population place la Bulgarie dans le groupe des pays qui réussira à sauver presque tous ses Juifs. Sur 64 000 Juifs bulgares, 14 000 seront assassinés, principalement de Macédoine et de Thrace, où les règlements appliqués étaient différents.
29 décembre 1940. États-Unis. Roosevelt à la radio : " Nous devons être le grand arsenal des démocraties ".
1905/1939 - 1940 - 1941 - 1942 - 1943 - 1944 - 1945
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
32 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87