Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
750 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4173 Justes de France
920 résistants juifs
11438 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1269 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Dordogne

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Dordogne

Préfets :
Marcel Jacquier
(23/05/1937 - 30/10/1940) Marcel Joseph Hippolyte Jacquier
Maurice Labarthe
(30/10/1940 - 14/11/1941)
René Rivière
(14/11/1941 - 08/01/1943)
Maxime Roux
(08/06/1944 - 18/04/1946)
M. Rebouleau
(11/07/1944 ) milicien tortionnaire né en 1910, nommé préfet à Montpellier le 11 juillet 1944, fusillé trois mois plus tard par la Résistance
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Jean Popineau
(08/01/1943 - 06/06/1944) Préfet de Dordogne
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
Jean Callard
(06/06/1944 - 08/06/1944) Préfet de Dordogne
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Jean Schuhler
(Juin 1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)
Jacques Soustelle
(Mai 1945 - Juin 1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1912-1990)

À lire, à voir…

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Patrice Rolli Patrice Rolli
La Phalange nord-africaine en Dordogne : Histoire d’une alliance entre la pègre et la « Gestapo » (15 mars - 19 août 1944)

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

François Schunck François Schunck
Catherine Schunck
Alsace-Périgord - Le choc cultuel

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Patrice Rolli Patrice Rolli
Le Périgord dans la Seconde Guerre mondiale : Chronique des années noires du Mussidanais et de l'ouest de la Dordogne.

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Pageot Pierre Pageot
Le Périgord terre d'asile

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

François Schunck François Schunck
Catherine Schunck
D’Alsace en Périgord - Histoire de l’évacuation 1939-1940

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Jean-Jacques Gillot Jean-Jacques Gillot
Michel Maureau
Résistants du Périgord

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Bernard Reviriego Bernard Reviriego
Les juifs en Dordogne, 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Sainte-Orse en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Sainte-Orse 24210
cf. Saint-Orse
- Dordogne
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Sainte-Orse en 1939-1945
La plaque gravée sur la stèle à la mémoire des 27 martyrs, pour la plupart abattus par fusillade ou exterminés à Auschwitz-Birkenau au mois d'avril 1944
source photo : © H. Bach
crédit photo : D.R.
Sainte-Orse en 1939-1945
Le monument aux morts devant la mairie de Sainte-Orse
source photo : Père Igor
crédit photo : CC-BY-SA
Sainte-Orse en 1939-1945
Le château de Sainte-Orse
source photo : Père Igor
crédit photo : CC-BY-SA

Voir l'histoire du département de la Dordogne
Histoire
Sainte-Orse est une commune située dans le département de la Dordogne.

15/06/2009

[Compléter l'article]
Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.

520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.

Les habitants du Bas-Rhin sont évacués vers la Dordogne, l'Indre et la Haute-Vienne.
Chacun peut emporter 30 kg de bagages à main et 4 jours de vivres.
Les Alsaciens, habitués à un confort moderne, sont désagréablement surpris par le manque de confort et d'hygiène qu'ils trouvent dans des lieux souvent inhabités depuis longtemps ou détournés de leur fonction, sans WC et sans douche. L'usage du dialecte alsacien, ne favorise pas l'harmonie entre les deux populations.

L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice et se trouve coupée en deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.

Le 10 juillet 1940, l'Assemblée nationale à Vichy vote les pleins pouvoirs à Pétain. La République est abolie.

Une circulaire préfectorale datée du 1er août 1940 et envoyée aux maires des communes informe les 80 000 Alsaciens installés en Dordogne que "en accord avec les autorités d'occupation le rapatriement des évacués du Bas-Rhin allait commencer", chacun étant libre de partir ou de rester.
Mais Strasbourg est à présent sous administration allemande et sous l'autorité du Gauleiter de Bade-Alsace.
Mais la Moselle est annexée.
Mais le Bas-Rhin et le Haut-Rhin sont intégrés au pays de Bade sous administration allemande.

Le 3 octobre 1940, le Conseil des ministres de Vichy arrête un "Statut" des juifs. Les préfets de zone sud ont la possibilité d'assigner à résidence ou d'interner les "ressortissants étrangers de race juive".

Le 22 février 1941, Mgr Georges-Auguste Louis, l'évêque de Périgueux de 1932 à 1965, demanda à ses diocésains, dans la lettre pastorale de Carême, de ne pas déroger à la tradition d'hospitalité, critiquant la légalisation antisémite de Vichy.

En Dordogne, partagée par la ligne de démarcation, des rafles sont menées dès le mois de juillet 1942, puis en octobre 1942, puis en février 1943 par l'administration française, en collaboration avec les autorités d'occupation. Différents mouvements collaborationnistes (milice, PPF...) poursuivront ces rafles et les persécutions jusqu'à la fin de la guerre.
Plus de 1 200 Juifs seront abattus sur place ou déportés sans retour.

En Dordogne, nombreux ont été les hommes et les femmes de toutes conditions, de toutes origines, de toutes convictions religieuses ou politiques, qui se sont élevés contre les lois discriminatoires et honteuses de Vichy et ont affirmé, au péril de leur vie, les valeurs démocratiques et républicaines d’égalité et de fraternité bafouées par le régime.

15/06/2009

[Compléter l'article]

Témoignage de Jean Camille Bloch

L’école maternelle était située à environ deux cent mètres du domicile de mes parents. Chaque jour de classe, je faisais le trajet de retour en compagnie de mon petit copain Jean- Claude et bien souvent son grand-père (mon pépé disait-il) nous attendait et ne manquait pas, chemin faisant, de nous offrir une glace ou un roudoudou.
Quelle chance avait Jean-Claude d’avoir un grand-père, il me racontait qu’à la maison il avait même une grand-mère ! J’avais du mal à le croire, mais un jour sa grand-mère m’invita pour l’anniversaire de mon ami, et gavé de délicieux gâteaux, je dus me rendre à l’évidence, il avait aussi une grand-mère…
Et les interrogations se bousculaient dans mon esprit de petit garçon :

Comment fait-on pour obtenir un grand-père ou une grand-mère ? Je venais d’avoir un petit frère que la cigogne avait bien voulu nous accorder (ancienne légende alsacienne, la cigogne livre les bébés…). Est-ce que la cigogne livre aussi les grands-pères ? Pourquoi mes parents ont-ils préféré un petit frère ? Un grand-père me paraissant plus lourd qu’un bébé, sans doute fallait-il trouver une cigogne assez "musclée" pour la livraison ? Ma sœur aînée âgée de 7 ans émis une autre hypothèse : un grand-père coûterait beaucoup plus cher qu’un bébé et mes parents n’étaient pas aussi riches que ceux de Jean-Claude….
Il fallait se résigner, l’accès à un grand-père ne pourrait pas se réaliser dans l’immédiat, nos parents avaient d’autres urgences financières, avec la venue de notre petit frère Jacques. Tant pis pour les glaces et les roudoudous…
Maman fut toutefois questionnée et les larmes aux yeux, elle nous expliqua qu’on nous avait "pris" nos grands-parents.
L’indignation s’empara de nous, ainsi nous avions eu des grands parents et quelqu’un, un voyou sans doute, nous les avait volés ! On peut voler un grand-père, comme l’on vole une pomme sur un étalage ? Quelle honte ! Et papa, notre protecteur attentionné, n’avait pas pu s’interposer ?
Nous gardions le secret espoir que le voleur de grand-père se ferait "pincer" par la police et que notre bien nous serait rendu. Mais quand ?

A ces questions d’enfants de la guerre ou d’après guerre, qui aujourd’hui peuvent paraître bien naïves et même stupides, les réponses ne vinrent que bien plus tard, lorsque nos parents estimèrent que nous étions en âge de comprendre sans que cela entraîne de cauchemars, la tragédie familiale qu’ils vécurent le 1er avril 1944 à Saint-Orse.
Depuis, nous avons compris notre chance d’avoir eu au moins nos parents, contrairement à d’autres.

De l’expulsion à Sainte-Orse :
A l’automne 1939, après l’invasion de la Pologne par les troupes hitlériennes, le gouvernement Français, décida par sécurité d’évacuer les zones frontalières. De nombreux alsaciens prirent le chemin du Sud-Ouest de la France, selon un plan pré-établi par les autorités. Ce ne fut pas le cas de ma famille qui refusa d’abandonner ses biens difficilement acquis.
La défaite de juin 1940, bouscula les données du problème. Nombre d’alsaciens chrétiens refluèrent vers l’Alsace annexée.
Il faisait beau et chaud en ce matin de juillet 1940, lorsqu’un side-car Allemand se présenta sur la place de l’hôtel de ville de Barr (67). Barr était en cette période, une ville de stationnement et de ravitaillement des troupes françaises ou du moins de ce qu’il en restait, située dans le vignoble entre Strasbourg et Sélestat. Sous les yeux médusés des deux soldats Allemands qui n’en demandaient pas tant, les militaires Français se rendirent aussitôt. Un officier Français, vétéran de la grande guerre essaya de résister et de convaincre ses camarades de tirer, mais il en fut vite dissuadé par la foule des curieux.
Quelques heures plus tard, la ville était investie par une colonne militaire Allemande. Les familles juives furent réunies dans la cour de l’hôtel de ville. Les Allemands recommandèrent que chaque maison juive resta ouverte et que les juifs ne se munissent que du strict nécessaire (vêtements, un peu de nourriture, argent et bijoux exclus...).
Ma famille demeurait dans une grande maison appartenant à mon grand-père Camille Lehmann, sise à même la place de l’hôtel de ville. Mon grand-père était un notable estimé de tous, ami du grand rabbin Joseph Bloch, c’était un homme vénérable très cultivé.
Aussi les voisins compatissants s’empressèrent de proposer leurs services pour veiller sur la maison, le mobilier et même les bijoux…
En fait, assise sous un soleil de plomb, dans la cour de la mairie jusqu’au soir, parvenaient aux oreilles de ma famille, les cris des voisins qui se disputaient le contenu de la maison familiale.

En fin de journée, des camions Allemands bâchés, chargèrent les familles juives.

Maman raconte que les camions les menèrent au sinistre camp du Struthof, dont la construction n’était heureusement pas achevée. Ils furent ainsi "parqués" quelques jours dans un camp provisoire installé non loin du Struthof, à Schirmeck.
Puis à nouveau des camions bâchés, qui, sans doute sur instructions des autorités d’occupation les conduisirent jusqu’à Lons le Saunier (ligne de démarcation), où ils furent livrés à eux-mêmes, sans d’argent et sans nourriture. Au passage, l’officier Allemand leur cria « retournez dans votre pays de m….. ».
Un officier Allemand considérant que des Juifs pouvaient être Français, voilà qui n’est pas chose courante…
Commença alors une longue errance, à la recherche d’un point de chute où ils seraient en sécurité. Le parcours fut interrompu à maintes reprises pour tenter de soigner et de reposer ma grand-mère Fanny atteinte d’une angine de poitrine.
C’est ainsi que passant à Lyon, chez des cousins fortunés, ils quémandèrent un toit qui leur fut refusé, car le maître de maison avait de gros soucis avec un cheval de course qui était malade….Par la suite tous les biens de ce richissime cousin furent investis et réquisitionnés par le sinistre Barbie et notre cousin ainsi que sa famille déportés.
Les expulsés échouèrent près de Barcelonnette, au camp de Chaudane, où ils se reposèrent quelques jours.
Arthur LEHMANN, fils aîné de Camille, réussit à les contacter et leur communiqua l’information suivante :
"Notre cousine Alice LEVY, nièce de Camille et Fanny, est réfugiée dans un petit paradis de Dordogne, à l’abri des bruits de bottes, du nom de Sainte-Orse et fait le nécessaire auprès du maire, pour que vous soyez acceptés en tant que réfugiés".
La décision fut rapidement prise, faute d’alternative, Arthur était une personne de toute confiance, commerçant international de haut-niveau, il avait ses entrées à la cour d’Angleterre et possédait certainement des informations sur les évènements politiques à venir…
Comment s’effectua la migration de Chaudane vers Saint-Orse, personne ne s’en souvient. Ce qui est certain, c’est qu’elle fut longue en raison de l’état de santé de Fanny et aussi de Camille qui n’était pas en grande forme.
A cette époque, un homme de 68 ans, était déjà usé par la vie et considéré comme un vieillard.

Fin 1940, aux environs de Noël, la famille s’installa donc à Saint-Orse, dans de vieilles maisons insalubres, abandonnées, à l’écart du village, dans un petit hameau du nom de Rosas.
Le maire qui les accepta, Monsieur Grézel, fut rapidement destitué par le gouvernement de Vichy et remplacé par un maire-délégué jugé moins laxiste, Monsieur Brachet !

Les réfugiés à Sainte-Orse :
La vie s’organisa, tant bien que mal. Grand-père Camille devint le patriarche des familles réfugiées. Plusieurs ouvrages d’historiens lui attribuent la fonction de rabbin, ce qu’il n’était pas. Il exerçait la fonction de ministre officiant…par intérim.
Il eut la joie de marier deux de ses filles :
Simone LEHMANN (ma mère) le 18/06/1942 avec Armand BLOCH de Drachenbronn (mon père),
Albertine LEHMANN (ma tante) le 10/11/1942 avec Marcel LOEB de Oberseebach (ami d’enfance de mon père).
Les hommes acceptèrent tous les travaux qu’on leur proposait. Mon père fut tour à tour, mineur,bûcheron, charcutier en usine, ouvrier agricole,etc...
En août 1942, la petite communauté juive réfugiée était forte de 72 personnes, selon liste des réfugiés retrouvée dans les archives de la mairie. Beaucoup étaient des parents proches.

72 réfugiés dans ce petit village très pauvre de 300 habitants, ce qui, on peu facilement l’imaginer, posa de sérieux problèmes d’intendance.
C’est probablement l’une des raisons qui fit que plusieurs familles quittèrent peu à peu Sainte-Orse pour rejoindre des bourgs plus importants. Il en fut ainsi pour les familles WERTHEIM-CAEN-SCHREIBER-MAY-KLEIN-KAUFMAN-MANN.
Les listes de fusillés et déportés de Dordogne laissent à penser que ces dernières familles connurent également leur lot de souffrances.
En novembre 1942, la horde nazie franchit la ligne de démarcation et occupa tout le territoire, secondée par ses vassaux Français, miliciens et autres traîtres à la Patrie.

Début 1943, ne demeurait plus à Sainte-Orse qu’environ 52 personnes juives réfugiées et dispersées dans le village même.

Et la vie continua dans ce hameau perdu entre champs et bois, à l’écart de tout grand axe routier et des soubresauts de la guerre. Les enfants fréquentaient l’école du village et garderont un souvenir ému de l’instituteur qui portait bien son nom, Monsieur Lamoure.
En dehors du rationnement, seul le fusil-mitrailleur fournit par la résistance, dont mon père ne se séparait plus à présent, rappelait que le Pays était occupé.

En Février 1943, la petite communauté appris l’arrestation de l’un des siens, Marcus GREIF SCHACHTER , qui fur déporté par le convoi n°50.

En Novembre 1943, deuxième coup de semonce pour la communauté, le jeune Léon BLOCH 23 ans (né à Plaine (67), neveu d’Abraham KAHN de Kolbsheim et fils d’Anna BLOCH, requis à la société Guyenne-Pétrole d’où il s’enfuit, fut raflé à Vézac et déporté.

Début 1944, comme un troisième mauvais présage, un deuil vint frapper la communauté. Ma grand-mère, Fanny STRAUSS épouse de Camille LEHMANN, se mourrait. Pendant trois jours et trois nuits, Camille lui tint la main, priant inlassablement les médicaments promis depuis des mois, par la croix-rouge. Fanny s’éteignit le 19/01/1944, sans médicaments, sans médecin, mais entourée de sa famille.
Le traumatisme fut rude pour les réfugiés et la santé de Camille déclina rapidement. A présent, il ne dormait plus qu’assis sur le fauteuil que son ami le curé, avec lequel il avait des discussions passionnées …et bruyantes, lui avait offert.

La menace se précise :
Pour qui connaît Sainte-Orse, village « du bout du monde » auquel on ne peut accéder que par d’étroits chemins vicinaux en lacets, il paraît impossible que quiconque envisage d’y faire un détour. Et pourtant…

L’état major Allemand trouvant la police et la milice de Dordogne peu efficaces contre les résistants de cette région boisée et encore moins efficaces à l’égard des « terroristes juifs », détacha de Paris, courant mars 1944, la division Brehmer (dite division "B"), pour remédier à cette situation jugée intolérable.
Commandée par le général Walter Brehmer, la division "B" était dans les faits une sorte de bataillon disciplinaire, composé d’assassins, de violeurs et de repris de justice sans foi ni loi.
La suite des évènements démontra que sa mission première était de contribuer à la solution finale.

(Il faut cependant rappeler que dès le mois d’Août 1942, la rafle du Vel d’Hiv ayant créé des vocations, les autorités locales sous l’impulsion de Bousquet, organisèrent de nombreuses rafles en zone dite "libre".
En Dordogne les rafles débutèrent le 26/08/1942 et furent très nombreuses et destructrices de vies, jusqu’à la libération).
La police et la milice locale, n’étaient donc pas restées inactives….

Heureusement, la résistance non plus… ! Puisque mi-mars 1944, l’épouse de Denoix, chef de la milice de Dordogne fut enlevée et exécutée, ce qui fournit un motif supplémentaire à ses sbires de Limoges, pour préparer le terrain à la division "B", ce qu’ils auraient fait de toute manière. Les miliciens de Limoges procédèrent jusqu’à l’arrivée de la division nazie à quantité d’interpellations de juifs ou de supposés résistants. Les personnes ainsi détenues seront fusillées ou déportées quelques jours plus tard.

La division Brehmer arriva à Périgueux le 24 mars 1944, forte de 6000 hommes et rejoint Paris dans la nuit du 2 au 3 avril 1944. C’était donc une opération "éclair".
Elle mit en œuvre sa sinistre mission dans la nuit du 25 au 26 mars à Mussidan et Ribérac. Ne trouvant pas de juifs, elle s’en prit à la population autochtone "complice des terroristes juifs".
24 personnes furent fusillées, d’autres déportées comme le maire de Ribérac, de nombreuses maisons incendiées.
A partir du 27 mars, la division Brehmer se scinda en détachements motorisés blindés, de manière à traquer plus efficacement les juifs. Chaque colonne de 200 à 400 hommes est munie de listes pré-établies par leurs auxiliaires Français zélés.

(Il ne m’est pas possible de dresser ici la liste exhaustive des nombreuses exactions de cette division, ce serait malheureusement bien trop long. Des ouvrages existent relatant ces drames répertoriés, je m’y suis en partie référé.)

Le danger se rapproche inexorablement de Sainte-Orse, des villages très proches sont investis par la troupe des barbares :
La Bachellerie le 30 mars, 10 fusillés, 32 déportés, tous juifs.
Saint Rabier le 31 mars, 2 fusillés dont une femme abattue dans le dos et brûlée , juifs bien entendu.
La colonne de la mort se retire, Sainte-Orse sera-t-elle épargnée grâce à son isolement ?

Le 1er avril 1944 à Sainte-Orse :
La nouvelle des assassinats de La Bachellerie et de Saint-Rabier était parvenue à Sainte-Orse, où l’on avait perçu le crépitement des armes automatiques.
Curieusement, la population et la communauté réfugiée ne prirent aucune précaution particulière. Chacun vaqua à ses occupations, en cette belle journée de printemps du 1er Avril 1944.
Pourtant, dans le village, le maire-délégué Monsieur Brachet s’assura de bon matin, qu’aucun homme réfugié en âge de travailler n’était resté sur place. Avait-il des informations ? C’est une rumeur qui courut dans le village à la fin de la guerre, lorsque Monsieur Brachet se suicida sans raison apparente.

Dès 8 heures du matin, le village est investi par près de 200 hommes de la division « B » accompagnés de SS.
Mon grand-père, âgé de 72 ans, décide alors de prendre une bêche sur son épaule et de simuler un départ aux champs. Il est vite arrêté et conduit à la mairie.
Abraham KAHN , 49 ans, faible d’esprit,né le 02/06/1895 à Kolbsheim, apeuré tente une fuite, il est abattu froidement dans le dos.
Tous les juifs raflés sont conduits à la mairie, battus, fouillés, interrogés, dépouillés, 30 personnes au total.
Un soldat autorise mon grand-père à conserver son livre de prières, lui disant en allemand : "tu vas en avoir besoin"…
Midi sonne au clocher de l’église, Raymond et André MOCH, sont sommés de porter leur père, un vieillard grabataire.
Tous les hommes sont dirigés à pied, à l’écart du village. Interdiction à quiconque de regarder, mise en joue de toute personne qui ne se cache pas. A 200 mètres du bourg, au lieu-dit les Châtenets, les hommes sont tirés comme des lapins, puis achevés. Sept cadavres gisent dans la lande et les genévriers :
LEHMANN Camille, 72 ans, né le 30/03/1872 à Zellwiller ,
LEHMANN Léopold, 63 ans, né le 10/12/1881 à Schwenheim,
MOCH Léon, 67 ans, né le 25/06/1877 à Strasbourg,
MOCH Raymond, 39 ans, né le 04/05/1905 à Strasbourg,
MOCH André, 37 ans, né le 04/01/1907 à Strasbourg ,
MEYER Oscar, 49 ans, né le 26/03/1895 à Hochfelden,
WEIL Emmanuel, 61 ans, né le 22/02/1883 à Bouxwiller.

Interdiction de toucher aux cadavres exposés au soleil.

Tandis que brûlent les maisons des réfugiés, femmes et enfants sont chargés dans des camions, destination Limoges, Drancy, Auschwitz par le convoi 71.
Il y a là, entassés pèle-mêle, au milieu des pleurs et des cris d’enfants :
BLOCH Anna née KAHN le 09/09/1892 à Kolbsheim, sœur d’Abraham et mère de BLOCH Léon,
GREIF Derzo né le 31/01/1903 à Budapest
GREIF Édith, 8ans, née le 18/10/1936 à Anvers, fille de Derzo,
GRUMBACH Alice née LEVY le 17/11/1891 à Zellwiller, mère de Jean qui sera fusillé le 18/04/1944 à Sarlat.
LEVY Mathilde née LEVY le 09/12/1876 à Duppigheim, mère de Carmen et MOCH Lilie,
LEVY Carmen née le 06/01/1913 à Mittelbronn,
LOEB Albertine née LEHMANN le 24/08/1910 à Zellwiller, fille de Camille,
MEYER Alice née MOCH LE 17/11/1907 à Mertzwiller, épouse de MEYER Oscar,
MEYER Arlette, 9 ans, née le 16/12/1935 à Strasbourg, fille de Oscar et MEYER Alice,
MOCH Jenny née ROOS le 21/03/1881 à Bischheim, épouse de Léon,
MOCH Denise née WEIL le 26/06/1910 à Paris, épouse de Raymond,
MOCH Lilie née LEVY le 15/07/1911 à Mittelbronn, épouse de André,
MOCH Philippe, 5 ans, né le 19/01/1939 à Strasbourg, fils de André et Lilie,
WEIL Fanny née MEYER le 06/04/1881 à Paris,
WEIL Henri, né le 25/07/1873 à Bouxwiller, frère d’Emmanuel,
WEIL Sara née BAER le 12/11/1879 à Rodalben, épouse de Henri,
WEIL Florine née WEILL le 24/08/1879 à Quatzenheim, épouse d’Emmanuel,
WEIL Alfred Hugo, né le 29/12/1916 à Bouxwiller, fils de Henri et Sara.

Miksa GREIF dit Max, né le 31/03/1899 à Budapest, probablement frère de Derzo, fut arrêté dans le salon de coiffure de Périgueux où il exerçait, le 8 avril suivant et déporté par le convoi 73.

L’errance dans les bois de Sainte-Orse :
Grâce à la complicité et au courage de certains habitants de Sainte-Orse, plusieurs familles furent en partie seulement, épargnées.

Les familles HOENEL et MITTEL furent cachées dans un poulailler tandis que brûlait la maison attenante. Il en fut de même pour la famille RAUNER tapie dans une grange au milieu des incendies.

Monsieur Jean Albert Bousquet, grand patriote qui faisait le lien avec la résistance locale et fournissait du travail à plusieurs réfugiés revint furtivement du village et donna l’alerte dans le hameau de Rosas où vivait ce qu’il restait à présent de ma famille.
Quelques instants plus tard, il fut torturé puis fusillé par les nazis sous les yeux de sa femme et de son fils âgé de 7 ans, sans avoir dénoncé les fugitifs.

La division "B" son horrible forfait accomplit, se retira du village, ne laissant que ruines, flammes et désolation, poursuivant sa traque dans d’autres bourgs comme Thenon.

Sous la conduite de mon père qui connaissait parfaitement la forêt pour y avoir bûcheronné, les survivants de ma famille se réfugièrent dans une masure en pierre de 15 mètres carrés. L’orage avait éclaté et il tombait des trombes d’eau. Tout le monde était trempé jusqu’aux os et les enfants avaient faim et soif.
Mon cousin Raymond, qui avait 7 ans , se souvient que sa mère lui disait d’avaler sa salive pour étancher sa soif ! Pour cette première nuit, les adultes ne purent offrir qu’un feu de branchages pour tenter de réchauffer ce petit monde.

Serrés les uns contre les autres, dans l’étroite cahute, on pria pour les absents et l’on compta alors les survivants :
BLOCH Armand, 38 ans,
BLOCH Simone, 29 ans, fille de Camille, épouse d’Armand, enceinte de 7 mois,
BLOCH Henriette, leur fille de 11 mois,
CAHN Fernand, 34 ans,
CAHN Blanche, 36 ans, fille de Camille, épouse de Fernand,
CAHN Maurice, 9 ans, leur fils,
CAHN Raymond, 7 ans, leur fils,
GRUMBACH Lucien,54 ans, époux d’Alice, père de Jean,
LEHMANN André,39 ans, fils de Camille,
LOEB Marcel,44 ans, époux d’Albertine LEHMANN.
10 survivants…

Il était trop dangereux de se maintenir au même endroit plusieurs jours, commença alors pour ce groupe précarisé, une longue marche de près de trois mois dans les bois, de cache en cache.
De nuit les hommes retournaient dans les hameaux réclamer de la nourriture. Un jour mon père me confia que sa hache de bûcheron l’avait beaucoup aidé à convaincre les généreux donateurs…
Il faut cependant souligner qu’une partie de la population locale, au risque de sa vie, portait des victuailles et du lait en un lieu convenu au milieu des bois.
Cependant, cette nomadisation devenait critique pour ma sœur Henriette et ma mère sur le point d’accoucher.
Avec la complicité du maire délégué, Monsieur Brachet, et de toute la population, un stratagème fut mis au point :
Ma sœur Henriette fut déclarée "enfant trouvée" par Margot la bergère et le maire établit de faux papiers au nom de Marguerite Lavignaud (Marguerite comme la bergère, Lavignaud comme le lieu de la "trouvaille").
Marguerite alias Henriette, fut conduite à l’assistance publique par Madame Dauriac fille du maire. Au cours de cette opération de sauvetage, personne ne reconnut ma sœur, bien que tous la connaissait parfaitement ! Plusieurs personnes se proposèrent de l’adopter en cours de route, dont l’épouse du préfet….
La même solidarité s’exerça quelques jours plus tard, pour extraire ma mère de la forêt et la conduire à la maternité de Clairvivre où elle accoucha le 27 mai 1944 de ma sœur Michèle Fanny.
Soulagé, mon père qui avait juré de venger les siens, rejoignit alors la résistance, accompagné de Marcel LOEB et André LEHMANN.
Jusqu’à la capitulation nazie, ils firent payer chèrement à l’ennemi, le massacre de Saint-Orse.

Début 1945, le calme revint en Dordogne et à Sainte-Orse ou naquit au mois de juillet, ma troisième sœur Denise.
Ce n’est qu’au début de l’année 1946 que tout le monde rejoint la maison familiale de Barr, occupée par des filles du pays qui avaient épousé des soldats allemands… ceci est une autre histoire…

Parmi les déportés, deux seulement survécurent :
Albertine LOEB née LEHMANN, ma tante adorée,
Léon BLOCH qui rejoint son village de Plaine (67).

La pierre des juifs de Sainte-Orse :
C’est comme cela que la population de Sainte-Orse appelait le monument que les familles firent ériger à Sainte-Orse, après que les corps des fusillés furent rapatriés en Alsace.

La tragédie de Sainte-Orse, malgré son ampleur, tomba très vite dans l’oubli. Il fallut l’opiniâtreté de mon cousin Raymond CAHN , celle de Colette RAUNER, puis le livre d’un historien local ancien résistant, Martial FAUCON, pour que ces faits ressurgissent au grand jour.

On ne sait comment (les habitants sont très discrets à ce sujet…) cette stèle disparut un jour, pour se retrouver dans la construction d’une habitation….
Le fils du marbrier qui la grava, ne put sauver que la partie haute, une lourde pierre taillée en demi-cercle, ornée d’un rameau d’olivier.
Jamais son père, n’avait eu auparavant à graver d’inscriptions en hébreu, aussi la considérait-il comme un chef-d’œuvre familial témoin de la maîtrise professionnelle de son défunt père, Monsieur Galinat.
La presse locale s’empara de l’affaire et le journal SUD OUEST titra le 3 avril 2004 :
"LA PIERRE DES JUIFS FAIT LE MUR"
"Dans la commune où huit juifs ont été fusillés, un monument rappelait ce tragique évènement, avant qu’il ne disparaisse mystérieusement".

En fait, il me semble bien que cette stèle a fait l’objet d’une querelle de clochers entre les partisans de l’ancien maire et ceux du nouveau maire, à propos du réaménagement du cimetière qui devenait trop exigu. Donc l’ancienne municipalité avait sans doute estimée que plus personne ne se souciait aujourd’hui de ce monument qui prenait trop de place.

Le nouveau maire, Camille Géraud et son conseil municipal, ne l’entendait pas de cette oreille, mais la commune est pauvre et le coût d’un nouveau monument bien trop lourd. Le maire eu la sagesse de contacter les descendants des victimes, grâce aux indications de Martial Faucon.
C’est ainsi que le 15 mai 2005, nous avons inauguré une nouvelle stèle, conçue par Monsieur Galinat fils à partir des vestiges de l’ancienne stèle élaborée par son père.

L’inauguration de la stèle de Sainte-Orse :
Arrivés à Sainte-Orse le 12 mai avec mon épouse et ma sœur Henriette, nous avons sillonné jusqu’au 15 Mai, le village et ses hameaux, à la recherche des lieux et des gens dont nos parents nous avaient si souvent parlé.
Mon cousin Raymond CAHN ainsi que ma cousine Sylvie BIEDER née Lehmann, nous avaient rejoints.

Maman (90 ans) qui n’avait pu faire le déplacement, m’avait confié la mission de lui faire un rapport complet…
Avec une énorme émotion, nous avons vu de nos propres yeux, les ruines des maisons incendiées, le petit jardin de mon père, la masure où ils se réfugièrent au fond des bois.
La population était partagée (toujours cette querelle de clochers), certains nous fuyaient, d’autres nous souriaient et répondaient à nos questions avec force gentillesse.

Samedi soir le 14 mai, nous étions invités à un vin d’honneur, par Monsieur le maire et son conseil municipal. Les murs de la Mairie étaient couverts de photos d’époque, photos de classe avec Monsieur Lamoure, photos de notre famille. Là ne s’arrêtait pas la surprise.
En effet, une vieille dame fit son entrée accompagnée de sa gouvernante, le maire nous la présenta. Il s’agissait de Madame Dauriac (96 ans) qui conduisit ma sœur Henriette (l’enfant trouvée) à l’assistance publique pour la soustraire aux dangers.
Les deux femmes s’étreignirent longuement, toute la salle était en pleurs et j’avoue que je ne voyais plus le viseur de mon appareil photo !
On échangea des adresses, des numéros de téléphones et la soirée se termina dans l’auberge du village où de délicieuses spécialités locales nous attendaient.

Dimanche 15 Mai, le cimetière était trop petit pour contenir invités et population. La cérémonie organisée de main de maître par Monsieur le Maire fut très émouvante.
Nous fûmes chargés, ma sœur, mon cousin Raymond et moi-même de dévoiler la stèle, pendant qu’un haut-parleur égrenait Nuit et brouillard de Jean Ferrat.

Il y eu de nombreux discours plus poignants les uns que les autres.
S’il ne faut en retenir que deux extraits, voici ceux qui me paraissent correspondre le mieux à Sainte-Orse :
" … Ce nécessaire monument constituera une condamnation permanente des crimes commis au nom d’une idéologie basée sur le racisme, la xénophobie et complétée par l’abolition des libertés individuelles et collectives. La commune de Sainte-Orse, l’une des plus frappées dans la chair de ceux qui étaient venus se réfugier sur son sol, a je crois, en l’érigeant avec le concours des familles et de sa population, utilement œuvré pour que les générations futures gardent les yeux ouverts sur ces idéologies parfois renaissantes…" (discours de Martial Faucon, historien)
"… et c’est pour cela que je voudrais associer à cette cérémonie, tous les Justes parmi les Nations, nombreux sauveurs de vies juives, ceux qui furent les lumières de la démocratie, ceux qui furent des hommes à un moment ou il n’y en avait plus….ces actes de courage ont été l’honneur de la France dans cette sombre période…" (discours de Betty Wieder, représentant Serge Klarsfeld)

Deux habitants de Sainte-Orse, furent honorés par Yad-Vashem.
Le 5 juin prochain sera inaugurée une stèle à la mémoire de Jean Albert Bousquet. Nous avons fait part de vive voix, à son fils et à sa famille, de notre éternelle reconnaissance.

Jean Camille Bloch

Sources documentaires :
Bernard Reviriego, les juifs en Dordogne, éditions Fanlac.
Martial Faucon, Récits vécus, imprimerie ACDS Bordeaux.
Raymond Cahn : "condensé de ma mémoire pour l’histoire", notes personnelles.

08/06/2010
Lien : Aschkel Info

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Dordogne

134e-135e CTE Saint-Astier 24110 Saint-Astier
645e GTE Saint-Astier 24110 Saint-Astier
646e GTE Le Buisson-de-Cadouin 24480 Le Buisson-de-Cadouin
648e GTE Bergerac 24100 Bergerac
649e GTE Calviac-en-Périgord 24370 Calviac-en-Périgord
650e GTE Castelnaud-la-Chapelle 24250 Castelnaud-la-Chapelle
Camp de Saint-Pardoux-la-Rivière 24470 Saint-Pardoux-la-Rivière
Château Le Roc ou du Roc-Chautru 24640 Le Change
Prison militaire de la Perlerie 24000 Périgueux
Prison militaire de Mauzac 24150 Mauzac-et-Grand-Castang

Les lieux de sauvetage de la Dordogne

Centre médico-social de Périgueux 24000 Périgueux
Chai de Lardimalie 24330 Saint-Pierre-de-Chignac
Château de la Juvénie 24270 Payzac
Clairvivre 24160 Salagnac
Collège Saint-Front 24000 Périgueux
Couvent Saint-Joseph 24100 Bergerac
Hospice Adassa 24620 Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil
Hospice Élisa 24200 Sarlat-la-Canéda
Maison de Charité de Saint-Vincent-de-Paul 24480 Le Buisson-de-Cadouin
Préventorium des Fougères 24310 Brantôme


Les 125 Justes parmi les Nations de la Dordogne



Familles réfugiées à Sainte-Orse [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


8 Familles arrêtées (Sainte-Orse) [Compléter]
01/04/1944
Famille Bloch - Anna, née Kahn le 09/09/1892 à Kolbsheim, sœur d’Abraham et mère de BLOCH Léon, réfugiée à Sainte-Orse, est arrêtée parce que juive et déportée sans retour de Drancy vers Auschwitz par le convoi n° 71 du 13/04/1944.
Déportation :
13/04/1944   convoi no 71

01/04/1944
Famille Greif - Derzo né le 31/01/1903 à Budapest et sa fille Édith, 8 ans, née le 18/10/1936 à Anvers, réfugiés à Sainte-Orse, sont arrêtés parce que juifs et déportés sans retour de Drancy vers Auschwitz par le convoi n° 71 du 13/04/1944.
Déportation :
13/04/1944   convoi no 71

01/04/1944
Famille Grumbach - Alice née Lévy le 17/11/1891 à Zellwiller, réfugiée à Sainte-Orse, est arrêtée parce que juive et déportée sans retour de Drancy vers Auschwitz par le convoi n° 71 du 13/04/1944. Son fils Jean sera fusillé le 18/04/1944 à Sarlat.
Déportation :
13/04/1944   convoi no 71

01/04/1944
Famille Lehmann - Camille, 72 ans, né le 30 août 1872 à Zellwiller, domicilié à Barr, et Léopold, 63 ans, né le 10 décembre 1881 à Schwenheim, réfugiés en Dordogne sont fusillés par la division Brehmer à Sainte-Orse le 1er avril 1944 au lieu-dit les Châtenets. Fanny, l'épouse de Camille, était décédée quelques temps avant, le 19 janvier 1944, faute de soins.    
Date d'exécution :
01/04/1944

01/04/1944
Famille Lévy Moch - Mathilde née Lévy le 09/12/1876 à Duppigheim, ses deux filles, Carmen née le 06/01/1913 à Mittelbronn et Lilie épouse Moch le 15/07/1911 à Mittelbronn, épouse d'André fusillé à Sainte-Orse le 01/04/1944, et le fils de Lilie et d'André, Philippe Moch, 5 ans, né le 19/01/1939 à Strasbourg, réfugiés à Sainte-Orse, sont arrêtés parce que juifs et déportés sans retour de Drancy vers Auschwitz par le convoi n° 71 du 13/04/1944.
Déportation :
13/04/1944   convoi no 71

>> Voir les 8 familles arrêtées dans la commune <<


Chronologie [Ajouter]

05/08/1942 - La circulaire n° 2765 du secrétaire général à la Police envoyée au préfet régional de Limoges vise les étrangers suivants en vue de leur transfert en zone occupée : "Les israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et les réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936 incorporés dans des groupes de T.E., hébergés au centre du Service social des étrangers, dans les centres des comités privés ou dans ceux de l'UGIF, placés dans les centres de regroupement israélites en application des circulaires du 3 novembre 1941 et du 2 janvier 1942 ainsi que ceux en résidence libre, seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre". La circulaire exclut quelques catégories de Juifs, dont les vieillards de plus de 60 ans, les enfants de moins de 18 ans non accompagnés, les femmes enceintes...
23/08/1942 - Rafles de la zone libre du 23 août 1942. Le 23 août 1942 la police française agissant sur ordre des autorités de Vichy arrête les Juifs de la région dans les camps et GTE de zone sud rentrés en France après 1936.
26/08/1942 - Rafles de la zone libre du 26 août 1942. Un quota de 1 308 personnes à arrêter est fixé. Il s'agit de déporter les Juifs entrés en France après le 1er janvier 1933.
26/08/1942 - Rafle de Juifs réfugiés en Limousin. 446 Juifs dont 68 enfants de la région sont regroupés au camp de Nexon sont acheminés vers Drancy le 29 août 1942 et déportés vers Auschwitz par les convois n° 26 et 27.
08/10/1942 - Rafles du 8 octobre 1942 en zone occupée. Ces rafles concernent 1 933 Juifs en zone occupée, dont les communes de Dordogne situées de l'autre côté de la ligne de démarcation et intégrées à la Charente. 386 Juifs dont 179 de Dordogne seront envoyés à Drancy pour être déportés vers Auschwitz par les convois n° 40 et 42 des 4 et 6 novembre 1942.
08/10/1942 - Rafle des Juifs en Charente dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942.
23/02/1943 - Rafles du 23 au 27 février 1943. Rafle dite du "gymnase Secrestat". A la suite d'un attentat qui a coûté la vie à deux officiers allemands le 13 février 1943, l'occupant demande en représailles la déportation de 2 000 Juifs de France. Ils sont raflés dans chaque département par la police et la gendarmerie. La région de Limoges est tenue de fournir 250 Juifs, elle en arrêtera 385, dont 90 en Dordogne.
31/01/1944 - Grande rafle ordonnée par le Préfet de région Poitou-CharentesLencloître France
01/04/1944 - Rafle du 1er avril 1944 à Sainte-Orse. Dès 8 heures du matin, le village est investi par près de 200 hommes de la division « B » accompagnés de SS. Sept juifs seront assassinés au lieu-dit les Châtenets, les dix-huit autres, femmes et enfants, seront chargés dans des camions, destination Limoges, puis déportés sans retour de Drancy vers Auschwitz par le convoi 71.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Sainte-Orse sur Wikipedia 
2 Exposition : Ça m'est arrivé. Être juif en Dordogne entre 1939 et 1944 (Exposition Ça m'est arrivé. Être juif en Dordogne entre 1939 et 1944. Elle est conçue comme complémentaire de l'ouvrage de Bernard Reviriego. Les témoins ont été photographiés par Denis Bordas, photographe aux Archives départementales, et il est possible d'écouter, avec un baladeur, leurs témoignages organisés en six thèmes : • L'antisémitisme et la guerre • La Dordogne, terre d'accueil • L'exclusion • La persécution • La Résistance • La mémoire
Des objets personnels prêtés par ces témoins, et commentés par eux, font écho aux documents originaux tirés des Archives départementales. Cette exposition est prêtée à titre gracieux par les Archives départementales de la Dordogne. Pour tout renseignement, contacter Bernard Reviriego : b.reviriego@dordogne.fr )
3 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
4 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
5 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
6 Hélène à Bergerac en septembre 2010 (Reportage, de France 3 Aquitaine Périgords, sur le voyage en France d'Hélène Fraenkel Appel et de sa famille. )
7 Hélène Fraenkel en famille à Bergerac, réception à l'hôtel de ville (photos)
8 Soirée des justes et réception d'Hélène Fraenkel à l'hôtel de ville de Périgueux
9 Victime en représailles à Mussidan
10 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
11 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
12 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Identification photos

    Je dispose de photos qui ont été identifiées comme ayant été prises dans la région de Mussidan et représentant des maquisards. Ces clichés, d'origine familiale, ne peuvent être "expliqués", toutes les personnes ayant vécu à cette époque étant décédées. Quelqu'un peut-il m'aider à affiner l'identification de ces lieux et de ces personnes ? Une seules personne a pu être identifiée : Alain Broquaire, réfugié à Bourgnac(24) à partir de 1942 et originaire de Dunquerque(59). [répondre]

    Bonjour
    Pouvez-vous scanner et mettre les photos dans l'annonce de recherche ?
    Merci
    Bernard
      [répondre]
    Bonjour, comment pouvons nous voir ces photos? Merci  [répondre]
    je serais intéressé par vos photos, et souhaiterais en prendre connaissance
    merci
    cordialement
      [répondre]

***  recherche liste enfants cachés couvent saint joseph

    Bonjour je suis a la recherche d'informations sur les enfants juifs cachés dans le couvent saint Joseph a Bergerac . Mon père Edmond Hirsch né en 1936 originaire de Bitche y a peut être été caché . Il avait entre 4 et 7 ans durant l'hosptalisation de sa mère Irma Blum Hirsch pendant la seconde guerre mondiale . Je recherche des témoignages de personnes qui l'auraient connus . Ou des conseils pour chercher des preuves qu'il se trouvait la bas . A qui pourrais je m'adresser pour commencer mes recherches ?
    Il était refugié avec ses parents Samuel Hirsch(tailleur ) et Irma Blum à Périgueux .Comment retrouver les adresses ou il a logé a Perigueux ? Merci a toutes les personnes qui pourront me renseigner !

    [répondre]

    Bonjour, pour commencer il faut vous rendre aux Archives de la Dordogne et voir s'il existe une liste de la gendarmerie qui recense les déclarations (obligatoires) de résidence pour Périgueux. Ensuite....il faut aller à la pêche aux infos. Bon courage. MF Greminger  [répondre]

***  recherche de photos

    bonjour mes grands parents ayant ete expulsés de moselle ,du village de fontoy ,et dirigés vers perigueux puis saint pardoux la riviere de 1941 a 1945, schuhmacher nicolas ne le 15 juin 1907 a fontoy et sa famille ,de souvenir faiser du charbon dans les bois et dans le maquis ,attaque d un convoi et ,fait prisonnier des allemnds de la poche de royan ,brisdes de souvenirs de la grand mere ,je recherche des fotos par mail du camp,des baraquements comme ils disaient ,je compte m y rendre avec ma famille cette annee fin juillet 2017 ,eventuellement une location pour 5 personnes ,merci d avance schuhmacher cyril 0612146664 [répondre]

***  recherche

    Bonjour . Je cherche à savoir si quelqu'un a connu durant l'occupation , mon oncle Gérard SAINTMARTIN ( fils ainé de Mr et Mde. Joseph Saintmartin , maire de Boulazac en 1944 ) ? .
    Il fut arrêté à la frontière Espagnole en 1942 , ( peut être par dénonciation ? ) et déporté à Gusen , mort là bas après la libération du camp , en 1945 .
    Merci de me contacter .
    J.F Saintmartin
    [répondre]

***  j'ai 65 ans je recherche des éléments sur ma grand mère

    Je recherche des personnes qui ont connu ou entendu parler de ma grand mère DELPERIER Marie (henriette)née le 7 janvier 1902 de pére inconnu à l'àge lieu dit entre le bos et le vignal à Auriac du périgord 24290,(à côté de Fanlac) sa date de décés n'est signalée nulle part,dernière date connue de présence en 1931..(dernier dénombrement).( était handicapée) sa mère se prénomme mathilde (décédée en 45)habitaient toutes les deux dans maison isolée tout prés camp du sablou...merci [répondre]

***  Recherche

    Je recherche des personnes ayant connus ma maman
    Renée Rottler née rosenberg qui était réfugiée à Villamblard avec ses parents Sylvain et Adèle Rosenberg durant la guerre .
    Merci pour vos renseignements
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019