Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
88 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36739 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
726 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13857 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Tarn-et-Garonne

Région :
Occitanie
Département :
Tarn-et-Garonne

Préfets :
Louis Boucoiran
(1937 - 1940) Louis Maurice Casimir Boucoiran, préfet du Tarn-et-Garonne
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
Albert Durocher
(1940 - 1941) Albert Lucien Jules Durocher, préfet du Tarn-et-Garonne
François Martin
(1941 - 1943) François Louis Alfred Martin, député de l'Aveyron de 1936 à 1940. Issu d’une famille protestante de Millau, il vote les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et entre au Conseil national de Vichy. Nommé préfet du Tarn-et-Garonne, il démissionne fin 1943 et rejoint la Résistance. (06/09/1900 à Millau-20/04/1964 à Millau)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)
Maurice Vincent
(1944 - 17/11/1944) Maurice Paul Vincent, préfet du Tarn-et-Garonne, suspendu de ses fonctions le 17 novembre 1944.
Auguste Rouanet
(21/08/1944 - 21/03/1946) Auguste Jacques Joseph Rouanet, désigné préfet du Tarn-et-Garonne à titre provisoire par le commissaire de la république de la région de Toulouse le 21 août 1944, délégué dans les fonctions le 18 novembre 1944. Fin de délégation le 21 mars 1946.
Pierre Maisonneuve
(21/03/1946 )

À lire, à voir…

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Catherine Lewertowski Catherine Lewertowski
Morts ou juifs : La Maison de Moissac, 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Geneviève Dreyfus-Armand Geneviève Dreyfus-Armand
Septfonds, 1939-1944. Dans l'archipel des camps français

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

André Marty


Dossier Yad Vashem : 4612
Remise de la médaille de Juste : 1990
Sauvetage : Montauban 82000 - Tarn-et-Garonne
Profession: Officier de police
Qualité: Résistant
Nom de naissance: André-Felix Marty
Date de naissance: 24/04/1898
Date de décès: 20/08/1969
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Andre-Marty
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Policier, inspecteur, sous-chef du service des étrangers à Montauban (Tarn-et-Garonne), André Marty prévient de nombreux Juifs avant les rafles.

Élie Arditti est née à Smyrne le 5 mai 1923.
Il va à l’école libre catholique Saint-Joseph-de-l’apparition, dans la banlieue de Smyrne, tenue par les religieuses où il apprend le français.

Le 22 août 1934, Madame Arditti arrive à Marseille avec ses trois enfants, Albert, Élie et Victoria.
Ils partent pour Paris vers 1935.
Revenus à Marseille, ils habitent au 23 de la rue Glandèves chez Monsieur et Madame Jechaya et Rachel Reskenazi.
Les enfants fréquentent l’école communale en haut de la rue Sainte dans le quartier de la Corderie.

Ils retournent à Paris, et là les enfants fréquente l’école rue Keller dans le 11e arrondissement.
Élie obtient le certificat d’études en 1937, puis commence à travailler.

Albert Arditti est engagé volontaire.

Le 13 juin 1940, Madame Arditti et ses deux enfants, Élie et Victoria quittent Paris, devenu dangereux pour les juifs et se dirigèrent vers le Sud-Ouest à pieds.
A Nemours, ils trouvent un train, mais il sera attaqué par des avions qui bombardent.
Ils abandonnent le train et sautent du wagon vers la lisière de la forêt toute proche. Au retour, il n’y a plus de train. Ils partent alors à pieds jusqu’à Montargis.
Le 17 juin, ils arrivent à Saint-Germain-des-Fossés (03), à 12 kilomètres au Nord de Vichy où on fait descendre tous les civils. Ils sont très bien accueillis par le maire et par la population et passent la nuit sur de la paille l’école, par terre.
Le 18 juin 1940, des tanks avec drapeaux à la croix gammée défilent.

Puis, par l’intermédiaire de la Croix rouge, ils retrouvent Albert Arditti au camp de Septfonds, dans le Tarn et Garonne, où après avoir trouvé du travail à Montauban, il s’était fait démobiliser.
Ils partent le retrouver en septembre 1940, mais à la fin novembre 1940, ils partent pour Marseille.
Le 1er décembre 1940, Élie trouvais un emploi à la "Confiserie orientale", une confiserie foraine derrière la bourse.
Compte tenu de leur situation, la Préfecture du Tarn-et-Garonne leur délivra une autorisation de résidence de deux mois.

Une fois les deux mois écoulés, ils reprisent la route vers Marseille.
Elie y trouva rapidement un emploi et le 1er décembre il était embauché comme employé dans une confiserie foraine.

Durant deux ans et demi, la famille Arditti vécut dans un petit logement du quartier du Vieux Port, mais dans la nuit du vendredi 22 janvier au samedi 23 janvier 1943, leur vie fut bouleversée.

Durant toute la journée, Elie avait vu de nombreux camions militaires remplis de gendarmes français arriver dans la ville.

Dans la nuit du 23 janvier, on frappe sèchement à la porte vers 2 h du matin :
- "Ouvrez, police."
La mère d'Elie, très malade, alla ouvrir la porte à trois policiers en civil et six GMR (Garde Mobile Républicaine) armés de mitraillettes.
- "Il faut nous suivre pour un contrôle d'identité."
Elie sentit le traquenard et dit à sa mère en espagnol de ne pas bouger. Il réussit à convaincre les gendarmes de laisser sa mère malade et sa soeur pour s'occuper d'elle.
Il embarqua dans un camion avec deux voisins juifs et de nombreux autres. Ils furent envoyé à la prison des Beaumettes, les hommes séparés des femmes et des enfants. Quelques jours plus tard, ils furent dirigés vers la gare d'Arenc, puis embarqués dans des wagons à bestiaux.

La nuit tombée, des compagnons de voyage avaient réussi à défoncer une lucarne pour s'échapper. Elie fut le sixième à sauter du train...
Après avoir déambulé dans la campagne, ne sachant où aller, il tomba sur une maison éclairée et fut accueilli par un homme. Par chance il s'agissait d'un résistant communiste qui l'hébergea sans poser de question et le conduisit chez le pasteur Louis Dallière* à Saint-Georges (Charmes-sur-Rhône) engagé dans un réseau de résistance en Ardèche et aidé de sa gouvernante Léa Fougier.
Ils l'aidèrent à retourner à Marseille retrouver sa mère et sa soeur et repartir ensuite à Montauban.

Arrivée à Montauban, la famille put repartir dans une vie clandestine mais plus sereine. Ils se déclarent habiter rue Chamier mais s'installent rue des Doreurs près du lycée Michelet.

Monseigneur Pierre-Marie Théas* et la fidèle Marie-Rose Gineste* proposent de l'aider à se cacher, comme il l'a fait pour bon nombre de juifs.
Elie Arditti trouva un emploi clandestin chez Germain Saint-Romas, pépiniériste qui avait fondé une pépinière à Corbarieu en 1932.
De plus, André Marty* le prenait à chaque fois qu'il allait y avoir une rafle

André Marty* fit usage de son autorité et de ses fonctions pour sauver la famille Arditti. Conscient des menaces pesant sur les fugitifs, il retira leurs cartes – où leur qualité de juifs était mentionnée – du fichier de la police. Ils se trouvèrent alors relativement en sûreté. L’officier continua à les protéger, et notamment les avertissait sitôt qu’une rafle était prévue, de façon à leur donner le temps de se cacher.

Au lendemain de lz guerre Élie Arditti et sa famille s'installèrent à Montauban. Lui eut d'abord un magasin de tissus rue du Greffe puis ensuite rue Diderot. Outre ses activités professionnelles il n'eut de cesse de témoigner dans les écoles et au travers d'un film de France 3 sur la déportation et les crimes du régime nazi.

Le 28 mars 1990, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à André Marty* le titre de Juste parmi les Nations

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par André Marty
Albert Arditti
Madame Arditti
Élie Arditti
Victoria Arditti

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal

Les Juifs réfugiés à Varennes durant la Seconde Guerre mondiale , Le Tambour de Varennes n° 23 23 pages, réalisation 2012
Auteur : Régis Pinson - terminal
Après le colloque sur la lettre de protestation du 26/08/1942 de Mgr Théas, évêque de Montauban, le travail de mémoire et d’histoire se poursuit. Le Tambour de Varennes printemps-été 2012, n° 23, est en grande partie consacré au sort des Juifs réfugiés à Varennes.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
3 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
4 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
5 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
6 Michel Fabre

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021