Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
93 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
37268 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
726 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13862 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Gard

Région :
Occitanie
Département :
Gard

Préfets :
Sauveur Don Paganelli
(25/08/1944 - 01/02/1946)
Auguste Martin
(08/04/1938 - 25/09/1940) Préfet du Gard
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Angélo Chiappe
(25/09/1940 - 14/02/1944) Préfet du Gard
(Mai 1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Alfred Papinot
(14/02/1944 - 25/08/1944) Préfet du Gard
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Aimé Vielzeuf Aimé Vielzeuf
Quand le Gard résistait (1940-1944) - Le temps des pionniers - Tome 1

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Geneviève Dreyfus-Armand Geneviève Dreyfus-Armand
Septfonds, 1939-1944. Dans l'archipel des camps français

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

 AERI AERI
La Résistance dans le Gard

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Aimé Vielzeuf Aimé Vielzeuf
Quand le Gard résistait, tome 2, dans le secret des bois

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Aimé Vielzeuf Aimé Vielzeuf
Quand le Gard résistait, tome 3, sang et Lumière

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Soudorgues en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : 30460
Gentilé : Soudorguais, Soudorguaises

- Gard
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Soudorgues en 1939-1945
Soudorgues
source photo : Commune de Soudorgues
crédit photo : D.R.
Soudorgues en 1939-1945
La Salendrinque
source photo : Commune de Soudorgues
crédit photo : D.R.
Soudorgues en 1939-1945
Soudorgues
source photo : Commune de Soudorgues
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département du Gard
Histoire

La commune des Soudorguais

Soudorgues est une commune du Gard située dans les Cévennes.

Le village a été construit à 500 mètres d'altitude sur un promontoire au-dessus de la Salendrinque.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 394 habitants et 359 en 1946.

07/10/2021

[Compléter l'article]

Les maquis de Soudorgues

A l’origine était l’Aigoual
L’histoire des maquis de Soudorgues commence dans les forêts de l’Aigoual au lieu dit Le Bidil près d’Aire de Côte. Le 1° juillet 1943, le maquis d’Aire de Côte est anéanti par les allemands. Il y avait eu jusqu’à une centaine de maquisards ; une vingtaine était partie car l’encadrement et l’armement étaient insuffisants. Sur les 80 maquisards présents au moment de l’attaque, une vingtaine arrive à s’échapper et à rejoindre Lasalle avec leur commandant Rascalon. En cet hiver 43, le STO (service du travail obligatoire ) oblige les jeunes français nés dans les années 20, 21 et 22 à partir travailler en Allemagne. Quelques réfractaires sont cachés par Guy Arnault et Robert Francisque à Malérargues. Avec les rescapés du maquis d’Aire de Côte, ils formeront le maquis de Lasalle. Ce maquis ne reste pas plus de 25 jours au même endroit pour des raisons de sécurité. Il s’installe successivement à Malérargues, aux Fosses, à Loubatière, au Serre et à Laudernet dans des fermes isolées ou des jasses de Lasalle et des communes voisines. L’école des cadres du maquis se met en place. La 1° session aura lieu à Malérargues (Thoiras), la 2° à Soudorgues au Mourier. Il y en aura une 3° à Ardaillès près de Valleraugue. Les jeunes maquisards y apprennent le maniement des armes, des notions de guérilla bref une formation militaire de base pour eux qui n’ont pas connu le service militaire ni son substitut qu’étaient les chantiers de jeunesse de Vichy. Il s’agit aussi de former les futurs chefs du maquis.

La scission
Il faut nourrir ces jeunes, pour cela y contribuent des cartes d’alimentation envoyées par les mairies dont celle de Soudorgues d’Alphonse Rémézy. Il faut aussi les vêtir et les armer. Pour cela il y a les actions de commando, des coups de main du corps franc (groupe armé d’intervention du maquis ) qui intervient loin de Lasalle. Le commandant Rascalon est partisan d’une politique prudente, attentiste disent certains qui brûlent d’aller au combat. Rascalon prône plutôt l’attente du jour J et un signal venu de Londres pour passer à l’action. Il n’est pas partisan d’actions spectaculaires risquant d’attirer des représailles sur la population locale. Le maquis de Lasalle est A.S. c'est-à-dire gaulliste. Ses chefs se disent apolitiques. Un groupe de jeunes, dont plusieurs sont proches du parti communiste, frustrés de ne pouvoir faire partie du corps franc, fait scission. Onze d’entre eux forment un maquis autonome le 05/02/44 qui sera basé au Mas du Serre.1

Le Maquis du Serre
Le mas du Serre est situé sur la commune de Soudorgues, dans la haute vallée de la Salindrenque, sur sa rive droite, face au hameau de La Coste. Ces maquisards connaissent les lieux car ils y ont auparavant établi leur campement avec le maquis de Lasalle. Le 27/02/44 , ce maquis sera affilié aux maquis FTP (maquis communistes) sous le nom de « camp N°4 » mais le nom de « Maquis du Serre » restera même après avoir quitté cet endroit. Le 1° problème est celui du ravitaillement, la cohabitation avec le maquis de Lasalle nécessite des compromis. Il faut aussi récupérer des explosifs auprès des mines de St Félix de Pallières pour pratiquer des actions de sabotage (pylones EDF, voies ferrées).

En avril 44, un évènement presque anodin va être lourd de conséquences. Pour transporter du matériel radio, le maquis du Serre a réquisitionné une voiture et une moto chez un commerçant de Lasalle. Ce dernier n’a pas porté plainte, mais le lieutenant de gendarmerie du Vigan de passage à Lasalle en a connaissance, fait du zèle et veut arrêter les « voleurs ». Le 23/04/44, Il demande aux gendarmes de Lasalle d’établir un barrage au pont de la Baraquette à la sortie de Lasalle en direction de St Hippolyte où ont été signalés les « bandits » (comme les appelait l’administration de Vichy). 2 maquisards sont arrêtés au barrage. Un des maquisards n’a pas de papier, l’autre montre aux gendarmes des papiers le présentant comme instituteur, un jour de classe ! Il reconnait que ces papiers sont faux et être maquisard ; les papiers sont confisqués, il se voit livré aux allemands d’où fuite et échange de coups de feu. Ils forcent le barrage blessant 2 gendarmes dont le maréchal des logis chef Mérel. Grièvement blessé, ce dernier décèdera le lendemain. A la fin de la journée, 2 autres maquisards de retour de mission de St Hippolyte souhaitent regagner au plus vite le mas du Serre. Ils décident de forcer le barrage. Ils sont blessés( dont l’un grièvement )et sont arrêtés par les gendarmes. Malgré une enquête diligentée à la libération, les circonstances du drame n’ont pas été établies, y a-t-il eu des sommations ? Les 2 maquisards blessés sont envoyés à Nîmes. Ils sont condamnés à mort et envoyés à l’hôpital en attendant l’exécution. Une tentative du maquis pour les libérer échoue car Octave Caplan est intransportable et Jaques Baby, l’autre maquisard refuse d’abandonner son camarade. Ce dernier sera fusillé par des policiers français appelés de l’extérieur ,car les gendarmes ont refusé de participer au peloton. A leur décharge, les policiers ignoraient tout de cette histoire. Les gendarmes nîmois qui ont refusé de participer au peloton d’exécution sont mis aux arrêts et finalement sauvés par le débarquement en Provence et l’avance rapide des troupes alliées. Octave Caplan mourra à l’hôpital dans un bombardement américain .Cette histoire est d’autant plus triste que le gendarme chef Mérel était lié à la résistance. Il prévenait le maquis de Lasalle des mouvements des allemands. Il avait joué un rôle important dans la tentative de rafle à Soudorgues, contribuant à la faire échouer. Son nom est gravé sur le monument aux morts des martyrs de la résistance de Lasalle. Quelques mois plus tard, sa veuve sera déterminante pour sauver le Pasteur Séguy lui-même sauveur des otages du combat de Cornély.

Immédiatement, le maquis quitte le mas du Serre pour s’installer près de la maison forestière de la Perjurade au camp du « Bartas » à proximité de la commune de Soudorgues. Peu de temps après, il sera à St Hippolyte puis rejoindra le maquis de Roquedur dans la vallée de l’Hérault pour participer aux combats de la libération. Au total, le maquis du Serre concernera une trentaine de maquisards, jamais plus de 20 simultanément. 8 d’entre eux sont morts pour la France. Tous les autres rejoindront la 1° armée française après le débarquement en Provence, les futurs « Rhin et Danube » qui libèreront une partie importante de la France de la Provence jusqu’en Alsace et continueront le combat en Allemagne et en Autriche.

Une curieuse anecdote pour terminer. A l’invitation de Brigitte et Philippe Mastras, je suis allé visiter le mas du Serre à l’été 2018. J’ai vu la plaque qui rend hommage au maquis du Serre. Cette plaque ne correspond pas à la photo que nous avions dans nos documents. L’explication la plus plausible était que cette plaque avait été descellée après sa première pose du 11/11/44, et remplacée par une nouvelle pour faire figurer les morts supplémentaires, car la place manquait sur la première plaque.
En réalité c’est exactement le contraire. Sur la première plaque figurait le nom d’un disparu qu’on croyait mort : François Escobar dit Zouïka. Blessé et hospitalisé loin de Soudorgues, il est réapparu des mois plus tard ; d’où la nécessité d’une nouvelle plaque où son nom ne figurait plus.

Le maquis de la Grand’Borie Instruit par la tragédie d’Aire de Côte, Rascalon ne souhaite pas une concentration trop importante au maquis de Lasalle. Il fait savoir, notamment par son épouse active dans l’organisation du maquis, aux candidats originaires des environs de Lasalle de rester cachés chez eux en attendant son signal.
Malgré cela le nombre de maquisards augmente grâce à ceux extérieurs à la région. Il en vient de Nîmes, Montpellier, Marseille, ils ont pris des risques pour venir. Il serait trop dangereux de les renvoyer chez eux. Les chefs du maquis décident de créer un camp annexe d’une vingtaine de jeunes à la Grand’Borie à Soudorgues sous le commandement du soudorguais Jean Viala. Des réunions de chefs du maquis ont lieu à son domicile au Moina et le plus souvent aux Horts au domicile des Hébrard, Jeanne et Emile. Le commandant Rascalon présente leur maison comme le PC du maquis, elle servait aussi d’entrepôt de matériel. Des provisions sont aussi cachées dans une maison voisine aux Horts chez la famille Mourgues.

En mai 44, les allemands savent que le débarquement allié est proche .Ils ne veulent pas combattre sur 2 fronts, il leur faut donc détruire les nombreux maquis cévenols. Une unité formée de Waffen SS, la sinistre bande à Harry, unité anti-terroriste, spécialisée dans la lutte contre les maquis est basée à Alès. En se faisant passer pour des pilotes américains abattus qui cherchent à gagner le maquis, ils atteignent le château de Malérargues où Robert Francisque le chef militaire du maquis de Lasalle est assassinée2. Deux autres maquisards sont arrêtés. L’un d’eux, pour éviter la torture se met au service des Waffen SS. Il conduit les allemands à Soudorgues où le maquis de la Grand’Borie est décimé, puis aux Horts où Mme Hébrard est fusillée3. Le bilan de la Grand’Borie est lourd. Un blessé, un condamné à mort mais rescapé .D’autres seront déportés ; parmi eux Élie Fournier* de Soudorgues qui ne reviendra pas des camps de la mort. Le traitre sera plus tard arrêté, jugé et exécuté par le maquis.

Les rescapés rejoindront le maquis de Lasalle ; leur histoire se confond ensuite avec celle de ce maquis. Ils participeront au combat de Cornély. En juin 44, ils seront plus de 200 à l’Espérou. Avec le maquis de la Soureilhade d’Ardaillès du Pasteur Olivès, ils formeront le maquis Aigoual-Cévennes. Ils seront plus de 2000, la plus grande unité FFI( forces françaises de l’intérieur) du Gard. Ils participeront au combat de la libération de ce département. Après l’été 44, une partie des maquisards de l’Aigoual Cévennes rentrera dans ses foyers. La majorité signera un engagement pour la durée de la guerre auprès de la 1° armée française du général De Lattre de Tassigny. Ils permettront de relever les troupes indigènes des régiments coloniaux sur le front sans interruption depuis 43 et la campagne d’Italie. Au col du Mercou, une stèle sobre rappelle le martyre du maquis de la Grand’Borie. Sous le nom des 4 victimes ( dont 2 morts en déportation Fournier et Delon) ; vers de Victor Hugo extraits de « Les chants du crépuscule » : Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie.

L’histoire continue
Une vingtaine d’années après la guerre, en 1966, l’histoire de Soudorgues et du maquis allait trouver un curieux prolongement. Costa-Gavras, alors jeune réalisateur, tournait son 2° film « Un homme de trop » d’après un roman de J.P. Chabrol dont l’action se situe dans les Cévennes en 44. Le film est en partie tourné sur la commune de Soudorgues. Le camp des maquisards est situé près du rocher de l’Aigle dans le massif du Fageas. Ce film est passé encore récemment à la TV sur la chaine ARTE en 20174.

L’histoire n’est pas terminée.
Après 40 ans de mandat comme Maire de Soudorgues, Alphonse Rémézy était remplacé par Jean Gazaix en 1971 qui sera maire jusqu’en 1995.Dans la résistance, Il avait été le secrétaire du commandant Rascalon et son contact à la mairie de Lasalle  Il avait aussi été présent au combat de Cornély. Secrétaire de Mairie de Lasalle, il sera conseiller général du Gard.
Enfin le foyer de Soudorgues porte le nom de Lucie et Raymond Aubrac, le couple le plus célèbre et emblématique de la résistance française.

Serge Rigal : cévenol né à Alès. Professeur retraité, agrégé de l’université. A enseigné les mathématiques pendant 40 ans en Côte d’Ivoire, en Autriche et à Montpellier où il a fini sa carrière. Passionné d’Histoire, il se partage entre Montpellier et Lasalle dans les Cévennes où il fait connaitre ses recherches sur l’histoire locale sous forme d’exposés ou de conférences.

07/10/2021
Auteur : Serge Rigal Lien : La Tourmente 1943-1944

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement du Gard

16e CTE-803e GTE du Camp des Garrigues 30000 Nîmes
217e-803e GTE Beaucaire 30300 Beaucaire
304e GTE Langlade 30980 Langlade
805e GTE La Grand-Combe 30110 La Grand-Combe
Camp d'Alès 30100 Alès
Camp de Beaucaire 30300 Beaucaire
Camp de Langlade 30980 Langlade
Camp de Saint-Nicolas 30000 Nîmes
Camp des Garrigues 30000 Nîmes
Camp Garrigues Saint-Nicolas 30190 Sainte-Anastasie
Cascaret 30000 Nîmes
Centre Le Vigan 30120 Le Vigan
Centre Remoulins 30210 Remoulins
Centre Uzès 30700 Uzès
Citadelle de Pont-Saint-Esprit 30130 Pont-Saint-Esprit

Les lieux de sauvetage du Gard

Centre d'accueil de Saint-Hippolyte-du-Fort 30170 Saint-Hippolyte-du-Fort
La chartreuse de Valbonne 30200 Bagnols-sur-Cèze
Maison de Campestre 30770 Campestre-et-Luc
Musée du Désert 30140 Mialet

Maires de Soudorgues

Alphonse Remézy *  Maire de Soudorgues (1931-1971)

Les 61 Justes parmi les Nations du Gard



Familles réfugiées à Soudorgues [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


Familles arrêtées (Soudorgues) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Chronologie [Ajouter]

12/07/1944 - Le 12 juillet 1944, au village de l’Espérou, les maquis Armée Secrète d’Ardaillès et de Lasalle fusionnent pour constituer le maquis Aigoual-Cévennes, fort de 400 hommes.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Soudorgues sur Wikipedia 
2 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
3 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )
4 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
5 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
6 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
7 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
8 Michel Fabre

Notes

- 1 - Gérard Ménatory dit Tito est l’un des fondateurs du Maquis du Serre. Il sera arrêté à Lasalle et déporté à Mauthausen. Il sera après la guerre journaliste à Midi Libre et fondateurdu parc à loups du Gévaudan à Marvejols.
- 2 - Robert Francisque dit Robert Lenoir est arrêté au château de Malérargues à Thoiras dont il est l’intendant. Pour l’empêcher de s’évader, les Waffen SS lui font baisser son pantalon. Ils le tuent ainsi que son chien, son inséparable compagnon des promenades solitaires qu’il affectionnait. Il sera inhumé dans l’intimité à Malérargues, puis plus tard à Lasalle sous le château de Cornély. C’est à l’emplacement de sa tombe que sera inaugurée en 1966 la stèle des martyrs de la résistance. La place la plus importante de Lasalle située entre le temple et les écoles porte son nom.
- 3 - Les obsèques de Jeanne Hébrard auront lieu au temple de Soudorgues, bondé malgré les difficultés de déplacement de cette période de l’occupation. Le Pasteur Wasserfallen de l’ERE de Lasalle prêchera sur « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». C’est ce verset qui est gravé sur la plaque de la Tournelle aux Horts, proche de l’endroit où Jeanne Hébrard a été fusillée. Elle voulait prévenir ses proches ou les personnes réfugiées dans sa propriété de l’arrivée des Waffen SS. Un historien de la résistance, mal informé, la présente comme une victime presque par hasard : à cause de sa surdité, elle n’aurait pas entendu arriver les allemands. Cette information erronée sera reprise dans d’autres ouvrages.
- 4 - Malgré une belle distribution où figurent Michel Piccoli, Claude Brasseur et Bruno Crémer, le film ne connaitra qu’un demi-succès à sa sortie en salles .C’était le2° film de ce réalisateur grec d’origine, Il n’était pas encore très connu. Il le sera plus tard par une filmographie riche et souvent d’inspiration politique. Toutefois les images du Fageas en ce printemps cévenol sont superbes. On reconnait parfaitement les lieux qui depuis ont un peu changé car une route forestière supplémentaire démarre désormais au col situé au pied du rocher de l’Aigle , entre celui-ci et le Fageas.

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


***  recherche explication et rechecherche généalogique Déposée le 24/01/2017

    Quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi mes grands-parents n'étaient pas libre de se déplacer pendant la guerre 39/45 je peux le comprendre puisqu'ils n'avaient pas la nationalité française, ils étaient Suisse, mais l'interdiction a perduré après la guerre ? J'ai joins la photo de la carte de circulation.
    Je suis aussi à la recherche de cousins: ZBINDEN Paul qui a été pasteur en France pendant 25 ans
    qui a eu 6 enfants sa sœur ZBINDEN marguerite Aurèlie Albertine Collomb et son frère ZBINDEN Jean, son épouse se prénommait Marie, il a travaillé 45 ans à la poste à Genève en tant que facteur de mandats, ils ont eu 2 filles une était maitresse d'école, elle a eu 2 filles dans les années 50/60 l'autre était professeur dans les écoles supérieures.
    Je remercie toutes les personnes qui pourrons me renseigner.
    [répondre]
Répondue le 08/02/2017
    je fais des recherches sur mon grand-père, Paul Zbinden, pasteur à St Jean du Gard sous l'occupation et ayant participé à un réseau de sauvegarde et de passage pour enfants juifs. Il a en outre protégé une famille.  
Répondue le 19/07/2019
    Je suis Luc Zbinden, petit-fils de Paul Zbinden . Avez-vous des informations concernant la famille Zbinden pendant la guerre ? 

***  RECHERCHE TEMOIGNAGES ENFANTS SAUVES Déposée le 05/07/2017

    Nous recherchons des témoignages d’enfants qui auraient bénéficié de l’aide du pasteur Paul Zbinden entre 1940 et 1944, et qui ont été acheminés par lui, en train, de Paris vers le Sud de la France. Selon nos informations, les enfants juifs avaient pour destination la frontière espagnole, Nîmes ou Marseille, ou étaient cachés dans des familles.
    M. Paul Zbinden, qui avait 40-45 ans à ce moment, était domicilié à St-Jean du Gard , dans les Cévennes.

    Voilà ce que raconte une des filles de M. Zbinden :

    « Mon père a fait de fréquents voyages à Paris (où il était contact avec un prêtre) d’où il ramenait des petits groupes d’enfants juifs vers le sud, en zone libre, peut-être vers la frontière espagnole.
    Lorsque des soldats allemands contrôlaient et fouillaient le train, les soldats se divisaient en deux groupes l’un partant de la tête et l‘autre de la queue du train pour se rencontrer au milieu, puis ils faisaient demi-tour, chacun de leur côté.
    Pendant la fouille, le train était arrêté et on cachait les enfants sous le train à ce moment-là. Quand les soldats avaient le dos tourné, on ramenait ensuite les enfants dans le train. »

    Toute personne ayant rencontré (ou ayant été sauvée) par le pasteur Paul Zbinden est priée de prendre contact avec nous au plus vite.

    Merci de regarder attentivement ces photos de M. Paul Zbinden, prises à cette époque.
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021