La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
315 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8767 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Pierre Gagnier


Dossier Yad Vashem : 11720
Remise de la médaille de Juste : 18/01/2012
Sauvetage : Nice 06000 - Alpes-Maritimes
Profession: Pasteur de l'Église réformée
Religion : Protestant
Date de naissance: 22/12/1909 (Crozon (Finistère))
Date de décès: 06/06/1988
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Pierre-Gagnier
Le Pasteur Gagnier au bureau
source photo : Arch. Les Enfants et Amis Abadi
crédit photo : D.R.
Pierre-Gagnier
Le Pasteur Gagnier à l'Autel
source photo : Arch. Les Enfants et Amis Abadi
crédit photo : D.R.
Pierre-Gagnier
Pierre et Hélène Gagnier en retraite
source photo : Arch. Les Enfants et Amis Abadi
crédit photo : D.R.
Notice

Pierre Gagnier* naît le 22 décembre 1909 à Crozon, dans le Finistère de Paul Victor Gagnier et de Hélène Marie Couchard tous deux originaires de Charente.

Après un parcours scolaire de bon élève, il obtient son baccalauréat au lycée d’Angers où avait déménagé sa famille. C’est au lycée Lakanal à Sceaux (92), en classes préparatoires littéraires qu’il rencontre le scoutisme d’où tant d’amitiés naîtront et dureront jusqu’à la fin de sa vie. L’idée et l’envie de devenir Pasteur commencent à faire leur chemin. Après un an à la Sorbonne et un an en Allemagne il décroche une licence d’Allemand. Ses études de théologie se déroulent à Paris entre 1931 et 1934 après son service militaire.

Pour son premier ministère il est nommé à Barre-des-Cévennes en Lozère où il rencontre Hélène Aubanel* qu’il épouse en 1937 ; quatre fils naîtront de leur union.

La guerre l’oblige à partir. Il fait la “drôle de guerre” en Alsace où il est interprète puisque, au cours de son service militaire, il a obtenu le diplôme d’interprète militaire. Prisonnier en Westphalie, il ne reste pas inactif. Il organise des "causeries sur les livres de la Bible" et participe dans le camp à des activités sportives et culturelles. Une petite communauté de protestants se crée dans le camp où de solides amitiés se nouent.

Il est libéré durant l’été 1941 et, de retour en France, il est nommé Pasteur de l'Église Réformée à Nice. Il y reste jusqu’en 1953. Pendant les années d’occupation, cet homme de courage, en accord avec ses convictions et le soutien sans faille de son épouse, n’hésite pas à cacher des juifs dans le presbytère et dans le temple. Le presbytère devient une annexe de faux papiers. Pierre Gagnier* est lui-même très actif dans la confection de cartes d'identité, de cartes d'alimentations, de lieux de "cache", dans la fourniture de vivres, d'argent et de complicité d'évasion.

Il rencontre Moussa Abadi, qu'il appelle "Maurice". Plusieurs enfants du Réseau Marcel seront cachés grâce aux familles sollicitées par le Pasteur Gagnier*. Il accueille de jeunes israélites dans l’équipe des routiers (scouts). Sa connaissance de la langue allemande lui permet d’aller à la Gestapo, où il rencontre le sinistre Brunner, pour obtenir des renseignements lorsqu'un des leurs est arrêté. Il ne craint pas de se rendre à la kommandantur pour dire son indignation alors que des résistants avaient été pendus aux réverbères de l’avenue de la Victoire. Il n’a pas peur de demander à un employé des questions juives, venu l’interroger sur les faux certificats de baptême qu’il délivrait, s’il n’avait pas honte du métier qu’il exerçait. Cette attitude lui crée des inimitiés à l'intérieur du Conseil Presbytéral, dont un membre influant l'accusait de "prendre parti contre le gouvernement".

Avant la guerre, Paul et Yvonne Picard habitaient Nancy avec leurs enfants, Michel et Françoise.
Réfugiés à Nice, Paul et Yvonne Picard sont arrêtés parce que juifs en février 1944, tandis que les enfants sont à l'école. Ils seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz par le convoi n° 68 le 10 février 1944.
En rentrant, Michel et Françoise comprennent que leurs parents ont été arrêtés et se rendent chez leur chef de troupe scout, M. Charpentier, qui les conduit chez le pasteur Pierre Gagnier*.
Le 2 février 1944, le pasteur Pierre Gagnier* amène les enfants dans deux familles protestantes de Nice, Marcelle* et Philippe Durand* et Alfred et Hélène Long*.
Fin mars 1944, le danger grandit et la famille où réside Michel demande à sa famille dans l'Isère d'accueillir les deux enfants.
Philippe Durand* amène les deux enfants à Eydoche. Françoise trouve refuge chez Marie* et Louis Bouvier*, agriculteurs, parents de 6 enfants, tandis que Michel est pris en charge par Germaine* et Louis Laurencin*, également agriculteurs, un couple sans enfant.

Les années qui suivent la guerre sont plus calmes mais n’en sont pas moins actives au sein de la paroisse de Passy à Paris entre 1953 et 1967. Il est Vice-président du Conseil National de l’Église Réformée de France de 1959 à 1962. En 1967, il est nommé au Le Chambon-sur-Lignon où il devient directeur du Collège Cévenol International jusqu’en 1970. Ceux qui l’ont connu au Collège ont été profondément marqué par sa pédagogie si ouverte au dialogue et à la prise de conscience responsable. Hélène Gagnier* à également marqué les élèves par sa présence, que ce soit en épouse impliquée, en directrice de Milflor ou en professeur.
Pierre Gagnier* participe à de nombreux synodes et conférences internationales. Des responsabilités lui sont confiées, notamment la présidence de la commission de la Catéchèse de l’Église Réformée de France qu’il occupe pendant plusieurs années.

Profondément dévoué à sa vocation de Pasteur, son engagement dans l’Église, dont il refuse la sclérose, se veut en accord avec son temps. L’œcuménisme, en particulier est l’un de ses sujets de préoccupation. Ces années de ministère sont l’occasion de nouer des amitiés très profondes. Dans le livre Cinquante ans de rencontres laissé à ses onze petits enfants, il prend le contre-pied de Sartre : "non l’enfer ce n’est pas les autres", ce qui fait "l’intérêt d’une existence ce sont les êtres qu’elle a rencontrés.".

Doté d’une forte personnalité, forgée au sein de sa famille auprès de son père militaire, il sait faire preuve d’autorité aussi bien dans ses paroisses que dans sa famille. Il impose le respect et le bon sens. Amis et famille n’hésitent pas à prendre conseil. Au cours de son ministère il effectue de nombreux voyages: Algérie, Gabon, Suède, Allemagne, États-Unis, pendant lesquels les rencontres sont une fois encore nombreuses et enrichissantes notamment celles avec le Docteur Schweitzer à Lambaréné au Gabon et avec Alain Bombard.

Obligé de prendre sa retraire prématurément pour des raisons de santé, il se retire au pied des Cévennes à Sauve (Gard), village natal de son épouse Hélène*. Il n’y est pas inactif et en profite pour voyager (Israël, Martinique, Seychelles), recevoir de nombreux amis et bien sûr enfants et petits enfants.

Il décède subitement le 6 juin 1988 et repose au cimetière de Générargues dans le Gard.

La médaille des justes a été décernée en mars 2011 au Pasteur Gagnier et à son épouse Hélène* grâce aux témoignages de Madame Rouire, Monsieur Isserlis, de la famille Dohan et de Monsieur Picard. Cette médaille leur a été remise le 18 janvier 2012.
Cette médaille non voulue de son vivant par Pierre Gagnier* trouve son explication dans une de ses déclarations à Nice, le 18 mai 1945 :
"Je trouve que nous autres, Chrétiens, ne devons rien raconter de ce que Dieu nous permit de faire pour nos prochains en détresse. C'était une faveur pour nous de pouvoir agir et lutter contre cette force antichrétienne que fut le racisme allemand".

Notice écrite par l'Association "Les Enfants et Amis Abadi".

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Témoignage de Sabine Gagnier,  31 ans, Coordinatrice de projets chez AMNESTY, petite-fille de Pierre et Hélène Gagnier.

Mon grand-père, Pierre Gagnier, était un pasteur protestant. Il avait rencontré ma grand-mère, Hélène Aubanel dans un village accroché à la montagne, à Barre-des-Cévennes. Ils auront quatre fils. Alors que mes grands-parents sont décédés depuis près de 25 ans, j’ai découvert, il y a quelques années seulement, qu’ils avaient aidé des familles juives, pendant les années d’occupation.

Pendant la Seconde guerre mondiale, mon grand-père est nommé à Nice en 1941, qui était alors en zone « libre ». Sous occupation italienne, la région ne connaissait pas les rafles effectuées ailleurs en France. Mais après le débarquement en Sicile, les Allemands occupent le comté de Nice. A la période assez « tranquille » de l’occupation italienne succède l’arrivée des Allemands et les rafles.

Mes grands-parents ont alors caché des familles juives dans le presbytère et dans le temple. Ils leur ont fourni des vivres et de l’argent. Ils ont trouvé des logements pour des enfants juifs dans des familles protestantes, à l’extérieur de Nice. Ils ont prêté leur maison familiale dans un village cévenol pour loger une famille juive qui courait un grand danger en restant à Nice. Ils ont fabriqué de faux certificats de baptême, de faux papiers d’identité et ont prêté un local à la Cimade pour que l’organisation protestante fasse de même. A un employé des questions juives, venu interroger mon grand-père sur les faux certificats de baptême qu’il délivrait, ce dernier a simplement demandé à l’officier s’il n’avait pas honte du métier qu’il exerçait !

Mon grand-père s’est aussi rendu complice d’évasion. L’un des jeunes juifs qu’il cachait parmi ses scouts protestants transportait des faux papiers pour une organisation juive. Ce dernier âgé de 18 ans à peine, s’est fait arrêter par la Gestapo et emmené dans un convoi qui partait pour la déportation. Mon grand-père qui parlait couramment allemand (il avait fait une licence d’allemand et un séjour en Allemagne puis avait été fait prisonnier en Westphalie pendant la drôle de guerre) a réussi à obtenir des renseignements à la Gestapo et a su dans quel convoi avait été emmené le jeune et l’a aidé à s’enfuir.

En fait, c’est un véritable réseau auquel mes grands-parents ont participé : le Réseau Marcel. Créé par Moussa Abadi et sa compagne Odette Rosenstock dans le but de sauver des enfants juifs, le réseau a permis de sauver plus de 500 enfants.

Pendant très longtemps, je n’ai rien su de tout cela. Mon grand-père disait : « Je trouve que nous autres, Chrétiens, ne devons rien raconter de ce que Dieu nous permit de faire pour nos prochains en détresse. C'était une faveur pour nous de pouvoir agir et lutter contre cette force antichrétienne que fut le racisme allemand ». Il a écrit ceci dans un livre de mémoires qu’il a intitulé « 50 ans de rencontres » où il raconte deux épisodes isolés de ce qui a été en réalité une aide bien plus importante.

Attirée par leur histoire et profitant de la nouveauté d’Internet, je faisais régulièrement des recherches sur mes grands-parents, espérant que cette nouvelle sphère pourrait les faire sortir de terre. Et d’une certaine manière, elle le fit. Je tombais, dans les années 2004-2005, sur des articles écrits par l’historienne Annette Wievorka et qui parlait en même temps du réseau Marcel et du Pasteur Gagnier. Au même moment, Andrée Poch Karsenti, ancienne enfant cachée, sauvée par Odette et Moussa Abadi, cherchait à retrouver la famille Gagnier... Nous avons retissé les fils de l’histoire ensemble et Andrée a été d’une grande aide pour l’obtention de la médaille des Justes, que mes grands-parents avaient refusé de leur vivant.

Les mémoires de mon grand-père portent une dédicace adressée à ses petits-enfants qui dit : « Pour qu’ils se souviennent ». Et c’est pour se souvenir que notre famille a accepté que leur soit décerné cette médaille. Il me semble primordial que leur histoire soit racontée et diffusée largement. A travers eux, c’est l’histoire de la Shoah qui peut être transmise aux générations futures afin que cela serve d’enseignement et que cela ne se produise plus.

A titre personnel, engagée dans un combat plus laïcisé, en faveur des droits de l’Homme, L’exemple de mes grands-parents m’accompagne, leur courage me soutient et leur humilité me guide.

19/02/2014
Lien : Témoignages

[Compléter l'article]
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Pierre Gagnier
Michel Picard
Françoise Picard

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés des Alpes Maritimes (l’AMEJDAM a été créée, à l’initiative de fils et filles de déportés, d’enfants cachés et d’anciens élèves des écoles de Nice et des Alpes-Maritimes, afin de pérenniser la mémoire des enfants juifs scolarisés dans ces établissements, arrêtés et exterminés en déportation, durant la Seconde Guerre mondiale. )
3 Guide des Archives départementales des Alpes maritimes (Guide des sources d'histoire de la Seconde Guerre mondiale conservées aux Archives départementales des Alpes maritimes )
4 La répression de la Résistance dans les Alpes-Maritimes (La répression de la Résistance par Vichy et par les occupants dans les Alpes-Maritimes. Dossier édité par le Musée de la Résistance azuréenne dans la perspective du Concours de la Résistance et de la Déportation. Il fournit un aperçu régional et des documents originaux, ainsi que des exemples de lieux de mémoire. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Alpes-Maritimes

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Alpes-Maritimes

Préfets :
Paul Escande
(09/1944 - 08/1946)
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Jean Chaigneau *
(23/07/1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Jean Moyon
(08/1944 - 09/1944) Préfet des Alpes-Maritimes
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Fred Coleman Fred Coleman
The Marcel Network: How One French Couple Saved 527 Children from the Holocaust

ACHETER EN LIGNE

Andrée Poch Karsenti Andrée Poch Karsenti
Les 527 enfants d'Odette et Moussa

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Nice, Caserne Auvare : Les transferts de Juifs de la région préfectorale de Nice... et de la principauté de Monaco vers le camp de Drancy en vue de leur déportation, août-septembre 1942

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Danielle Baudot Laksine Danielle Baudot Laksine
La Pierre des Juifs

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
24 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014