Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
115 annonces de recherche

39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de communes
95 départements et l'étranger
1226 lieux d'internement
736 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4244 Justes de France
916 résistants juifs
14114 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1293 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Lozère

Région :
Occitanie
Département :
Lozère

Préfets :
(27/09/1941 - 22/08/1944)
Charles Daupeyroux
(18/07/1939 - 27/09/1941) Préfet de la Lozère
Pierre Olivier de Sardan
(1941 - 1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
Henri Cordesse
(22/08/1944 - 24/09/1946) Préfet de la Lozère

À lire, à voir…

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Henri Cordesse Henri Cordesse
Histoire de la résistance en Lozère 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Geneviève Dreyfus-Armand Geneviève Dreyfus-Armand
Septfonds, 1939-1944. Dans l'archipel des camps français

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 
[Ajouter un ouvrage]

Institution religieuse

Description : Centre d’hébergement

La Providence
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Mende
Texte pour ecartement lateralCommune : 48000 Mende
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

La-Providence
Photo de la cour
source photo : Institution Notre Dame de la Providence
crédit photo : D.R.
Direction : Chanoine Joseph Caupert*
Personnel : Augustine Brugeron (Mère Marie-Rose)
Marie-Rose Hermantier* (Soeur Marie-Émilienne)

Histoire

C’est après la Révolution et dans un contexte de Restauration et de réveil religieux, sous Napoléon Bonaparte, que la Providence trouve ses origines. Durant cette période, de nombreuses sociétés de bonnes œuvres sont créés et des missions populaires sont organisées. Le 12 Octobre marque le début de ce qui allait devenir la Congrégation de la Providence, sous l’impulsion du Prêtre Chapelle, Rose Bourrillon et Victoire Bergounhe. La volonté était de créer une association pour accueillir des orphelines. A la recherche d’une maison à louer sur Mende, le choix se porte sur une ancienne maison bourgeoise, ayant appartenu à la famille Randon de Giraldès. Elle est située à l’écart de la ville, à proximité des bois du Mont Mimat et possède un jardin et une source abondante. Elle avait servi au cours de son histoire de refuge mais également de lieu d’asile pour les prêtres. L’association est alors composée de volontaires consacrés à la cause des orphelines et repose sur la charité et les dons. 

Monseigneur La Brunière, à la tête du siège du Mende depuis 1822, est de par son action personnelle envers la Providence, considéré comme l’un de ses fondateurs. Le 26 Août 1823, Rose Bourillon achète la demeure de la Vabre par ses propres moyens, sous les conseils de Monseigneur La Brunière, et entreprit également des réparations. Le projet prévoit également de créer une communauté religieuse autour de l’association. C’est la naissance de la Congrégation de la Providence, la “Providence” des orphelines. 

La loi Guizot du 28 Juin 1933 consistait en une réorganisation de l’enseignement primaire et primaire supérieur. Mère Giral, alors responsable de la Providence, tira parti de ces réformes afin de former les orphelines. En 1864, Mère Giral prend en charge un ouvroir, rue de la Chicanette, dans lequel on apprenait à de jeunes apprenties la broderie au tambour. Certaines orphelines ont l’opportunité de l’intégrer afin de travailler et de se former.

Malgré l’étroitesse de la demeure de la Vabre, le nombre d’enfants accueillis augmente. Cependant, Mère Giral, entièrement dédiéé à la cause des orphelines, ne peut se résoudre à refuser des demandes. De nouveaux travaux d’aménagements sont impossibles, car la maison est entouré de constructions voisines. La Providence est donc à la recherche d’un nouvel emplacement, et le trouva en 1867 en faisant l’acquisition d’un lieu familier : l’ouvroir situé rue de la Chicanette, ainsi qu’un jardin adjacent. Les travaux d’aménagement s’achèvent l’année suivante. La nouvelle maison-mère se compose de deux bâtiments en forme de U, entourant une cour et un jardin. Des aménagements intérieurs sont également entrepris, dont la récupération de l’eau de source de la Vabre. Des événements inattendus viendront toutefois retarder cette installation…

La guerre de 1870 éclate en France. Les nouveaux locaux de la Chicanette sont réquisitionnés d’abord en tant que magasin d’habillement, avant de devenir une caserne. Une fois la paix revenue, la maison fut rendue à la Providence, dans un mauvais état. Il a donc fallu entreprendre de nouveaux travaux de réparation avant de pouvoir prendre possession des locaux. Un changement dans la direction conduit à l’utilisation de la maison comme séminaire. En effet, le petit séminaire de Chirac est transféré sur Mende dans les locaux neufs de la Chicanette, en attendant l’aménagement du bâtiment de la Vernède, qui deviendra par la suite le lycée Chaptal. Après le décès de Mère Giral, sa succession est confiée à Mère Touzéry, orpheline qui a dédié sa vie à des enfants ayant vécus les mêmes difficultés qu’elle durant son enfance.

Après 60 ans de service et de dévouement au sein de l’orphelinat, les noces de Diamants avec la Providence sont célébrés en l’honneur de la Révérende Mère Touzéry. Sera également inauguré à son honneur l’oratoire, toujours présent dans la cour de la Providence, qui abrite une statue en bronze de la vierge immaculée. Elle fut décorée en 1931 au grade de chevalier de la légion d’honneur.

L’achat d’une maison voisine permit de construire un immeuble moderne pouvant accueillir les enfants et les différents services de l’association. La première pierre fut posée le 10 Juillet 1937. Naît alors le projet d’organiser des colonies durant l’été pour les enfants de la Providence. La congrégation se met alors en quête d’acquérir une maison de campagne, avec un grand terrain pour pouvoir organiser des activités de plein-air. Le sénateur Louis Bringer, dont la femme, accueillie à l’orphelinat durant sa jeunesse et attachée à la cause, viennent alors en aide à l’association. En effet, ils mettent à leur disposition leur propriété, le Château du Boy, situé dans la vallée du Valdonnez, et son terrain adjacent. L’origine de la bâtisse remonte au moyen-âge, d’un domaine agricole ensuite fortifié, avant de devenir au XVIIIe siècle une splendide résidence surnommée “Petit Versailles” en raison de sa forte inspiration architecturale. Il perdit ensuite de sa superbe jusqu’à devenir une simple dépendance de la ferme du Boy. Une équipe de soeurs se chargera de rénover et rafraîchir l’intérieur. Les enfants peuvent à présent profiter de la campagne accueillante et des forêts vertes du Valdonnez durant les vacances d’été.  

09/01/2022
Lien : Institution Notre Dame de la Providence

[Compléter l'article]

La Seconde Guerre mondiale à La Providence

La Guerre est déclarée en 1939.

La maison de La Providence de Mende et le Château du Boy de Lanuéjols se mutent en centres d’hébergements.

Mende, des réfugiés sont accueillis, notamment des enfants séparés de leur famille.

Au Boy, une unité sanitaire d’un millier d’hommes y est repliée jusqu’en 1940. Les enfants pourront donc y retourner pour leurs vacances.

Durant l’été 1941, le Château du Boy accueillit des centaines de fillettes venues de toute la France. Ces séjours, au sein de la campagne du Valdonnez, génèrent d’importants bienfaits sur le moral, le bien-être et la santé des enfants. Ces résultats poussent la congrégation à maintenir un fonctionnement permanent du Boy. Il servit dès 1951 de Préventorium pour jeunes filles, sous l’impulsion du Chanoine Joseph Caupert* et Mère Marie-Rose (Augustine Brugeron)  Il évolua en centre de traitement de l’asthme infantile. 

Le Père Joseph Caupert* est aumônier de la communauté de La Providence depuis 1933. Il se consacre entièrement à la cause des orphelines dont il est désormais en charge.

Durant l’occupation, il demande à la Mère Supérieure Augustine Brugeron (Mère Marie-Rose) de cacher des enfants juives. Quatre personnes sont au courant de cette opération, dont le Père Joseph Caupert*, la mère supérieure Augustine Brugeron (Mère Marie-Rose) et deux religieuses  dont Marie-Rose Hermantier* (Soeur Marie-Émilienne). Une cachette est alors aménagée au sous sol afin de pouvoir échapper à une rafle.

Parmi la quinzaine d’enfants juives accueillies par La Providence, certaines ont été simplement de passage dans l’attente que leur famille puisse organiser un départ ou se cacher, et d’autres sont restées après la fin de l’occupation.

En 1997, à l’initiative de Gaby Hochman, faisant partie des accueillies, une plaque est inaugurée en l’honneur du Père Caupert et des trois soeurs, présente sur la façade de l’actuelle Maison-Mère rue de la Chicanette. 

09/01/2022
Lien : Institution Notre Dame de la Providence

[Compléter l'article]

1 Familles hébergées, cachées ou sauvées La Providence [Compléter]
16/10/1943 / 14/12/1944
Famille Hochman - Annie née en 1930 et Gaby née en 1941

Familles arrêtées (La Providence) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Le site d'Anny Bloch (A lire, entre autres : le refuge cévenol (1940-1944), hommage aux habitants de Vialas et hommage au pasteur Boegner*, 22 août 2012 )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal


Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2022