Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11251 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vienne

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Vienne

Préfets :
M. Moulonguet
(1936 - 1941) Préfet de la Vienne
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
M. Holveck
(1941 - 1943) Préfet de la Vienne
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
M. Darpheuille
(1943 - 1944) Préfet de la Vienne
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
M. Schuhler
(1944 - 1945) Préfet de la Vienne
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)

À lire, à voir…

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Roger Picard Roger Picard
La Vienne dans la guerre 1939-1945 , La vie quotidienne

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Jacques Farisy Jacques Farisy
La ligne de démarcation dans la Vienne : 1940-1943

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Jacques Farisy Jacques Farisy
Les paysans et les ruraux dans la Vienne, 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Henri Calmon Jean-Henri Calmon
Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Jean Fleury


Père Fleury
Dossier Yad Vashem : 57
Remise de la médaille de Juste : 24/03/1964
Sauvetage : Poitiers 86000 - Vienne
Profession: Aumônier
Religion : Catholique
Date de naissance: 1905
Date de décès: 04/12/1982
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Fleury
Le Père Fleury plantant l’arbre du Juste à Yad Vashem en Israël dans la forêt Elie Bloch
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Jean-Fleury
Le père Fleury ( 2° à gauche) entouré des déportés revenus avec lui
source photo : Arch. VRID
crédit photo : D.R.
Jean-Fleury
Le père Jean Fleury, devant l'arbre du Juste qu'il vient de planter, à Yad Vashem en Israël dans la forêt Elie Bloch, entouré de ceux qui lui rendent hommage.
source photo : Inconnu
crédit photo : DR
Jean-Fleury
Père Fleury
source photo : Inconnu
crédit photo : D.R.
Jean-Fleury
Retour de déportés : Le Père Fleury, Monseigneur Metzinger et M. Petit (futur commissaire de police de Poitiers puis adjoint au maire de Ligugé)
source photo : Arch. VRID
crédit photo : D.R.
Jean-Fleury
Plaque de la rue du Père Jean Fleury à Poitiers
source photo : Arch. VRID
crédit photo : D.R.
Notice

Le père Jean Fleury* nait en 1905 dans une famille modeste d'Ile-et-Vilaine.
Son père est cordonnier et sa mère tient l’auberge et le bureau de tabac de La Selle-en-Luitré près de Fougères.
Il passe trois années au grand séminaire de Rennes, puis après son service militaire il entre au noviciat des Jésuites à Beaumont-sur-Oise en novembre 1925.
II est ordonné prêtre en 1938.
Il est affecté au début de la guerre à l’hôpital de Francheville près de Lyon en tant qu’aide-soignant.
Il est nommé à Poitiers à l’automne 1941. Il est chargé de l'aumônerie de la troisième division au collège Saint-Joseph et de l'École Apostolique rue Saint-Denis de 12 grands élèves de 18 à 25 ans, vocations tardives à qui il enseigne le latin.
Dans le cadre de ses fonctions sacerdotales à Poitiers, il se rend tous les jours dans un camp de détention pour Tsiganes adjacent au camp de la Route de Limoges. Dans ce camp, séparés par des barbelés, sont internés des Juifs.
C'est ainsi qu'il se rend plus de deux cent fois dans la partie réservé aux Juifs, grâce à l'aide des Gitans et des Tsiganes qui lui permettent de tromper la surveillance allemande.

En 1979, dans son témoignage, le père Fleury* raconte : "J'ai vu passer 1 800 Juifs au Camp de la Route de Limoges à Poitiers, dont un peu plus de 800 arrêtés dans la Vienne où la plupart étaient réfugiés de la Moselle. Des centaines m'ont parlé, m'ont confié des affaires à remettre à leurs familles, m'ont donné des lettres que j'ai fait parvenir. Des centaines d'autres sont venus me voir au Collège Saint-Joseph où j'étais alors professeur. De la sorte, un grand nombre ont pu être prévenus à temps et se cacher".

En mai 1942, les hommes juifs avaient été envoyés au camp de travail de Saintes.
Le père Fleury* se met au service du jeune rabbin Élie Bloch, qui n'avait pas le droit de pénétrer dans le camp et qui dira de lui, sur un ton admiratif : "ça c’est un goy !".
Le prêtre communique au rabbin des nouvelles du camp, où dès juillet 1942, les Allemands séparent les mères de leurs enfants.

D'août à décembre 1942, le père Fleury* fait sortir des enfants du camp :
"Avec le rabbin Élie Bloch, sa secrétaire Régine Breidick et d’autres personnes de son équipe, notamment M. Friedmann et Mme Cerf, j’intervins pour faire sortir du camp un grand nombre d’enfants juifs. Nous ne pûmes malheureusement pas les placer dans des familles chrétiennes. Nous dûmes les confier à des familles juives courageuses, où ils furent contrôlés deux fois par semaine par la Gestapo, une autre fois par la police française. Je me souviens qu’un jour, nous en sortîmes dix-neuf, une autre fois, onze, en tout probablement une centaine. Ils furent malheureusement repris au cours de l’année 1943. Emmenés à Paris dans divers centres, notamment le centre Lamarck, un petit nombre seulement réussit à s’évader, ainsi les petites Barbanel, Welner, Zaydmann, les petits Stem, Bialek, Rozenblum... Le sort des autres fut tragique. Le 20 juillet 1944, les Allemands vinrent les prendre pour les emmener à Drancy. Ils ne devaient pas y rester. Le 31, ils partirent quatre cents dans un convoi qui devait les amener à Auschwitz...".

En janvier 1943, la femme du rabbin Élie Bloch est arrêtée et en février 1943, le rabbin est arrêté à son tour. Ils seront déportés avec leur bébé à Auschwitz.
Désormais le prêtre assuma seul la liaison entre les Juifs du camp et le reste du monde et notamment l'UGIF (Union Générale des Israélites de France).
Il continue le même travail avec Régine Breidick.

Il réussit à faire libérer des enfants et leur trouva des familles d'accueil. Il put aussi faire passer les enfants en zone sud, après leur avoir fourni des faux papiers et des autorisations de voyage.
Avec Hélène Durand* (qui cachera Régine Breidick), Constance de Saint-Seine* et Germaine Ribière* et des aides dans l’administration, il réussit à placer en lieu sûr de nombreux Juifs dont des enfants.
Claire Chauveau* à Iteuil qui cache deux enfants dont les parents sont cachés dans le même village, sera soutenue par ce réseau.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Extrait d'une interview du père Fleury en 1982

"Arrivé à Poitiers en septembre 1941 j'étais chargé de l'aumônerie de la troisième division au collège Saint-Joseph et en même temps à l'École Apostolique rue Saint Denis de 12 grands élèves de 18 à 25 ans, vocations tardives à qui j'enseignais le latin dont ils n'avaient encore aucune connaissance.

L'aide aux gitans
A partir du 10 mai 1942, à la demande de Mgr Pennier, curé de la cathédrale, je suis allé régulièrement trois fois par semaine au camp de la route de Limoges où se trouvaient internés les nomades, gitans, tsiganes. J'y allais dire la messe le dimanche à 11 h, et je revenais l'après-midi, ainsi que l'après-midi du jeudi. J'ai été très aidé dans ma tâche par Madame L'Huillier, femme d'un professeur de la faculté de Droit et par les institutrices lorraines, Mesdemoiselles Huber et Richard, qui me secondaient dans toutes mes activités, y compris religieuses, tandis qu'une assistante sociale et deux infirmières s'occupaient du service social et des soins de santé. Nous avons formé une équipe très soudée pour le plus grand bien des internés. Sur le plan religieux, dès le 12 juillet 1942, vingt enfants qui suivaient le catéchisme, 6 garçons et 14 filles faisaient leur première communion.
A Noël de la même année, 6 autres garçons, 11 grandes filles et 7 petites filles la faisaient à leur tour dans une baraque en plâtras. Le premier juillet 1943 c'était le tour de 12 garçons et de 10 filles. Ce même jour Mgr Mesguen donnait la Confirmation à cinquante d'entre eux, dont 15 garçons, 15 grandes filles et 20 petites filles.
26 jeunes gens suivaient alors régulièrement les cours de catéchisme. Une dizaine de mariage venait d'être régularisés. Près de trente autres étaient amorcés, quand survint la catastrophe que nous ne pûmes éviter.
Le 13 janvier 1943, la plupart des hommes de seize à soixante ans furent emmenés à Compiègne pour être déportés huit jours plus tard dans les camps de la mort. Au mois de juin eut lieu un nouveau départ et seuls restèrent au camp de Poitiers les vieillards, les femmes et les enfants.

L'aide aux juifs
Ces départs avaient été précédés, dans le camp juif voisin, par des déportations massives, à intervalles plus ou moins réguliers. Le 18 juillet 1942, sans doute en relation avec les évènements du vélodrome d'hiver à Paris, les femmes juives, déjà séparées de leurs maris qui se trouvaient en camp de travail à Saintes, furent transférées à Drancy, laissant leurs enfants à la charge d'un tout petit nombre de restantes. C'est alors que je décidai d'aller me mettre à la disposition du rabbin Elie Bloch pour me rendre au camp juif chaque fois qu'il me serait possible. Je me trouvais à pied d'œuvre pour y pénétrer, puisque la dernière baraque qui servait de chapelle aux gitans était contigüe au camp juif auquel on accédait par un portillon barbelé ou par un grand portail qui s'ouvrait parfois aux camions de ravitaillement. Je ne raconterai pas toutes les péripéties ni les ruses de Sioux que je dus employer pour aller en fraude au camp juif, dans des conditions périlleuses puisque, je le savais depuis septembre 1942, les allemands parlaient de m'arrêter.
Je veux simplement témoigner ma reconnaissance aux gitans et tsiganes qui m'ont permis de tromper la surveillance allemande et, quand les hommes ont été arrêtés, ce sont les jeunes eux-mêmes de douze ou quatorze ans qui m'ont aidé à passer. Ma reconnaissance envers eux est d'autant plus vive qu'en me protégeant moi-même, sans qu'ils pussent encore le savoir, ils m'ont permis de sauver de nombreuses vies humaines. S'il plait à Dieu, je le raconterai dans mes " Mémoires " qu'on me demande de tous côtés d'écrire. Que ma reconnaissance fraternelle aille aussi à toutes les personnes qui m'ont aidé à poursuivre mon travail et à sauver elles-mêmes des juifs souvent au péril de leur vie ! Grâce à Dieu, tous ceux que nous avons pu cacher ont été sauvés.
A la fin de 1943, le bruit courut que les nomades de Poitiers allaient être transférés au camp de Montreuil-Bellay, près de Saumur. Je courus aussitôt chez le Préfet Régional pour lui demander de nous les laisser. Il n'aurait pas demandé mieux, mais les ordres des autorités d'occupation étaient formels. Le camp devait être affecté à un groupe important de femmes venant des camps de Monts, près de Tours, de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers. C'étaient, pour la plupart, des militantes communistes de la région parisienne. C'est ainsi que je devins aumônier des nouvelles internées. Qu'il me soit permis simplement de dire qu'ayant déjà, par les Tsiganes, un pied dans l'étrier, je pus continuer à travailler sur place dans des conditions souvent tragiques, en liaison avec tous les organismes de la Résistance, jusqu'au jour où avec l'appui du nouveau directeur du camp, M. Bazin, lui aussi lorrain comme par hasard, j'allai chez le Préfet Régional pour le forcer à transférer les femmes et les juifs qui restaient au collège Saint-Joseph et à l'Hôtel-Dieu. Grâce à Dieu, je pus sauver tout le monde avant le départ des Allemands.

Aumônier National des Gitans
Chargé à la Libération, de l'aide sociale aux victimes de la répression nazie dans le département de la Vienne, je ne pouvais manquer d'y inclure les gitans et tsiganes de la région. Je devais en retrouver quelques-uns lors d'une expédition menée au camp de Dachau, d'où je pus sortir en mai 1945 cent deux déportés que je devais ramener à Poitiers. Par la suite en octobre 1945 je fis une autre expédition en Allemagne, cette fois à Wolfenbuttel, pour ramener les corps de nos camarades qui avaient été guillotinés le 2 décembre 1943. Parmi eux se trouvaient le Père Aimé Lambert et le chanoine Duret, ce dernier décédé peu de temps avant l'exécution qu'il allait lui aussi subir. Leurs corps ont été ramenés par la suite au cimetière de Chilvert à Poitiers où ils reposent sous les mêmes coussins de pierre où on les avaient enterrés à Wolfenbuttel. Je n'en dis pas plus pour le moment si ce n'est que par la suite, je soutins vigoureusement l'action de Madame L'Huillier, retournée à Paris où elle continua de s'occuper des gitans. Telle fut la raison qui me fit nommer, quand je commençai à me retrouver un peu plus libre, Aumônier National de l'Aide aux Nomades, au cours de l'Assemblée des Cardinaux et Archevêques des 18 et 19 octobre 1948, il y a maintenant trente quatre ans."

29/07/2009

[Compléter l'article]

La mission du Père Fleury* au camp de Dachau

Le 5 mai 1945, le Commissaire de la République, Monsieur Schuler lance l’idée d’une mission en Allemagne pour ramener les déportés de la Vienne. Le Père Fleury (aumônier du camp de la route de Limoges) propose de participer à "l’expédition". Dirigeant alors le Comité des Œuvres Sociales de la Résistance (COSOR) avec Monsieur Henri Février, il décide d'affréter un car des Rapides du Poitou et de partir chercher les déportés de la Vienne internés au camp de Dachau.

Après maintes péripéties, l’expédition arrive au camp qui vient d’être libéré. Une épidémie de typhus s’y était déclarée. Accompagné d’un étudiant en médecine, Jacques Chalut, lui-même rapatrié de Buchenwald, le Père FLeury* rassemble un certain nombre de Poitevins. Mais il doit surmonter de multiples difficultés pour les ramener à Poitiers. Outrepassant les ordres du Général De Lattre de Tassigny qui les avait consignés en quarantaine en raison du typhus, il lui faut négocier avec les autorités américaines qui finissent par accepter une liste de 96 rapatriables :
" Au moment où nous nous regroupâmes au delà des barbelés, des dizaines d’hommes se soulevèrent d’un élan unanime... Chacun respirait plus à l’aise. Une immense satisfaction brillait dans leurs regards..."

Alors qu’il se trouve à Mulhouse, dernière étape avant Poitiers, le Père Fleury* conclut en ces termes :
"Les gens de Dachau affluaient, rapatriés dans des camions rapides que conduisaient des noirs américains. Ainsi, huit jours après notre passage, le camp de Dachau était entièrement libéré. On venait de brûler l’ancien camp où les détenus avaient été entassés jusqu’à trente mille...Notre insistance était sans doute pour quelque chose dans ce rapatriement plus rapide et massif de tous les déportés de Dachau."

-Rapport du Père Fleury au COSOR, juin 1945
-Centre Presse , 28 Avril 1995, article de Rolland Barrat.
Texte rédigé par Marie-Claude Albert

04/03/2011
Auteur : Marie-Claude Albert Lien : VRID

[Compléter l'article]
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Jean Fleury
Régine Breidick Dimant
Monsieur Friedmann
Albert Rowek

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Vienne Résistance Internement Déportation (V.R.I.D (Vienne Résistance Internement Déportation),une association loi 1901, un collectif pour un média de l’Histoire et de la Mémoire de la Seconde Guerre Mondiale dans le département de la Vienne. )
2 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
3 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
4 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
5 Victime en représailles à Mussidan
6 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
7 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
8 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018