Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
679 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
673 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4154 Justes de France
920 résistants juifs
10510 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1238 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Alpes-Maritimes

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Alpes-Maritimes

Préfets :
Paul Escande
(09/1944 - 08/1946)
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
(23/07/1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Jean Moyon
(08/1944 - 09/1944) Préfet des Alpes-Maritimes
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Danielle Baudot Laksine Danielle Baudot Laksine
La Pierre des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Fred Coleman Fred Coleman
The Marcel Network: How One French Couple Saved 527 Children from the Holocaust

ACHETER EN LIGNE

Andrée Poch Karsenti Andrée Poch Karsenti
Les 527 enfants d'Odette et Moussa

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Nice, Caserne Auvare : Les transferts de Juifs de la région préfectorale de Nice... et de la principauté de Monaco vers le camp de Drancy en vue de leur déportation, août-septembre 1942

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Jean Chaigneau

Texte pour ecartement lateral

Nice 06000 Alpes-Maritimes
Nom de naissance: Marie Joseph Jean Chaigneau
Date de naissance: 24/06/1895 (Saint-Vivien)
Date de décès: 18/03/1955 (Paris)
Nationalité : Français
Profession: Préfet
Qualité: Résistant NAP (Noyautage des administrations publiques)
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire
Jean Chaigneau est né le 24 juin 1895 à Saint-Vivien.
 
Diplômé en droit, Saint-Cyrien, Jean Chaigneau est capitaine de chasseurs à pied durant la Grande guerre. Il rentre dans la préféctoral en 1919 et avance dans la hiérarchie grâce à ses bonnes relations parlementaires.
 
Il fut successivement préfet des Basses-Alpes (1939-1940), du Tarn, d'Indre-et-Loire (nov 1940-nov 1941) où il permit la libération de Juifs français du camp de Monts, près de Tours.
L’un de ces Juifs sauvés, Robert J. de Ferrer, a témoigné en sa faveur. Sa mère, Simone Kahn, avait connu Jean Chaigneau avant la guerre. Ayant été mise, avec son fils, dans ce camp, elle lui envoie un courrier pour lui demander de les secourir.
 
Et, un vendredi de septembre 41, le préfet Jean Chaigneau vient en personne au camp et donne l’ordre de libérer tous les Juifs français internés, sauvant ainsi la vie de Robert de Ferrer, de sa mère et d’une vingtaine d’autres personnes.
 
Il est ensuite nommé préfet de Seine-et-Marne puis des Alpes-Maritimes (mai 1943-mai 1944) où il succède à un zélateur de la Révolution nationale, Marcel Ribière.
 
Dès son arrivée à Nice, il fait montre de bienveillance à l'égard de la communauté juive, affirmant aux dirigeants de la communauté israélite qu'il ne saurait laisser aux autorités italiennes le privilège d'être les seuls défenseurs des traditions de tolérance qui sont celles de la France.
 
Il est affilié au réseau de résistance NAP (Noyautage des administrations publiques). Il brûle les dossiers de centaines de familles juives avant l’arrivée des Allemands en novembre 1943. 
Lors de la "grande rafle" des Juifs, à l'automne 1943, il héberge plusieurs familles persécutées dans ses appartements de la Préfecture. 
Il refuse d'assister au meeting de la Milice tenu à Nice le 28 novembre 1943 par Philippe Henriot et Joseph Darnand, se faisant traiter de "fonctionnaire salaud et traître d'Alger" par le futur ministre de l'Information, tandis que le futur secrétaire d'État au Maintien de l'Ordre exige sa révocation. 
Jean Chaigneau parvient à freiner les évacuations massives et les destructions envisagées par les autorités allemandes en janvier-février 1944.1
 
Il est arrêté par la Gestapo le 14 mai 1944, en même temps qu'une dizaine d'autres préfets suspects d'appartenir à la Résistance, il est déporté en Allemagne, au camp d'Eisenberg (kommando de Flossenburg). Il est rapatrié par les Alliés le 11 mai 1945. 
 
De retour à Nice, il y présente une liste "Entente républicaine" aux législatives d'octobre 1945, n'obtenant que 8 % des voix et aucun siège.
 
Il est Officier de la Légion d'honneur et Croix de guerre 1914-1918.

09/11/2017

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés des Alpes Maritimes (l’AMEJDAM a été créée, à l’initiative de fils et filles de déportés, d’enfants cachés et d’anciens élèves des écoles de Nice et des Alpes-Maritimes, afin de pérenniser la mémoire des enfants juifs scolarisés dans ces établissements, arrêtés et exterminés en déportation, durant la Seconde Guerre mondiale. )
3 Guide des Archives départementales des Alpes maritimes (Guide des sources d'histoire de la Seconde Guerre mondiale conservées aux Archives départementales des Alpes maritimes )
4 La répression de la Résistance dans les Alpes-Maritimes (La répression de la Résistance par Vichy et par les occupants dans les Alpes-Maritimes. Dossier édité par le Musée de la Résistance azuréenne dans la perspective du Concours de la Résistance et de la Déportation. Il fournit un aperçu régional et des documents originaux, ainsi que des exemples de lieux de mémoire. )
5 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Notes

- 1 - Panicacci Jean-Louis, Les Alpes-Maritimes de 1939 à 1945, un département dans la tourmente, Serre éditeur, 1989.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018