Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
769 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
709 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11664 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Zysman Wenig



 
Paris 75003 - Paris
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Zysman-Wenig
Photos de Zysman Wenig et Khayè
source photo : Coll. Wenig
crédit photo : D.R.
Zysman-Wenig
Jacques, Zysman Wenig, Khayè et Roger, en 1946
source photo : Coll. Wenig
crédit photo : D.R.
Zysman-Wenig
Photos de Zysman Wenig et Khayè
source photo : Coll. Wenig
crédit photo : D.R.
Histoire

Le couple Marie* et Charles Monnier*, sans enfants, résidait à Beauchamps (Somme). Charles Monnier* était garde-champêtre. 

En 1938, Marie Monnier* avait pris en nourrice Jacques Wenig, petit parisien de 2 ans et de santé fragile. 

Zysman Wenig est né le 15 janvier 1913 à Kònskie (un petit village à 20 Kms de Lodz) de Israël Isaac Wenig et Esther Rivka Erenstein. Il est le dernier d'une fratrie de 7 enfants dont 3 mourront en bas âge. Il vit à Konskie jusqu'à 4 ans, au moment du décès de sa mère puis à Przed Bòrz jusqu'à 8 ans. 
Son père se remarie en 1923 et la famille déménage à Lodz en laissant Zysman et Perla (sa soeur aînée) au village pour liquider les affaires. Il commence à travailler avec son père à l'âge de 8 ans dans la cordonnerie. A dix ans, il va une ou deux années à l'école de Lodz, en demi-journées. Son père quitte sa femme et comme il n'a plus de maison, il met son fils (il a alors 13 ans) à la rue et le place dans une usine où il reste la nuit comme gardien. Il travaille l'après-midi comme apprenti chez un tailleur. Le tailleur décède et Zysman part travailler chez un ouvrier qualifié. 
La saison pour l'activité de tailleur pour dame étant très courte, il est obligé de multiplier les petits boulots en morte saison: il est tour à tour boulanger (ça ne dure pas longtemps car il s'endort la nuit!), distributeur de prospectus pour une cartomancienne qui l'emploie aussi comme "bonne à tout faire" en échange de nourriture, rabatteur pour un magasin de tissus... Le peu qu'il gagne est économisé pour pouvoir émigrer en France et ce avant 18 ans afin d'échapper au service militaire.
Zysman Wenig émigre en 1931 et arrive à Paris au mois de juillet au moment de l'Exposition Coloniale. Il a obtenu en Pologne une carte de séjour de 1 an renouvelable.
Il arrive chez sa soeur (émigrée en 1920 via l'Allemagne) au 90 rue du Temple dans le Marais alors surnommé le "Pletzel". Il y reste une année puis trouve une petite chambre au 71 rue du Temple (devenu le Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme). Il y restera jusqu'à son mariage, en 1935, avec Hélène affectueusement nommée "Khayè" qui travaille avec lui comme finisseuse et avec qui il déménagera au 100 rue du Temple.

Son oncle, Bernard Erenstein (le frère de sa mère), qui l'emploie officieusement comme tailleur, demande une carte de travail pour lui qu'on lui refuse à cause de l'assassinat de Paul Doumer. Il risque l'expulsion. Il se dit alors qu'il pourrait s'engager dans l'armée. On n'en veut pas dans l'armée car il est juif polonais. Il essaye alors la Légion Etrangère d'où il est également débouté : Il est trop "gringalet".

L'oncle lui donne alors du travail qu'il exécute dans sa chambre avec une machine à coudre qu'on lui a prêté. Hélène travaille avec lui. Elle tombe enceinte. Ils se marient fin juillet 1936. Voyage de noces de 3 semaines à la frontière belge. Jacques leur premier fils naît le 22 novembre 1936. Grâce à sa naissance, Zysman obtient une carte de travail de 10 ans. Une première demande de naturalisation est refusée car Hélène a dû avorter juste après la naissance de Jacques et est fichée par la police. Il sera finalement naturalisé en 1955. (Décret du 16/12/1955). Leur deuxième fils, Roger, naît le 9 avril 1940.

En 1940, Marie* et Charles Monnier*, partis sur la route de l’exode, avaient renvoyé Jacques chez ses parents qui venaient juste d’avoir un second fils, Roger

Le 14 mai 1941, Zysman Wenig, juif étranger, est arrêté lors de la rafle dite du billet vert. Interné au Camp de Pithiviers, il écrit presque chaque jour de longues lettres à Hélène, sa femme, sa « chère âme lumineuse ». Inlassablement, il transmet à son épouse sa formidable envie de vivre, son courage et sa détermination à l'idée de la revoir.
Le couple échange essentiellement en yidiche, leur langue maternelle. La censure du camp, qui ne maîtrisait pas cette langue vernaculaire de la communauté juive ashkénaze, interdit aux internés de l'utiliser. Mais les messages parviennent tant bien que mal à passer, souvent à l'aide d'intervenants extérieurs (employés civils, ouvriers, personnels de la Croix-Rouge, etc.) acceptant de prendre des risques par humanisme… ou appât du gain.
Au lendemain du départ forcé de son mari, Hélène n'hésite pas à parcourir en tandem les 90 kilomètres la séparant de Pithiviers. Elle vient lui apporter de la nourriture, se mêlant aux familles qui s'agglutinent contre l'enceinte du camp pour se faire entendre du père ou du fils interné. Chacun lance, par-dessus les barbelés, du pain, de la viande, des œufs… Une pagaille d'ailleurs décrite dans la lettre du lundi 4 mai 1942 de Zysman. Reste leur amour plus fort que les barbelés... 
Déporté à Auschwitz le 25 juin 1942 par le convoi n° 4, Zysman travaillera comme menuisier, coiffeur et autre et survivra en partie grâce au fait qu'il parle à la fois yiddish, allemand, polonais et français. Il finit par retrouver ses proches en 1945. 

Restée seule avec ses deux garçons, Hélène Wenig s’adressa à nouveau à Marie* et Charles Monnier*, rentrés chez eux. Le couple accepta de garder les deux enfants malgré la présence d’une garnison allemande dans le village et le fait qu’une partie de leur maison avait été réquisitionnée pour loger des soldats. 
Le couple vivait très modestement mais Charles Monnier* réussissait toujours à obtenir de la farine, du sucre et du beurre pour nourrir «ses piots». Les garçons étaient présentés comme leurs petits-enfants alors que tous les habitants du village savaient pertinemment qu’ils n’avaient pas de descendants. Cette population fut solidaire. 

Fin décembre 1942, Jacques partit rejoindre sa mère qui avait trouvé un travail de cuisinière à Compiègne. Il fut placé dans une autre famille nourricière à Royallieu tandis que Roger resta chez Marie* et Charles Monnier* jusqu’à la Libération. 

Les Wenig furent réunis après le retour des camps du père mais malheureusement son grand amour Hélène de 9 ans son aînée atteinte de la maladie de Parkinson choisit de se suicider en 1949 pour ne pas imposer sa maladie. 
Marie* et Charles Monnier* continuèrent à être les « grands-parents » des garçons ainsi que des enfants de Zysman Wenig remarié avec Sara Lerman après le décès de Hélène

Les Wenig ont rendu hommage à la bravoure et à la générosité de leurs sauveurs en apposant une plaque commémorative sur leur tombe en 1997.  

Le 9 août 2004, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marie* et Charles Monnier* le titre de Juste parmi les Nations.

26/10/2018

[Compléter l'article]

Extrait du récit de Zysman Wenig

La déportation

La France est occupée. Les cartes d'identités des juifs sont enregistrées à la préfecture. Zysman Wenig est convoqué au commissariat le plus proche pour "vérification de la situation de famille". Il est enfermé et envoyé en autobus, le 14 mai 1941 à midi, au Camp de Pithiviers qui n'est alors pas encore fini de construire, ni organisé. Il y reste 13 mois. Sa femme vient le voir deux fois.

Le 14 mai 1941, il a été convoqué au commissariat avec un membre de sa famille pour une « vérification de la situation de la famille ». A 8 heures du matin, il s’est présenté et le commissaire lui a confisqué ses papiers, et l’a mis aux arrêts.
« J’ai demandé « pourquoi ? ». Il m’a répondu : « j’ai des ordres ». Vers midi, des autobus sont venus, et avec une quinzaine de personnes, ainsi que ceux qui avaient déjà été arrêtés, nous avons été conduits à la gare d’Austerlitz et convoyés à Pithiviers.
Le camp venait d’être ouvert. Il n’y avait rien à manger. Il y avait 25 baraques. Nous étions une cinquantaine par baraque. Je ne connaissais personne. Il n’y avait que des hommes. Les familles qui sont venus de Paris, ceux qui étaient au courant, nous jetaient de la nourriture par-dessus les barbelés. Mon épouse et cousin sont venus de Paris en tandem. Nous étions gardés par des gendarmes français. Dans les baraques, il n’y avait pas de lit. Juste des planches avec de la paille et pas de couverture. Le Maire de Pithiviers a essayé de nous aider en nous apportant des couvertures. Sur l’initiative des communistes juifs qui étaient dans le camp, une organisation s’est mise en place. Ils organisaient la distribution de la nourriture, des occupations pour les prisonniers. Au bout de quelques jours, nous sommes parvenus à faire passer du courrier.
Dans des journaux, Paris Soir entre autres, il était écrit que 1 600 trafiquants qui faisaient du marché noir avaient été arrêtés, alors que nous étions la plupart des ouvriers.
Dans la journée, il n’y avait rien à faire. On pensait qu’on resterait dans le camp jusqu’à la fin de la guerre. Il y avait peu d’évasions, d’autant plus que l’on avait des informations sur Drancy où nous savions que les conditions étaient très dures. On avait la crainte, en cas d’évasion d’être repris par les gendarmes et être amenés à Drancy. On n’avait pas le droit aux visites. La principale préoccupation, c’était d’occuper le temps. Certains faisaient du théâtre, d’autres apprenaient des langues, faisaient de la sculpture sur bois …
Le camp était dirigé par un allemand que l’on voyait peu. C’était des français qui nous gardaient. Il n’y avait pas de discipline comme j’ai connu plus tard dans les camps de concentration. Par baraque, il y avait un chef qui organisait de façon équitable le partage de la nourriture. Quand on était malade, il y avait une infirmerie et le médecin faisait partie des prisonniers. La nourriture était insuffisante, mais avec les colis, on pouvait manger.
Il y avait une baraque pour les anciens combattants avec des conditions de vie plus favorables. Dans les baraques, on avait des discussions car on était pas tous du même avis. Dans le camp, les communistes sont parvenus à faire un journal écrit à la main. Il y avait les nouvelles du camp, on racontait des histoires, des blagues. On y parlait de la vie de tous les jours. Les informations de l’extérieur arrivaient le plus souvent par l’intermédiaire d’habitants de Pithiviers. On savait un peu comment se déroulait la guerre. On a su qu’il y avait eu la rafle du Veld’hiv. Au cours de l’été, on nous a demandé si nous voulions travailler dehors pour faire la moisson. Je l’ai fait. L’hivers 1941 a été très froid. La baraque était chauffée avec un petit poêle. Cela m’a endurci.
J’avais deux enfants en bas âge. C’est ma femme qui s’en occupait. Il a fallu qu’elle se cache. Quand les Allemands sont venus pour l’arrêter, la concierge de l’immeuble l’a prévenu. Mes enfants ont été confiés à un couple à la campagne en Picardie. Naïvement, je pensais que l’on serait libéré et que je pourrais les retrouver. On attendait. On ne pensait pas à la déportation. Avant-guerre, déjà on ne croyait pas à l’ampleur des persécutions contre les juifs en Allemagne. On n’a jamais perçu le danger.
On était dans le camp, tranquilles. Chacun faisait ce qu’il voulait. On pensait à passer le temps et à attendre la libération. Les communistes nous conseillaient de ne pas chercher à nous échapper, de peur d’être repris et conduits à Drancy. En fait, on se rendait compte que la vie était plus dure pour nos familles qui devaient se débrouiller pour nous faire parvenir des colis. Chacun vivait sa vie en secret, on ne se confiait pas. Une journée de passée, c’était une journée de gagnée.
Un neveu avait été fusillé début 1942 au Mont-Valérien, il collait des affiches anti-allemandes dans les rues de Paris. Je l’ai appris à Pithiviers. Au début du mois de juin 1942, la discipline est devenue plus dure. Le 24 juin 1942, les SS sont venus dans le camp. Un train est parti de Pithiviers pour nous emmener à Auschwitz. Nous étions environ 700. Le voyage a duré 3 jours, sans eau, et sans nourriture.
J’ai été libéré le 6 mai 1945 et rapatrié le 24 mai. Du convoi parti de Pithiviers avec moi, seul quelques-uns ont survécu. » 

Le 25 juin 1942, Zysman Wenig est déporté à Auschwitz par le convoi numéro 4. Il arrive au camp le 27 juin. Il y reçoit le matricule 42 695 qu'on lui tatoue sur l'avant-bras gauche.
Il travaillera comme menuisier, coiffeur... une de ses grandes chances au camp est de parler le yiddish, l'allemand et le polonais en plus du français: il comprend les SS, il comprend les kapos. Egalement, le fait d'avoir grandit dans des conditions de vie très difficiles et sous un climat extrêmement rude sera déterminant pour sa survie.
Le 18 janvier 1945, devant l'avancée des troupes soviétiques, le camp est évacué. Les prisonniers feront "la marche de la mort" qui durera environ 8 jours à pied, en train, en camion jusqu'à Mathausen en Autriche. Zysman y reste en quarantaine quelques semaines avant d'être affecté à Ebensee d'où il sera libéré le 6 mai 1945 par l’armée américaine.
Il arrive à Paris un mois plus tard le 24 mai 1945 à l’hôtel Lutétia à PARIS, vêtu d'un pantalon de soldat de la cavalerie française, d'une veste autrichienne, de chaussures de SS, d'un chapeau de paille et d'un foulard rouge. Il retrouve Hélène au 100 rue du Temple. Il pesait 65 kg en partant, il pèse 37 kg à son retour.
Hélène est restée cachée toute la guerre jusqu'à la libération de Paris (en août 1944) comme cuisinière chez des châtelains et sous une fausse identité espagnole. Ses deux enfants Jacques et Roger sont cachés l'un à Compiègne (Oise) et l'autre à Beauchamps (Picardie) jusqu'à la libération.
La Croix Rouge lui donne un mois de convalescence chez une famille de Cabourg, les Cassignol. Il grossit d'un kilo par jour.
A son retour il retrouve ses deux fils.

26/10/2018
Lien : ACJM

[Compléter l'article]

 


Titre

Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

ACHETER EN LIGNE

Auteurs   Zysman Wenig -Hélène Wenig  
Édition   Calmann-Lévy  
Année   2017  
Genre   témoignage  
Description   Depuis qu’il a été interné au camp de Pithiviers, en mai 1941, Zysman écrit presque tous les jours à Khayè, sa femme. Quelques lettres rédigées en français mais censurées, et puis les autres, celles écrites en yidiche, leur langue maternelle, et passées sous le manteau, au nez et à la barbe des autorités concentrationnaires.
Ces lignes serrées clament son amour absolu pour Khayè, sa « chère âme lumineuse », mais racontent aussi l’intimité, les peurs, la révolte et l’âpre quotidien... Zysman, maintenu dans l’ignorance de son sort prochain, ne se berce pas d’illusions et pressent à de nombreuses reprises toute l’horreur et l’ampleur du projet d’extermination nazi. Pourtant, inlassablement, il tente de transmettre à son épouse sa formidable envie de vivre, sa force et sa détermination.
Débordante de vie et d’amour, cette correspondance inédite dessine le portrait d’un couple malmené par l’histoire et la folie des hommes pour, finalement, nous donner une magnifique leçon d’espoir et de courage.
« Ne regarde plus fixement la porte…
un certain jour où tu ne t’y attendras pas,
je rentrerai à la maison.
»
 

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
2 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
3 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
4 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
5 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
6 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019