Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
778 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11887 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Haute-Garonne

Région :
Occitanie
Département :
Haute-Garonne

Préfets :
Maurice Georges Bézagu
(14/11/1941 - 17/11/1944) Préfet délégué de Haute-Garonne (1880-1969)
Pierre Cassagneau
(21/08/1944 - 31/12/1944) Préfet de Haute-Garonne (1887-1963)
Camille Vernet
(29/12/1944 - 04/01/1946) Préfet de Haute-Garonne (1884-1957)
Frédéric Atger
(21/09/1935 - 13/10/1940) Préfet de Haute-Garonne
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Jean-Louis Dufour
Les Juifs dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Denis Baud Denis Baud
Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Jean Bélingard Jean Bélingard
Henri Chas, alias « Charlieu » (1900-1945) Compagnon de la Libération

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Muret en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Muret 31600
- Haute-Garonne
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Muret en 1939-1945
Mairie de Muret
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département de la Haute-Garonne
Histoire

La commune des Muretains

Muret (Murèth en occitan gascon) est une commune de Haute-Garonne, située à 20 km au sud de Toulouse au confluent la Garonne et de la Louge.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 4 013 habitants et 4 368 en 1946.

05/08/2010

[Compléter l'article]

La guerre, l'Occupation et la Libération

Le 1er septembre 1939, l’invasion de la Pologne par l’armée allemande marque le début de la seconde guerre mondiale. La France entre en guerre. La mobilisation générale est décrétée. Les premiers trains de mobilisés partent vers le front.
Dès le début de la guerre, Muret accueille de nombreux réfugiés. Les premiers évacués viennent de la frontière de l’Est en septembre 1939 puis les Belges et les habitants du nord arrivent après la débâcle en mai 1940. La mairie s’organise. Elle recense 2000 personnes dont 1000 travailleurs militaires et 500 belges en juin 1940.

Vincent Auriol, maire de Muret, lance un appel à la population pour des locaux vacants afin d'accueillir les réfugiés de l’Est. Les locaux municipaux (écoles, salles de réunion, ateliers...) disponibles sont utilisés. On recherche des logements civils, du matériel. On se préoccupe du ravitaillement. La solidarité qui s’organise au niveau municipal. On fait d’abord appel aux bonnes volontés. Par contre, lorsque les difficultés de logement des réfugiés s’accroissent après la débâcle, le maire ordonne des réquisitions.

Cette solidarité s’organise dans un monde de femmes. Un comité d’entraide aux mobilisés est créé avec le maire comme président. Le Conseil municipal décide d’affecter à cette œuvre tous les crédits destinés aux fêtes et toutes les subventions aux sociétés. Une allocation militaire pour tous les mobilisés, une assistance médicale gratuite pour leur famille, une triperie communale et des ateliers de couture sont mis en place.

Le 10 mai 1940, les armées allemandes envahissent la Belgique puis le nord de la France, faisant 1 500 000 prisonniers. Des colis continuent d’être expédiés aux 112 prisonniers de guerre muretains, alors que le ravitaillement devient plus compliqué.

Des précautions démesurées dues à une crainte irrationnelle des bombardements sont prises. "D’après les services compétents, il est possible à de gros bombardiers de venir sur Toulouse, ils peuvent même revenir à leur point de départ." écrit Vincent Auriol alors maire de Muret.
On creuse des tranchées sur une des grandes places de Muret. Elles sont censées protéger les gens du souffle des explosions mais servent surtout à rassurer la population. Finalement, c’est un terrain de jeu pour les enfants.
Sur cette place où se tient encore de nos jours le marché. Les muretains et même certains toulousains pendant la guerre, venaient y chercher différentes denrées. Les difficultés de ravitaillement étaient limitées car la campagne n’était pas loin. La vraie différence concernant l’approvisionnement ne se situait pas entre les zones occupées ou non, mais entre la ville et la campagne.

Tous les produits nécessitent des tickets de rationnements, même les vêtements. Le ravitaillement est réglementé. Chacun a selon son âge, une carte donnant droit à une ration précise. Elle est nécessaire mais pas suffisante puisqu’il faut aussi payer. Pour prouver qu’on a le droit aux tickets, il faut montrer sa carte d’identité1.

Tout est contingenté. On accorde mensuellement à chaque mairie, l’autorisation d’achat d’un nombre de pneus établi en fonction du nombre de cartes d’alimentation de la commune, 1 pneu mensuel pour 130 habitants. La bicyclette, très utilisée, est le seul moyen de se déplacer, souvent les rares voitures ont été réquisitionnées ou l’essence est rationnée.

Cette vie quotidienne s’inscrit surtout dans un contexte politique très difficile. La France est devenue une dictature. Le 10 juillet 1940, 569 députés et sénateurs français votent les pleins pouvoirs au maréchal.

Pétain est le nouveau chef de l’État français. On ne parle plus de République ! Il a tous les pouvoirs. Il n’y a plus de président de la République, plus de Chambre, plus de Sénat.

« Ce changement est de bon augure. » Le Matin est un journal qui soutient manifestement le Maréchal ce qui est le cas à cette époque d’une immense majorité de Français. Il est accueilli comme le sauveur de la France (source: Archives municipales de Rieumes).
Seulement 80 parlementaires ont voté contre. Parmi eux, Vincent Auriol, député, maire de Muret et ancien ministre.
Il est interné administrativement en septembre 1940 dans l’Indre puis astreint à résidence à Muret (sa maison est visible à partir de la passerelle de la Louge sur le circuit) à partir de mars 1941. Il est surveillé et de nombreux rapports de police sont rédigés au préfet jusqu’en juillet 1943. Parti en Aveyron, il réussit ensuite à passer en Angleterre via l’Espagne en octobre et revient à la Libération à Muret. Il retrouve ses fonctions de maire avant d’être élu Président de la République en 1947. Cet internement et la surveillance qui s’ensuit, montrent le sort réservé aux opposants du régime de Vichy.

La politique de Pétain nommée "Révolution Nationale" entraîne un régime autoritaire et répressif. Elle marque la fin des libertés individuelles et a, avec le culte du chef et l’embrigadement de la jeunesse, toutes les caractéristiques d’une dictature. Son idéologie est incarnée par la devise "Travail, Famille, Patrie".

L’opposition s’organise. Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle lance un appel à la résistance. Même s’il n’est que très peu entendu, rapidement des individus n’acceptent pas la situation. Ce sont des initiatives isolées au départ. On transmet des renseignements (activités de la poudrerie du Fauga, surveillance des vichyssois), on distribue des tracts et des journaux clandestins. A Muret, Bajon, forme un groupe autonome de résistance en 1940-41. Celui-ci entre en contact avec Henri Chiffre en 1942. De son côté, André Reboul, magistrat à Muret est chargé de mettre sur pied une unité armée dans le secteur.

A la suite au débarquement anglo-américain du 8 novembre 1942 au Maroc et en Algérie, les Allemands franchissent la ligne de démarcation le 11 novembre 1942 et envahissent la zone Sud. Ils arrivent à Muret par cette rue.
Une affiche est placardée au matin du 11 novembre dans tous les chefs-lieux de canton et à Muret. Le préfet demande le calme absolu lors de l’arrivée des Allemands dans la région.
L’arrivée des Allemands était connue la veille par Vichy qui ne voulait prendre aucun risque de confrontation avec ceux-ci : soit de la part des soldats aux postes frontières de la ligne de démarcation, soit de la part de la population locale.
Pourtant c’est un événement douloureux, qui n’est plus dans la mémoire immédiate et que les anciens se remémorent avec émotion2.

Avec la présence allemande, la vie quotidienne va devenir de plus en plus difficile. Il faut en plus, par 3 fois, loger des troupes d’occupation. Des abus sont relevés (détournements de denrées, matériel manquant), des réquisitions sont faites pour les Allemands.
De part la présence des Allemands, faire de la résistance devient plus dangereux. Leur arrivée va entraîner plus de monde dans la résistance. Une réunion est organisée pour unifier toutes les forces au début 1943. Reboul veut créer un bataillon de 500 hommes répartis en 4 ou 5 compagnies. Il charge Chiffre de recruter des cadres. Bajon est placé à la tête d’un corps franc autonome, qui, mieux entraîné et mieux équipé, est chargé des opérations difficiles et dangereuses. En mars 1944, le bataillon Reboul est bien structuré. (450 hommes, matériel)
Distribuer des journaux clandestins, reconnaître des terrains de parachutages, recueillir des renseignements sur les unités allemandes, contrer ou détourner la propagande de Vichy sont les missions. Tout se fait dans la clandestinité, car la population est très surveillée. A partir de 1943, il faut planquer les réfractaires du STO et leur fournir de fausses cartes d’identité et d’alimentation. Ceux-ci seront parmi les premiers à rejoindre le maquis...
Le maquis ne doit se constituer qu’après le débarquement du 6 juin 1944. Auparavant, il faut préparer sa mise en place : récupérer et camoufler le matériel parachuté, réunir les moyens de transport (véhicules, vol d’essence dans les casernes militaires), cacher les réfractaires au STO qui renforcent ainsi les rangs de la Résistance.
Le maquis bien entraîné et bien outillé, harcèle les Allemands et la section de destruction en particulier, réalise de nombreuses opérations mais ce n’est pas sans risque. C’est ainsi que le 15 juillet 1944, son chef, Roger Cabe, trouve la mort en revenant d’une expédition.

Les événements se précipitent en août 1944. Avant leur départ de Muret, les Allemands font sauter le poste de radio de Toulouse-Pyrénées (situé à Brioudes) et les dépôts de munitions. Le maquis est envoyé pour protéger Muret.

Le combat s’engage. Au bout de deux heures, encerclés, mitraillés de toutes parts, leur chef tué, les Allemands donnent des signes de défaillance. Le maquis est vainqueur. Chez l’adversaire, il dénombre 13 morts, 28 blessés et 98 prisonniers. Dans ses rangs, un seul blessé.On récupère du matériel : un canon anti-char, des fusils-mitrailleurs, des mitrailleuses, des camions.
La prise de Muret est très stratégique car elle empêche les Allemands de remonter du sud du département par un axe important. Cela les oblige à passer par des axes secondaires, à perdre du temps et à prendre davantage de risques. De même, les Allemands présents à Muret sont partis par l’Est (par la route d’Eaunes) sans doute pour éviter de tomber sur le maquis.

Lacroux, le nouveau commandant du maquis (depuis la mort du commandant Delattre) cantonne ses troupes sur Muret où elles resteront jusqu’en octobre 1944. Il envoie certains procéder à des arrestations de miliciens, collaborateurs, trafiquants de marché noir qui sont alors internés à Noé.

05/08/2010
Lien : Musée de la résistance

[Compléter l'article]

Maquis de Rieumes

En 1942, le Juge d'instruction de Muret, André Reboul, constitue avec quelques patriotes le groupe qui en 1944 deviendra le Maquis de Rieumes.

En 1943, le groupe se renforce et est rejoint entre autres par Jules Delattre, capitaine retraité de l'Armée de l'air, qui deviendra le Commandant du Maquis de Rieumes et par les Rieumois : le Docteur Robert Roger (Médecin Capitaine de réserve), le Docteur Charles Chwartz (Médecin Lieutenant de réserve), Jean Lécussan ( Adjudant chef retraité de l'Armée de terre). L'année 1943 est consacrée au recrutement, à la formation, à l'organisation des équipes dans les villages des cantons d'Auterive, de Carbonne, de Muret et de Rieumes.

En 1944, les évènements s'accélèrent suite à des parachutages annoncés par radio Londres, un dépôt d'armes est constitué à Rieumes. Le 1er juin "Messieurs, faites vos jeux", ce message annonce la mise en alerte. Le 5 juin, deux autres messages "Le père la Cerise est verni" et "Veronese était un peintre" annoncent le débarquement en normandie. Dans la nuit, les groupes formés rejoignent la région boisée de Rieumes, ils se répartissent en trois compagnies dont une basée dans la forêt de Lautignac-Savères. À la fin juin, le dispositif est allégé car le juge Reboul rejoint le corps franc Pommiès avec 200 hommes.

Les faits marquants du Maquis
* 7 juin 1944 : Sabotage de la voie ferrée à Capens
* 8 juin 1944 : Sabotage de lignes téléphoniques dans les cantons de Rieumes et de Carbonne.
* 10 juin 1944 : Sabotage de aiguillages et de pylônes HT à Noé.
* 11 juin 1944 : Sabotage de aiguillages et de pylônes HT à Muret.
* 12 juin 1944 : Destruction de conduites de gaz souterraines à Carbonne.
* 14 juin 1944 : Sabotage de pylônes HT à Le Fauga.
* 15 juin 1944 : Sabotage de aiguillages et de pylônes HT à Longages.
* 16 juin 1944 : Coup de main sur un dépôt de carburant sur l'aérodrome de Francazal.
* 29 juin 1944 : Sabotage de aiguillages et de pylônes HT, destruction d'une station de pompage d'eau pour les locomotives à vapeur à Muret.
* 2 juillet 1944 : Destruction de panneaux de signalisation SNCF, sabotage de la voie ferrée, destruction de lignes téléphoniques à Muret.
* 14 juillet 1944 : Dépôt d'une gerbe aux monument aux morts et défilé dans les villes de Rieumes et Muret.
* 15 juillet 1944 : Embuscade allemande (mort du Lieutenant Roger CABE, responsable de la section destructions)
* Le 17 juillet, à 6 h du matin 4 bombardiers JU 88 attaquent et déversent leurs bombes sur la partie de la forêt dans la direction de Sajas mais le maquis occupe l'autre extrémité (voir plan). Une partie de la forêt prendra feu.
Vers midi, un drap blanc est posé par Berthe sur le pré de la "Rougeat", c'est le signal de l'arrivée des allemands par la route. La colonne comprend 2 tractions avant, 6 camions, une auto-mitrailleuse, une ambulance et 200 hommes environ. Les combats dureront 3 heures et feront une vingtaine de victimes parmi les troupes allemandes. Vers 15h, menacé d'encerclement le Maquis qui n'avait pas de blessé, se replie vers Montastruc Savès.
* 20 juillet 1944 : Installation du Maquis dans la forêt de Fabas

Le Maquis poursuivra son action jusqu'à la libération de Muret le 20 août 1944.

Une stèle de remerciement aux populations de Savères et Lautignac est érigée en bordure de la forêt.

05/08/2010
Lien : Wikipedia

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Haute-Garonne

124e-155e-156e CTE-513e GTE de la Poudrerie 31410 Le Fauga
18e-19e-134e-135e CTE-652e GTE Mauzac 31410 Mauzac
29e CTE-402e GTE de la caserne Pelet 31000 Toulouse
502e GTE Bessières 31660 Bessières
503e GTE Léguevin 31490 Léguevin
507e GTE Tournefeuille 31170 Tournefeuille
509e GTE Fourquevaux 31450 Fourquevaux
511e GTE Cépet 31620 Cépet
512e GTE Bourg-Saint-Bernard 31570 Bourg-Saint-Bernard
513e GTE Muret 31600 Muret
560e GTE Tarabel 31570 Tarabel
561e GTE Clairfond 31120 Portet-sur-Garonne
60e CTE-562e GTE de la Poudrerie 31000 Toulouse
652e GTE Mauzac 31410 Mauzac
Camp de Clairfond 31120 Portet-sur-Garonne
Camp de Noé 31410 Noé
Camp Maury 31410 Mauzac
Camp-hôpital Le Récébédou 31120 Portet-sur-Garonne
Caserne Caffarelli 31000 Toulouse
Ceentre Le Fauga 31410 Le Fauga
Centre de rassemblement des étrangers 31260 Salies-du-Salat
Hippodrome Toulouse 31000 Toulouse
Hôpital Hôtel-Dieu 31000 Toulouse
Hôpital Saint-Gaudens 31800 Saint-Gaudens
Prison militaire de Furgol 31000 Toulouse
Prison Saint-Michel 31000 Toulouse
Stade du TOEC Toulouse Olympique Employés Club 31000 Toulouse

Les lieux de sauvetage de la Haute-Garonne

Abbaye de Sainte-Marie-du-Désert 31530 Bellegarde-Sainte-Marie
AFDU 31000 Toulouse
Armée Juive 31000 Toulouse
Armée secrète 31000 Toulouse
Camp volant de Revel 31250 Revel
Centre médico-social de Toulouse 31000 Toulouse
Château de Larade 31000 Toulouse
Château de Seyre 31560 Seyre
Clinique psychiatrique Saint-Loup 31140 Saint-Loup-Cammas
Couvent de Marie-Réparatrice 31000 Toulouse
Couvent Notre-Dame-de-la-Compassion 31000 Toulouse
École Saint-Pierre 31340 Villemur-sur-Tarn
Institution Sainte-Marie-de-Nevers 31000 Toulouse
Maison des Pupilles de la Nation 31160 Aspet
Noviciat des Jésuites 31000 Toulouse
Organisation Juive de Combat 31000 Toulouse
Orphelinat de Lévignac 31530 Lévignac-sur-Save
Paroisse Saint-Exupère 31000 Toulouse
Paroisse Saint-Michel 31000 Toulouse
Réseau Westerweel 31000 Toulouse


Les 89 Justes parmi les Nations de la Haute-Garonne


Maires de Muret

Vincent Auriol   (1925-1946)
Henri Peyrusse   (1947-1953)

Familles réfugiées à Muret [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


Familles arrêtées (Muret) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Chronologie [Ajouter]

06/06/1944 - En juin 1944, un réfugié juif a essayé de passer la ligne de démarcation à Chaum où il s'est fait tuer par les gardes frontière. Sa tombe est dans le cimetière de Chaum, il venait, semble-t-il, de Pologne. Son nom peut être retrouvé sur sa tombe. Il aurait été dénoncé. 3Chaum France
02/07/1944 - Meurtres commis les 2, 6 et 8 juillet 1944 par la division Waffen S.S. Das Reich et recensés par la Commission d’enquête des crimes de guerre. (Voir Crimes de guerre en Haute-Garonne communes par communes).
20/08/1944 - Libération de Muret.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Muret sur Wikipedia 
2 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Notes

- 1 - Source: Collection Musée départemental de la Résistance et de la Déportation.
- 2 - Michel Goubet, Toulouse et la Haute-Garonne dans la guerre 1939-1945.
- 3 - Témoignage basé sur le livre d'Emilienne Eychenne et de témoins du village.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Camp de la Noé, recherche information sur Jean Curtil

    Bonjour,
    Mon grand-père, Jean Curtil (né le 29/10/1915 à Lapeyrouse en Ain), a été transféré de la prison d'Eysses (matricule 2340, Lyon) au camp de la Noé, le 18/04/1944. Je cherche à savoir quand et comment il a quitté ce camp pour Compiègne (autour de mai 1944 ?).
    Si vous avez des informations à ce sujet, merci de communiquer avec moi. Céline Curtil.
    [répondre]

    Bonjour Céline , je suis de Muret 31600 et j'ai un livre sur le camps de Noé ou sont énumérés les personnes qui ont transité par ce camps , je vais essayer de le retrouver et voir si le nom de votre grand père s'y trouve!
    Cordialement . Contarin Alfred .
      [répondre]
    Bonjour,
    Selon un dossier de demandes de recherches adressé au Service international de recherches de Bad Arolsen (Allemagne), votre grand-père aurait été transféré à la prison de Toulouse en 1944 (sans date précise), et non Compiègne, puis emmené en Allemagne, vraisemblablement comme STO. Il était employé à Münich à la firme Lorenz-Braren Cyclo Getriebebau, Dachauerstrasse 114, du 16 mai 1944 au 30 mars 1945.
    Les archives de ce Service international de Recherches ont été entièrement numérisées et sont consultables en France aux Archives Nationales, à Pierrefitte-sur-Seine. Le dossier en question est conservé Sous la référence TD 948398.
    Bien cordialement. MLP
      [répondre]
    Bonjour, j'aimerai que la personne qui vous répondu (Mr Contarin), si cela lui est possible, puisse me dire si mon grand oncle (petit frère de ma grand mère) est passé par le camp de Noé, en effet, résistant à 19 ans en mai 43, il a été arrêté en Haute Garonne et déporté à Buchenwald où il est mort en janvier 44. Il s'appelait Marcel(Joseph, Vidian) Rambouze,né le 30 mars 1923. Merci  [répondre]
    Je vous remercie de m'avoir répondu et d'avoir fait la démarche de vous renseigner auprès du Service international de recherches de Bad Arolsen. Entre temps, j'ai appris qu'il avait été transféré d'Eysses au camp de Noé le 18/04/1944. Il a ensuite été envoyé à la prison de Saint-Michel à Toulouse le 10/05/1944, puis à Münich le 20/05/1944. L'usine de la firme Lorenz a été bombardée en 1944...   [répondre]

***  Recherche famille CAZENAVE

    Je recherche les descendants d'une famille CAZENAVE a Cazeres-sur-Garonne. Mr Cazenave etait un fermier proprietaire d'une grande ferme, qui a heberge mon pere Benny Wagner et mes grandparents David et Dora Wagner de mai a octobre 1940. David etait responsable des refugies belges. [répondre]

***  Recherche famille LOUSTEAU ou LOUSTAU

    Entre juin 1941 et Septembre 1942, venus de Belgique via Cazeres-sur-Garonne, mon pere Benny et ses parents David et Dora WAGNER etaient refugies a Toulouse, au 52 rue Gravelotte. David travaillait comme typographe dans une imprimerie, peut-etre les Parchemins du Midi, dirigee par un monsieur LOUSTEAU ou LOUSTAU. Ce Mr Lousteau avait un frère, directeur à l’EDF, avec 2 usines d’électricité à Genève (Suisse), qui avait le droit de voyager entre France et Suisse comme il le désirait, et était membre du réseau de résistance du père Favre (école St François de Sales, à Ville-La-Grand). Il a ouvert la route vers la Suisse à toute ma famille (une douzaine de personnes). J’aimerais retrouver les descendants de ces deux frères Lousteau (ou Loustau). [répondre]

***  Recherche

    Je recherche toute personne ayant connu Marie Louise DUBOIS, demeurant à CUGNAUX, en 1944.
    Célibataire, originaire de la Marne, âgée de 22 ans, elle exerçait la profession de
    cuisinière, probablement auprès d'une unité militaire d'occupation.En 1945 ou 1946, elle demeurait à SAINT-SULPICE (81)
    [répondre]

***  recherche famille de Labarthe

    Mes parents, Elie et Marinette BABANI, tenaient un magasin "Robdor" à Toulouse. J'avais 3 ans, ils m'ont cachée, confiée à des personnes de leurs connaissances vivant à Labarthe/Leze, dans les années 1941/42.

    je voudrais tant retrouver ces personnes!!
    Merci à tous ceux qui pourront me donner des renseignements de me contacter au 06 59 06 09 43.
    moniksim@gmail.com

    Monique Babani (alias Bertrand)
    [répondre]

***  recherche grand-pere

    Je recherche mon grand-père, né en 1882 à Bellelicourt (02). Il est venu s'installe à Touille aux environs de 1914 (il habitait à l'ancienne usine en rentrant après le pont à droite). Il serait mort après 1933 car mon frère ainé l'a connu. Il est surement enterré à Touille. Ma grand-mère, Sidonie Hugot épouse Cocu est morte le 04/02/1932. Merci d'avance. M.CAHART [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019