Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
738 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11399 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1266 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Roger Zannelli



 
Lyon 69000 - Rhône
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Roger-Zannelli
Roger Zannelli, 2010
source photo : Les passionnés de bouquins
crédit photo : D.R.
Histoire
Roger Élie Zannelli naît le 28 avril 1926 à Neuville-sur-Saône (Rhône) de Jean-François, bottier d’origine corse, et de Anne Jeanne Renaud. Lors de la déclaration de guerre, il a treize ans et habite avec ses parents à Fontaines-sur-Saône où il est scolarisé.
Sa première rencontre avec les Allemands a lieu lors de la progression des troupes ennemies en territoire français, après la défaite de 1940. Alors que des soldats SS Totenkopf1 dévalisent l’épicerie de la bourgade, le jeune garçon est frappé par les réactions bienveillantes, voire enthousiastes de certains habitants à leur égard. Il assistera plus tard au passage de colonnes de soldats français faits prisonniers et encadrés par une poignée de militaires.
Les mois passent et des velléités de résistance se font jour, de même que les rumeurs d’arrestations, la Gestapo commençant à faire parler d’elle fin novembre 1942 (après l’invasion de la zone libre). Malgré les risques encourus, l’idée de « faire quelque chose » contre les événements s’est imposé à Roger dès juillet 1942. C’est ainsi qu’avec des camarades il hisse un drapeau tricolore orné d’une croix de Lorraine sur l’arbre de la Liberté de Fontaines-sur-Saône.
Au début de l’année 1943, la volonté d’agir se fait plus pressante : Roger décide avec ses compagnons, comme lui employés aux Verreries Souchon-Neuvesel à Lyon, d’utiliser le matériel de l’entreprise pour imprimer des tracts. Par l’intermédiaire d’un autre salarié de la société, il entre en contact avec Antoine Fornelli, ancien sous-officier de l’infanterie coloniale qui a rejoint les Forces unies de la jeunesse. Roger entre dans l’organisation ; ses missions : diffuser tracts et journaux et intimider les collaborateurs. Ainsi cette altercation en décembre 1943, rue de la République à Lyon, lorsque Roger, croisant un groupe de miliciens, insulte copieusement l’un d’eux. Ces derniers réussissent à l’attraper, puis l’emmènent jusqu’aux locaux de la Milice, place Bellecour, où il subit un interrogatoire musclé.
Relâché, son engagement va prendre un tour nouveau grâce à sa marraine, Pierrette Faure. Résistante au sein du réseau Gallia, elle le met en relation avec Pierre Panel, agent des groupes francs que Roger intègre (groupe Milan). D’abord bénévole, effectuant du transport d’armes, il démissionne au début de l’année 1944 pour devenir membre permanent de l’organisation au sein du Ve Bureau de l’Armée secrète (Action immédiat). Dès lors, les missions qui lui sont confiées deviennent plus importantes : actions armées, sabotage, exécutions, ravitaillement des maquis de l’Ain.
Le 9 juin 1944, à la suite d’une mission qui échoue, il est arrêté par la Gestapo avec quatre autres camarades place Puvis-de-Chavannes (Lyon 6e). Conduit dans les locaux de la Gestapo repliée alors place Bellecour, il est battu et interrogé pendant de longues heures. Il apprendra plus tard avoir été au cours de cet épisode confronté notamment à Klaus Barbie. Relâché cinq jours après son arrestation mais pris en filature, il échappe à la surveillance de ses poursuivants et rentre chez ses parents à Fontaines-sur-Saône. L’endroit devenant peu sûr, il reprend contact avec un ancien camarade dans le but de rejoindre le maquis.
En dépit de sa situation précaire et des contrôles allemands, Roger décide de retourner une dernière fois à Lyon avant d’aller retrouver sa petite amie. À peine arrivé, deux hommes de la Gestapo l’arrêtent. Il réussit de nouveau à leur échapper et se réfugie chez son amie, en attendant un moment plus favorable pour sortir et gagner le maquis.
Après un bref séjour à Neuville-sur-Saône, il rallie son point de chute à Villefranche-sur-Saône puis intègre les rangs du bataillon Dominique de l’Armée secrète. Rejoint au maquis par son père, il participe en juillet 1944 à des actions armées, sabotages et parachutages dans le Haut-Beaujolais.
Il prend part à la libération de Lyon puis, après la guerre, s’engage dans l’Armée de l’air. Il sera démobilisé en 1947, date à laquelle il revient non sans difficultés à la vie civile.
Roger Zannelli, de son nom de guerre Tino Fratelli, a reçu la Médaille militaire, la Croix de guerre, la Médaille des évadés, la Croix du combattant volontaire, la Médaille du combattant volontaire de la Résistance ainsi que la Croix du combattant. Il a été fait chevalier de la Légion d’honneur en 2006.

04/04/2012
Auteur : Frédéric Bellay Lien : Portraits de témoins

[Compléter l'article]

 


Titre

Résistant à seize ans

 Résistant à seize ans

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Roger Zannelli  
Édition   Les passionnés de bouquins  
Année   2010  
Genre   article de revue  
Description   Roger Zannelli n’a que treize ans lorsque la guerre éclate, en 1939. Certains événements, dont il est le témoin, le décident rapidement à s’engager dans la résistance urbaine, malgré son très jeune âge. Suite aux nombreux coups de main et opérations armées auxquels il prend activement part, il est arrêté et brutalisé par la Gestapo. Après avoir réussi à leur échapper, il rejoint les maquis du Haut-Beaujolais afin de poursuivre la lutte contre l’occupant. En septembre 1944, il participe à la Libération de Lyon.

L’histoire de Roger Zannelli, alias Tino Fratelli, est une histoire extraordinaire, jusqu’alors ignorée du grand public. Cette histoire vraie est celle d’un jeune homme de seize ans seulement qui, au péril de sa vie, va lutter pour ses principes et pour la liberté. C’est aussi l’histoire et le quotidien d’un très jeune résistant de l’ombre, un de ces héros méconnus qui participèrent à l’effort de Résistance. Le récit reprend, mot pour mot, les expressions employées par Roger Zannelli. Ainsi, il retranscrit parfaitement le vécu, les sentiments et les émotions d’un jeune homme impliqué dans des événements exceptionnels qui transportent le lecteur au plus profond de ce qu’était vraiment la Résistance urbaine et armée.

Le 21 avril 2006, Roger Zannelli est fait Chevalier de la Légion d’honneur pour ses actes héroïques durant la Seconde Guerre mondiale.
 

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Résistant à 16 ans (
)
2 "Objectif Lyon !"

Notes

- 1 - Les régiments Totenkopf ("tête de mort") forment à partir d’octobre 1939 une division Waffen-SS, intégrée à la 2e armée allemande lors de la campagne de France en mai 1940. Dans la région lyonnaise, la division SS se distinguera par le massacre des soldats du 25e régiment de tirailleurs sénégalais à Chasselay, le 20 juin 1940.



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019