Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
770 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
709 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11714 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Haute-Garonne

Région :
Occitanie
Département :
Haute-Garonne

Préfets :
Maurice Georges Bézagu
(14/11/1941 - 17/11/1944) Préfet délégué de Haute-Garonne (1880-1969)
Pierre Cassagneau
(21/08/1944 - 31/12/1944) Préfet de Haute-Garonne (1887-1963)
Camille Vernet
(29/12/1944 - 04/01/1946) Préfet de Haute-Garonne (1884-1957)
Frédéric Atger
(21/09/1935 - 13/10/1940) Préfet de Haute-Garonne
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Jean Bélingard Jean Bélingard
Henri Chas, alias « Charlieu » (1900-1945) Compagnon de la Libération

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Jean-Louis Dufour
Les Juifs dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Denis Baud Denis Baud
Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Catherine Laborderie


Dossier Yad Vashem : 11126
Remise de la médaille de Juste : 02/03/2009
Sauvetage : Bruguières 31150 - Haute-Garonne
Nom de naissance: Conte
Nom d'épouse: Laborderie

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Catherine-Laborderie
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Catherine Laborderie et son neveu Pierre Boué, ont aidé des membres des familles Bajowicz et Baran et cachent le petit Jacques (Jacob).

La famille Bajowicz était assignée à résidence à Bruguières et Jacques faisait partie des EI (Éclaireurs Israélites) à Toulouse.
A plusieurs reprise Jacques doit se cacher et trouvera un abris chez Maurice Bernson, chef de la troupe des EI, chez Catherine Laborderie et Pierre Boué durant la rafle d'août 1942 ou sera caché par les EI.
Le père et le fils Bajowicz parviendront à rejoindre la Suisse.
La mère de Jacques et le reste de sa famille ont été déportés à Auschwitz sans retour par le convoi n° 28.
Jacques est devenu Jack Bajot dans les années 1960 aux États-Unis. Il vit aujourd'hui en Belgique.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Témoignage de Jack Bajot

Témoignage de Jack Bajot lors de la remise de la médaille des Justes à Pierre Boué* et Catherine Laborderie*, en présence de :
Mme Odile Boué-Faureau représentant Pierre Boué, son père et Catherine Laborderie, sa tante,
Monsieur Alain Lauper, fils d’Émile Lauper, Résistant et Passeur,
Messieurs Duprat, fils de Monsieur et Madame Duprat.
Sont venus de la Californie : David, fils de Jack Bajot, et Regina, fille de Jack Bajot, petits-enfants de Regina et Moritz Bajowicz. Ils sont les arrières petits-enfants de Grand’Mère Sulka décédée après les arrestations.
Est venue des USA, Georgette et de Belgique Sylvie, elles sont les filles d’Arco Baran (décédé en 1960) et de Genia Blajman 98 ans qui vit toujours en Belgique mais n'a pu se déplacer.

31 mai 1940. Réfugiés de la Belgique, les Baran, Arco, Genia, son frère Daniel et nous, les Bajowicz, arrivons à Toulouse. En Juin, lors de la retraite des Alliés, mon père est mobilisé parmi les réservistes Polonais et vite démobilisé. Il était déjà trop tard. On ne parvenait pas à résister aux Allemands. Le Maréchal Pétain signe l’armistice, il y eut Vichy et tout s’enchaine. La France subit la pression et Vichy doit se soumettre à l’envahisseur.

En septembre 1940, les Autorités nous obligent à nous rendre en résidence forcée à Salies-du-Salat.
En mars 1941, la population française accepte mal la présence des Allemands, mais sans prendre de risques, il était difficile pour les patriotes de faire de la résistance mais aussi de protéger les réfugiés des griffes nazies, la persécution des Juifs étrangers était en cours.
Cette fois on nous envoie en résidence forcée à Bruguières. Catherine* et Pierre* nous louent une fermette et nous demandent peu pour le loyer. Les Bajowicz et Baran cohabitent et nous ne formons qu’une famille. Les frères de Genia se trouvent en résidence forcée à Castelnau-d’Estretefond.
En juillet 1941, Nathan le fils des Neumann, eux aussi en résidence forcée à Bruguières, est chef de troupe adjoint des Éclaireurs Israélites à Toulouse, il vient chez nous et demande à ma mère si je pouvais faire partie de leur troupe. Ma mère accepte. Tout se passe bien et les parents de mes amis E.I., m’achètent même des produits de chez nous.

Mars 1942, René Bousquet devient Commissaire National ; les lois raciales sont exécutées avec rigueur. La situation des Juifs étrangers se complique. Mon père, Arco, les 2 frères de Genia, et d’autres Juifs sont réquisitionnés pour des travaux forcés. J’ai 14 ans mais ne le parais pas et mon père ne déclare pas mon âge à Muret afin de m’éviter de devoir y aller. Sans laissez-passer et clandestin, je me déplace pour survivre, je fais du marché noir. C’est cela car sans moyens on mettrait notre famille dans un camp. J’approvisionne mon père et ses amis à Bouloc aux travaux forcés, ils ont faim. Pierre* comprend et nous procure tout ce qu’il peut. Cette époque m’oblige d’écourter mon adolescence et de prendre des risques dont je me souviens bien surtout en allant à Toulouse. Catherine* ne nous compte plus le loyer et avec Pierre*, ils font tout ce qu’ils peuvent pour nous aider, je me souviens du lait et autres produits. C’était risqué, mais...

Le 20 juillet, par suite de désaccords entre les dirigeants aux travaux forcés, on permet aux hommes de rentrer jusqu’à nouvel avis. Le 1er août le camp des EIF débute dans l’Aveyron. Ma mère insiste, à ce que je participe. Était-cet un pressentiment ? Pendant 2 semaines, tout va bien au camp des EI mais nous sommes quelques clandestins, que Maurice Bernsohn cache, car informé de ce qui allait se passer, il ne nous déclare pas sur la liste des EI au camp.
Le 15 août Bouloc rappelle les hommes aux travaux forcés, mon père n’y retourne pas et se cache chez Pierre*.

Le 26 Août, au feu de camp nous apprenons les arrestations de nos familles. Le camp fut levé mais d’abord nous chantons cette dernière fois, en pleurant "ce n’est qu’un au revoir mes frères" ; nous doutions de nous revoir un jour. Je ne saisissais pas la cruauté des collabos... et me demandais qui était arrêté à Bruguières ? Je prie en espérant un miracle. Maurice Bernsohn donne des instructions à Nathan et parle au fermier, qui nous loue l’emplacement du camp. Déjà des parents viennent en voiture chercher leurs enfants. Maurice Bernsohn entre dans la cabine, le fermier nous fait grimper à l’arrière du camion. En route le fermier arrête le camion ; plus loin il y a un contrôle. Par la forêt, nous faisons un détour pour dépasser l’endroit des interpellations et rejoignons le camion. Maurice Bernsohn laisse ici et là des EI chez des personnes de confiance. Je reste le dernier et Maurice Bernsohn m’emmène chez lui, c’était le matin du 27 août. Notre voisine, Erna Schöndorf venait le soir chez les Bernsohn et me dit : "Hier matin j’ai vu les arrestations de ta mère, Mina et Ruth et d’autres à Bruguières ; Pierre* veille sur ton père. Wolf caché dans sa grange a été blessé par une fourche et arrêté après. Catherine* est auprès de ta mère et plaide en vain avec les gendarmes de ne pas l’arrêter ; elle fut interrogée sur toi et ton père. Catherine voit que ta mère hésite et répond à sa place, "Ils ont quitté la région, on ne sait pas où". Ta Grand-mère Sulka avait un malaise et le docteur Henri Duprat passait."

Le 28 août, Arco et moi, nous nous rencontrons clandestinement à Lespinasse, il m’apporte mes bottines oubliées ; maman les avait achetées en juillet. Nous parlons et pleurons. En quittant il supplie, "ne viens pas à Bruguières on te cherche". Mais cette nuit en passant par les champs je m’y rends par l’arrière de la ferme, Catherine* m’accueille.
Papa et moi préparions notre fuite : "ce sera pour dans deux mois, car le village est encerclé, d’ailleurs quel risque tu as pris en venant ; on aurait pu t’arrêter ; nous avons déjà perdu ta maman et voilà que nous pleurions, même Catherine*". Il me remet la copie de la feuille de route, "on ne sait jamais", dit-il... Nous étions ensemble 3 jours, il y eut un contrôle ; ni les Baran ni ma grand-mère ne savaient que j’étais là. Papa dit, que cela vaut mieux ainsi. Pierre* me conduit à Castelginest des gendarmes l’arrêtent en chemin. Caché sous le foin dans la charrette j’entends les gendarmes justifier leur boulot et Pierre* répondre avec audace, car il les connaît : "Le boulot, mais pour qui ? Les Boches*.

La nuit du 31, j’arrive chez Maurice Bernsohn. Le lendemain matin nous prenons le train vers Moissac.
Le 1er septembre 1942, Maurice Bernsohn et moi allons au home des EI. Des enfants y sont cachés par Bouli et Shatta Simon. J’y reste jusqu’à la semaine d’octobre et retrouve mon père à la gare de Toulouse. Nous prenons le train, passons une nuit chez le 1er contact à Pallavas (Montpellier) et reprenons le train, que nous quittons à Bossey.
Quatre gendarmes nous interpellent sur le quai ; à cause du laissez-passer corrigé de mon père, qui semble faux, ils disent, qu’ils doivent nous arrêter. Mais l’uniforme scout et ma fausse excuse de me rendre avec retard au Jamboree de Granves-Sales nous sauva ; ce fut un miracle, qu’ils nous laissent partir et nous étions en route vers la Boulangerie Coopérative. Émile Lauper nous attendait, ce passeur, résistant nous fait traverser les fils de fer barbelés, vers la Suisse en risquant lui aussi sa vie.

Fin février 1943, toute la France est occupée depuis 2 mois, on arrête même des Juifs français. C’est "le sauve qui peut" par milliers, ils fuient vers l’étranger ; d’autres se cachent avec l’aide de patriotes.
Arco Baran fuit de Bruguières et demande à Genia d’attendre son message. Trois semaines plus tard Genia fuit à son tour, enceinte de 5 mois, emmenant Georgette, 2 ans, plus un sac avec le strict minimum. Elle marche jusque Castelginest, prend le tram, le train et rejoint Arco à Nice. Comme pour lui, Arco avait trafiqué un laissez-passer pour elle. Sylvie naît le 8 juillet à Saint-Martin-Vesubie.
Les Baran étaient très courageux, traversant avec 2 bébés la haute montagne vers l’Italie et la Suisse.

Catherine*, Pierre*, alors que le danger guettait aussi bien les recherchés que les patriotes tels que vous, alors que mon passage chez vous n’était que de quelques jours, mon père vous l’avez caché pendant plusieurs mois et sauvé. Les contrôles des gendarmes ne vous ont pas empêchés de prendre le risque, qui aurait pu vous coûter votre propre vie...
Nathan, sans toi, je n’aurais tout d’abord pas connu les éclaireurs et ne serais plus là…
Maurice Bernsohn, tu m’as caché plusieurs fois et emmené à Moissac...
Bouli et Shatta Simon, j’étais chez vous 2 mois et vous m’avez caché...
Émile Lauper, tu nous as fait passer les fils de fer barbelés de 3 m de haut en risquant ta vie…
Catherine et Pierre, vous avez sauvé mon père et j’étais moi aussi caché 3 jours chez vous... Grâce à vous tous, j’ai survécu et je vous suis très reconnaissant.

Je remercie encore Monsieur Saada, Monsieur Plantade, Madame Odile Boué (ép. Faureau), représentante des récipiendaires Catherine Laborderie et Pierre Boué, Monsieur et Madame Demouch et Monsieur Ponce d’avoir rendu cet événement possible. Ensemble avec la famille, amis et ceux, qui nous rejoignent, nous honorons ce jour les JUSTES des Nations, Pierre et Catherine et ma famille arrêtée le 26 Août 1942 à Bruguières et convoyée à Auschwitz. Je remercie toutes les personnes d’avoir été présents afin d’honorer nos sauveurs et les persécutés.

Novembre 1938, mon oncle Michel Kleinwachs, est torturé à mort à Mauthausen le 22.11.1944.
Novembre 1938, mes grands-parents, Rosalia et Moritz Kleinwachs au Ghetto de Cracovie, mort inconnue.
Novembre 1938, les parents de Genia, Max et Daniel Blajman déportés en Pologne, mort inconnue.
Le 26 août 1942, ma mère Regina Bajowicz, Oncle Wolf, tante Mina et cousine Ruth on été arrêtés à Bruguières.
Nos bons amis Max et Daniel Blajman en résidence forcée à Castelnau d’Estretefonds ont été arrêtés à Bouloc.
Tous les 6 ont été déportés en Wagons à Bétail le 04/09/1942 par le convoi n° 28 à Auschwitz et gazés.
En 1945, nous apprenons la déportation depuis la Belgique des oncles Albert et Jakob, des tantes Zuni et Sarah. Tous ont été gazés à Auschwitz.
Toulo Baran, frère d’Arco, est mort pour la France parmi les premiers soldats tombés lors de l’invasion des Allemands en 1940.
Mon ami Chef de Patrouille des Cigognes, Georges Mandel, Grenouille, Résistant fut fusillé par les Allemands en 1944.
Parmi les déportés dans ma famille, il y eut au total 8 gazés, 1 torturé à mort et 2 déportés, dont la mort est inconnue.
Parmi nos amis, 2 furent gazés, 2 dont la mort est inconnue, un soldat tombé pour la France et un résistant fusillé.

23/11/2010
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Pierre Boué

 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Catherine Laborderie
Monsieur Bajowicz
Jacques Bajowicz Bajot (Jack Bajot)

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
3 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
4 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
5 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
6

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019