Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11299 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Tarn-et-Garonne

Région :
Occitanie
Département :
Tarn-et-Garonne

Préfets :
Louis Boucoiran
(1937 - 1940) Louis Maurice Casimir Boucoiran, préfet du Tarn-et-Garonne
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
Albert Durocher
(1940 - 1941) Albert Lucien Jules Durocher, préfet du Tarn-et-Garonne
François Martin
(1941 - 1943) François Louis Alfred Martin, député de l'Aveyron de 1936 à 1940. Issu d’une famille protestante de Millau, il vote les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et entre au Conseil national de Vichy. Nommé préfet du Tarn-et-Garonne, il démissionne fin 1943 et rejoint la Résistance. (06/09/1900 à Millau-20/04/1964 à Millau)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)
Maurice Vincent
(1944 - 17/11/1944) Maurice Paul Vincent, préfet du Tarn-et-Garonne, suspendu de ses fonctions le 17 novembre 1944.
Auguste Rouanet
(21/08/1944 - 21/03/1946) Auguste Jacques Joseph Rouanet, désigné préfet du Tarn-et-Garonne à titre provisoire par le commissaire de la république de la région de Toulouse le 21 août 1944, délégué dans les fonctions le 18 novembre 1944. Fin de délégation le 21 mars 1946.
Pierre Maisonneuve
(21/03/1946 )

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Catherine Lewertowski Catherine Lewertowski
Morts ou juifs : La Maison de Moissac, 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Montauban en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Montauban 82000
- Tarn-et-Garonne
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Montauban en 1939-1945
Place Nationale à Montauban
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département du Tarn-et-Garonne
Histoire
Montauban est une commune française située dans le département du Tarn-et-Garonne.

21/03/2009

[Compléter l'article]

Terre de repli

« Si dès la fin 1936, quelques centaines de familles de refugiés espagnoles débarquent à Montauban pour fuir la Guerre civile, ce sont des milliers de républicains qui transitent par la gare de Villebourbon avant de gagner le camp de Septfonds. » Dans ce cortège, Manuel Azaña, président de la République espagnole « après avoir échappé à la Gestapo près du Pyla, parvient dans une ambulance à Montauban. » Finalement mis en résidence surveillée dans une chambre de l'hôtel du Midi à la demande du gouvernement de Vichy, « Azaña à qui l'on refuse un exil au Mexique », meurt d'épuisement, le 3 novembre 1940. « Le préfet Durocher lui refuse des obsèques ostentatoires, la visite du maréchal Pétain deux jours à peine après ses obsèques n'y était, sans doute, pas étrangère ».

Au même moment où le dernier président de la République espagnole découvrait la patrie d'Ingres et de Bourdelle, plusieurs dizaines de milliers de réfugiés de toute l'Europe du Nord, et en particulier des sujets Belges y terminaient également leur course. « Carrefour, Montauban devenait un terminus pour ces milliers d'exilés qui avaient tout quitté pour ne pas revivre les horreurs et exactions allemandes de la Grande Guerre ». Parmi ces réfugiés, « il y avait aussi Mona Lisa, La Joconde de Léonard de Vinci qui échappait au pillage et trouvait refuge avec toute une partie des collections du Louvre et du musée de Versailles dans les épais murs du musée Ingres ».

Au printemps 1944, une partie du 4e régiment SS « Der Führer » de la division Das Reich y est cantonné, avant d’être appelé en Normandie et de commettre de nombreuses exactions et massacres en route, dont celui d’Oradour-sur-Glane. Le Père Leonid Chrol, pope dans la ville, obtint des soldats allemands, ukrainiens pour la plupart, qu'ils quittent Montauban sans effusion de sang.

29/03/2009
Lien : Wikipedia

[Compléter l'article]

La drôle de guerre

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.

L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

17/08/2010

[Compléter l'article]

L'Occupation et la collaboration

Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice et se trouve coupée en deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.

Le 10 juillet 1940, l'Assemblée nationale à Vichy vote les pleins pouvoirs à Pétain. La République est abolie.

17/08/2010

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Les Juifs
Le 3 octobre 1940, le Conseil des ministres de Vichy arrête un "Statut" des juifs. Les préfets de zone sud ont la possibilité d'assigner à résidence ou d'interner les "ressortissants étrangers de race juive".

A partir de janvier 1941, le ministère de l'Intérieur créé au camp de Septfonds un centre d'internement pour les "étrangers en surnombre dans l'économie française".

Le 26 août 1942, lors de la rafle des Juifs étrangers en zone non occupée par les forces de police et de gendarmerie française, 173 personnes sont arrêtées en Tarn-et-Garonne.

Mgr Pierre-Marie Théas, évêque de Montauban, rédige une lettre de protestation suite aux rafles du département et sur le respect de la personne humaine qui sera lu lors des messes du 30 août. "... Dans nos régions, on assiste à un spectacle navrant : des familles sont disloquées ; des hommes et des femmes sont traités comme un vil troupeau, et envoyés vers une destination inconnue, avec la perspective des plus graves dangers" et critique les mesures antisémites qui "sont un mépris de la dignité humaine, une violation des droits les plus sacrés de la personne et de la famille"».

Le 11 novembre 1942, la zone libre est envahie et le département est occupé.

A Montauban, la maison des jésuites, La Bastiolle, dirigée de 1941 à 1947 par le père Gustave Peyralade, abritera des juifs, des communistes, des Anglais parachutés, de jeunes réfractaires au Service du Travail Obligatoire.
Plusieurs résistants y ont séjourné dont Mgr Saliège*, Mgr Bruno de Solages, Michel Debré, Léo Hamon, Jean Cassou, ainsi que le préfet de Moselle, Charles Bourrat.

17/08/2010

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement du Tarn-et-Garonne

220e CTE Septfonds 82240 Septfonds
221e CTE Septfonds 82240 Septfonds
302e CTE-GPTE Septfonds 82240 Septfonds
529e CTE-GTE-881e GTE Montech 82700 Montech
533-534e-585e-881e GTE Septfonds 82240 Septfonds
533e-534e CTE-GTE Réalville 82440 Réalville
61e CTE-866e CTE-GTE Caylus 82160 Caylus
61e-535e CTE-501e CTE-GTE-525-526e GTE Caussade 82300 Caussade
Camp de Judes de Septfonds 82240 Septfonds
Camp de Moissac 82200 Moissac
Camp militaire de Caylus 82160 Caylus
Caserne des Dragons 82000 Montauban
Centre Montauban 82000 Montauban
Centre Montech 82700 Montech
Centre Réalville 82440 Réalville
GTE de Livron 82160 Lacapelle-Livron

Les lieux de sauvetage du Tarn-et-Garonne

Auberge de jeunesse 82140 Saint-Antonin-Noble-Val
Centre de la Molle 82000 Montauban
Couvent d'Auvillar 82340 Auvillar
Couvent de Grisolles 82170 Grisolles
Domaine de Charry 82200 Boudou
La Bastiolle 82000 Montauban
Maison de Moissac 82200 Moissac
Moulin de Moissac 82200 Moissac
Soeurs bénédictines de Mas-Grenier 82600 Mas-Grenier


Les 66 Justes parmi les Nations du Tarn-et-Garonne


Maires de Montauban

Marcel Guerret  Maire-adjoint démissionne fin 1940

Cultes à Montauban

Élie-Antoine Durand  Évêque de Montauban ( 1935-1940 )
Pierre-Marie Théas *  Évêque de Montauban ( 26/07/1940-17/02/1947 )
Louis de Courrèges d'Ustou *  Évêque de Montauban ( 1947-1970 ) Nommé Juste parmi les Nations

3 Familles réfugiées à Montauban [Compléter]
Famille Desgranges - L’abbé Jean Desgranges, ecclésiastique, député du Morbihan, fut caché à La Molle par Mgr Théas*, évêque de Montauban. Il était poursuivi par la Gestapo pour avoir osé dire du haut de la Chambre des députés qu’Hitler était un gangster.
12/06/1940 / 15/04/1945
Famille Korber - Autour 12 juin 1942, venant de Paris (34 rue du fer-à-moulin 75005 Paris, les Korber arrivent à Montauban et c’est au numéro neuf de la rue D’Elie, que la famille s’installe. Leib, le père, Ernestine, la mère née Silberschlag, et leurs sept enfants : Samuel ou plutôt Bernard à cette époque, Simon, Michel, Lea devenue Liliane, Jean dit Jeannot, Serge dit Gégé et Christiane dite Kiki. Mon frère Jacques dit Jaki est né dans cette ville du sud-ouest le vingt-trois décembre 1940 et je l’ai suivi de près, car le vingt-six avril 1942 je vins au monde au même endroit. Les deux montalbanais disait ma mère Ernestine. Mon grand frère Jaki a été baptisé à l’église Saint Jacques de Montauban le douzième jour du mois de janvier 1941 et moi, le trente et unième jour de mai. Mon nom de baptême est alors Jean-Pierre, dit Pierrot, dit encore bébé . Mon parrain est Jean Delpech de Saint Porquier et ma marraine Suzanne Woittequan. Les Korber sont français, les parents sont originaires de Siret en Bucovine. Ils ne se sont jamais déclarés comme Juifs. Ce qui n'est pas le cas pour mon cousin Léo Talmud, sa mère (ma tante) Clara Talmud et ma grand-mère Malka Silberschlag qui sont également arrivés, plus tard à Montauban. Ils se sont déclarés Juifs et seront bien sûr arrêtés et envoyés au camp de Septfonds. Mes parents sont convoqués par les allemands et nous serons sauvés grâce à un commissaire de police. Les parents sont alors obligés (avec l'aide de l'OSE) d'éparpiller les frères et sœurs de la famille pour les cacher. Nous serons à nouveau réunis après la Libération fin 1944 et resterons à Montauban jusque en avril 1945.
JJ/03/1941
Famille Talmud et Silberschlag - D'abord , Léo Talmud (neveu de Leib et Ernestine Korber) début 1941. Iltrouvera à s’employer dans la région. Il passera trois mois chez des paysans pour participer à des fenaisons. Plus tard, un emploi dans une épicerie, l’épicerie Dumas Printania, où il y deviendra responsable de l’alimentation ce qui lui permettra d’aider la famille Korber à se nourrir. Il me racontera qu’il lui arrivait de remplir toute une charrette de délicieuses conserves de légumes et de fruits ainsi que des confitures pour aller les stocker rue d’Elie. Plus tard, il trouvera une chambre où se loger, toujours dans le quartier de l’église Saint-Jacques, tout près des Korber, Route de Bourgognes. Il sera suivi de sa mère Clara Talmud (née Silberschlag), sœur d'Ernestine Korber accompagnée de la mère d'Ernestine et de Clara : Malka Silberschlag.

1 Famille arrêtée (Montauban) [Compléter]
26/08/1942
Famille Talmud et Silberschlag - Pierre Korber : durant la grande rafle des étrangers en zone sud le vingt-six août 1942, ma tante Clara Talmud (née Silberschlag), sœur de ma mère Ernestine Silberschlag , son fils Léo Talmud et ma grand-mère Malka Silberschlag sont arrêtés. Ils seront envoyés au camp de Septfonds où ils ne resteront que quelques semaines. Ils seront alors envoyés au camp de Rivesaltes où ils seront enfermés jusqu'en octobre 1942. Ils trouveront grâce à une aide extérieure (?) à s'enfuir. Ma tante Clara retournera à Montauban se cacher et y trouvera son second mari Emile Bornstein (qui a perdu sa femme ainsi que son fils assassinés par les nazis), son fils (mon cousin) Léo trouvera refuge en Suisse et ma grand-mère Malka sera cachée au Vatican. Nous les retrouverons (du moins ceux cités) après la guerre.    

Chronologie [Ajouter]

16/03/1943 - Manifestation à la gare de Villebourbon, contre le départ d'un train de requis au STO.
24/07/1944 - Quatre des résistants arrêtés par les Allemands à Montricoux, André Castel, Henri Jouanny, André Huguet et Michel Melanov, sont pendus à Montauban.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal

Les Juifs réfugiés à Varennes durant la Seconde Guerre mondiale , Le Tambour de Varennes n° 23 23 pages, réalisation 2012
Auteur : Régis Pinson - terminal
Après le colloque sur la lettre de protestation du 26/08/1942 de Mgr Théas, évêque de Montauban, le travail de mémoire et d’histoire se poursuit. Le Tambour de Varennes printemps-été 2012, n° 23, est en grande partie consacré au sort des Juifs réfugiés à Varennes.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Montauban sur Wikipedia 
2 Max Lagarrigue, Félix Stotz : itinéraire oublié et meurtrier du chef de la Gestapo de Montauban
3 Le camp de Septfonds : 60 ans d’histoire et de mémoire (revue arkheia, n°5-6, 2002. )
4 Max Lagarrigue, Un prélat hors du commun : Pierre-Marie Théas, évêque de Montauban (1940-45) (Évêque atypique, évêque résistant, évêque déporté, homme de caractère… les mots ne manquent pas pour qualifier le prélat qui, durant sept années, tînt avec fermeté le diocèse de Montauban. Opposé à l’occupant, opposé à l’épuration, Théas est l’une de ces rares figures, presque étrange, que Montauban a compté en cette fin de siècle (in revue Arkheia, n°7-8-9, 2005). )
5 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
6 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
7 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
8 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
9 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
10

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  résistance à Montauban

    Il y avait une famille avec le nom LAVAL (ou DELAVALLE) qui a aidé mes grands-parents (Franz et Josephine STEIN) juifs cachés à Montauban (1940-47). M. Laval était un prof de musique dans une école/ lycée à Montauban, sa femme a travaillé dans une groupe de résistance et même leurs fils était très actif. Il est devenu Commissaire de l'État à Toulouse. Ils ont organisé des faux papiers pour eux, ils sont devenus Francois et Josephine LORAND.
    Je cherche un contact avec cette famille Laval (Delavale ou de Laval) - peut-être ils sont à nommer comme "Justes parmi les Nations"! Ils ont sauvé la vie de mes grands-parents!
    [répondre]

    J'ai mis la recherche sur le réseau FACEBOOK des Amis du vieux Montauban. Voici la réaction de Nadyne Vern-Frouillou dont l'adresse mail est meninoc1014@gmail.com
    Je transfère sa réponse:
    Nadyne Vern-Frouillou 6 septembre 11:51
    Cet appel me touche beaucoup car nous avons essaye de retrouver les Stein que mes grands- parents avaient cachés mais pas dans leur villa de Beausoleil (à côte de chez les Labro ) plutôt a Saint Michel, à coté de la villa où les Allemands clouaient des caisses ...???? La maison de mes grands- parents n'existe plus mais la villa voisine des Froment est je crois aujourd'hui , celle du gyneco .... dont le nom m'échappe à l'instant.
    Nous avions fait des recherches, il y a plus de 40 ans ... à l'aéroport de Vienne où travaillait l'une des filles Stein.
    Curieusement, étant en relation étroite avec un Viennois, j'ai pensé subitement la semaine dernière que je pourrais lui demander de faire des recherches.
    Je crois que je porte le prénom d'une des filles Stein (en tout cas d'une fille de réfugiés cachés par mes grands-parents. Une autre fille s'appelait " Youtsikô ", enfin, c'est ainsi que c'était prononcé m'ont souvent dit ma Mère et ma grand-mère . Hélas! Ma Maman a la maladie d' Alzheimer et ne peut plus me donner des détails que j'ai un peu / beaucoup oubliés, surtout comme ça, à brûle- pourpoint.
    Pour l'instant, c'est tout ce que je peux raconter.
    Mais j' aimerais rencontrer la personne qui cherche, peut-être cela réveillerait des souvenirs.
      [répondre]
    Merci pour votre recherche sur FB, mon coeur saute quand je lis les lignes de Nadyne! Ca pourrait être que Nadyne Vern-Frouillou ou plutôt sa famille a connu et chaché mais grands-parents. C'est vrai que les Steins ont eu une fille - ma mère Colette Lucienne Valerie Stein - qui a travaillé pour quelque temps comme air hostess. Je suis si heureuse et vous remercie pour ce contact. Je contacterai Nadyne directement par email (le mien est tinas_mehl@yahoo.de.   [répondre]

***  Recherche Montauban

    Je cherche de traces de mon grand père Franz Stein (d'origine Autriche) qui a du émigrer à cause du régime nazi et vécu entre 1940-1947 à Montauban, au début dans une ferme abandonnée. Après il a travaillé avec sa femme Josephine Stein dans un villa Beau-Soleil, autours de Montauban. Ils ont travaillé comme personnel de la maison et jardinier. À partir de 1942 ils ont eu de faux papiers au nom Francois et Josephine Lorand. La propriétaire s'appelait Mme. E. Bousquié. Connaissez vous un de ces noms, le château ou propriétaire? Merci d'avance! [répondre]

    C'est à cette recherche que je voulais répondre. Voir l'autre recherche de Tina B.  [répondre]

***  Lucienne à Montauban

    Je recherche une certaine Lucienne à Montauban ou alentours. Elle aurait vécu dans une ferme ou une exploitation agricole. Elle avait entre 23 et 27 ans en 1942 et un petit garçon de 3 ans. [répondre]

    Bjr Mme j'ai eu une mère du nom de Lucienne de Montauban avec un enfant qui se nommait J.Jacques elle travaillait à Puylaroque pour le Consul Belge qui était en exil vous pouvez me contacter au 06.76.81.26.20 en espèrant que cela puiss vous amener de l'eau à votre moulin - Cordialement J.Luc  [répondre]

***  Camille Petit : Résistant fusillé par les allemands le 9 avril 1944 à Beaumont-de-Lomagne

    Bonjour
    Je recherche des informations sur mon oncle Camille Petit fusillé par les allemands le 9 avril 1944 à Beaumont-de-Lomagne dans le Tarn et Garonne 82

    Je n'ai rien trouvé dans les archives nationales , le concernant

    merci de votre aide

    Alain Germont
    [répondre]

***  Vincent

    Reconnaissez-vous cet enfant ? Il s'agit de mon père né en 1942, adopté en 1944. On lui a donné le nom de Vincent à la naissance mais je pense qu'il s'agit d'un faux nom. Il serait né le 27 mai à montauban mais là-aussi dates et lieux de naissance ne sont pas sûrs... [répondre]

    bonsoir je suis navrée de répondre à côté mais peut-être cette information vous aidera-t-elle dans un premier temps à confirmer lieu et date de naissance car il est maintenant possible de consulter dans les archives du département de naissance certains registres d'état-civil
    - vous pouvez aussi demander à la mairie une copie de l'acte de naissance
    - connaissez-vous le CNAOP à Paris
    14 avenue Duquesne 75350 Paris 07 SP
    0140567217
    Bonne recherche bien cordialement
      [répondre]
    répondre c'est déjà bien. J'ai déjà effectué toutes ces démarches. Je vous remercie...  [répondre]

***  père né à cahors mais abandonné à montauban

    mon père est né en 1943 à cahors d'une mère polonaise et d'un père français il a été abandonné 2 jours après sa naissance à Montauban et depuis je ne trouve aucune trace de ses parents [répondre]

    Merci de donner plus de renseignements, des noms des lieux, des photos ?  [répondre]

***  Recherche enfants cachés

    Je recherche des enfants ayant été cachés dans une citerne (puit) situé dans le parc d'une propriété au lieu dit Peyrepau sur la commune de BRUNIQUEL L'entrée de la citerne se situait au pied d'un grand pin maritime.. BRUNIQUEL se situe à quelques kilomètres du camp de SEPTFONDS [répondre]

***  Monique Richez? Richiez? Richer?

    Mes parents: le Pasteur Louis Poulain et son épouse Madeleine Atger ont hébergé une jeune fille juive en 1944.Ma famille vivait rue Léon de Maleville à Montauban. Nous étions 4 enfants : Eric(14ans), Yves(11ans), Violette(8ans) et moi-même Francis(3ans). Mon père a été le Pasteur de l'Eglise Réformée Evangélique de Montauban de 1941(ou 1942)jusqu'au début des années 50. Cette jeune fille avait été confiée à mes parents par le Docteur Simone Schmidt qui était aussi notre médecin de famille. Officiellement elle s'appelait Monique Richez ou Richiez ou Richer...
    Elle n'est pas restée très longtemps chez nous.
    Simone Schmidt est venue la rechercher en disant :" Ca devient dangereux, il faut partir".
    Depuis, nous n'avons eu aucune nouvelle, nous avons quitté Montauban pour Aix en Provence.
    J'aimerais savoir si des archives du réseau de Simone Schmidt existent et s'il serait possible de retrouver la trace de cette jeune fille.
    Nous savons que Simone Schmidt a aidé de nombreux
    Juifs grâce à son réseau de sauvetage. Existe-t-il des documents à ce sujet?
    Merci.
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018