Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
736 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11388 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Rhône

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Rhône

Préfets :
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962) (1893-1962)
(24/01/1944 - 05/1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)
Henri Longchambon
(1944 - 1946) Préfet du Rhône puis commissaire de la République pour la région Rhône-Alpes (1896-1969)

À lire, à voir…

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Bruno  Permezel Bruno Permezel
Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours - 2824 engagements

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Pierre Péan Pierre Péan
Lydie Bastien, la diabolique de Caluire

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Roger Zannelli Roger Zannelli
Résistant à seize ans

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Georges Garel Georges Garel
Katy Hazan
Élise Garel
Le sauvetage des enfants par l'OSE

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Évelyne Py Évelyne Py
Un été sous les bombes - Givors, Grigny, Chasse 1944

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Andry Nicolas Andry
Objectif Lyon

ACHETER EN LIGNE

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Jean Nallit


Dossier Yad Vashem : 5197
Remise de la médaille de Juste : 16/04/1992
Sauvetage : Lyon 69000 - Rhône
Profession: Ouvrier aux usines de la Mouche
Qualité: Résistant, membre du réseau Charrette (cellule Darius) sous le nom de "Gratien"
Date de naissance: 14/09/1923 (Lyon)
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Nallit
Jean Nallit devant le mur des Justes à Paris en janvier 2007
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Notice

Jean Nallit* naît à Lyon le 14 septembre 1923 au sein d’une famille modeste. Son père, grand invalide de la Première Guerre mondiale, est réparateur de machines à écrire.

Lorsque la guerre éclate, Jean Nallit sort tout juste de l’École des Métiers de la Métallurgie. Au cours de ces années d’études, il est sensibilisé par un de ses professeurs à l’actualité et tout particulièrement à la montée du nazisme. En juin 1940, partageant l’illusion de beaucoup de Français et imaginant que la lutte va continuer sur tout le sol national, il se replie à Montélimar où il apprend la demande d’armistice. Comme la quasi-totalité de ses compatriotes, il n’entend pas l’appel lancé par le général de Gaulle le 18 juin, mais il est bien décidé à ne pas regagner Lyon si la ville est définitivement occupée. Il n’y retourne qu’après le départ des Allemands en juillet 1940.
Tourneur-ajusteur aux usines de la Mouche de la centrale thermique de la Compagnie du Gaz, c’est sur son lieu de travail que Jean Nallit noue, parmi les militants CGT et CFDT, ses premiers contacts avec la Résistance.

J'ai 18 ans à l'automne 1941. Je travaille dans une centrale électrique dans la région de Lyon, pendant toute la guerre. Toute la famille est entrée en résistance : ma mère est la secrétaire du réseau Charrette, ma sœur est agent de liaison. Avec le réseau Charrette nous fabriquons plus de 30000 faux papiers en trois ans. La majeure partie de ces faux papiers est destinée aux soldats français prisonniers de guerre dans les stalags, afin de faciliter leur évasion. Au départ, je suis en contact avec des gens qui font sauter les transformateurs, les pilonnes de haute tension. Au regard de mon jeune âge, ils me confient la distribution des tracts et des journaux. Dans un second temps, je deviens l'adjoint du responsable du service d'identité et impression de la région lyonnaise. Les listes des noms utilisables et crédibles nous sont fournies par les mairies. Les papiers des prisonniers de guerre sont dissimulés dans des colis. Je vis très normalement : ayant fait beaucoup de fausses identité je ne m'en suis pas faite une à moi. J'ai des papiers pour circuler la nuit, en cas de panne sur ces centrales, pour pouvoir les dépanner. Je regrette de ne pas avoir de fausse identité quand je suis arrêté : chez moi, on pourrait trouver ma machine à écrire, les papiers vierges et les tampons…

La Gestapo ne prend aucun risque pour nous arrêter. Quatre hommes armés pour deux suspects… Curieusement au moment de l'arrestation, on est presque soulagé. On sort de la clandestinité ! Je suis transféré à Montluc puis enfermé dans les caves de la gestapo avenue Berthelot. Les séances de torture commencent. Si je parle, je peux mettre plus de 40 personnes en grand danger. Je passe 5 fois à la baignoire, mais Klaus Barbie finit par demander à mes bourreaux de s'intéresser à un plus gros poisson que moi, qui avait fait sauter 15 trains de permissionnaires. Je reviens à Montluc, et après un transfert à Compiègne, je suis déporté à Buchenwald. Entre Compiègne et Buchenwald, nous sommes 120 par wagon, avec un petit tonneau de 30 litres d'eau qui se renverse tout de suite. Nous n'avons rien à boire ni à manger pendant les quatre jours et les quatre nuits du voyage. Il y a une dizaine de morts dans notre wagon, 600 pour le convoi. Les survivants deviennent fous ou s'évanouissent. Les SS nous accueillent mitraillettes à la main avec des chiens. Nous sommes rasés des pieds à la tête, désinfectés dans un bain de Grésil, habillés de vêtements rayés : je deviens le matricule 49839. Comme je suis tourneur ajusteur de formation, je suis envoyé dans une usine d'aviation. La nuit dans le camp. Le jour dans l'usine. Je suis libéré le 8 mai 1945, après avoir fait 900 kilomètres à pieds dans les marches de la mort, direction Lubeck pour y être noyés : 10 000 des nôtres y sont exécutés. Nous sommes libérés par les troupes américaines le 8 mai 1945. Je pèse 38 kilos. Quand je rentre, ma mère ne me reconnaît pas… Après mon retour des camps, je reprends mon travail sous la coupe d'anciens collaborateurs. Ils ne me gâtent pas… Ils ont pris du grade et pas moi. Ils tiennent le haut du pavé. Quand je demande une place pour un boulot on me traite d'« incapable. » Les résistants déportés sont revenus en France avec un an de retard en somme, puisque la France a été libérée en 1944. Nous appartenons alors déjà à un passé qui gêne beaucoup de gens…


Le 11 avril 1945 son commando est évacué et effectue une marche forcée de plus de 1 000 km à travers l’Allemagne.
Il est libéré par les Américains le 8 mai 1945.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Témoignage de Jean Nallit

Mon arrestation en mars 1944 mettait fin à l’activité résistante et la clandestinité. L’enfer de la déportation allait commencer.

La prison
Je ne m’étendrai pas sur les interrogatoires subis au siège de la Gestapo à Lyon, l’ancienne école de santé militaire, enfermé dans les caves de ce bâtiment jusqu’au transfert au fort Montluc. Le séjour dans cette prison fut très dur, mais je ne restais qu’un mois ayant eu le temps, déjà, de bien maigrir, et, d’être assez affaibli pour la suite à venir. J’ai eu aussi le temps de voir des résistants emprisonnés, et, appelés pour être fusillés.

Vers Compiègne
Je pars du fort Montluc le 1er mai 1944 et je suis embarqué dans des wagons aux fenêtres grillagées. Nous sommes enchaînés deux par deux et le couloir est gardé par un soldat en arme. A Paris, nous sommes transportés en camion jusqu’à Compiègne, au camp de Royaldieu où nous resterons jusqu’au 10 mai, date de notre départ pour l’Allemagne. La nourriture n’est pas fameuse, mais cela n’est rien à côté de ce qui nous attend.

Départ pour l’Allemagne
Ce 10 mai, nous partons en colonne et à pied, jusqu’à la gare de Compiègne, entre une haie de SS prêts à tirer, au moindre geste. Nous ne connaissons pas notre destination. Là un train de marchandises vide nous attend. Nous sommes entassés à 120 hommes dans des wagons fermés et cadenassés pour un voyage de quatre jours. Un tonneau vide, au milieu du wagon, sert de toilettes ; mais rapidement, il déborde et nous piétinons dans l’urine et les excréments.
Au départ de Compiègne il nous a été distribué une boule de pain et une saucisse très salée, pratiquement immangeable que quelques-uns, plus éclairés que d’autres, nous recommandent de ne pas toucher car nous n’avons pas d’eau pour nous désaltérer.
Il fait une chaleur torride, et les trains stationnent souvent et longtemps sur des voies de garage. De fréquents coups de freins nous tassent les uns sur les autres. Ceci fait parti du scénario qui vise à nous détruire. Si des détenus essaient de s’échapper, un SS, en arme installé dans la dunette, donne l’alerte. Le train stoppe immédiatement. Les détenus sont repris et massacrés au pied de notre wagon. Nous sommes atterrés, mais ne pouvons rien.

L’arrivée
Quand les portes de notre wagon s’ouvrent, il ne reste plus que quelques hommes debout. On compte une dizaine de morts, la moitié de fous presque tous gisants par terre par suite d’asphyxie et de soif. Nous sommes "accueillis"’ par une haie de SS et délogés des wagons par des chiens. Un camarade de mon réseau, déporté en même temps que moi, sort du wagon, en chantant la Marseillaise. Il a perdu la raison. Je dois le bâillonner pour qu’il ne soit pas abattu. Nous sommes nus comme des vers ; je retourne au wagon chercher quelques vêtements pour nous deux, je me fais rouer de coups. Nous titubons comme des hommes saouls. Les SS nous font mettre en rang et la colonne se met en marche pour entrer dans le camp.

Buchenwald : premières visions
Lors de notre arrivée, le 14 mai 1944, il a neigé sur Buchenwald. L’alignement des baraques nous impressionne. Le camp est entouré d’une double haie de barbelés électrifiés, surveillé par des miradors armés de mitrailleuses et fortement éclairé la nuit par des projecteurs.
A l’intérieur du camp, des déportés ont disposé des bacs d’eau et essayent de reconnaître, éventuellement, des camarades de résistance. Je plonge la tête dans le bac pour boire, ne craignant plus la noyade, comme à l’interrogatoire de la Gestapo.
Nous sommes dirigés vers un bâtiment pouvant fonctionner en douche ou en chambre à gaz, les ouvertures se fermant hermétiquement, si nécessaire. Pour nous, c’est la douche. Nous sommes dévêtus, rasés des pieds à la tête, et désinfectés dans un grand réservoir plein de grésil où nous sommes précipités. Aimant la plongée sous-marine, de moi-même, je saute les yeux ouverts. Je sors du bain ne voyant plus clair, et suis dirigé vers la porte du camp.

Nous n’avons plus de nom
Ensuite, nous passons dans un autre bâtiment, on nous habille de la tenue rayée, on nous donne un numéro matricule que nous devrons apprendre en allemand. Dorénavant, nous n’avons plus de nom. Un triangle, de couleur différente selon notre catégorie, est cousu sur la veste avec le matricule. J’hérite d’un pantalon aux jambes trop courtes et au tour de taille trop grand. J’aurai cette tenue jusqu’à la libération.
Nous sommes mis en quarantaine sous de grandes toiles de tentes. Impossible de se coucher pour dormir. Nous devons, pour tous tenir à l’intérieur, être assis et dormir appuyé sur le dos de celui qui est entre vos jambes. Nous sommes environ 400 par tente, et il y en a quatre.
Pendant cette période nous sommes soumis à une quinzaine de piqûres, soit disant pour empêcher la maladie. Quelle maladie ? nous ne le saurons jamais. Personnellement n’ayant aucune confiance dans ce genre de soins, je me soustrais pratiquement à toutes ces piqûres. Je ne serais pas plus malade pour autant.
Sur le plan nourriture, et pour la journée, on nous distribue, le matin, un genre de café fait avec de l’orge grillée, une tranche de pain noir 10x10 au carré, épaisse d’un doigt, fait avec je ne sais quelle farine, un morceau de margarine synthétique de 15 à 20 grammes, fabriqué à partir de la houille. Le soir une soupe ; si l’on peut appeler cela une soupe, faite de quelques légumes, surtout des rutabagas flottant dans de l’eau. De temps en temps, distribution de petits poissons, conservés dans un vinaigre très acide, beaucoup d’entre nous ne peuvent les manger. Dans ce camp de quarantaine nous sommes soumis aux appels, à quelques corvées et réveillés, le matin à 4 heures. Nous serons ensuite affectés dans le grand camp, fait de bâtiments en dur, appelés blocs.

Au bloc 48
Je suis au bloc 48. Face à nous, un bloc entouré de barbelés, ou ont lieu des expériences sur les déportés. Lesquelles ? nous ne le savons pas. Nous couchons dans des lits superposés, en planches, appelés châlits, ils sont assez étroits, et nous sommes deux par châlits. La paillasse est inexistante et les poux nous dévorent. Nous disposons d’une couverture chacun, en couchant dos à dos, nous doublons notre couverture, et nous avons moins froid.

L’appel
Le réveil a lieu à 4 heures du matin, suivi d’un appel sur la place du camp. Là, les déportés sont alignés par bloc et par cinq. Nous sommes au moins 20 000 sur cette place, surveillés par les miradors avec les mitrailleuses prêtes à tirer. Les déportés des convois précédents sont déjà affectés à des commandos de travail. L’appel dure pour prendre le travail à 7 heures. Pendant ce temps un orchestre, en tenue rouge et or, comme dans les cirques, joue de la musique. Pendant cet appel, nous devons rester au garde à vous debout, par tous les temps, et nous sommes comptés. Chaque déporté rejoint son commando, et c’est en rang par cinq qu’il quitte le camp.

La carrière
Je suis affecté à la carrière de pierres qui se trouve à environ 1 km du camp. Là nous cassons des cailloux pendant 12 heures sous la surveillance des SS et des "kapos". Il n’est pas possible de se relever un instant pour se détendre : les kapos frappent alors. Il est interdit de parler. Quant à ’eau qui suinte de la terre et que nous tentons de récupérer avec de vieilles boites de conserve parce que nous avons soif, les "kapos " la vident, quand ils la trouvent.
Un grand plan incliné mène à la carrière qui se situe à une vingtaine de mètres en contrebas. Parfois nous sommes alignés en haut.Si l’alignement est jugé insuffisant, les "kapos " font reculer les rangs. Le dernier rang tombe dans la carrière. Nous devons ramasser les morts et les blessés. Ils seront ramenés au camp, le soir, sur un chariot.

A la carrière, un plan incliné est équipé de rails pour wagonnets. Les déportés sont attelés dans les brancards et remontent les wagonnets chargés de blocs de pierre. La moindre défaillance est punie de coups. Nous ne devons pas dépasse les limites de la carrière, même de quelques centimètres, sinon il y a tentative d’évasion, et les SS nous tirent dessus. Souvent, pour s’amuser, les "kapos" jettent notre béret en dehors de ces limites.
Le soir nous revenons au camp. La route longe des casernements SS. Fréquemment, ces SS se mettent de chaque côté de la route et frappent les déportés. Un sur deux est touché, cela représente le temps de faire le geste. La chance est d’être le second.
Nous passons la porte du camp, toujours avec l’orchestre et rentrons sur la place pour l’appel qui peut durer plusieurs heures, suivant l’humeur du commandant et des SS. Il n’y a plus d’horaire, ce temps d’appel est pris sur notre sommeil. Lorsque nous pouvons enfin nous reposer, il n’est pas rare que les "kapos " inventent des fouilles, à tout instant. Nous vivons sur nos nerfs. Il peut se produire un incident, à tout moment.

Des sélections sont faites pour envoyer des déportés dans des commandos. Un jour, je suis appelé pour le commando "Julius ". Je pars du camp le 14 juillet 1944. La vie est à peu près la même que dans le grand camp.

La longue marche
Lorsque vient la débâcle de l’Allemagne, notre commando est évacué le 11 Avril 1945. Après une marche forcée d’environ 1000 km à travers l’Allemagne, louvoyant entre l’avance russe et celle de l’armée américaine, nous sommes dirigés vers la Baltique. Notre nourriture durant toute cette évacuation : une demi boule de pain et des rutabagas crus. Les derniers de la colonne n’avaient même plus un brin d’herbe à manger. La Baltique devait être notre ultime destination. Là, nous devions être exterminés par la noyade, comme les 10 000 déportés morts à Lubeck. Nous avons eu plus de chance : les survivants de notre marche ont été libérés par les Américains le 8 Mai 1945.

Vendredi 20 février 1998

23/10/2009
Auteur : Jean Nallit

[Compléter l'article]
 

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
6 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
7 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
8 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )
9 "Objectif Lyon !"
10 Laurent Neury, l'espoir au bout du pont. Histoire et mémoire de la filière de Douvaine, Cabedita, 2019

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019