Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11299 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
2nd World War Europe animation

Repères chronologiques 1905 à 1945

1905/1939 - 1940 - 1941- 1942 - 1943 - 1944 - 1945

Code couleur : Alliés - Espagne - France - Allemagne - Neutres - URSS
01 janvier 1944. 80 000 Juifs vivent toujours dans le ghetto de Lodz.
10 janvier 1944. Gironde : rafle et convoi 12 Janvier 1944.
13 janvier 1944. Le secrétaire au trésor Henry Morgenthau propose à Roosevelt l’établissement d’une commission de secours.
20 janvier 1944. Départ du 66e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1155 déportés, 47 survivants en 1945.
21 janvier 1944. Première conférence d'Eisenhower avec les chefs militaires chargés de préparer le débarquement de Normandie. Le jour " J " approche.
22 janvier 1944. Le Président Roosevelt établit le Comité pour les Réfugiés de Guerre.
23 janvier 1944. Débarquement allié à Anzio. Malheureusement, l'effet de surprise fut perdu lorsque le général Clark demanda à ses troupes d'assurer leur tête de pont. Quand ils se mirent en marche, les Allemands avaient eu le temps de leur opposer les forces nécessaires pour les contenir. Ils réussirent même à les repousser jusqu'aux plages où ils furent sauvés par les canons de la marine.
23 janvier 1944. Les gendarmes laxistes envers le terrorisme sont sanctionnés par les préfets, ordonne Joseph Darnand.
27 janvier 1944. Le siège de Leningrad est enfin terminé. Il aura duré 872 jours et causé la mort de un million de personnes.
29 janvier 1944. A Cracovie, cinq polonais sont mis à mort pour avoir aidé des Juifs.
01 février 1944. Défilé des maquisards dans Lasalle (Gard) et dépôt de gerbes au monuments aux morts.
01 février 1944. Constitution des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI).
03 février 1944. Départ du 67e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1214 déportés dont 184 enfants, 26 survivants en 1945.
10 février 1944. Départ du 68e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1500 déportés, 42 survivants en 1945.
12 février 1944. Les Américains sont arrêtés près de la ville de Cassino, au pied du mont Cassin. Le siège de la plus formidable forteresse naturelle vient de commencer.
14 février 1944. Arrêté de Darnand ordonnant la participation des gendarmes dans les pelotons d'exécution de cours martiales.
23 février 1944. Un polonais et sa fille sont exécutés pour avoir aidé des Juifs.
24 février 1944. 200 des 800 prisonniers du Sonderkommando sont envoyés de Birkenau à Majdanek où ils sont tués. Les prisonniers du Sonderkommando accompagnaient les détenus vers les chambres à gaz puis, quand les prisonniers avaient été gazés, les déshabillaient et évacuaient les corps vers les crématoires où ils étaient brûlés. Certains membres du commando étaient chargés de tondre les cheveux. Un dentiste passait et arrachait les dents en or. De temps à autre, un prisonnier du Sonderkommando reconnaissait l’un de ses proches parmi les victimes. C’est ainsi qu’ils transmettaient aux autres détenus de nombreuses informations, qui était vivant et qui ne l’était plus. Leur espérance de survie était particulièrement courte.
27 février 1944. Vichy nomme Charles du Paty de Clam commissaire général aux Questions Juives en remplacement de Darquier de Villepoix.
01 mars 1944. Le comité pour les réfugiés de Guerre organise l’évacuation de 1 200 réfugiés juifs de Roumanie, à bord de bateaux bulgares.
02 mars 1944. A Birkenau, un représentant de la Croix Rouge rencontre 3 860 détenus, vivant dans des « quartiers de famille ». Le représentant n’est pas autorisé à voir les autres détenus. 5 jours plus tard, ils sont tous gazés.
05 mars 1944. Le poète Max Jacob meurt à Drancy, en attente de déportation.
07 mars 1944. Départ du 69e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1501 déportés, 20 survivants en 1945.
08 mars 1944. 37 Juifs sont dénoncés comme vivant dans le ghetto de Varsovie. Parmi eux Emmanuel Ringelblum, historien et auteur d’une chronique détaillée du ghetto de Varsovie. Torturé des jours durant, il n’avouera pas où sont ses notes. Avec sa femme et son fils de 13 ans, il sera exécuté.
18 mars 1944. L’Allemagne envahit la Hongrie comme résultat de l’approche de l’Armée Rouge. On estime qu’il y a environ 750 000 Juifs en Hongrie. L’amiral Miklós Horthy de Nagybánya, qui collabore avec le Reich, ne veut pas livrer tous les Juifs de Hongrie à l’Allemagne. Il accepte d’en fournir 100 000 qui doivent servir à l’effort de guerre allemand.
19 mars 1944. La Gestapo commence ses activités en Hongrie, arrêtant des médecins juifs et rançonnant de riches familles juives.
26 mars 1944. Haute-Savoie. Les troupes allemandes et les miliciens français attaquent les résistants du plateau des Glières.
27 mars 1944. Avec l’approche de l’Armée Rouge, les allemands entreprennent des actions de liquidation des ghettos de Riga, Vilna et Kovno. Dans cette dernière ville, des centaines d’enfants sont assassinés. certains parents empoisonnent leurs enfants pour leur éviter un tel sort.
27 mars 1944. Départ du 70e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 125 survivants en 1945.
01 avril 1944. Sur le site d’exécution de Ponar, 68 000 corps ont été exhumés et brûlés. Un des prisonniers attelé à cette tâche, Itshak Doguim, reconnaît parmi les victimes sa femme, 3 sœurs et 3 nièces.
05 avril 1944. Les Juifs hongrois sont obligés de porter une étoile jaune.
06 avril 1944. Les 44 enfants cachés dans la maison d'Izieu (où ont été cachés des centaines d'enfants de mai 1943 à avril 1944) sont arrêtés avec leurs 7 éducateurs, sur les ordres de Klaus Barbie, chef de la gestapo à Lyon. Ils sont envoyés à Auschwitz. Une seule adulte reviendra.
08 avril 1944. Une salve de 324 coups de canons marque l'arrivée de l'armée rouge en Roumanie et en Tchécoslovaquie.
13 avril 1944. Départ du 71e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1500 déportés, 105 survivants en 1945.
15 avril 1944. 40 prisonniers sur le site de Ponar tentent de s’enfuir par un tunnel qu’ils ont creusé. 25 sont tués et 15 parviennent à s’échapper. Les 25 qui n’ont rien tenté sont tués avec les autres.
19 avril 1944. Premières déportations de Hongrie vers Birkenau.
21 avril 1944. Démission du Général Giraud. Bombardement allié sur Paris. Ordonnance du CFLN sur l'organisation des pouvoirs publics en France libérée.
22 avril 1944. Grande rafle de Rodez : 38 personnes sont arrêtées, 5 survécurent.
29 avril 1944. Départ du 72e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1004 déportés, 37 survivants en 1945.
30 avril 1944. 2 000 Juifs sont transportés de Topolya en Hongrie vers Birkenau. Les SS leur demandent d’écrire à leur famille pour les rassurer.
Mai 1944. Le XIVe Corps se transforme en " Agrupación de Guerrilleros Españoles ". Chefs : Luis Fernandez et Juan Blasquez. Zone pyrénéenne : 3 000 guérilleros.
01 mai 1944. Le Comité pour les Réfugiés de Guerre met en place le premier camp de réfugiés à Fedala, en Afrique du Nord.
01 mai 1944. Épidémie de Typhus dans le camp de Bergen-Belsen.
01 mai 1944. Le Comité pour les Réfugiés de Guerre met en place le premier camp de réfugiés à Fedala, en Afrique du Nord.
01 mai 1944. Le « rendement » de Birkenau est porté à son maximum et atteint 12 000 personnes gazées par jour. De nombreux trains arrivent de Hongrie à Birkenau.
10 mai 1944. Bordeaux, convoi de déportés politiques (trois jours avant le convoi des Juifs) : plus de 500 personnes, dont 14 policiers, vont partir vers Compiègne et Neuengamme. Les 2/3 ne reviendront pas des camps.
13 mai 1944. Bordeaux. 58 Juifs quitte Bordeaux pour le camp de Drancy.
15 mai 1944. Départ du 73e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Kaunas : 878 déportés, 16 survivants en 1945.
20 mai 1944. Départ du 74e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1200 déportés, 157 survivants en 1945.
25 mai 1944. Le représentant allemand à Budapest, le général Edmund Veesenmayer, rapporte que 138 870 Juifs ont été déportés durant les 10 derniers jours. Dans les 6 jours qui suivent 60 000 Juifs seront encore déportés.
27 mai 1944. Rios, ex chef du XIVe Corps meurt de ses blessures à Foix, après avoir été abattu par la Milice, à Gudas, près de Foix.
28 mai 1944. Combat de la Parade (Lozère).
30 mai 1944. Départ du 75e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1000 déportés, 85 survivants en 1945.
01 juin 1944. Appels de la résistance Slovaque en Suisse pour le bombardement des routes qui mènent à Auschwitz.
01 juin 1944. Le Département à la Guerre refuse d’approuver le bombardement des voies ferrées menant d’Hongrie à Birkenau.
01 juin 1944. Le message suivant est diffusé aux français par la BBC : " Les sanglots longs des violons de l'automne ".
01 juin 1944. Le Président Roosevelt permet à 1 000 Juifs réfugiés d’Italie de venir dans un camp aux États-Unis
03 juin 1944. Suite aux négociations entre Eichmann et Kastner, sur la possibilité d’échanger la vie de 400 000 Juifs contre 40 000 camions, Eichmann répond à Kastner : « je dois nettoyer les villes de province des ordures juives. Je dois retirer les Juifs de ces provinces. Je ne peux pas jouer le rôle du sauveur des Juifs ». La négociation n’aboutira pas.
03 juin 1944. Le CFLN devient le Gouvernement provisoire de la République française.
05 juin 1944. Message de la BBC : " Blessent mon cœur d'une langueur monotone. " C'est le signal que le débarquement de Normandie débutera dans les 24 heures. La résistance doit commencer les opérations de sabotages.
06 juin 1944. D Day. Le débarquement : " Ils arrivent ". La plus forte armada jamais assemblée est lancée à l'aube contre la forteresse Europe et le mur de l'Atlantique qu'on dit imprenable. C'est en Normandie que les alliés ont choisi de frapper.
06 juin 1944. D Day. Le débarquement : " Ils arrivent ". La plus forte armada jamais assemblée est lancée à l'aube contre la forteresse Europe et le mur de l'Atlantique qu'on dit imprenable. C'est en Normandie que les alliés ont choisi de frapper.
06 juin 1944. Les allemands déportent 1 795 Juifs de l’île grecque de Corfou. Arrivés à Birkenau le 30 juin, 1 500 seront gazés immédiatement.
07 juin 1944. Pierre Cros et René Dez : résistants contre l'occupation allemande, membres du Maquis de Fontjun, arrêtés, torturés puis fusillés le 7 juin 1944 au Champ de Mars à Béziers (Hérault).
08 juin 1943. Regroupement des brigades de gendarmerie aux chefs-lieux d'arrondissement ou de département.
08 juin 1944. La division SS " Das Reich " quitte Montauban.
09 juin 1944. Tulle. Massacre de 99 habitants de la ville de Tulle reprise par la division Das Reich qui accusent les FTP d'avoir exécuté des blessés. (Archives INA)
10 juin 1944. Les SS massacrent 642 civils à Oradour sur Glane.
13 juin 1944. Les Allemands mettent en action une nouvelle arme : le V-1. 10 fusées sont lancés sur l'Angleterre et 4 l'atteignent.
14 juin 1944. De Gaulle arrive en Normandie.
16 juin 1944. Au ghetto de Lodz, les allemands lancent un appel à des volontaires pour un travail en dehors du ghetto. Les volontaires sont en réalité destinés au camp d’extermination de Chelmno. Déportation de 9 000 Juifs du ghetto de Lodz.
27 juin 1944. Le GPRF fixe par ordonnance les règles de l'épuration administrative.
28 juin 1944. Philippe Henriot, secrétaire d'État à la propagande, est abattu par la Résistance.
01 juillet 1944. Expériences d'inoculation de la tuberculose dans le camp de Neuengamme.
01 juillet 1944. 1 000 Juifs sont transférés de Birkenau en Allemagne pour y travailler.
02 juillet 1944. A l’approche de l’armée rouge, 1 800 Juifs sont amenés de Vilna à Ponar où ils sont tués.
03 juillet 1944. Occupation de Lavelanet (Ariège) par les Guérilleros et les F.T.P.
07 juillet 1944. Georges Mandel, ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement Reynaud, est exécuté par la Milice.
08 juillet 1944. Suite à des pressions exercées par le Pape, le roi de Suède et la Croix Rouge, la déportation des Juifs de Hongrie cesse. 437 000 Juifs ont été déportés. 170 000 sont encore vivants.
09 juillet 1944. Raoul Wallenberg, consul de Suède à Budapest, fournit un visa pour 630 Juifs hongrois.
12 juillet 1944. Au village de l’Espérou (Gard), les maquis Armée Secrète d’Ardaillès et de Lasalle fusionnent : c’est la naissance du maquis Aigoual-Cévennes, le plus puissant des Cévennes. Dès lors, il compte plus de 400 hommes. Ce maquis est renforcé par l’arrivée de gendarmes de plusieurs brigades, qui le rejoignent les 7 et 8 juin 1944 (brigades d’Anduze, de Lasalle, de Lédignan, de Saint-Hippolyte-du-Fort et de Sumène).
12 juillet 1944. 8 000 Juifs sont pris du ghetto de Kovno à Strutthof.
16 juillet 1944. Radio-Londres dénonce la responsabilité de Vichy dans les déportations.
17 juillet 1944. Occupation de Carmaux (Tarn).
17 juillet 1944. Départ du dernier convoi de Drancy pour Auschwitz.
18 juillet 1944. Les Juifs des îles grecques de Rhodes et de Cos sont envoyés en Hongrie pour y être déportés.
20 juillet 1944. À Rastenburg, quartier général d'Hitler, une bombe vient d'exploser. Hitler s'en tire miraculeusement, sauvé par un gros pied de table de chêne qui se trouvait entre lui et la bombe déposée là par le colonel Von Stauffenberg. Il déclenchera des représailles terribles pour se venger et exigera dorénavant le salut nazi. De plus, les officiers devront laisser leurs armes à sa garde SS ainsi que leurs porte-documents avant d'être admis en sa présence.
20 au 22 juillet 1944. Attaque du Corps Franc de la Montagne noire par d'importantes forces allemandes. Dispersion provisoire du CFMN.
21 juillet 1944. Le GPRF nomme le lieutenant-colonel Girard à la tête de la nouvelle direction de la gendarmerie nationale.
21 juillet 1944. Bataille de la Crouzette (Ariège).
21-23 juillet 1944. Anéantissement du maquis du Vercors par les Allemands.
24 juillet 1944. 1 500 Juifs sont envoyés à Birkenau, de Sarvar en Hongrie.
24 juillet 1944. Les soviétiques libèrent le camp de Majdanek (Lublin).
29 juillet 1944. Occupation de Prades (Pyrénées-Orientales).
31 juillet 1944. Manifestation à Madison Square Garden autour de la question des Juifs de Hongrie.
31 juillet 1944. Un train quitte Paris avec à son bord 300 enfants déportés.
Août 1944. Les Guérilleros participent à la libération de la zone pyrénéenne.
01 août 1944. Sous la pression du comité pour les réfugiés de guerre, la Bulgarie abolit les lois anti-juives.
01 août 1944. Arrivée de la 2e DB à Utah Beach.
01 août 1944. 982 réfugiés, juifs pour la plupart, arrivent à Fort Ontario, près de New York.
03 août 1944. Au camp de Strassenhof, 2 400 Juifs sont assassinés dans un crématorium improvisé.
07 au 30 août 1944. Les 67 000 Juifs restants du ghetto de Lodz sont envoyés à Birkenau. 600 seulement survivront.
11 août 1944. Départ de l'avant-dernier convoi non numéroté de déportation des Juifs de France, de Lyon vers Auschwitz : 1 200 déportés, 157 survivants en 1945.
14 août 1944. Le département américain à la guerre écrit que le bombardement d’Auschwitz provoquerait une diversion des forces de l’air " d’autres opérations décisives ".
14 août 1944. 270 gendarmes de l’Hérault conduits par leur commandant départemental, Colonna d’Istria, se mettent à la disposition du maquis Aigoual-Cévennes avec véhicules, armement et munitions.
15 août 1944. La 1re Armée Française (pour 80 %) et les Forces Américaines débarquent en Provence au son du chant des Africains. (Archive INA).
15 août 1944. Dernier convoi de déportation depuis Clermont-Ferrand.
16 août 1944. Paris, 35 résistants sont exécutés par les allemands à la cascade du bois de Boulogne.
17 août 1944. Départ du dernier convoi (non numéroté) de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Buchenwald : 51 déportés, 35 survivants en 1945.
19 août 1944. La 3e Brigade libère Foix.
19 août 1944. Paris est enfin libéré après plus de quatre ans d'occupation. L'honneur en ai donné au général Leclerc qui y fait une entrée triomphale ainsi que le général de Gaule malgré la présence de francs tireurs.
19 août 1944. Libération de Toulouse, Albi et Castres.
20 août 1944. 127 avions lâchent des bombes dans la zone industrielle d’Auschwitz, à moins de 8 kilomètres des chambres à gaz.
20 août 1944. La 3e Brigade participe à la libération de Saint-Girons. Bataille de Prayols.
21 et 22 août 1944. La 3e Brigade et la 5e Brigade participent à la bataille de Rimont-Castelnau-Durban contre la Légion du Turkestan.
22 Août I944. Arrêté. Le Commissaire Régional de la République de Marseille crée, à titre provisoire au début, les FRS (Forces Républicaines de sécurité). Il semble que ce soit le souci d'assurer un salaire aux différents mouvements officiellement reconnus de la Résistance et le désir de créer une force de maintien de l'ordre suppléant aux carences des Polices Urbaines et de la Gendarmerie qui a motivé cette création.
23 août 1944. La Roumanie se rend aux alliés.
23 août 1944. Le CFMN attaque au Pont de la Mouline, près de Murat, la colonne de la FLAK qui venant de Toulouse se dirige vers le Rhône après avoir occupé Albi les 21 et 22 août. C'est le dernier combat dans le Tarn.
23 août 1944. Libération de Nîmes par les FTP. 
24 août 1944. Les Allemands quittent Sète, chassés par les bombardements alliés sur le port et la raffinerie.
25 août 1944. Entrée de la 2e DB à Paris. Paris est libérée. Au total, de mars 1942 à août 1944, 75 721 Juifs auront été déportés de France, dont 11 000 enfants.
25 août 1944. Maillé (37) - 124 habitants de Maillé sont assassinés, les maisons et le bétail détruits sous le commandement du sous-lieutenant Gustav Schluter, alors que Paris est libérée.
28 août 1944. De Gaulle dissout les FFI.
31 août 1944. Eichmann ordonne la déportation de 8 975 Juifs slovaques à Birkenau.
Septembre à décembre 1944. Invasion manquée de l'Espagne (épisode du Val d'Aran).
01 septembre 1944. Jour d'émoi pour l'armée canadienne. Ils ont l'honneur de s'emparer de Dieppe, théâtre de leur défaite en août 1942. Ils défileront la tête haute, au pas, avec la musique militaire les accompagnant à travers les rues de la ville.
08 septembre 1944. La Bulgarie se joint aux alliés.
09 septembre 1944. A Chelmno, un inventaire fait état de 775 montres-bracelet et 550 montres-gousset prises sur les déportés de Lodz depuis juillet.
09 septembre 1944. France - Dissolution de la garde personnelle du chef de l'État.
09 septembre 1944. Formation en France d'un gouvernement d'unanimité nationale.
10 septembre 1944. Une Jeep américaine est la première à traverser la frontière franco-allemande à Aix-la-Chapelle.
13 septembre 1944. Des bombardiers américains lâchent des bombes sur la zone industrielle d'Auschwitz, à quelques kilomètres des chambres à gaz.
14 septembre 1944. Le Général de Gaulle s'adresse aux Lyonnais depuis le balcon de l'hôtel de ville libérée. (Archive INA).
15 septembre 1944. 1 500 jeunes garçons sont pris au bloc des enfants. Le lendemain, veille de Rosh Ha Shana, ils sont envoyés dans les chambres à Gaz.
17 septembre 1944. Opération Market Garden qui consiste à s'emparer des ponts menant au Rhin avec des troupes aéroportées. Les alliés échouent à Arnhem où des divisions SS sous le commandement de Model sont au repos. Les paras n'ont que des armes légères à opposer aux blindés. Les renforts qui doivent les atteindre sont retardés et c'est le massacre. Moins du quart des effectifs réussit à s'en sortir.
17 septembre 1944. A l’approche des soviétiques, les allemands ordonnent l’évacuation du camp de Bor, peuplé surtout de Juifs hongrois. Sur 5 000 Juifs participant à cette marche de la mort, seuls 9 survivront.
17 septembre 1944. À Toulouse, le Général de Gaulle félicite et remercie les guérilleros
25 septembre 1944. Yom Kippour à Birkenau. 2 000 garçons se voient promettre une ration supplémentaire de pain. En réalité, 1 000 seront sélectionnés par Mengele pour aller dans les chambres à Gaz.
28 septembre au 04 octobre 1944. Gazage de plusieurs milliers de Juifs, transférés de Theresienstadt à Birkenau.
01 octobre 1944. Fin. Au crématorium III, les allemands brûlent les évidences de leur crime. Des milliers de Juifs sont évacués en dehors du camp dans des marches forcées ou des milliers mourront de faim et de froid.
03 octobre 1944. Les Américains enfoncent la ligne Siegfried au nord d'Aix-la-Chapelle
07 octobre 1944. Révolte des Sonderkommandos à Birkenau. Le premier à se révolter est le Sonderkommando du crématorium IV suivit par celui du II.
15 octobre 1944. La mort de Rommel est annoncé comme étant survenu des suites de ses blessures en Normandie. Nous savons aujourd'hui que c'est Hitler qui a ordonné son " suicide " pour sa présumée participation au complot du 20 juillet.
15 octobre 1944. Les allemands vident le ghetto de Cracovie. Parmi les évacués, 600 Juifs travaillant dans l’usine d’Oscar Schindler. Envoyés au camp de Gross Rosen, Schindler les en fait sortir en expliquant l’importance qu’ils requièrent pour son usine. Schindler sauvera aussi 300 Juifs qui travaillaient dans son usine et ont été envoyés à Auschwitz.
19 octobre 1944. L'armée russe fait son entrée en Prusse orientale.
22 octobre 1944. 25 000 Juifs sont déportés de Budapest.
23 octobre 1944. Les hongrois acceptent d’envoyer 25 000 autres Juifs pour du travail forcé en Allemagne. Le consul Suisse Charles Lutz en sauve des milliers, en accordant des passeports collectifs et des cartes de protection. Ce même Charles Lutz parviendra à obtenir la création d’un « ghetto international » de plusieurs bâtiments, placés sous sa protection, ce qui permettra de sauver de nombreux Juifs encore.
28 octobre 1944. Arrivée du dernier transport de Theresienstadt à Birkenau avec 2 038 Juifs. 1 589 sont gazés.
28 octobre 1944. Décret portant dissolution des milices patriotiques.
31 octobre 1944. Les chambres à gaz de Birkenau ont cessé leur activité.
06 novembre 1944. Des milliers de Juifs hongrois sont évacués à pied de force vers l’Autriche.
18 novembre 1944. A Dachau, les Juifs d'Eretz Israël parachutés derrière les lignes allemandes pour aider la résistance, sont tués : Enzo Séréni, Aviva Reik, Rafi Reiss, Svi Ben Yaakov.
23 novembre 1944. Strasbourg, libération. (Archive INA).
25 novembre 1944. Le crématoire II de Birkenau est démonté, ses restes sont brûlés.
28 novembre 1944. A Budapest, un gang fasciste attaque un hôpital juif, en tuant 28.
01 décembre 1944. Épidémie de typhus à Dachau.
01 décembre 1944. Les crématorium et les chambres à gaz de Birkenau sont détruits.
02 décembre 1944. Un gang fasciste attaque un bâtiment sous protection suisse abritant des Juifs. 3 juifs sont tués.
10 décembre 1944. Signature du pacte franco-soviétique. (Archive INA).
11 décembre 1944. Hannouka à Monowitz (plus grand camp de travail auxiliaire d’Auschwitz), les 2 000 survivants allument des bougies en souvenir des 12 000 qui ont péri.
16 décembre 1944. À 5 h 30, Hitler lance l'opération " brouillard d'automne " : l'attaque des divisions Panzer dans les Ardennes en direction du port d'Anvers dans le but de couper les armées alliées en deux et répéter l'exploit de 1940. Les fonds de tiroir ont été grattés pour cette opération et Hitler y joue son va tout. Il sera arrêté autour de Bastogne. Les alliés se remettant de la surprise et le beau temps revenant, les forces aériennes alliés reprirent le contrôle et repoussèrent les Allemands sur leurs lignes de départ. Le général Patton y fut pour beaucoup dans ce revirement en demandant à sa troisième armée de faire un tour à 90 degrés et de monter au secours des défenseurs de Bastogne qui avaient répondu à l'ultimatum allemand par le célèbre " nuts " des noix.
1905/1939 - 1940 - 1941 - 1942 - 1943 - 1944 - 1945

Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018