Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11276 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vienne

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Vienne

Préfets :
M. Moulonguet
(1936 - 1941) Préfet de la Vienne
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
M. Holveck
(1941 - 1943) Préfet de la Vienne
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
M. Darpheuille
(1943 - 1944) Préfet de la Vienne
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
M. Schuhler
(1944 - 1945) Préfet de la Vienne
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)

À lire, à voir…

Roger Picard Roger Picard
La Vienne dans la guerre 1939-1945 , La vie quotidienne

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Jacques Farisy Jacques Farisy
La ligne de démarcation dans la Vienne : 1940-1943

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
La France des camps : L'Internement, 1938-1946

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Jean-Henri Calmon Jean-Henri Calmon
Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne

ACHETER EN LIGNE

Paul Lévy Paul Lévy
Un camp de concentration français, Poitiers - 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Adieu les enfants (1942-1944)

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Eric Malo
Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Anne  Grynberg Anne Grynberg
Les camps de la honte : Les internés Juifs des camps français

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
La Shoah en France

ACHETER EN LIGNE

Jacques Farisy Jacques Farisy
Les paysans et les ruraux dans la Vienne, 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Centre de séjour surveillé

Camp de la Route de Limoges
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Texte pour ecartement lateral Commune : 86000 Poitiers
Sous-préfecture : Poitiers
- Vienne

Période d'activité: 01/09/1939 - 1944 (1945 ?)
Superficie: 20 baraques
Capacité: 900
Population internée: Républicains espagnols, Juifs, Tziganes

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Camp-de-la-Route-de-Limoges
Enfants juifs au camp de la route de Limoges
source photo : Coll. Barbanel
crédit photo : D.R.
Camp-de-la-Route-de-Limoges
Des femmes au camp de Poitiers
source photo : Inconnu
crédit photo : D.R.
Camp-de-la-Route-de-Limoges
Vue générale du camp de la route de Limoges
source photo : Archives départementales de la Vienne (sous-série 12J)
crédit photo : D.R.
Camp-de-la-Route-de-Limoges
Stèle
source photo : Arch. VRID
crédit photo : D.R.
Camp-de-la-Route-de-Limoges
Entrée du camp
source photo : Archives départementales de la Vienne (sous-série 12J)
crédit photo : D.R.
Camp-de-la-Route-de-Limoges
Plan du camp
source photo : Arch. VRID
crédit photo : D.R.
Histoire

Le camp de Poitiers

De la création du camp en 1939 pour accueillir les réfugiés espagnols à l’internement des juifs et des tziganes.

Le camp de la route de Limoges, désigné comme "Centre de séjour surveillé" fut construit en 1939 pour abriter les réfugiés espagnols (800 le 2 février). Le camp se vida lors de l’invasion allemande.

Après l’armistice du 22 Juin 1940, l’administration du camp resta française mais elle fut soumise au contrôle des autorités allemandes.
Dès la fin de 1940, l’administration française, sous ordre allemand, recensa les nomades et les Juifs. Dès décembre 1940, un grand nombre de tziganes français et étrangers sont internés. Au total, plus de 500 nomades furent ainsi internés dans des conditions inhumaines : le sol argileux se transformait en véritable bourbier l’hiver, il n’existait aucun chauffage efficace, la nourriture était insuffisante et déséquilibrée, casseroles, sièges, tables manquaient cruellement. Mais le plus pénible pour ces "gens du voyage" était sans nul doute la perte de la liberté.
Le recensement des Juifs fut fait par l’administration française en avril et mai 1941. Ordre fut donné par les allemands de les arrêter le 15 Juillet et de les interner au camp de la route de Limoges. A la mi-juillet 151 adultes et 158 enfants vinrent partager les affres du camp avec les tziganes. La aussi, les baraques destinées à recevoir les Juifs étaient vétustes, mal entretenues : les toits étaient abîmés et laissaient la pluie passer, il n’y a ni chaise, ni banc, ni table. A cela s’ajoute la plaie des souris et des rats qui dévorent tout et il est courant que des personnes retrouvent le matin leur vêtement, souvent le seul qu’ils possèdent, rongé et troué.
Le 1er décembre 1941, le camp contenait 801 internés. Il restait encore 27 espagnols, 452 nomades et 322 israélites s’entassant dans 15 baraques de 50 mètres sur 6 mètres. Bien que séparés les uns des autres par une clôture, l’entente fut parfaite entre eux et le dévouement sans limites.
En juin 1942, on distribua les étoiles jaunes au camp.
En juillet 1942 commencèrent les déportations par Compiègne pour les hommes tziganes (au total plus de 100 d’entre eux périrent dans les camps de Buchenwald et Sachsenhausen), par Drancy pour tous les Juifs. Le 1er juillet 1942, il y avait 841 internés dont 368 Juifs. Le 1er octobre de la même année, il ne restait plus que 13 Juifs et 459 nomades.
Au total, environ 1800 Juifs séjournèrent au camp avant d’être déportés vers les camps de la mort. Quant aux tziganes qui n’avaient pas été déportés en Allemagne, les allemands décidèrent de les transférer au camp de Montreuil-Bellay : 304 personnes sont ainsi transférés le 29 décembre 1943.
Cependant, à partir du 10 septembre 1942, le camp devint annexe de la prison de la Pierre Levée. Des condamnés de droit commun y furent transférés. Des femmes résistantes politiques poitevines les y rejoignirent. On les y retrouve dès janvier 1943.

Au final, 2500 à 2900 internés ont séjourné au camp de la fin 1939 au mois d’août 1944 répartis comme suit : 1800 à 1900 Juifs, 500 à 600 nomades, 200 à 300 politiques auxquels s’ajoutent quelques dizaines d’espagnols et autres victimes de l’arbitraire.
Ces chiffres soulignent le rôle primordial de ce camp, dispositif fondamental en Poitou-Charentes-Vendée, dans la mise en place de la solution finale, plus précisément de la Shoah. Tous les Juifs arrêtés dans ces 5 département sont dirigés vers le camp de Poitiers, puis de là, vers Drancy, avant-dernière étape d’un voyage sans retour. En nous référant à la situation nationale, nous mesurons mieux la dimension dramatique de l’hécatombe poitevine. Sur 350 000 à 400 000 Juifs vivant en France juste avant la guerre, à peu près 76 000 ont été déportés soit environ 20 %. Dans notre région, environ 2000 Juifs sur 2481 ont été déportés soit environ 80 %, ce qui correspond aux chiffres polonais ou d’autres pays dont l’hostilité bien connue aux Juifs est profonde, séculaire voire viscérale.
La cause essentielle de cette destruction massive, nous devons la rechercher du côté de la collaboration entre l’administration de Vichy et les autorités allemandes présentes à Poitiers, en particulier au Préfet Bourgain. Méthodique, travailleur, très actif, il s’est placé, sans défaillir un instant, dans le sillage des autorités d’occupation. Ses quelques hésitations ont été vite emportées par le sens du devoir administratif bien rempli.
Signalons que le Préfet délégué Holweck n’a pas éprouvé autant de scrupules. En 1943, il est déporté à son tour pour avoir volontairement ignoré certaines décisions de la Feldkommandantur de Poitiers. Une démarche qui ne paraît pas isolée. Des gendarmes, des personnels de préfecture ont apporté leur concours aux réfugiés et internés. Le rabbin Bloch (jusqu’à son arrestation) et le Père Fleury, aumônier des tziganes, se dépensèrent également sans compter pour les internés. Mais ces actes individuels, qui demeurent bien limités, ont permis, certes, de sauver quelques vies humaines mais n’ont pas éviter l’étendue de "la destruction des Juifs" en Poitou.

04/03/2011
Lien : Vienne Résistance Internement Déportation

[Compléter l'article]

Emplacement du camp

Le camp est construit sur la route nationale 147 de Limoges, au lieu-dit Le-Fief-du-Pied-de-Marc.

Les 196 internés décédés au camp sont inhummés au Cimetière de la Pierre Levée.

14/10/2012

[Compléter l'article]

Déportation des internés du Camp de la Route de Limoges

  • 20/07/1942 : convoi n° 8 (Angers - Auschwitz) dont 25 Juifs internés de Poitiers;
  • 11/09/1942 : convoi n° 31 (Drancy - Auschwitz) dont 77 internés de Poitiers;
  • 14/09/1942 : convoi n° 32 (Drancy - Auschwitz) dont des internés de Poitiers;
  • 23/09/1942 : convoi n° 36 (Drancy - Auschwitz) dont 61 internés de Poitiers;
  • 06/11/1942 : convoi n° 42 (Drancy-Auschwitz) dont environ 200 internés de Poitiers;
  • 09/02/1943 : convoi n° 46 (Drancy - Auschwitz) dont 22 internés de Poitiers;
  • 23/06/1943 : convoi n° 55 (Drancy - Auschwitz) dont 45 internés de Poitiers;
  • 10/02/1944 : convoi n° 68 (Drancy - Auschwitz) 1500 déportés dont 106 internés de Poitiers1

14/10/2012

[Compléter l'article]

2 Familles internées - Camp de la Route de Limoges [Ajouter une famille]

Famille Arama : 
Nationalité Française (origine grec)
Lili Arama, née Baty, de confession juive a passé 2 mois 1/2 au camp de Poitiers route de Limoges, après avoir été arrêtée à son domicile de Niort. Elle a été libérée grâce à un faux certificat de baptême fourni par son mari catholique, émis par la paroisse Sainte-Hilaire de Niort.
Arrivée au lieu d'internement : 15/12/1942
Destination : 01/02/1943 - Libérée
(Source: Archives départementales de la Vienne )

Famille Sznaper : 
Nationalité Polonaise
Berthe, d'origine polonaise, et sa fille Renée, âgée de 4 mois sont internées, en juillet 1941 dans le camp de Poitiers parce que juives. Le 12 mars 1942, elles sont transférées au camp de Lamotte-Beuvron puis à Pithiviers le 27 juillet 1942. Elles sont déportées de Drancy le 18 septembre 1942 et assassinées à Auschwitz-Birkenau. Renée a alors 17 mois. Avant son départ, Berthe enverra une dernière lettre à sa mère : "Je pars pour une destination inconnue. Ne t'inquiète pas plus. J'ai ma petite avec moi, c'est une consolation".2
Arrivée au lieu d'internement : 07/1941
Destination : 12/03/1942 - Sanatorium des Pins

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Vienne Résistance Internement Déportation (V.R.I.D (Vienne Résistance Internement Déportation),une association loi 1901, un collectif pour un média de l’Histoire et de la Mémoire de la Seconde Guerre Mondiale dans le département de la Vienne. )
2 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
3 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
4 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
5 Victime en représailles à Mussidan
6 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
7 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
8 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Chronologie [Ajouter]

12/04/1939 - Décret du 12 avril 1939 sur la création des CTE (Compagnies de Travailleurs Étrangers).
27/09/1940 - Loi du 27 septembre 1940 sur la création des GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
22/02/1941 - Décret du 22 février 1941 sur les sanctions à appliquer dans les GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
08/06/1942 - Départ de 435 Juifs du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
15/07/1942 - Arrivée de 339 Juifs au camp de la Route de Limoges, évacués de Meurthe-et-Moselle, de Belfort, du Nord, et expulsés de Gironde.
05/08/1942 - La circulaire n° 2765 du secrétaire général à la Police envoyée au préfet régional de Limoges vise les étrangers suivants en vue de leur transfert en zone occupée : "Les israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et les réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936 incorporés dans des groupes de T.E., hébergés au centre du Service social des étrangers, dans les centres des comités privés ou dans ceux de l'UGIF, placés dans les centres de regroupement israélites en application des circulaires du 3 novembre 1941 et du 2 janvier 1942 ainsi que ceux en résidence libre, seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre". La circulaire exclut quelques catégories de Juifs, dont les vieillards de plus de 60 ans, les enfants de moins de 18 ans non accompagnés, les femmes enceintes...
26/08/1942 - Rafle de Juifs réfugiés en Limousin. 446 Juifs dont 68 enfants de la région sont regroupés au camp de Nexon sont acheminés vers Drancy le 29 août 1942 et déportés vers Auschwitz par les convois n° 26 et 27.
21/09/1942 - Départ de 66 Juifs du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
08/10/1942 - Rafle des Juifs en Charente dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942.
16/10/1942 - Départ de 231 Juifs de la région de Poitiers pour Drancy.
13/11/1942 - Départ de 91 Juifs, dont 42 femmes et 22 enfants, du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
30/01/1943 - Départ de 22 Juifs, dont 13 femmes et 1 enfant, du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
25/02/1943 - Départ de 4 Juifs du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
26/05/1943 - Départ de 115 Juifs, dont 70 enfants, du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
25/06/1943 - Départ de 44 Juifs, dont 16 femmes et 13 enfants, du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
18/08/1943 - Départ de 13 enfants Juifs, du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
04/11/1943 - Départ de 19 Juifs du Camp de la Route de Limoges pour Drancy.
16/01/1944 - Arrivée au Camp de la Route de Limoges de 186 femmes (163 "politiques", 7 "marché noir", 16 "droit commun") en provenance du camp de La Lande (37).
31/01/1944 - Grande rafle ordonnée par le Préfet de région Poitou-CharentesLencloître France
02/11/1945 - Ordonnance du 2 novembre 1945 sur la dissolution des GTE (Groupements de Travailleurs Étrangers).


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.

Notes

- 1 - Levy, Paul, p. 51, 65, 77, 144, 221, 246-249 ; Klarsfeld, <i>Calendrier</i>, p. 287, 633, 637, 654, 668, 675, 696, 735, 763, 808, 832.
- 2 - Source : CERCIL.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018