Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 


Denis Baud



 
Paris 75000 - Paris
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

 


Titre

Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz

Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Denis Baud  
Édition   Loubatières, Collection Histoire  
Année   2010  
Genre   histoire  
Description   Si les Toulousains fréquentent la piscine Nakache, connaissent-ils pour autant l’étonnant destin d’Alfred Nakache dont le nom fut donné, après la Libération, à la "piscine d’hiver du Parc municipal des sports" en 1945 ? Rien ne prédestinait le futur champion à s’enraciner dans la "ville rose" aux Dauphins du TOEC. Né en 1915, dans la communauté juive de Constantine, alors française, surnommée « La Petite Jérusalem » en raison des liens très forts d’immigration avec la Terre promise, le jeune Nakache se découvre de réelles qualités physiques pour la natation. Afin d’aller au bout de sa passion, il rejoint Paris, en 1933. Il a 17 ans. Deux ans plus tard, il décroche son premier titre de champion de France. Tout en intégrant l’École normale supérieure d’éducation physique (ENSEP), le jeune nageur profite de la politique sportive du Front Populaire. Sélectionné aux JO de 1936, à Berlin où il ne put donner la mesure de son talent, Nakache appartient à cette génération de sportifs dont la carrière fut brisée à cause de la politique et de la guerre. Et ce, alors qu’il s’était affirmé entre 1937 et 1938 comme un athlète de premier plan, de surcroît très populaire dans la presse sportive. Dès le début de l’Occupation, quand Pétain abolit le décret Crémieux, le champion Nakache, plusieurs fois primé, est déchu de sa nationalité française. Il décide alors de se réfugier, avec sa femme, en zone non occupée, à Toulouse dans le quartier Saint-Cyprien où il bénéficie des solidarités du milieu sportif. Il est accueilli, en 1941, par l’entraîneur Albin Minville dans le club du TOEC, fondé en 1908. Dans ce milieu chaleureux, il poursuit la natation, diversifie ses nages tout en améliorant sa technique. Le club lui fournit aussi un travail comme responsable d’une salle de sport, rue Paul-Féral.

Paradoxalement, ce que montre bien Denis Baud, Alfred Nakache, se trouve revivifié (nombreuses performances dont un record mondial au 200 m brasse) et profite indirectement, au cours de l’année 1941, de la politique dynamique initiée par le ministre des sports de Vichy Franck Borotra qui récupère l’image du champion « héros nécessaire » au régime. Cependant, après le retour de Laval au pouvoir, en avril 1942, puis après l’invasion de la zone sud par les Allemands, la législation antisémite se durcit. Au cours de l’année 1943, la presse prend pour cible le nageur l’empêchant de participer aux Championnats de France. Nakache est finalement arrêté avec sa femme et sa petite fille en décembre 1943 et leur appartement livré au pillage. De la prison St Michel à Drancy puis à Auschwitz (le 20 janvier 1944, dans le convoi 66), Denis Baud reconstitue les étapes vers l’enfer, la séparation de la famille, la chambre à gaz pour sa femme et sa fille alors que sa constitution physique sauve le nageur. Matricule 172763, Nakache est conduit à Auschwitz III où il est affecté à l’hôpital du camp assistant le médecin.

D’après Denis Baud, si Nakache a tenu dans cet enfer, fût-ce à l’infirmerie, c’est parce qu’il conserva toujours l’espoir de revoir sa femme et sa fille dont il ignorait le sort et qu’il parvint à nouer des amitiés solides avec Willy Holt, Victor Perez ancien champion de boxe et Noah Klieger. Devenu objet de curiosité après avoir été identifié comme nageur par les gardiens du camp, il fut obligé de nager sous leurs yeux, « nageur d’Auschwitz » dans une sorte de grande mare. Devant l’avancée des Russes, Nakache est transféré à Buchenwald, camps alors surpeuplé où il passa trois longs mois début 1945. Libéré, après une période de convalescence, il se réinstalle à Toulouse et grâce aux solidarités du TOEC et à son mentor Albin Minville parvient à revenir, à force d’énergie, au plus haut niveau, huit mois après sa sortie des camps. Resté très populaire parmi un public qui vient le soutenir, il eut le courage de rapporter son expérience de la déportation. Après avoir participé aux JO de Londres en 1948, il achève sa carrière sportive au début des années 50 se consacrant avec passion à sa carrière de professeur dans sa salle de sport auprès des jeunes du TOEC et du TFC en tant que kiné.

S’appuyant sur de nombreux dépouillements de périodiques sportifs notamment, Denis Baud restitue la trajectoire d’un champion de haut niveau confronté aux aléas de la politique. L’historien formule des questions qui restent sans réponses sur les conditions de son arrestation : a-t-il été dénoncé pour son soutien – bien que non adhérent - à l’organisation sioniste de résistance, l’Armée juive ou bien a-t-il été victime de règlements de compte internes à la Fédération française de la natation où une forte rivalité l’opposait depuis la fin des années trente à Jacques Cartonnet qui avait choisi la voie de la collaboration et de la milice pendant la guerre ?

Source : Critique de livres par Guillaume Gros, in Arkheia.
 

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
2 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
3 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
4 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
5 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
6 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )



Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
770 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
709 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11676 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019