Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
750 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4173 Justes de France
920 résistants juifs
11438 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1269 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Ardennes

Région :
Grand-Est
Département :
Ardennes

Préfets :
Edmond Pascal
(1936 - 1941) Préfet des Ardennes
P. Philip
(1941 - 1941)
(09/1941 - 05/1942) Jean François Quenette, Préfet régional de Saint-Quentin (Aisne, Somme, Oise, Ardennes) (1903-1971).
M. Daugy
(1941 - 1942)
R. Billecard
(1942 - 1943)
Émile Pelletier
(1942 - 1943) Émile Amédee Pelletier, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1898-1975)
Gaston Mumber
(1943 - 1944) Gaston Jules Antoine Mumber, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1897-1970)
F. Lambert
(1944 - 1944) Préfet des Ardennes
M. Scaillerez
(1944 - 1944)
Roger Homo
(1944 - 1944) Roger Marie Calentin Paul Homo, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1892-1977)
Georges Rastel
(1944 - 1945) Préfet des Ardennes (1910-1993)
Pierre Pène
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1898-1972)

À lire, à voir…

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Dominique Lormier Dominique Lormier
La bataille de Stonne : Ardennes, mai 1940

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

Pierre Stéphany Pierre Stéphany
Ardennes 44, la dernière offensive allemande

ACHETER EN LIGNE

Michel Géoris Michel Géoris
La bataille des Ardennes

ACHETER EN LIGNE

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Nigel de Lee Nigel de Lee
Paroles de combattants : La bataille des Ardennes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Franck Peyrot Franck Peyrot
Présence allemande et collaboration dans les Ardennes (1940-1944)

 

Gérald Dardart Gérald Dardart
Les Ardennes dans la guerre 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Michel Hérubel Michel Hérubel
La bataille des Ardennes

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Philippe Lecler Philippe Lecler
Le temps des partisans

ACHETER EN LIGNE

Christine Dollard-Leplomb Christine Dollard-Leplomb
Sauveteurs d'étoiles en Ardennes

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Philippe Lecler Philippe Lecler
Ami, si tu tombes. La Résistance dans la région de Rethel 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Mathieu Longue Mathieu Longue
L'odyssée de la SS-Aufklärungs-Abteilung 1 en terre ardennaise

ACHETER EN LIGNE

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Philippe Lecler Philippe Lecler
L'affaire des Manises

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Seraincourt en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Seraincourt 08220
- Ardennes
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Seraincourt en 1939-1945
Une stèle pour les Juifs déportés du Rethélois
source photo : AFMD
crédit photo : D.R.
Seraincourt en 1939-1945
La mairie de Seraincourt
source photo : Havang(nl)
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département des Ardennes
Histoire

La commune des Seraincourtois

Seraincourt est un village des Ardennes.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 462 habitants et 417 en 1946.

En 1940, le département des Ardennes est évacué et est classé en zone interdite. Les agriculteurs sont envoyés dans des camps à Tagnon et Quatre Champs. L'Allemagne veut alors installer de nouveaux colons sur ces terres et la WOL-Wirtschaftoberleitung- ou service de mise en culture avait l'autorisation d'employer de la main d'œuvre juive. C'est ainsi que 700 juifs seront répartis en quatre ans dans 53 communes du Rethélois.

Ils vont travailler la terre dans des conditions difficiles. Le 4 janvier 1944, une grande rafle va avoir lieu. 223 juifs de la WOL sont emmenés à Drancy puis déportés à Auschwitz. C'est en mémoire de ces déportés qu'une stèle a été édifiée devant le mur du cimetière de l'église de Seraincourt, donnant ainsi une tombe à laquelle ces déportés n'ont pas eu droit.1

21/05/2015

[Compléter l'article]

La rafle du 4 janvier 1944

Le 4 janvier 1944, quarante travailleurs agricole juifs de la W.O.L.2 et leurs familles sont raflés à Seraincourt, à Fraillicourt, à Remaucourt, à Écly, à Son, à Hauteville et à Rethel sur ordre de la Gestapo.

Arrêtés, ils sont internés avant d'être transférés à Drancy et déportés sans retour vers Auschwitz le 20/01/1944 par le convoi n° 66.3
 
L’opération est renouvélée dans les Ardennes, le 6 janvier 1944. On transfère alors de Charleville à Drancy, dans des wagons à bestiaux, 224 juifs de la WOL, 288 Juifs du « Judenlager » (camp juif) des Mazures et 9 Juifs ardennais, dont les fillettes Dora Levi de Vouziers et Hélène Cyminski de Rethel. Le plus jeune, René Kornberg, né à Sedan le 15 Juillet 1943, n’a pas six mois.
 
Le 13 octobre 2013, une plaque a été inaugurée dans la commune de Seraincourt. Y sont mentionnés les victimes du 4 janvier 1944.

21/05/2015
Auteur : Hervé Chabaud
Source :
L'histoire en rafale
Lien : 4 Janvier 1944 : Rafle Dans Le Rethélois

[Compléter l'article]

Une stèle pour les Juifs déportés du Rethélois

Dimanche 13 octobre, a été posée à Seraincourt une stèle portant les noms des quarante travailleurs agricoles juifs et leurs familles raflés le 4 janvier 1944 dans les communes de Seraincourt, Fraillicourt, Remaucourt, Ecly, Son, Hauteville, Rethel, pour être déportés et exterminés au camp de concentration d'Auschwitz.

Allocutions de Christine Dollard-Leplomb, présidente de l'AFMD des Ardennes :
Je salue la présence de survivants, (du travail et enfants cachés), les familles des déportés, et la présence de membres des familles de Justes, reconnus ou non, qui les ont sauvés.
Les nazis avaient institué à l’échelle d’un continent la plus grande entreprise d’extermination d’êtres humains organisée industriellement, servie par une administration implacable, où disparurent 6 millions de Juifs d’Europe et des milliers de Tsiganes, dont on voulait tout effacer, jusqu’à leur souvenir et à leurs noms. Dans les Ardennes aussi.
En 1940 notre département est entièrement évacué sur ordre des autorités françaises, déclaré «prise de guerre » et placé en zone interdite. L’Allemagne nazie veut annexer la zone en cas de victoire et y installer des nouveaux colons. Les cultivateurs sont donc indésirables et refoulés, ou mis en rétention dans les camps de Tagnon et de Maison-Rouge (Quatre-Champs), dans des conditions très dures.
La W.O.L., Wirtschafstoberleitung, ou service de mise en culture, est une filiale de l’Ostland , entreprise privée influente à Berlin, qui n’obéit à aucune autorité d’occupation sauf à la Gestapo. Elle emploie des prisonniers de guerre en congé de captivité, ou « prisonniers libres », des travailleurs étrangers déjà présents avant guerre, des prisonniers Nord-Africains, et des civils français dont certains agriculteurs rentrés en fraude, dépossédés de leurs terres et, à partir de mars 1943, des Polonais catholiques déportés par trains entiers.
Cette organisation s’inscrit dans la politique raciale d’occupation des territoires du grand Reich , qui assigne des populations déracinées comme des pions dans des zones périphériques de l’Europe, afin de supprimer les mélanges de « races ».
Dès le mois de mai 1941, les hommes juifs étrangers, qui sont les plus nombreux en France, sont arrêtés, internés dans les camps du Loiret et du Sud-Ouest. Certains en sortiront à la condition de s’engager pour les Ardennes.
Ces étrangers vivant à Paris se sont réfugiés en France entre les deux guerres, suite aux persécutions en Europe de l’Est. Principalement polonais, et de 21 nationalités différentes. Rappelons qu’à la déclaration de guerre en 1939, ils s’étaient engagés en nombre aux côtés de l’armée française.
Du 11 novembre 1941 et le 4 janvier 1944, ils sont presque 700 concernés au total, répartis dans 53 communes ardennaises du Sedanais et du Rethélois.
Ils viennent parfois en famille, tous ne travaillent pas la terre : les enfants sont scolarisés, les vieillards suivent. Certains viendront plus tard, clandestinement ou non, car, à Paris, la vie est impossible : interdiction de travailler, de fréquenter les lieux publics, rafles quotidiennes et disparition des familles, famine. L’U.G.I.F., organisme social juif créé par Vichy, les enrôle contre la promesse (qui se révèlera illusoire) d’une vie plus facile à la campagne et surtout celle de la protection des biens et des familles restées à Paris, qui se révèlera illusoire aussi, ils sont même déportés à 44 % alors que les Juifs de France le sont dans l’ensemble à 25 %.
De plus, leur statut de « volontaires » au profit d’une entreprise allemande leur vaudra après-guerre de ne pouvoir prétendre à aucune indemnité. Sans parler des Ausweiss dont ils étaient munis pour se rendre en permission à Paris : ils ignoraient qu’ils n’avaient aucune valeur en zone occupée, dès qu’ils avaient dépassé Rethel … Certains sont ainsi arrêtés et déportés.
Ces gens ne connaissant rien du travail de la terre souffrent : ils sont pour la plupart ouvriers dans le cuir ou le tissu, vendeurs sur les marchés, mécaniciens sur machine à coudre… Ils arrivent en vêtements de ville, qui ne résistent pas longtemps au travail des champs. Le travail est pénible par tous les temps, mais la dureté réelle de leur vie dépend du chef de culture, qui contrôle tout dans chaque village. Certains sont des tyranneaux cruels, d’autres ne font pas de différences, certains sont anti-nazis et aideront les Juifs et les Ardennais à échapper à la terreur du Reich. Il faut leur rendre hommage.
La vie s’organise : les Juifs sont censés ne pas quitter la commune, respecter un couvre-feu et ne pas avoir de contact avec la population, mais ils le font et reçoivent bon accueil : les témoins gardent des souvenirs vivaces des Juifs, avec qui ils s’entraidaient. Les Juifs soignent, réparent les chaussures, les vêtements, refont des vêtements aux jeunes français qui grandissent trop vite, dans les vieux habits tirés des armoires, car il est impossible de trouver du tissu. Ils troquent ces services contre de la nourriture, œufs, lait, beurre , car ils sont payés 30 F par jour alors que les autres travailleurs reçoivent 60 F, les femmes et les jeunes ne reçoivent que 18 F. Des amitiés se nouent, des amours aussi. Certains ont appris à leurs amis ardennais à danser, à nager , à jouer aux échecs ou au billard : 60 ans après, ceux-ci l’évoquent avec les larmes aux yeux. « On les aimait bien les Juifs», « C’étaient des bonnes gens. »
L’expérience s’arrête brutalement les 4 et 6 janvier 1944, lors de la grande rafle ordonnée par la Gestapo, qui emporte de Charleville à Drancy, dans des wagons à bestiaux, 224 juifs de la WOL, 288 Juifs du Judenlager des Mazures et 9 Juifs ardennais, dont les fillettes Dora Levi de Vouziers et Hélène Cyminski de Rethel.
Le plus jeune, René Kornberg, né à Sedan le 15 Juillet 1943, n’avait que 5 mois et demi.
Je vous laisse méditer cette question à jamais sans réponse :
Qu’auraient fait de leur vie les 11 400 enfants de France et le million d’enfants d’Europe exterminés à Auschwitz ? Y avait-il parmi eux quelques grands médecins qui nous manquent aujourd’hui ? On voit là que « Tuer les autres, c’est se tuer soi-même » et que le crime contre l’Humanité s’est perpétré contre nous tous, qui n’avons pas pu les connaître, pas pu vivre ensemble, qu’ils soient devenus par la suite savants, boulangers ou mères de famille.
Je vais citer le poète Jean Tardieu : « Puisque les morts ne peuvent plus se taire, est-ce aux vivants de garder leur silence ? »
Non, et c’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui, autour de cette stèle qui sera désormais un peu la tombe à laquelle ils n’ont pas eu droit. La mémoire n’appartient à personne mais nous en sommes tous responsables.
Cette stèle qui doit, comme beaucoup d’autres, après nous et en d’autres temps, perpétuer la mémoire, qui est seule garante de l’indispensable et inlassable lutte permanente contre le déshumain et la tentation totalitaire.
Pour ce faire, Réunissons autour de notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité, tous ceux qui la défendent, quelles que soient leur religion, leur origine ou leur ethnie. Hommage aux Justes Madame Simone Veil déclarait, en 2007, lors de l’entrée des Justes au Panthéon : La France s’honore, aujourd’hui, de graver de manière indélébile dans la pierre de son histoire nationale, cette page de lumière dans la nuit de la Shoah. Les Ardennes comptent à ce jour 26 Justes parmi les Nations, reconnus par l’institut Yad Vashem. C’est la plus haute distinction décernée à titre civil par l’état d’Israël. Aujourd’hui en ce moment même, dans l’Yonne, une nouvelle médaille est remise aux enfants de Clémence et Albert Ducloux, qui ont sauvé une maman et ses trois fillettes dont un bébé, à Beaumont-en-Argonne. Pour ce secteur du Rethélois et du Porcien, citons : Lucien et Marie Achart (née Cugnard) de Lalobbe Daniel et Juliette Brunet de Faux Georges et Lucienne Dereims (née Achart) de Remaucourt Jean et Juliette Tarradou de Seraincourt Georges, Jeanne et Denise Wimart de Fraillicourt Roger Beguin de Cuiry-les-Iviers dans l’Aisne toute proche D’autres personnes doivent être nommées, au même titre, bien que non reconnues faute de demandes : Des cheminots qui ont ouvert des wagons du sinistre convoi en gare d’Amagne, des passeurs de la ligne comme Mr Sené, boulanger, ou le livreur du Goulet-Turpin, qui ont caché des gens dans leurs camionnettes, la famille Mennessier , Gisèle Faux, institutrice à Fraillicourt, Roland Sinet à Mainbressy, Mme Suzanne Choisy,et Mr Douzamy, secrétaires de mairie à Remaucourt ,Mr Sarrazin, maire de Seraincourt, Mme Gosset, épicière à Fraillicourt, le chef de culture à Forest qui connaissait votre présence... Je citerai Corentin Carier : arrière petit-fils de Juliette et Daniel Brunet : « je suis fier d’eux, non parce qu’ils sont des héros, mais parce qu’ils ont sauvé des frères ». Et il faut penser aussi à tous ceux qui demeureront inconnus et qui ont œuvré pour sauver des vies au péril de la leur. David Dawidowicz, survivant de la WOL du Radois , ici présent, déclarait : « De cette période 1940-1944, je garde comme une lueur dans la nuit le souvenir de la population des Ardennes, de son sens de l’accueil et de l’hospitalité, de sa discrétion, qualités qui ont permis à nombre de persécutés de se réfugier et de se déplacer sans que nul ne songe à les dénoncer. » Et pour finir, je vous livre cette phrase de Denise Wimart, héroïne s’il en est, phrase qui figure sur le panneau près de la stèle des Justes au Panthéon : “Puisse le bien qu’ils ont fait, rappeler aux générations présentes et à venir que, dans une situation tragique, d’autres attitudes que la résignation, la veulerie ou la lâcheté sont possibles”.

21/05/2015
Auteur : Christine Dollard-Leplomb
Source :
AFMD
Lien : Une stèle pour les Juifs déportés du Rethélois

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement des Ardennes

113e CTE Vendresse 08160 Vendresse
219e CTE Signy-l'Abbaye 08460 Signy-l'Abbaye
52e CTE Nouvion-sur-Meuse 08160 Nouvion-sur-Meuse
Blanche-Maison 08450 Chémery-sur-Bar
Caserne Dubois-Crancé- 08000 Charleville-Mézières
Chaumontagne 08220 Remaucourt
Ferme de Blanchampagne 08110 Sailly
Ferme de Thièves 08430 Singly
Fort des Ayvelles 08000 Les Ayvelles
Frontstalag 190 Charleville 08000 Charleville-Mézières
Frontstalag 190 Sedan 08200 Sedan
Frontstalag 204 Charleville 08000 Charleville-Mézières
Judenlager des Mazures 08500 Les Mazures
La Folie 08220 Fraillicourt
La Thibaudine 08210 Yoncq
Le Radois 08220 Remaucourt
Prison Carnot 08000 Charleville-Mézières
Prison de Rethel 08300 Rethel
WOL Autrecourt-et-Pourron 08210 Autrecourt-et-Pourron
WOL Balaives-et-Butz 08160 Balaives-et-Butz
WOL Barby 08300 Barby
WOL Beaumont-en-Argonne 08210 Beaumont-en-Argonne
WOL Blagny 08110 Blagny
WOL Boutancourt 08160 Boutancourt
WOL Brévilly 08140 Brévilly
WOL Brieulles-sur-Bar 08240 Brieulles-sur-Bar
WOL Bulson 08450 Bulson
WOL Buzancy 08240 Buzancy
WOL Carignan 08110 Carignan
WOL Chagny 08430 Chagny
WOL Chalandry-Elaire 08160 Chalandry-Elaire
WOL Champigneul-sur-Vence 08430 Champigneul-sur-Vence
WOL Dom-le-Mesnil 08160 Dom-le-Mesnil
WOL Euilly-et-Lombut 08210 Euilly-et-Lombut
WOL Écly 08300 Écly
WOL Faux 08270 Faux
WOL Flize 08160 Flize
WOL Francheval 08140 Francheval
WOL Hauteville 08300 Hauteville
WOL Herbeuval 08370 Herbeuval
WOL Illy 08200 Illy
WOL Inaumont 08300 Inaumont
WOL Les Deux-Villes 08110 Les Deux-Villes
WOL Les Petites-Armoises 08390 Les Petites-Armoises
WOL Margny 08370 Margny
WOL Mouzon 08210 Mouzon
WOL Mouzon 08210 Mouzon
WOL Nouart 08240 Nouart
WOL Poix-Terron 08430 Poix-Terron
WOL Pouru-Saint-Remy 08140 Pouru-Saint-Remy
WOL Puilly-et-Charbeaux 08370 Puilly-et-Charbeaux
WOL Rethel 08300 Rethel
WOL Sachy 08110 Sachy
WOL Saint-Marceau 08160 Saint-Marceau
WOL Sedan 08200 Sedan
WOL Seraincourt 08220 Seraincourt
WOL Son 08300 Son
WOL Sorbon 08300 Sorbon
WOL Tétaigne 08110 Tétaigne
WOL Vaux-lès-Mouzon 08210 Vaux-lès-Mouzon
WOL Villemontry 08210 Mouzon
WOL Wadelincourt 08200 Wadelincourt

Les lieux de sauvetage des Ardennes

Si vous connaissez des lieux de sauvetage dans le département, merci de nous les signaler par mail.

Les 28 Justes parmi les Nations des Ardennes



1 Familles réfugiées à Seraincourt [Compléter]
1943 / 1945
Famille Jarjembski - A partir de mars 1943, Jean Tarradou* et son épouse Juliette* vont accueillir la petite Hélène Jarjembski, 10 ans. Son père, Szya Jarjembski, a été raflé à Paris le 26 novembre 1942. Sa mère, Ruhla, confie l'enfant aux Tarradou. Ruhla Jarjembski sera raflée au Radois le 4 janvier 1944, jour de la grande rafle des Juifs en Ardennes. Hélène Jarjembski restera chez les Tarradou*, choyée et protégée, jusqu'en septembre 1945. Jean* et Juliette Tarradou* ont été nommés Justes en 2006 et ont reçu la médaille de Justes parmi les Nations1 le 21 octobre 2007.

1 Famille arrêtée (Seraincourt) [Compléter]
04/01/1944
Famille Miltsztayn - Le 4 janvier 1944, Jacob Miltsztayn et sa fille Mireille, née en 1923, étaient arrivés en France de Pologne dans le milieu des années 1920 et s'étaient établis dans le 13e arrondissement de Paris. La famille parvient à échapper à la rafle du Vel' d'hiv' et en 1942, ils partent travailler à Fraillicourt et Seraincourt en tant qu'ouvriers agricoles sur les conseils de l'Union Générale des Israélites de France (UGIF) qui avait promis "protection des biens et des personnes" aux juifs volontaires se rendant pour travailler dans les Ardennes au service de la W.O.L, filiale de l'entreprise allemande Ostland. Le 4 janvier 1944, ils se rendent à l'appel du matin mais chose inhabituelle, on leur demande de porter l'étoile jaune. Arrêtés, ils sont internés avant d'être transférés à Drancy et déportés sans retour par le convoi n° 66 vers Auschwitz.

Déportation :
20/01/1944   convoi no 66
Source :
Mireille Miltsztayn

Chronologie [Ajouter]

14/05/1940 - L'armée allemande perce les lignes française à Sedan.
22/06/1940 - L'armistice met fin aux combats. L'Alsace est occupée par l'Allemagne nazie. L'administration civile de l'Alsace est confiée au Gauleiter de Bade-Alsace, Robert Wagner, avec pour mission de gagner en une décennie la population alsacienne à la cause du national-socialisme.
13/07/1940 - Le Gauleiter Robert Wagner décide d'expulser les Juifs restés en Alsace, et de confisquer tous leurs biens, intérêts et droits au profit de l'État.
14/07/1940 - Les Alsaciens non Juifs sont autorisés à rentrer chez eux.
16/03/1941 - Le gauleiter Bürckel, responsable, entre autre, de l'Alsace Lorraine, demande aux Mosellans se reconnaissant Français une déclaration d'option.
08/04/1941 - Départ vers la France des Mosellans se reconnaissant Français.
29/07/1941 - L'allemand devient la langue obligatoire en Alsace-Lorraine.
04/01/1944 - Rafles des Juifs dans les Ardennes.
25/12/1944 - L'Alsace étant annexée et les déboires de l'armée allemande sont fréquents. Le 2 décembre 1944, toutes les unités des forces terrestres, de l'air et des Waffen-SS sont placées sous le haut commandement du Reichsführer-SS Heinrich Himmler et doivent coute que coute empêcher que les Forces de Libération traversent le Rhin. Ce sera le début de la "Poche de Colmar" Heinrich Himmler en personne vient galvaniser ses troupes et sera signalé à Wuenheim durant la Nuit de Noël 1944 où il passera la nuit au presbytère du villageWuenheim France
06/02/1945 - Les troupes de 1ère Armée Française sont arrêtées sur la rivière de la Doller depuis quelques semaines. Il a beaucoup neigé en ce début d'année 1945. Fin janvier l'état major décide de reprendre les combats pour éradiquer la "Poche de Colmar" Au Sud des combats ont lieu à l'Ochsenfeld et dans les rues de Cernay. Le 4 février au petit matin les Allemands quittent Wuenheim et font sauter le pont au bas du village. Vers 14 heures le 4ème RSM et le 1er RTM libèrent le village et poursuivent vers Soultz Guebwiller et quelques éléments arrivent même à entrer dans RouffachWuenheim France
07/05/1945 - Le général Jodl et l'amiral Freideburg signent la capitulation sans condition au quartier général d'Eisenhower à Reims, en présence de représentants britanniques, français, américains et soviétiques. La reddition entrera en vigueur le 8 mai à minuit.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Seraincourt sur Wikipedia 
2 Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation 08 (Site officiel de la délégation territoriale des Ardennes. L’AFMD a pour mission d’agir pour assurer la pérennité, l’enrichissement et la transmission de la mémoire de la déportation et de l’internement, dans le respect plein et entier des buts de la Fondation pour la mémoire de la déportation. )
3 Charleville-Mezières magazine (Hommage aux Justes, réalisé par Gérald Dardart. )
4 Journal de guerre de Charles Altorffer
5 Actes du colloques de Metz (Annexion et nazification en Europe, Actes du colloques de Metz, 2003 )
6 Ardenne, tiens ferme ! (Ardenne, tiens ferme ! fut le journal clandestin de la Résistance dans les Ardennes. Le blog restitue l'histoire et la mémoire de la Seconde guerre mondiale et de l'Occupation dans le département des Ardennes. )
7 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
8 Site non officiel de la commune d' Auxon (Site non officiel de la commune d' Auxon.
Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes.
)
9 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
10 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.

Notes

- 1 - Texte inauguration d une stèle à Seraincourt pour les juifs déportés de Bérengère Poletti.
- 2 - La W.O.L., Wirtschafstoberleitung, ou service de mise en culture, est une filiale de l’Ostland, est une entreprise privée influente du Reich dont les responsables en France ne traitent qu’avec la Gestapo. Elle emploie des prisonniers de guerre en congé de captivité, des travailleurs étrangers déjà présents avant guerre, des prisonniers Nord-Africains, et des civils français dont certains agriculteurs rentrés en fraude, dépossédés de leurs terres. A compter de mars 1943, des Polonais catholiques sont déportés à son servicepar trains entiers. Cette organisation applique avec zèle la politique raciale dans les territoires occupés. Des juifs internés notamment dans le Loiret et le Sud-Ouest sont élargis à condition de venir travailler dans les Ardennes où ils sont placés sous haute surveillance.
- 3 - Le convoi du 20 janvier 1944 emporta vers Auschwitz 539 femmes (47 %) et 614 hommes (53 %). Des enfants furent déportés par ce convoi : 81 étaient âgés de moins de neuf ans, (7 %) dont 8 de moins de deux ans. L’âge du plus jeune garçon qui échappa à la sélection et au gazage à l’arrivée à Auschwitz, Philippe Vovk, était de 14 ans. Si l’on prend son âge comme limite de l’enfance au sein du convoi, on trouve 144 déportés âgés de 14 ans ou moins, soit 12,5 %. Le déporté le plus jeune était Alain Gross né le 29 septembre 1943, donc âgé de trois mois, arrêté par la Police française, lors de la rafle des 10 au 11 janvier 1944 décidée par les Allemands en Gironde. La déportée la plus âgée, Fanny Neumann, née le 17 septembre 1858, avait 85 ans ; elle avait été arrêtée en janvier 1944 à Paris. Source : Mémoire Vivante n° 65 de juin 2010, "Dossier le convoi du 20 janvier 1944" de Nina Winograd.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Je recherche mon grand père

    Bonjour,

    La photo ci-jointe m'a été donnée par ma mère. Elle a été prise en 1947 à Paris où résidait sans doute mon grand-père, polonais dont le prénom peut être francisé pour l'occasion devrait être Jules. Il a séjourné dans le Vaucluse en Avignon en 1948.

    Quelqu'un pourrait il m'aider à le reconnaître et réparer un peu les ravages de l'Histoire ?

    Vous remerciant par avance de votre aide,

    Christelle
    [répondre]

    Bonjour,

    En espérant que cela puisse vous aidez à le retrouver.
    lien pour accéder à l'image : https://zupimages.net/up/18/16/1ioh.png

    Merci de me répondre à cette adresse mail plutôt que sur ce site.

    clementguilaumont@gmail.com


    Clément Guillaumont, 18 ans.

      [répondre]

***  Mme de Roquefeuil

    Quelqu'un se souvient t-il des activités de Mme de Roquefeuil en Vaucluse et notamment à Sault, qui aurait permis de faire héberger clandestinement des enfants juifs à Sault, ferme du Clerc proche du Hameau de la Loge. Merci par avance de vos informations éventuelles qui permettraient d'avance un peu dans cette recherche de faits inconnus ou hélas oubliés en Pays de Sault. [répondre]

***  Pasteur Rouger

    Bonjour,

    Quelqu'un se souvient-il du pasteur Rouger de la paroisse d'Avignon qui a aidé le pasteur Manen du camp des Milles ou le Père Roche du lycée Saint-Joseph et le chanoine Delorme ?
    [répondre]

***  Enfants chemin de Lopi, Avignon ?

    Nous recherchons des renseignements sur des enfants qui ont pu être accueillis à Avignon, 13 chemin de Lopi dans la famille Zimberlin entre 1942 et 1944. Cet accueil a peut-être pu se faire avec l’aide du pasteur Pierre ROUGER.
    Ces enfants ont pu être envoyés ultérieurement au Chambon-sur-Lignon.
    Dorothée Zimberlin avait en 1942 80 ans et sa fille Sophie Zimberlin 43 ans.

    [répondre]

***  ZIMBERLIN, chemin de Lopi

    Quatre enfants juifs ont été hébergés chez Me Zimberlin et sa fille Sophie, chemin de Lopi à Avignon.

    Sophie Zimberlin tenait un magasin dans le centre : les soieries Dandine.
    Qui se souviennent-d'elles ?
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019