Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
779 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11887 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Rhône

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Rhône

Préfets :
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962) (1893-1962)
(24/01/1944 - 05/1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)
Henri Longchambon
(1944 - 1946) Préfet du Rhône puis commissaire de la République pour la région Rhône-Alpes (1896-1969)

À lire, à voir…

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Roger Zannelli Roger Zannelli
Résistant à seize ans

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Andry Nicolas Andry
Objectif Lyon

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Péan Pierre Péan
Lydie Bastien, la diabolique de Caluire

ACHETER EN LIGNE

Georges Garel Georges Garel
Katy Hazan
Élise Garel
Le sauvetage des enfants par l'OSE

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Évelyne Py Évelyne Py
Un été sous les bombes - Givors, Grigny, Chasse 1944

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Bruno  Permezel Bruno Permezel
Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours - 2824 engagements

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Givors en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Givors 69700
- Rhône
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Givors en 1939-1945
Givors, canal et rue des Tuileries
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.
Givors en 1939-1945
Vue aérienne de Givors
source photo : © J. Del Pino - Mairie de Givors
crédit photo : D.R.
Givors en 1939-1945
Le bassin de Givors (aujourd'hui autoroute A 47)
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département du Rhône
Histoire

La commune des Givordins et des Givordines

Givors est une commune du Rhône.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 13 378 habitants.

21/02/2010

[Compléter l'article]

La drôle de guerre et l'occupation

En mai 1940, Givors vit au rythme des alertes aériennes.
La ville est bombardée. De nombreuses victimes seront à déplorer.1

Le 1er juin 1940, plus d'une centaine de bombes tombent sur la ville : une à Givors-ville, tout le reste à Givors-Canal. 46 personnes trouveront la mort.2

  • Angérieux, Marguerite, née Perrin
  • Bellemin, Joséphine, née Richard
  • Benagès, Elenterio et Josépha, née Castella
  • Berry, Jean Baptiste, et Marie Louise, née Jaillet
  • Bugnone, Ernest Sébastien
  • Cataly, Marie Marguerite, épouse Lambert
  • Caudoux, Antoine Emile
  • Clauzier, Reine Marie, épouse Centofansi
  • Croseille, André, Marcel, Pauline, épouse Matthieu, Blanche Pauline, née Lacour, et Merie, née Noirot
  • Dautel, Georgette Renée, épouse Duterne
  • Decoussy, Marie Stéphanie, née Valluy
  • Degeorge, Gabriel Marc Marie
  • Dubuis, Antoine Stéphane
  • Duplanil, Georgette Renée
  • Faure, Jeanne, née Laroux
  • Goudart, Claude François, et Delphine Marie Julie, née Midor
  • Grosset, Alexandre
  • Jury, Sebastien
  • Lambert , François Joséph
  • Legendre, Marie Eugène
  • Margarito, Charles
  • Martins, José Francisco
  • Matthieu, Leon Germain François
  • Moucheroud, Pierre Claude, et Paulette, née Mèze
  • Pazziardi, Georges Victor
  • Picaut, Claudius Paul
  • Pichot, Lisa Léonie, née Marchand
  • Rizotti, Joseph
  • Santelli, Dominico
  • Sarthon, Jean
  • Teluob, Raymond
  • Thomas, Démètre
  • Valluy, Andrée Jeanne

Les Allemands sont entrés à Paris. Le gouvernement français est réfugié à Bordeaux.
La drôle de guerre est terminée.
L'exode jette sur les routes des millions de personnes affolées fuyant l'avancée allemande.

Le dimanche 16 Juin, Givors voit arriver des populations de la Côte d’Or et du Doubs, notamment, traversant la ville en autos, à vélos ou en train, pour chercher un refuge en direction de l’Ardèche, de la Loire, de la Haute-Loire et dans le Rhône.
Le 19, les Allemands sont à Lyon, à 25 km de Givors.
Le 20, les Allemands, en pause à Vernaison et atteignaient Chasse dans la soirée. Ils barrent aussitôt le pont qui relie cette commune à Givors.
Le dimanche 23 juin, tard dans la soirée, colonne arriva dans la ville. Elle sera suivie par une seconde le lendemain.

08/09/2013

[Compléter l'article]

L'armistice

Mardi 25 juin, jour de l’armistice. Tous les commerces restent fermés. La ville était comme morte.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone sud où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.
Givors sera en zone sud jusqu'à l'occupation totale du pays par l'armée allemande en novembre 1942.

Le 6 août, de nouvelles victimes à Givors :

  • Eydan, Sebastien Ernest
  • Grimaldie, Anronia, née Lancia
  • Michon, Alexandre Louis
  • Rolle, Marie Antoinette, née Luquet

Puis le 12 août 1940 :

  • Bernard, Stéphanie, née Champin et Eugénie Pierrette, née Haimin

Et encore le 23 août 1940 :

  • Aït Moussa, Saïd
  • Armanet, Antoinette, née Devrieux
  • Audibert, Jean Baptiste
  • Bignaud, Jean, MPF
  • Blanc, Ines Maria Dolores, née Subires
  • Buer, Noémie Antoinette, née Pavat
  • Champi, Irène Philomène, née Descombes
  • Delorme, Marie Emilie, née Billion
  • Denonfoux-Pourret, Marius
  • Dousselin, Marie Louise, (Sœur Paula)
  • Dumas , Benoit
  • Fond, Joséph
  • Gaillard, Antoine François ( ?)
  • Espiard, Marie Louise, née Dorier
  • Goron, Joséphine Pierrette, née Bon
  • Guezout, Ali
  • Hasser, Philibert François -
  • Heyraud, Suzanne, née Armanet
  • Laurenson, Henri Julien
  • Lavastre, Louis Baptiste
  • Maisonhaute, Elisa Séraphie, née Escoffier
  • Dalicieux, Joséphine, née Millesy
  • Pelardy, Gabriel Joannes
  • Pernot, Francis et Gabriel
  • Plantier, Michel François
  • Py, Louise, née Diconne
  • Quetard, Joséphine, née Mallerin
  • Rocher , Henri Victor
  • Rothacher, Marie Rosalie Perrine, née Renaudier
  • Saut, Léon Pierre, et Marie Célie, née Chambon
  • Sauze, Andrée Virginie, née Mazet
  • Serrano, Jeanne
  • Tardif, Octavie Marie
  • Tixier, Anices
  • Visocchi, Michel
  • Vollet-Bert, Josèph François Marius
  • et 2 inconnus non identifiés

Dès novembre 1940, la Confédération Générale du Travail est dissoute, tandis que les militants sont pourchassés.
Dès l’automne 1940, le PCF créé l’OS (organisation spéciale), chargée de protéger les militants qui parlaient dans les réunions, à la sortie des usines, sur les marchés ou qui distribuaient des tracts. Cette organisation de protection deviendra les FTP.

08/09/2013

[Compléter l'article]

La délégation spéciale à l'Hôtel de ville

Par un arrêté en date du 16 Avril 1941, le Préfet du Rhône fixe la liste des 20 membres qui composeront le nouveau Conseil Municipal de la Ville de Givors et nomme Émile Loge comme maire de la ville qui fera allégeance au Maréchal Pétain lors de la séance inaugurale.

08/09/2013

[Compléter l'article]

Occupation allemande

Les 11 et 12 novembre 1942, les Allemands qui avaient franchi la ligne de démarcation se dirigent vers la côte méditerranéenne. Des troupes traversent Givors par la route nationale. Seul un petit groupe d'Allemands restent dans la ville.

Les locaux du groupe scolaire de la Freydière sont mis à la disposition des Allemands. Les classes maternelles et primaires sont suspendues à dater du 26 novembre. L’école de garçons de la place Jean Jaurès prend des dispositions pour accueillir les classes primaires touchées par cette mesure.

08/09/2013

[Compléter l'article]

La résistance s'organise

L'Armée secrète se réunit clandestinement dans un atelier de cycles de la rue Jean-Ligonnet.
Puis vont se créer les réseaux de résistance : Franc-Tireur, Libération et Combat.
Au printemps 1943, Jean Moulin, délégué national du Général de Gaulle rassemble les réseaux “Libération”, “Combat”, et “Franc-Tireur” au sein des Mouvements Unis de la Résistance dont les membres étaient rattaché naturellement à l’Armée Secrète.
Le secteur de Givors comprend la ville de Givors et les communes environnantes, constituant le secteur n° 6 des Mouvements Unis de la Résistance (MUR).

Dès 1942, la CGT, interdite depuis novembre 1940 va se reconstituer illégalement, bénéficiant du soutien grandissant de ceux oui n’ont plus confiance dans les syndicats créés par le Maréchal Pétain.
Une imprimerie clandestine est installée dans un local mis à la disposition de la CGT par les époux Cancade au 12 de la rue Jean Marie Imbert. La CGT illégale y éditera des tracts d’information et de propagande jusqu’à la libération.

08/09/2013

[Compléter l'article]

La répression

Dès la création des premiers réseaux de résistance et des premières prises de contact avec la France Libre, la répression va s’abattre sur le noyau de résistants givordins, organisée par le commissaire Pitiot.

Les autorités de Vichy demandent aux préfets d'envoyer une circulaire le 13 janvier 1943, aux maires et aux commissaires de police du département pour prendre des mesures de sécurité contre la propagande et les tentatives de sabotage des agents des puissances alliées.

Le 9 août 1943, le maire de Givors prend un arrêté prescrivant l’enlèvement immédiat de toutes
inscriptions, signes, dessins, affiches... ayant un caractère séditieux ou offensant, qui seraient
apposés sur les immeubles ou sur les trottoirs qui les bordent.

Des militants communistes et des syndicalistes sont à l’origine de la formation des Francs-Tireurs et Partisans (FTP) de Givors.

08/09/2013

[Compléter l'article]

La Gestapo à Givors

Le 7 juin 1944, lendemain du débarquement allié en Normandie, la Gestapo arrive à Givors, dans le but de s’emparer des résistants.

08/09/2013

[Compléter l'article]

Le bombardement de Givors

Le bilan du bombardement de Givors-Canal en août 1944 est tragique : 58 morts, 95 blessés, 51 immeubles totalement détruits, 57 partiellement détruits, 1 252 personnes comprenant 456 familles et 446 enfants sont sinistrées.

08/09/2013

[Compléter l'article]

Les combats pour la Libération

A l'été 1944, des Givordins meurent sous les bombes alliées.

Le 25 mai, 6 vicitmes, essentiellement des employés de la SNCF, meurent sous les bombes :

  • Brachet, Marguerite Joséphine
  • Crouzet, Jean Auguste François
  • D’Agostino, Marie Joséphine
  • France, Joannès
  • Grisard, René Etienne
  • Malelourt, Paul Jean Joseph

Le 6 août 1944, des bombes destinées au Pont de la Méditerranée frappèrent la rue du Moulin et font 4 vitimes.

Le 12 août, à Bans on dénombre deux victimes 40 rues Victor Hugo.

Le 23 août, Jean Ligonnet meurt lors des bombardement.

Le 28 août une importante colonne blindée allemande a dépassé Sainte-Colombe et s’achemine à vive allure vers Loire et Givors.
Les FFI s’organisent pour retarder l’avance de la colonne allemande.

Les Allemands parviennent à entrer à Givors et allument des incendies dans la ville : l’immeuble Damsin, place Carnot ; des rames de wagons en gare de Givors-ville ; la gare de Givors-Canal.

08/09/2013

[Compléter l'article]

La libération

Le 2 septembre 1944, les FFI entrent à Givors avec le Comité de Libération.

Le vendredi 8 septembre 1944, un arrêté préfectoral prononce la dissolution du Conseil Municipal nommé par Vichy. M. Jeampierre est nommé administrateur provisoire de la Ville de Givors et un nouveau conseil était chargé de gérer les affaires communales jusqu’à consultation du suffrage universel.

Le 19 septembre, le Conseil Municipal assemblé en séance publique, élisait Marius Jeampierre, maire de GIVORS, par 23 voix sur 24 et un bulletin blanc.

Givors reçoit la Croix de guerre : "Vaillante petite cité qui a donné un nombre important de ses enfants à la Résistance. A assuré l’hébergement de nombreux patriotes traqués par l’occupant. A eu de nombreux immeubles détruits par bombardements aériens. 153 personnes ont été tuées et 29 déportées dont 14 mortes en déportation."

08/09/2013

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement du Rhône

972e GTE du Fort de Chapoly 69000 Lyon
Camp de Vénissieux 69200 Vénissieux
Centre Ranchal 69470 Ranchal
École du service de santé militaire 69000 Lyon
Fort de Bron 69500 Bron
Fort de Chapoly 69290 Saint-Genis-les-Ollières
Fort de Feyzin 69320 Feyzin
Fort de la Duchère 69000 Lyon
Fort de Lorette 69230 Saint-Genis-Laval
Fort du Paillet 69570 Dardilly
Fort Lamothe ou La Motte 69000 Lyon
Hôtel Terminus 69000 Lyon
Petit dépôt de Lyon 69000 Lyon
Prison Montluc 69000 Lyon
Prison Saint-Paul 69000 Lyon

Les lieux de sauvetage du Rhône

Amitiés chrétiennes 69000 Lyon
Centre de Chansaye 69870 Poule-les-Écharmeaux
Centre médico-social de Lyon 69000 Lyon
Chez Nous 69110 Sainte-Foy-lès-Lyon
Clinique des Gratte-Ciel 69100 Villeurbanne
Collège Saint-Thomas d'Aquin 69600 Oullins
Congrégation des sœurs de Notre-Dame de Sion Lyon 69000 Lyon
Congrégation Jésus Marie 69000 Lyon
Couvent Notre-Dame de la Compassion 69000 Lyon
Dispensaire de Lyon 69000 Lyon
École libre de garçons à L'Arbresle 69210 L'Arbresle
École régionale des cadres de la jeunesse 69130 Écully
Église Saint-Just 69000 Lyon
Ferme-école de Taluyers 69440 Taluyers
Home d'enfants 69510 Soucieu-en-Jarrest
Institution des Soeurs Saint-Charles 69240 Thizy
Institution Sainte Jeanne d'Arc 69240 Thizy
Institution Sainte-Jeanne d’Arc 69740 Genas
Internat du Vernay-Ombrosa 69300 Caluire-et-Cuire
La Mulatière 69000 Lyon
Le Châtelard 69340 Francheville
Lycée La Martinière-Diderot 69000 Lyon
Maison d'enfants 69380 Civrieux-d'Azergues
Maison de santé de Meyzieux 69330 Meyzieu
Notre-Dame du Bon-Secours 69000 Lyon
Notre-dame-de-Saint-Alban 69000 Lyon
Pension Verney Ombroza 69300 Caluire-et-Cuire
Pensionnat Saint-Louis 69000 Lyon
Petites Soeurs de la Sainte-Enfance 69000 Lyon
Pères blancs 69000 Lyon
Pères Notre-Dame-de-Sion 69000 Lyon
Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul 69000 Lyon
Villa Essor 69660 Collonges-au-Mont-d'Or


Les 187 Justes parmi les Nations du Rhône


Maires de Givors

Mathieu Pinat   (1925-1941)
Émile Loge   (1941-1944) Nommé par délégation spéciale
Marius Jeampierre   (1944-1947)
Mathieu Pinat   (1947-1953)

Familles réfugiées à Givors [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


1 Famille arrêtée (Givors) [Compléter]
Famille Pargentino - André, né le 21/02/1925, habitait à Vienne (Isère). Il travaillait chez un photographe et s'était engagé dans les FTP. Arrêté à Givors, il est déporté à New-Brun-Sarrebruck puis à Mauthausen le 01/04/1944. Libéré le 05/05/1945, il est transféré à l'infirmerie d'un camp de prisonniers nommé Elisabeth, près de Linz, où il serait décédé.3    

Chronologie [Ajouter]

25/08/1942 - Rafle des Juifs étrangers effectuée par la police et la gendarmerie française dans la nuit du 25 au 26 août.
11/11/1942 - Les Allemands et les Italiens se partagent la zone dite "libre".
29/06/1943 - Rafle de la Gestapo à la Maison des Roches au Chambon-sur-Lignon. Dix-huit pensionnaires et le directeur, Daniel Trocmé*, sont arrêtés. Ils seront déportés : cinq jeunes juifs mourront à Auschwitz et Daniel Trocmé à Maïdanek.
08/05/1945 - L'Allemagne capitule.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Givors sur Wikipedia 
2 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
3 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
4 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
5 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
6 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
7 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
8 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
9 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )
10 "Objectif Lyon !"
11 Laurent Neury, l'espoir au bout du pont. Histoire et mémoire de la filière de Douvaine, Cabedita, 2019
12 L'abbé André Payot, résistant et chef de réseau (Biographie détaillée d'André Payot et de ses activités de résistant durant la seconde guerre mondiale à Chamonix et Vallorcine (Haute-Savoie). Livre écrit par Jean-Luc de Uffredi, publié en 2019 aux éditions les Passionnés de bouquins. )

Notes

- 1 - Les Victimes civiles des bombardements à Givors ( Relevé effectué sur le registre des décès en juillet 2004).
- 2 - Les Victimes civiles des bombardements à Givors ( Relevé effectué sur le registre des décès en juillet 2004).
- 3 - Mauthausen, Bulletin intérieur de l'amicale des déportés et familles de Mauthausen, n° 156, septembre 1971, p. 10 (rubrique recherches).

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Couple LEFEBVRE/GOBERT

    Bonjour,

    Je recherche tout renseignement concernant Raymonde GOBERT(originaire de Metz) et Fernand LEFEBVRE.
    Je sais qu'ils se sont rencontrés pour la première fois à Bergerac en novembre 1940 et qu'ils sont ensuite partis vivre à Lyon.
    Ma mère est née de cette union en décembre 1941 à la Maison des Mères de Gerland (mais aucune trace du dossier). La moindre anecdote, le moindre détail ou souvenir pourrait être précieux. Merci d'avance pour votre aide éventuelle.
    [répondre]

***  Recherche de renseignements

    Je recherche des renseignements concernant Vaca BaptisteE Luis, réfugié politique espagnol, TE GROUPE 128a Leyment (01) qui a travaillé à la fôret de Souclin (01)pour l'entreprise de carbonisation G.E.C.A Vaux-en-Bugey (01). Son camp se trouvait à l'Abergement de Varey (01) entre les années 42/43. Arrêté en décembre 1943 pour être transféré au fort de Chapoly Saint-Genis-les-Ollières (69), il est né le 09/01/1909 à Cadix (Espagne) fils de Francisco et de Thérèse Baptiste. Tous renseignements par des personnes ou membre de famille ayant connu ou entendu parlé de ces lieux et de cette personne me permettrait de construire une deuxième partie de ma vie. Merci. [répondre]

    Mon Grand Père ce trouvait à
    l'Abergement de Varey jusqu'en 02/44
    il etait du 539eme GTE il s'appelait Joseph CANADEL je serais très intéressé par les infos dont vous disposez
    Je possède des photos des baraquements a votre disposition
      [répondre]
    Bonjour , je viens de tomber sur votre message , cela faisait longtemps que j'etais sans reponse ,comme je l"indique sur mon message ,je suis alle sur place , j'ai rencontre une personne qui a connu ,decede depuis mais je n'ai pas eu beaucoup de renseignement , je cherche des informations sur vaca baptiste luis , mon pere biologique , je serai interesse par vos photos (copie ) a retourne
    cordialement serge
      [répondre]
    Bonjour , suite a mon dernier message , sur qu'elle région etes vous situé ?
    CORDIALEMENT Serge FOURQUET
      [répondre]
    Bonjour , vous pouvez me joindre
    serge13001@hotmail.fr
    Cordialement
      [répondre]
    Mon Grand Père ce trouvait à
    l'Abergement de Varey jusqu'en 02/44
    il etait du 539eme GTE il s'appelait Joseph CANADEL je serais très intéressé par les infos dont vous disposez
    Je possède des photos des baraquements a votre disposition

    Ghislaine F. [répondre] Bonjour, j'attends de vos nouvelles cordialement s fourquet
      [répondre]
    Bonjour , pouvez vous me contacter svp , pour nos recherches réciproque
    cordialement
      [répondre]

***  Plateau des Glières

    Je découvre le site, sur les traces de mon père. Je vois qu'il a eu le même parcours que Monsieur Martin, la bataille du plateau de glières, ensuite il a été fait prisonnier à la caserne Desaix, puis au fort de la Duchère et transféré à la prison Saint Paul. C'est avec beaucoup d'émotion que je consulte votre site! J'aimerai beaucoup savoir si il y a des familles de déportés afin d'avoir des échanges et peut-être nos parents se connaissaient-ils.
    Je reste dans l'espoir d'une main tendue.
    Cordialement,
    Babette
    [répondre]

    Peut-être que je peux vous être utile en vous mettant en rapport avec mon association d'orphelins pupille de la nation. Possibilité de me contacter par mon site www.7juin44.fr  [répondre]
    Bonjour,
    En me communiquant votre nom je pourrais regarder s'il figure dans un fichier d'anciens de Glières que j'ai constitué, suite à une recherche universitaire dont je suis l'auteur et qui a été publiée.
      [répondre]
    En fait, j'ai des données pour une personne née le 13 janvier 1913 à Ibiza, qui pourraient correspondre.  [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019