Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
726 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4154 Justes de France
920 résistants juifs
11365 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1264 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vienne

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Vienne

Préfets :
M. Moulonguet
(1936 - 1941) Préfet de la Vienne
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
M. Holveck
(1941 - 1943) Préfet de la Vienne
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
M. Darpheuille
(1943 - 1944) Préfet de la Vienne
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
M. Schuhler
(1944 - 1945) Préfet de la Vienne
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)

À lire, à voir…

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Jacques Farisy Jacques Farisy
Les paysans et les ruraux dans la Vienne, 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Roger Picard Roger Picard
La Vienne dans la guerre 1939-1945 , La vie quotidienne

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Jacques Farisy Jacques Farisy
La ligne de démarcation dans la Vienne : 1940-1943

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Henri Calmon Jean-Henri Calmon
Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Saint-Sauvant en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Saint-Sauvant 86600
- Vienne
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Voir l'histoire du département de la Vienne
Histoire

La commune des Saint-Sauvantais

Saint-Sauvant est une commune de la Vienne.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 2 455 habitants et 2 083 en 1946.

04/03/2011

[Compléter l'article]

Village protestant

Saint-Sauvant est une petite commune à majorité protestante, dans une région catholique, depuis le XVIe siècle.

04/03/2011

[Compléter l'article]

Le massacre du maquis de la forêt de Saint-Sauvant le 27 juin 1944

Les résistants du maquis de la forêt de Saint-Sauvant sont encerclés par les soldats de la 17ème division de l’armée nazie le 27 juin à 6 h du matin.

Depuis la libération du camp d’internement de Rouillé dans la Vienne, les S.S.1, les policiers de la S.A.P.2 et les miliciens mènent une enquête approfondie auprès des gens dans les cafés, restaurants et hôtels. Ils sillonnent villages et hameaux pour découvrir où se cachent les maquisards et identifier leurs chefs. De petits avions légers survolent à très basse altitude la campagne et les bois pour surprendre tout déplacement de groupes de personnes.

Les responsables de la résistance sont avertis par Mr Egreteau fonctionnaire à la préfecture et Mr Rousseau greffier au tribunal de police, que le S.D.3 prépare l’encerclement de la forêt de Saint-Sauvant. Un relevé cadastral de la forêt a été fait vers le 20 juin à la mairie de Saint-Sauvant. Les responsables du groupe F.T.P.4 informent l’état-major F.F.I.5 de l’imminence d’une attaque contre le groupe "Bernard". Le responsable du secteur demande de ne pas décrocher avant le parachutage d’armes.

26 juin 1944
La situation devenant très dangereuse, les responsables F.T.P. : le colonel Sidou alias "Ledoux", le commandant Charles Dubois alias "Christian", Maurice Fuzeau alias "Marc", Marcel Papineau alias capitaine "Bernard" et Paul Alleau alias lieutenant "Picard" se réunissent dans la maison de ce dernier située au Long Bas, près de Venours, commune de Rouillé, afin d’analyser la situation et prendre une décision sur l’évacuation ou non de la forêt de Saint-Sauvant. A l’issue de celle-ci, qui se termine vers 2H00 du matin, ils décident que, dans la journée, le campement sera évacué par petits groupes de 15 à 20 hommes qui se dirigeront vers Bois le Bon puis ensuite gagneront les bois de Brux et Romagne. Seul un petit détachement de maquisards restera dans le secteur du Poyau pour récupérer les armes.

27 juin 1944
6 h du matin : la forêt de Saint-Sauvant est encerclée par des éléments de la 17ième division "Gôtz Von Berlinchingen" qui possède des blindés, et la "section rapide 608" chargée du maintien de la sécurité des communications et de l’encadrement des colonnes de représailles, contre les maquis. Ils sont guidés par les chefs du S.D. et les miliciens qui connaissent les lieux où est stationné le maquis du capitaine "Bernard". L’ensemble des forces d’encerclement est proche de 2 000 hommes.

Les routes et carrefours sont surveillés et interdits. Monsieur Germain Viault qui revient de Lusignan est refoulé au carrefour des routes Lusignan à Couhé (D7) et Saint-Sauvant à Celle l’Evescault (D96), où est installé le P.C.6 allemand. Dans tous les hameaux inclus dans la zone d’encerclement comme le Chêne et la Chaplatière, les maisons sont fouillées une à une et leurs occupants interrogés, contrôlés puis consignés sur place.

7 h : une fusillade éclate entre la ferme du Chêne et le hameau de Montlorgis. Le capitaine "Bernard" qui essaie de pénétrer dans la forêt pour porter secours à ses camarades se heurte au cordon d’encerclement formé par les soldats allemands. Ceux-ci engagent le combat, subissent de lourdes pertes, avant de l’abattre. C’est la première victime de la journée.

7 h 30 : Simone Fumoleau-Lombard qui habite chez ses parents dans le village de la Cité près du bourg de Saint-Sauvant, arrive à la Chaplatière. Elle vient prendre des nouvelles de son frère André qui a couché chez la famille Proust. "Marc" qui a également couché dans la maison demande à Simone d’aller prévenir les maquisards. Elle est arrêtée par les allemands alors qu’elle se dirige vers le village de la Guérinière puis amenée dans le village d’Anne-Marie, interrogée par le chef de la milice Bercy. Elle assiste à l’arrivée de Mr Bernajous, de son fils Kléber et de Marco Marcovitch enchaîné. Kléber Bernajous est battu puis assommé et lancé inanimé dans un camion. Mr Freignault, boucher à Saint-Sauvant, est brutalisé et accusé d’avoir ravitaillé le maquis. Il sera déporté. Simone sera relâchée vers 16H30, probablement après le massacre.

Pendant ce temps, Louis Bourdonneau, stagiaire du garde forestier Mr Denis Roy, prévient le maquis que la forêt est encerclée.

"Marc" pour sortir de la "souricière" se présente aux sentinelles postées sur le chemin, poussant un troupeau de vaches et de chèvres avec à son bras Suzanne Brunier-Proust en la présentant comme sa fiancée. Malgré quelques réticences on les laisse passer. Suzanne reviendra seule avec son troupeau, quelques heures plus tard, sans être inquiétée. Pendant ce temps, "Marc" après avoir "emprunté" un vélo dans un hameau déserté de ses habitants, se réfugie chez Mr Guilbot instituteur à Saint-Pardoux (79) après un rendez-vous manqué avec "Antoine" à Cherveux (79) ce dernier ayant eu un contre temps.

9 h : les villages et hameaux, situés à l’intérieur de la ligne d’encerclement, sont à leur tour investis par les soldats allemands et les miliciens. A la Litière, tous les habitants, hommes et femmes, sont rassemblés dans la cour de l’une des fermes puis dans une encoignure de bâtiments plus facile à surveiller. Les soldats les encadrent, balles engagées dans le canon des armes dirigées vers eux. Une mitrailleuse et un fusil mitrailleur sont mis en batterie. Tous les bâtiments sont fouillés. Ils restent rassemblés toute la journée jusqu’à 16 h ayant droit à un léger déjeuner à midi. A 19H00 ils seront à nouveau rassemblés pour un contrôle.

Les soldats allemands et les miliciens investissent le quartier général du maquis à la Branlerie. Les maquisards et leurs prisonniers (7) sont partis. Les bâtiments sont incendiés. La "chasse à l’homme" commence. La forêt est fouillée systématiquement par les miliciens et les soldats S.S. accompagnés de leurs chiens. Certains maquisards cachés dans les fourrés ou les arbres sont découverts. Ils sont martyrisés puis faits prisonniers. D’autres essaient de résister l’arme à la main. Ils sont tués ou doivent se rendre. Quelques uns réussissent à s’échapper en restant cachés de longues heures sous des tas de feuilles mortes ou dans les branches des arbres (R. Faideau), à l’intérieur d’arbres creux ou dans un champ de blé comme Robert Poirrier.

Lors de l’opération d’encerclement, de nombreuses exactions sont commises sur les habitants des villages, soupçonnés d’aider ou de ravitailler le maquis. Habitant le village de Vernay, Mr Colin a marié sa fille Josette la veille. Des tables sont dressées avec de nombreux couverts. Soupçonné d’avoir hébergé le maquis, il est fouetté jusqu’au sang, ainsi que ses employés, avec des câbles de chanvre tronçonnés. Il sera emmené à la prison de Poitiers puis déporté.

16 h -16 h 30 : le ratissage de la forêt est terminé. Les corps des maquisards abattus (5), sont entassés au bord de la route, au carrefour où est installé le P.C. allemand, près de Vaugeton. Leurs camarades faits prisonniers (27) sont déjà rassemblés. Ils ont été conduits au PC au fur et à mesure de leur capture. Ils sont à nouveau torturés à coup de crosses de fusils puis achevés à coup de rafales de mitrailleuses.

Les soldats allemands prisonniers (7) du groupe « Bernard » sont libérés. On leur présente des personnes qu’ils auraient pu rencontrer lors de leur détention. Ils ne reconnaissent pas Paul Bruneteau qui les avaient convoyés du bois des Cartes à la forêt de Saint-Sauvant pas plus que Louis Bourdon mais, Mr Alleau est reconnu. Il est emmené à la prison de la Pierre-Levée puis sera déporté.

L’officier allemand qui commande les opérations convoque le maire de Celle l’Evescault et lui demande d’évacuer les corps sinon ils seront ensevelis dans une fosse commune. Monsieur Venault, oncle du maire actuel, qui possède une maison au Carrot village proche de Vaugeton accepte immédiatement et prend en charge les corps torturés pour leur offrir une sépulture digne. Il fait appel aux maires de Lusignan et Saint-Sauvant pour répartir les 31 corps dans les cimetières des 3 communes. Dans chaque commune, des menuisiers sont réquisitionnés pour confectionner immédiatement les cercueils et y placer les corps. Le transport vers les cimetières a lieu, avant la nuit tombée, dans des charrettes tirées par des chevaux. Le cimetière de Celle l’Evescault va accueillir 13 corps, celui de Lusignan 10 et celui de Saint-Sauvant 9.

Le bilan humain de la journée est lourd :
- 33 résistants tués
- 8 patriotes emprisonnés (puis déportés)
- 27 soldats allemands tués au cours de l’opération

28 juin 1944
Dans la nuit du 27 au 28 juin le parachutage d’armes a lieu sur la ferme du Poyau, comme prévu, mais avec 8 jours de retard.

"Marc" au cours du dîner chez Mr Guilbot à Saint-Pardoux. entend à la B.B.C.7 le message annonçant le parachutage au Poyau : "donnez moi des nouvelles de Moro". Il décide de rejoindre immédiatement ses camarades. Mr Guilbot l’accompagne jusqu’à Reffanes et lui laisse son vélo qui roule mieux que celui d’emprunt. Il s’arrête dans le village de Jassay (86), chez la famille Quintard, pour que le jeune fils Marcel le guide, par les petits chemins, jusqu’à la ferme. Ils rateront de quelques minutes l’arrivée au sol des armes. Georges Debiais,le fermier Mr Bouron et son gendre Mr Brunet, leurs épouses accompagnées de leur petite fille (10 ans), réceptionnent les "précieux" containers. Aidés par "Marc" et Marcel Quintard, ils les transportent et les cachent dans les caves et le silo à betteraves.

Dès le matin les agents du S.D. et les miliciens sont de retour dans les villages et les hameaux près de la forêt pour rechercher les maquisards qui auraient pu échapper au ratissage. Ils circulent en civil, interrogent les gens, se présentant comme des résistants à la recherche de leurs camarades.

Dans l’après-midi Mr Tiré de Maisoncelle et son employé Mr Eprinchard découvrent dans une haie mitoyenne avec un champ de la ferme du Chêne, le corps de Marcel Papineau. Il est transporté à la mairie de Lusignan. Son signalement est décrit dans l’acte de décès, où il est fait mention de ses initiales gravées sur sa chevalière qui lui a été retirée. Il sera inhumé dans le cimetière de la commune.

29 juin 1944
Dans l’après-midi une brigade spéciale S.S. fait irruption dans la ferme de Mélé sur la commune d’Avon (79) où habite la famille Marsault. Cette dernière héberge 2 maquisards : Robert Poirrier et Thomas Urbiztando, rescapés du ratissage du 27 juin. Ils sont capturés et conduits à la prison de Poitiers, ainsi que Mr Marsault et son fils Gilbert.

La rafle de la brigade S.S. se poursuit à la ferme de Boësse. Le fermier Mr Fernand Bonnet et sa belle-fille sont, eux aussi, conduits à la Pierre-Levée. Tous seront déportés.

Epilogue :
La répression du maquis qui s’est terminée en massacre sur le bas-côté d’une route passante, avait, entre autre, pour objectif, d’apeurer la population afin de la dissuader de toute nouvelle tentative d’action envers l’armée allemande. La sauvagerie des soldats SS et des miliciens n’a pas entamé la détermination de la résistance locale. Les rescapés sont conduits par "Marc" dans différents maquis du Sud -Vienne : maquis Joël, maquis Antoine, maquis Marcel et maquis Anatole. Le groupe "Picard" poursuit le combat engagé par le groupe "Bernard" dans le secteur Saint-Sauvant, Rouillé, Lusignan. Maurice Fuzeau crée le maquis "Marc" dans la région de Lencloître. Gabriel Thiant alias commandant "Noël" prend en charge la coordination de l’ensemble des maquis FTP du groupement de Poitiers qui s’étend sur tout le nord du département de la Vienne et sur les secteurs de Rom et Sauzé-Vaussais dans les Deux-Sèvres. Il prend le nom de groupement "Noël".

Il est probable que si les prisonniers allemands avaient été fusillés par les maquisards du groupe "Bernard", les hommes et les femmes rassemblés dans les villages encerclés auraient servi d’otages et subi des représailles. Leur libération a eu lieu après que tous les maquisards capturés, morts ou vivants, aient été rassemblés au P.C. de Vaugeton et les prisonniers allemands libérés. Les habitants de la Litière signalent que des estafettes motorisées assuraient la liaison avec le PC. Cette hypothèse est avancée par plusieurs anciens résistants du groupe Noël. Le comportement digne des responsables du maquis a probablement sauvé beaucoup de vies parmi les habitants consignés dans les villages ce 27 juin 1944.

Le 30 juin 1945 les maires des communes de Celle-l’Evescault, Lusignan et Saint Sauvant demandent aux familles des victimes de venir reconnaître le corps de leur défunt. La sœur de l’une des victimes, Jacques Fontanot, jeune communiste italien, écrit : "Ce fut le 30 juin 1945 en présence des représentants des communes de Lusignan, Saint-Sauvant et Celle-l’Evescault, avec une profonde participation de sentiments avec les autres familles que, de cimetière en cimetière, on procéda aux exhumations. "Jacquot" fut le dernier à être reconnu au cimetière de Celle l’Evescault. Son pardessus, le stylo qui pointait d’une poche, cadeau de sa mère, permirent de l’identifier immédiatement".

Ce massacre est le premier commis dans la Vienne par l’armée d’occupation et les miliciens. D’autres vont suivre rapidement. Le 7 juillet 1944 , 30 parachutistes anglais du 1er SAS8 du capitaine Tonkin et un américain, tous vont être fusillés, à l’abri de tout regard, en forêt de Saint-Sauvant à 4 kilomêtres de Vaugeton. Leurs corps seront découverts, dans 3 fosses communes, par des chasseurs en décembre 1944. Ils sont inhumés dans le cimetière de Rom (79).9Service du Travail Obligatoire.10

Mémorial de Vaugeton, commune de Celle l’Evescault (86)
Liste des 31 maquisards tués le 27 juin 1944
BERNAJOUS Kléber*11
BESSAC Marcel*
BOTTON Lucien*
DE LA FUENTE Rufino
FAELLI Guido
FERGEAULT Paul*
FONTANOT Jacques
FREIRE Manuel
GOMEZ CASTANO Luis**
HANNOT Silvain
HERNANDEZ MARTINEZ Juan**
HOET Jean (Hoët)
KRUG Henri
MARGUERITAT René
MARTY Louis
MARRUEDO FRAILE Santiago (Jacques)**
MASSA ANDREU Raphaël**
NEMERY Victor
NOYER Serge
PAPINEAU Marcel*
PEREZ GONZALES Honorio**
PORGE Jean
QUERALT Jean
RINAULT Yves
SERRA Antoine
ROJAS Riccardo**
ROSEL BARRACHINA Vicente**
ROSSI Hugo
SANCHEZ Angel
THOMOUX Paul
VADJARAGANIAN Vahridj

26/12/2011
Auteur : Jacques Papineau Lien : Vienne Résistance Internement Déportation

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Vienne

168e-200e CTE Availles-Limouzine 86460 Availles-Limouzine
169e-171e-215e CTE L'Isle-Jourdain 86150 L'Isle-Jourdain
195e CTE Montmorillon 86500 Montmorillon
215e CTE du bois de l'Arreau 86150 Le Vigeant
49e-50e CTE Ternay 86120 Ternay
96e-97e-98e-99e CTE Migné-Auxances 86440 Migné-Auxances
Butte de Biard 86580 Biard
Camp de Cenon-sur-Vienne 86530 Cenon-sur-Vienne
Camp de Couhé-Vérac 86700 Couhé
Camp de Coulombiers 86600 Coulombiers
Camp de la Route de Limoges 86000 Poitiers
Camp de Latillé 86190 Latillé
Camp de Lusignan 86600 Lusignan
Camp de Neuville 86170 Neuville-de-Poitou
Camp de Rouillé 86480 Rouillé
Camp de Saint-Sauvant 86600 Saint-Sauvant
Camp de Saint-Uste 86220 Ingrandes
Camp de Vienne Le Fief-du-Pied-de-Marc 86000 Poitiers
Camp de Vouillé 86190 Vouillé
Centre La Chauvinerie 86000 Poitiers
Frontstalag 205 Dangé 86220 Dangé-Saint-Romain
Frontstalag 230 Poitiers 86000 Poitiers
Hôtel-Dieu 86000 Poitiers
Prison de la Pierre-Levée 86000 Poitiers

Les lieux de sauvetage de la Vienne

Abbaye Saint-Martin de Ligugé 86240 Ligugé
Collège Saint-Joseph 86000 Poitiers
Notre-Dame de Sion Poitiers 86000 Poitiers


Les 44 Justes parmi les Nations de la Vienne


Maires de Saint-Sauvant

Gustave Bruneteau   (1935-1953)

Familles réfugiées à Saint-Sauvant [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


1 Famille arrêtée (Saint-Sauvant) [Compléter]
1942
Famille Schoemann - Siegmund, né à Cröw (Allemagne) le 13 août 1870, et son épouse Emma née Brück le 8 août 1875 à Alsenz, canton d'Obermoschel (Allemagne) habitaient à Traben Trarbach (Allemagne). Réfugiés à Bordeaux, ils sont assignés à résidence à Saint-Sauvant en décembre 1940. Arrêtés parce que juifs, Siegmund, 72 ans, et Emma, 68 ans, sont internés au camp de la route de Limoges à Poitiers le 15 juillet 1941 puis déportés sans retour vers Auschwitz le 21 septembre 1942 par le convoi n° 35. Ils sont gazés à leur arrivée.
Déportation :
21/09/1942   convoi no 35

Chronologie [Ajouter]

05/08/1942 - La circulaire n° 2765 du secrétaire général à la Police envoyée au préfet régional de Limoges vise les étrangers suivants en vue de leur transfert en zone occupée : "Les israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et les réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936 incorporés dans des groupes de T.E., hébergés au centre du Service social des étrangers, dans les centres des comités privés ou dans ceux de l'UGIF, placés dans les centres de regroupement israélites en application des circulaires du 3 novembre 1941 et du 2 janvier 1942 ainsi que ceux en résidence libre, seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre". La circulaire exclut quelques catégories de Juifs, dont les vieillards de plus de 60 ans, les enfants de moins de 18 ans non accompagnés, les femmes enceintes...
26/08/1942 - Rafle de Juifs réfugiés en Limousin. 446 Juifs dont 68 enfants de la région sont regroupés au camp de Nexon sont acheminés vers Drancy le 29 août 1942 et déportés vers Auschwitz par les convois n° 26 et 27.
08/10/1942 - Rafle des Juifs en Charente dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942.
16/10/1942 - Départ de 231 Juifs de la région de Poitiers pour Drancy.
31/01/1944 - Grande rafle ordonnée par le Préfet de région Poitou-CharentesLencloître France


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Saint-Sauvant sur Wikipedia 
2 Vienne Résistance Internement Déportation (V.R.I.D (Vienne Résistance Internement Déportation),une association loi 1901, un collectif pour un média de l’Histoire et de la Mémoire de la Seconde Guerre Mondiale dans le département de la Vienne. )
3 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
4 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
5 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
6 Victime en représailles à Mussidan
7 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
8 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
9 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Notes

- 1 - Section de protection du Sicherheits Dienst (Service de sécurité de la Wehrmacht).
- 2 - Section des Affaires Politiques (policiers français. Collaborait avec le S.D. - Sicherheits Dienst : Service de sécurité de la Wehrmacht).
- 3 - Sicherheits Dienst : Service de sécurité de la Wehrmacht.
- 4 - Francs-Tireurs et Partisans.
- 5 - Forces Françaises de l’Intérieur.
- 6 - Poste de commandement.
- 7 - British Broadcasting Corporation, radio anglaise émettant de Londres.
- 8 - Special Air Service, commando parachutistes britanniques.
- 9 - Bibliographie
Hommes et combats en Poitou – 1939/1945, Roger Picard, Martelle, 1994.
La Vienne dans la guerre 1939-1945. La vie quotidienne sous l’occupation, Roger Picard, DE Borée, 2001.
Combats sans gloire, Gabriel Thiant, 1984.
"La Vienne pendant la 2e Guerre mondiale, 1944", n°3 Les maquis, la libération, Gaston Racault, Dossiers du C.R.D.P., Archives départementales, 1987.
Les barbelés de Vichy, Le camp de Rouillé, réserve d’otages ..., Amicale Chateaubriant-Voves-Rouillé, 1994.
Jo, Notre frère, Instituteur, Résistant, Juliette Hervé-Fraud, Petit Véhicule, 1998.
Les chemins de la Liberté en forêt de Saint-Sauvant, ONAC 86 et 79, Ministère de la Défense, 2002.
"Allocution d’André Lombard", Cérémonie de Vaugeton, 1990.
"Allocutionde Charles Dubois alias commandant "Christian", Stèle de Liberté, 1995.
"Allocution de Roger Picard", historien CNRS, Stèle de Liberté, 1995.
"Le témoignage d’une jeune résistante, Simone Fumoleau-Lombard", p32-33, La Boulite n° 2 Saint-Sauvant.
"Le 27 juin 1944 à la Litière", Suzanna Poinsteau, p1-4, La Boulite n° 1, Saint-Sauvant.
"Hommage à Paul Fergeault", Jacqueline Czerwinski, p30-33, La Boulite n° 9, Saint-Sauvant.
Témoignages écrits :
Mémoires de "Marc", Maurice Fuzeau alias "Marc", responsable aux réfractaires du S.T.O.
- 10 -
Mémoires de Résistance, Albert Canqueteau, ancien résistant du groupe "Bernard".
Témoignages oraux :
Suzanne Brunier-Proust, Marguerite Cheminée, Marcel Descout, Robert Delétang, Raymond Delavault, Madeleine Ecale-Alleau, Michel Fallourd, Simone Fumoleau-Lombard, Annie Gilly-Lombard, Lucien Philliponneau, Paul Péguin, Denise Sabourin-Boutin, Camille Sabourin, Eva Stehlé-Descoux, Hubert Marcel-Venault, Robert Viault
- 11 - Les noms suivis de * sont des résistants de la région. Les autres sont d’anciens internés du camp de Rouillé. Parmi eux, dix Espagnols dont 7 (Noms suivis de **) de Loire Inférieure (Loire Atlantique).

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  RESISTANCE ANGLES SUR ANGLIN 86

    Bonjour.quelqun a t il connu mon oncle Mr Bernard Zawadzki nomme Joyaux pendant la guerre et resistant juif etranger, attestion par le colonel Sidou IX region militaire ... [répondre]

    Bonjour,
    Piste posssible : le musée de la résistance en ligne et tous les liens qui y sont mentionnés.
    Bon courage.
    Cordialement,
    JD
      [répondre]

***  époux Schoemann à Saint Sauvant Vienne

    Dans les archives familiales j'ai trouvé une carte postale de Pascal Bergeon de Saint-Sauvant (Vienne) à mon père (datée de mars 1943) à propos de ses parents Siegmund et Emma Schoemann. Ceux-ci avaient été arrêtés à Saint-Sauvant où ils étaient en résidence assignée depuis décembre 1940,internés au camp de la route de Limoges à Poitiers le 15 juillet 1941 puis déportésa Drancy le 23 septembre 1942 (ils ont été assassinés dès leur arrivée fin septembre 1942). Je cherche des personnes ayant des liens familiaux ou non avec Pascal Bergeon (décédé en 1964) et susceptibles de savoir quelque chose sur le séjour de mes grands parents à Saint-Sauvant. Siegmund et Emma Schoemann ont été déportés de Drancy vers Auschwitz et c'est là qu'ils ont été assassinés. [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019