Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
758 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
704 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4173 Justes de France
920 résistants juifs
11442 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1269 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Pyrénées-Atlantiques

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Pyrénées-Atlantiques

Préfets :
Paul Grimaud
(1942 - 1944)
Émile Ducommun
(1940 - 1942) Préfet des Pyrénées-Atlantiques
Angelo Chiappe
(16/07/1939 - 24/09/1940) Préfet des Pyrénées-Atlantiques
Maurice Sabatier
(01/05/1942 - 1944) Maurice Roch Antoine Sabatier, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1897-1989)
François Pierre-Alype
(1941 - 1941) Marie François Jules Pierre dit Pierre-Alype, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1886-1956)
Gaston Cusin
(30/08/1944 - 18/05/1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1903-1993)
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Eric Mailharrancin Eric Mailharrancin
Des barbelés français

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Dora Goland Dora Goland
Un présent qui s'accroche à moi : Dieuze-Pau-Auschwitz et retour

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Madeleine Barot


dite Claudette Monet
Dossier Yad Vashem : 3830
Remise de la médaille de Juste : 1988
Sauvetage : Gurs 64190 - Pyrénées-Atlantiques
Nîmes 30000 - Gard
Profession: Secrétaire Générale de la CIMADE
Religion : Protestante
Nom de naissance: Barot
Date de naissance: 04/07/1909 (Châteauroux)
Date de décès: 28/12/1995 (Paris)
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Madeleine-Barot
Le pasteur André Trocmé et son fils Jacques, le pasteur Edouard Theis, Mireille Philip, Madeleine Barot…
source photo : Yad Vashem
crédit photo : inconnu
Madeleine-Barot
Madeleine Barot
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Notice

Jeunesse
Madeleine Barot* est originaire du Poitou par son père, résolument antimilitariste, et alsacienne par sa mère, féministe et militante.
Un arrière-grand-oncle, maire de Strasbourg, s'était illustré comme député de l'Assemblée nationale en 1870 et avait trouvé la mort, terrassé à la tribune de l'Assemblée à Bordeaux, en faisant un discours pour protester contre l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne. Sa veuve avait alors quitté l'Alsace.1

La famille de Madeleine Barot* est installée à Clermont-Ferand où naît sa soeur.
Son père est mobilisé en 1914.

Alors qu'elle a 13 ans, sa famille s'installe à Versailles et c'est là que Madeleine Barot* poursuivra sa scolarité jusqu'au baccalauréat.

Une des grand-tantes alsacienne de Madeleine Barot*, Lydie, ouvre en Suisse, près de Bex, une école de pédagogie nouvelle, mixte internationale et richement fréquentée où séjournera le mahâtma Nehru Gandhi , assigné à résidence par les anglais avec sa fille Indirâ, tandis que son épouse est soignée à Leysin. Madeleine Barot* y passera des vacances.

Etudes et formation
Madeleine Barot* prépare une licence d'histoire à la Sorbonne, puis un diplôme d'études supérieure sous la direction d'Henri Hauser, tandis qu'elle est logée au foyer international et qu'elle fréquence le foyer du YWCA (Young Women Christian Association) dirigé par Miss Watson.
Elle y rencontre Suzanne de Dietrich, Charles Westphal*, Claire Jullien et des orateurs occasionnels comme François Mauriac, Nicolas Berdiaev, Karl Barth, le père Yves Congar, Louis Joxe et André Philip.

Elle part à Rome où elle a été reçue pour le poste d'archiviste-bibliothécaire à l’École Française dirigée par Jérôme Carcopino, camarade de son père à "Normal sup".

C'est la guerre :
Elle quitte l'Italie le 10 mai 1940, jour de l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de l'Allemagne, et rentre en France dans le train diplomatique, accompagnée d'une vingtaine de religieuses catholiques cloîtrées à Rome.

Elle arrive à Grenoble, le train n'allant pas plus loin... Elle y retrouve Suzanne de Dietrich rentrée de Genève.

Madeleine Barot* rentra à Versailles, mais ses parents n'y étaient plus.

Le pasteur Marc Boegner* est là, en partance pour Bordeaux. Il lui demande de partir pour La Rochelle où l’Église réformée a été évacuée.
Elle arrive à La Rochelle, où sont amassés dans la propriété de la famille Vieljeux des paroissiens Belges et du Nord de la France.
Le lendemain de son arrivée, les Allemands viennent réquisitionner la propriété.
Madeleine Barot* qui parle allemand négocie avec l'officier d'état-major qui finit par accepter de partager les locaux provisoirement.

Elle repart alors vers Bordeaux à bicyclette et se présente au presbytère du pasteur Hébert Roux.

Elle entreprend alors de rendre visite aux régions de la zone non-occupée : Albi, Castres, Mazamet, Pau, Agen et Toulouse et arrive à Vichy le 26 juillet 1940.

La Cimade
Madeleine Barot* devient secrétaire générale de la Cimade (Comité inter-mouvements auprès des évacués) en 1940.
La Cimade existe depuis septembre 1939.
Suzanne de Dietrich, théologienne, secrétaire générale adjointe de la Fédération universelle des associations chrétiennes d'étudiants, s'était adressée au CIM (Comité inter-mouvements de jeunesse, réunissant les Éclaireurs et Éclaireuses unioniste, les Unions chrétiennes de jeunes gens et de jeunes fille et la Fédération des associations chrétiennes d'étudiants) et à sa directrice Violette Mouchon, et structura avec eux la Cimade (Comité Inter-Mouvements Auprès Des Évacués).
L’organisation regroupait donc tous les mouvements de jeunesse protestants sous l’impulsion de Suzanne de Dietrich. La Cimade s’était donné pour tâche de venir en aide aux personnes des localités situées le long de la frontière franco-allemande évacuées vers le Sud-Ouest (Haute-Vienne, Dordogne, Landes, Lot-et-Garonne, Gers) à cause de l’entrée en guerre contre l’Allemagne et de la proximité de la Ligne Maginot sur la frontière. Dans les équipes constituées, au moins un membre devait parler alsacien ou allemand.

Commence alors pour plus de deux cents mille personnes une longue période d'exil vers des régions où les attendent des conditions d'accueil difficiles, d’autant qu’ils sont souvent protestants dans des villages très catholiques.

Madeleine Barot* se rend à Nîmes où elle est rejointe par le pasteur Marc Boegner* et sa famille.

L'armistice signé par le maréchal Pétain et Hitler le 22 juin 1940 met fin aux actions engagées par la Cimade auprès des Alsaciens et des Lorrains qui rentrent chez eux.

Madeleine Barot* définit la nouvelle tâche de la Cimade : venir en aide aux victimes du régime de Vichy et de l’Occupation, c’est-à-dire essentiellement aux Juifs qui n’avaient pas la nationalité française.

Le gouvernement de Vichy décide d’utiliser les camps d'enfermement créés par la IIIe République pour "héberger" les Républicains espagnols. Il en augmente le nombre pour y interner tous les "indésirés", les Juifs, les étrangers, les réfugiés politiques dont des Allemands anti-nazis. Ce sont les camps de Gurs, Rivesaltes, le Récébédou, Brens-Gaillard, Noé, Nexon…

Le camp de Gurs
À l’automne 1940, le pasteur Charles Cadier, d'Oloron-Sainte-Marie, alerte les autorités protestantes repliées à Nîmes de l'existence d'un camp à Gurs, où les internés, réfugiés politiques allemands et juifs sont particulièrement inquiets et où des mères juives totalement démunies accouchent au camp. A cette date, des enfants y étaient morts également.
Madeleine Barot* se présente à la porte du camp avec un paquet de couches pour les nouveau-nés et déclare au garde qu’elle est chargée de les distribuer aux jeunes mères. Elle pénètre ainsi dans le camp. Elle y revient chaque jour sous un prétexte différent en compagnie d’une autre militante de la Cimade, Jeanne Merle-d’Aubigné.
Madeleine Barot* et Jeanne finissent par recevoir la permission du commandant du camp de créer une antenne de la Cimade et installent un baraquement au camp de Gurs.

L’organisation internationale YMCA avait sollicité en vain auprès de Vichy des autorisations d’entrée pour les représentants de la Cimade que Madeleine Barot*, chrétienne engagée et pleine d’une « indomptable énergie » avait réussit à obtenir grâce à son courage et à sa débrouillardise.

Élisabeth Schmidt vient proposer son aide. Elle sera, quelques années plus tard, la première femme consacrée pasteur de l’Église réformée de France.
André Morel*, étudiant en théologie, la remplacera lorsqu'elle contractera la typhoïde.

La permanence devient un fait accompli et Madeleine Barot* fait d’intenses efforts pour obtenir la mise en liberté de certains prisonniers. C’est ainsi qu’elle arrive à faire transférer des enfants, des malades et des vieillards dans des établissements ouverts par la Cimade à cet effet, surtout dans la localité de Chambon-sur-Lignon.

À la fin de l’hiver 1941, Madeleine Barot* décide d’étendre les activités de la Cimade aux autres camps de la zone non occupée, Rivesaltes, Brens-Gaillard, Nexon et le Récébédou.
En août 1942, le gouvernement de Vichy donne son accord pour le transfert de la zone sud à la zone nord de près de dix mille Juifs étrangers et apatrides. Le personnel de la Cimade est progressivement renvoyé des camps vidés de leurs occupants. Les opérations de sauvetage deviennent alors urgentes et clandestines.

L’entrée des troupes allemandes en zone libre intensifie les rafles anti-juives. Madeleine Barot* multiplie les voyages en Suisse pour soutenir financièrement les refuges et les maisons d’accueil, et organiser des filières d’évasion.
La fabrication de fausses cartes d'identité et les démarches de Madeleine Barot* auprès des autorités helvétiques, pour qu'ils accueillent les Juifs, permettent à la Cimade d'organiser des filières d'évasion vers la Suisse. Le mot d'ordre de la Cimade est de "sauver par tous les moyens" et de venir en aide aux internés des camps et de cacher de nombreux Juifs auprès de familles françaises.

Madeleine Barot*, pour ces nombreux déplacements, utilisera un certain nombre de fausses identités, dont "Claudette Monet" (adaptation féminine de l'artiste français Claude Monet)

Après la guerre
Après la Libération Madeleine Barot* s'occupe des détenus suspects de collaboration, notamment à Drancy.

En 1953, Madeleine Barot* devient directeur du département Coopération entre hommes et femmes dans l'Église et la Société du Conseil Œcuménique des Églises, auquel s'ajoute la direction du département Éducation au développement.
En 1968, elle participe aux travaux de la SODEPAX (Société Développement et Paix) sous l'égide du COE (Comité Œcuménique des Églises) et de l'Église catholique et à ce titre voyage en Afrique Noire, à Madagascar et en Amérique du Sud où elle joue, en pleine période de décolonisation, un rôle primordial dans la promotion de la condition féminine, et où s'accroît son rayonnement international.
De 1974 à 1979, elle est secrétaire de la Commission des Affaires Sociales Économiques et Internationales de la Fédération Protestante de France.
En 1980, elle devient Vice-Présidente de l'ACAT (Action des chrétiens pour l'abolition de la torture).
En 1988, Madeleine Barot* est nommée Docteur Honoris Causa de la Faculté de théologie de Paris.

Madeleine Barot* ne s’est jamais mariée, disant qu’elle "n’en avait pas eu le temps".

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire
Madeleine Barot Réforme
A woman passionately engrossed in helping her fellow human beings and spreading Protestantism.

Her youth
Madeleine Barot was born in Châteauroux in a family of teachers. She went to secondary school in Clermont-Ferrand and in Versailles, and belonged to the high-school branch of the "Fédé" movement.
She furthered her studies in History at the Sorbonne and started working as a trainee-librarian with the Bibliothèque Nationale (National Library). She later was an archivist with the French School in Rome where she stayed until 1940. Then she joined the student "Fédé" movement - the French branch of the Universal Federation of Christian Students' Associations - in which she was a very active member.

World War II
As soon as Italy entered the war, Madeleine Barot was repatriated from Rome and was appointed by the pastor Marc Boegner to the secretariat of the Cimade (Inter-movement committee along with evacuees) which she set up with Suzanne de Dietrich, in order to help solve the tragic problems refuges and evacuees were confronted to.
From then on she devoted her intelligence and energy to coordinating the help to internment camps, especially the one in Gurs (Pyrénnées-Atantiques), where about 40,000 foreigners and Jews were forcefully assembled under the Vichy regime. She often visited camps and organised reception centres at the Chambon-sur-Lignon. She even organised flight procedures to Switzerland for the most threatened Jews.
She was part of the research group which wrote the Thèses de Pomeyrol (Pomeyrol Theses) in 1941, emphasising the resistance of the French Reformed Church to Nazism.
After the Liberation Madeleine Barot was in charge of detainees suspected of collaboration, especially at Drancy (near Paris).

International activities
In 1953, Madeleine Barot became Director of the department of cooperation between men and women within the Church and the Society of the Ecumenical Council of Churches, as well as the head of the Education department for development. In 1968 she worked with the SODEPAX (Society for Development and Peace) under the guidance of the COE (Ecumenical Council of Churches) and the Catholic Church. This activity enabled her to travel to West Africa, to Madagascar and to South America where the ongoing decolonisation process prompted her significant action in favour of women's rights, and won her international recognition.
Between 1974 and 1979 she was secretary to the International and Economic Social Affairs Committee of the French Protestant Federation.
In 1980 she became Vice-President of the ACAT (Christian Action for the Abolition of Torture).
In 1988 Madeleine Barot was nominated Doctor Honoris Causa of the theology faculty in Paris.

11/11/2012
Lien : Madeleine Barot (1909-1995)

[Compléter l'article]
 

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
4 Victime en représailles à Mussidan
5 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
6 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
7 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Notes

- 1 - André Jacques, Madeleine Barot, Cert, 1989, pp. 16-17.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019