Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11251 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Hérault

Région :
Occitanie
Carte du département

Préfecture :
Montpellier

Préfets :
Pierre Monis
(01/07/1937 - 20/07/1940) Préfet de l'Hérault
Paul Brun
(20/07/1940 - 25/08/1940) Préfet de l'Hérault
Pierre Olivier de Sardan
(25/08/1940 - 11/10/1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Camille Ernst*, Secrétaire général de la préfecture de l’Hérault (de 09/1940 à 02/1943), Juste parmi les Nations

(Jan. 1942 - 12/1943) Préfet délégué de l'Hérault, déporté en Allemagne pour avoir soutenu la Résistance
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)
Augustin Michel
(17/07/1944 - 22/08/1944) Préfet de l'Hérault
André Weiss
(22/08/1944 - 01/01/1948) Préfet de l'Hérault

À lire, à voir…

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Michaël Iancu Michaël Iancu
Spoliations, déportations, résistance des Juifs à Montpellier et dans l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

François Berriot François Berriot
La France libre, la Résistance et la Déportation - (Hérault, Zone Sud)

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Arnaud Benedetti Arnaud Benedetti
Un préfet dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Michaël Iancu Michaël Iancu
Vichy et les Juifs - L'exemple de l'Hérault (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Département de l'Hérault en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement de l-Herault en 1939-1945
Sous-préfecture de Béziers
source photo : Commune de Béziers
crédit photo : D.R.
Departement de l-Herault en 1939-1945
Préfecture de l'Hérault à Montpellier
source photo : ©2007 montpellier-photos.com
crédit photo : D.R.
Histoire

L'internement des étrangers et des indésirables en janvier 1939

Le 12 novembre 1938, le Gouvernement Daladier publie un décret prévoyant la création de centres spéciaux pour l'internement des "étrangers indésirables" tandis que le 21 janvier 1939 ouvre le premier centre de rassemblement des étrangers "indésirables en France" à Rieucros (Mende, Lozère), notamment 450 000 réfugiés républicains espagnols qui arrivent en France après la victoire de Franco, le 26 janvier 1939, lors de la "Retirada" (le statut de réfugiés politiques ne leur sera accordé que le 15 mars 1945).

21/08/2010

[Compléter l'article]

La drôle de guerre

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.

Le 18 novembre 1939, un décret-loi prévoit des mesures d'internement à l'encontre des "individus dangereux pour la défense nationale et pour la sécurité publique" sur décision du préfet.

L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie à Bordeaux dès le 11 juin. La France est envahie. C’est l’exode vers le sud. Le président du Conseil : Paul Reynaud, est contraint de démissionner.
Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement.

21/08/2010

[Compléter l'article]

L'Occupation et la collaboration

Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.
La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques), Landes, Gironde, Dordogne, Charente, Vienne, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Cher, Allier, Saône-et-Loire, Jura, Ain.

Le maréchal Pétain obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie à Vichy.

Les Français sont touchés par les restrictions amenées par la défaite

En octobre 1940, la France compte 26 camps en zone occupée et 15 en zone libre.

La Demarkationslinie - la ligne de démarcation - ne disparaîtra que le 1er mars 1943, plusieurs mois après l’occupation totale de la France, le 11 novembre 1942.

21/08/2010

[Compléter l'article]

Les Juifs de l'Hérault

A la veille de Seconde Guerre mondiale, Montpellier abritait trois cent Juifs et Béziers en abritait cent cinquante.
La majorité de cette population était des commerçants ou des artisans, à l'exception de quelques notables dont l'ancien maire de Montpellier, Benjamin Milhaud.

Les Juifs de Montpellier, de Béziers et de Sète se mobilisent pour venir en aide l'arrivée massive de leurs coreligionnaires arrivés de France et surtout de l'étranger. Les effectifs de Juifs dans le département représentent alors le triple des effectifs avant-guerre. Les Alsaciens constituent quant à eux une communauté dans la communauté.

Les Juifs français touchés par les restrictions amenées par la défaite, sont de plus touchés par la perte de leur emploi et par les spoliations, tandis que les étrangers "en surnombre dans l'économie nationale" et "de territoires appartenant à l'ennemi" et les Juifs étrangers "indésirables" sont majoritairement internés, raflés et déportés dès l'automne 1940 ou meurent dans les camps français.

40 000 Juifs étrangers sont internés en 1940-1941 dans les camps de la zone sud situés dans le Midi méditerranéen et les Pyrénées.

En octobre 1940, la France compte 26 camps en zone occupée et 15 en zone libre.

21/08/2010

[Compléter l'article]

Enfant caché

Madame, Monsieur, Je me permets ce message car depuis 2 an je cherche une petite fille qui a été caché dans un pensionnat de jeune fille de Montpellier avec ma grand-mère. J’ai d’abord contacté le Mémorial de la Shoah mais ils n’ont pas pu m’aider. J’ai ensuite pensé à prendre contact avec le pensionnat qui existe toujours. La directrice m’a donné le nom d’une nonne qui y a travaillé mais même avec l’aide de l’archiviste de la congrégation elle n’a pas pu m’aider. Je commençais à penser que c’était fini mais une de mes collègues m’a parlé de votre association. Je me suis donc dit que j’allais tenter ma chance. Ma grand-mère ayant parlé toute sa vie de cette petite fille dont elle a eu la charge quelques mois en 1943 que j’ai eu envie d’essayer de la retrouver. Voilà les informations que j’ai : Ma grand mère Marie Dardé, Villar à l’époque a été pensionnaire au pensionnat de jeunes filles L’enclos de Montpellier de 1941 à 1945. Elle nous a dit avoir eu la charge d’une petite fille prénommée Lilian qui devait avoir entre 5 et 6 ans et aurait eu des anglaises jusqu’aux épaules. Elle ne se rappelle pas l’avoir entendu parler, elle ne sait donc pas si elle savait parler français. Elle ne se rappelle pas précisément de la date d’arrivée de cette petite Lilian mais elle se souvient qu’en mars 1943, quand les allemands sont arrivés à Montpellier, elles ont toutes été évacuées au pensionnat d’Olargues mais que Lilian n’a pas suivi, à partir de là elle a perdu sa trace. Je ne sais pas si ces informations peuvent suffirent pour retrouver cette enfant mais j’avais envie d’essayer de vous contacter au cas où. Merci par avance pour vos éventuelles recherches. Cordialement, Julie Dardé

25/06/2018

[Compléter l'article]

Toutes les communes de l'Hérault

Les camps et les lieux d'internement de l'Hérault

158e CTE du Camp d'Agde 34300 Agde
24e GTE Montpellier 34000 Montpellier
311e-411e GTE de Carnon-Plage 34130 Mauguio
8e GTE Clermont-l'Hérault 34800 Clermont-l'Hérault
Camp d'Agde 34300 Agde
Centre Saint-Pons 34220 Saint-Pons-de-Thomières
Centre Sériège 34310 Cruzy
Centre Tannerie d'Olargues 34390 Olargues
Mine de cuivre de Pioch Farrus 34800 Cabrières
Prison de Montpellier 34000 Montpellier
Villa des Rosiers 34000 Montpellier
Villa Saint-Antonin 34000 Montpellier

Les lieux de sauvetage de l'Hérault

Centre médico-social de Montpellier 34000 Montpellier
Clinique Parès 34000 Montpellier
Hospice juif 34240 Lamalou-les-Bains
Maison de Montagnac 34530 Montagnac
Monastère des Tourelles 34000 Montpellier
Pension Babut 34000 Montpellier
Solarium Marin 34250 Palavas-les-Flots

Les 58 Justes parmi les Nations de l'Hérault


12 Familles hébergées, cachées ou sauvées de l'Hérault[Compléter]

Ganges

Famille glazer - Je tiens cette information par ma grand mère Rose Teulon morte en 1990. Ma Grand mère et mon arrière Grand mère ( épouse Malzac) ont caché durant la guerre une mère et sa fille , juives polonaises, du nom de Glazer à leur domicile 12 rue Biron à Ganges.....Le mari était dans le maquis comme résistant La mère et la fille ont failli être raflé par la gendarmerie mais ont pu s'échappé et s' enfuir...J'ai le souvenir que ma grand mère me disait qu'après la guerre ils auraient émmigré aux USA

Lunel

Famille Aronowicz - Prévoyant leur prochaine arrestation par la police de Vichy, Szyja-Leib et de Mieckla, confient leur fille Nina Aronowicz, née le 28 novembre 1932 à Bruxelles (Belgique) à une famille française non juive, les Régnât, qui recueillent la fillette à Lunel. Plus tard, Nina séjournera à la Maison d'enfants juifs de Campestre située à Campestre-et-Luc (Hérault), d'où elle sera transférée, avec 43 autres enfants, à la Maison d'Enfants d'Izieu (Ain). La mère de Nina est déportée le 11 septembre 1942 par le convoi n° 31. Le père de Nina connaîtra le même destin après avoir été déporté le 7 décembre 1943 par le convoi n° 64. Quant à Nina, elle sera déportée par le convoi n° 71 du 13 avril 1944.

Montpellier (Témoignage de Christian LEVI ALVARES)

1942 - 1943 Famille Levi Alvares - Christian est né à Montpellier le 24 novembre 1942. Ses parents sont hébergés par Suzanne Babut*. Il étaient arrivés quelques mois avant et sont restés jusqu'à l'été 1943. Christian va passer les premiers mois de ma vie au 5 chemin de Nazareth.

septembre 1943 - liberation de montpellier Famille Radzyner - Mes parents,juifs polonais, ainsi que ma soeur Alice se sont repliés sur Montpellier en 1941. J'y suis née à en 1942. Grâce à M.Ernst nous avons échappé à la Gestapo en allant nous cacher dans la famille Pépin à Marvejols où mon frère Serge est né. Très vite nous avons dû fuir et nous nous sommes retrouvés dans la pension tenue par Mmes Babut et Planchon(protestantes) Il me reste une photo. Cette pension était en face de la Caserne De Lauwe (aujourd'hui Lycée d'excellence) qui abritait La Gestapo ! Ces dames nous ont trouvé un logement à la Libération et c'est à ce moment là que nous les avons quittées. Elles nous ont invité à plusieurs arbres de Noël suivants.

1942 - 1944 Famille Seiler - Monsieur Seiler, le père de Nelly et de Mina a été caché à la clinique Parrès de Montpellier de 1942 à la Libération.
Nelly a été hébergée et protégée par René* et Madeleine Alram* de 1942 à la Libération.
Mina a été recueillie par Marius et Sylvie Cannac* et leur fille Odette* de 1942 à la Libération.

1943 - 1944 Famille Seiler - M. Seiler, veuf, et ses deux filles, Mina et Nelly, née en 1926, fuient Bruxelles (Belgique) au moment de l'occupation allemande et s'installent à Sète, puis à Palavas et enfin à Montpellier. M. Seiler met ses filles à l'abri. Nelly est accueillie par Madeleine* et René Alram* qui vivent avec leur fille Denise. Elle y restera presque deux ans, jusqu'à la Libération. Mina, quant à elle

Palavas-les-Flots

Famille Gutholc - David, dit Denis Girard, née le 29/09/1930 à Bruxelles (Belgique)

Famille Niedermann - Paul, né le 01/11/1927 à Karlsruhe (Allemagne)

Famille Tuschneider Lang - Éva et ses deux sœurs sont sorties du camp de Rivesaltes par l’O.S.E. et emmenées au centre de Palavas-les-Flots.

Pézenas

08/1941 Famille Schapira - Berein Schapira, Juif, Allemand, interné à la maison d’arrêt de Montpellier est libéré en août 1941 sur intervention de Camille Ernst*, secrétaire général de la préfecture de l'Hérault, et placé en « résidence obligatoire » à Pézenas, ce qui lui sauva la vie.

>> Voir les 12 familles réfugiées dans le département <<

8 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Aigne
1943 Famille Sonsino - Maïr et son épouse Louna (Sura) née Cohen habitaient 51 bis route de Saint-Denis à Deuil-la-Barre avec leurs deux enfants nés à Salonique (Grèce), Régine, 25 ans, couturière, née le 12/04/1917 et Vital, 21 ans, tapissier, né le 26 juillet 1921. Tous de nationalité grecque. La mère et les deux enfants sont réfugiés à Aigné où Louna, 49 ans, née le 17/07/1893 à Salonique et ses deux enfants sont arrêtés parce que juifs et seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz par le convoi n° 47 du 11/02/1943.
Déportation : 11/02/1943 convoi no 47
Source : Les déportés juifs de Aigné.
JO : Mémorial de la déportation des juifs de France, Béate et Serge Klarsfeld, Paris 1978

Béziers
1944 Famille Baruch - Samuel, commerçant, né à Salonique (Grèce) le 16/08/1892, et Rebecca née Avayu à Smyrne en Turquie le 22/08/1897, habitait avec ses parents à Béziers 6 rue d'Alembert avec leurs enfants Mathilde, née à Lima (Pérou) le 27/01/1927, Maurice, né à Béziers le 03/03/1932, et Victoria. Arrêtés parce que juifs en 1944, Samuel, 52 ans, Rebecca, 47 ans, Mathilde, 17 ans, et Maurice, 12 ans, seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz.
Déportation : 30/05/1944 convoi no 75
Source : Shoah Names Database


04/1944 Famille Grundman - Maurice, 19 ans, né le 9 février 1925 à Sotteville-les-Rouen, fils d'Henri et d'Esther, habite Rouen et est mariée avec Jeanne née Barrera. Réfugié à Béziers, il est arrêté parce que Juif par la Gestapo et déporté sans retour vers le camp de Kaunas (Lituanie) ou Reval (Estonie).
Déportation : 15/05/1944 convoi no 73


12/10/1943 Famille Weingarten - Paul, originaire d’Autriche, habitant Béziers est arrêté le 12 octobre 1943. Déporté par le convoi n° 66, il sera assassiné à Auschwitz.
Déportation : 0000-00-00
Date d'exécution : 0000-00-00

Lamalou-les-Bains
1942 Famille Marx - Ludwig, né à Heilbronn (Allemagne) le 8 février 1891, fils de Bertold et Ema, commerçant, est marié à Yohanna née Isaak et habitait à Heilbronn. Réfugié à Lamalou-les-Bains, il est arrêté parce que juif et déporté sans retour vers Auschwitz le 17 août 1942 par le convoi n° 20.
Déportation : 17/08/1942 convoi no 20

>> Voir les 8 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

01/01/1942 - La carte de légumes verts est instituée : 1,250 kg par décade. (L'Eclair, n° 22347, Édition Montpellier, 1er janvier 1942, p. 2.)


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Qui a rencontré cet homme?

    Nous recherchons des témoignages d’enfants qui auraient bénéficié de l’aide du pasteur Paul Zbinden entre 1940 et 1944, et qui ont été acheminés par lui, en train, de Paris vers le Sud de la France. Selon nos informations, les enfants juifs avaient pour destination la frontière espagnole, Nîmes ou Marseille, ou étaient cachés dans des familles.
    M. Paul Zbinden, qui avait 40-45 ans à ce moment, était domicilié à St-Jean du Gard , dans les Cévennes.

    Voilà ce que raconte une des filles de M. Zbinden :

    « Mon père a fait de fréquents voyages à Paris (où il était contact avec un prêtre) d’où il ramenait des petits groupes d’enfants juifs vers le sud, en zone libre, peut-être vers la frontière espagnole.
    Lorsque des soldats allemands contrôlaient et fouillaient le train, les soldats se divisaient en deux groupes l’un partant de la tête et l‘autre de la queue du train pour se rencontrer au milieu, puis ils faisaient demi-tour, chacun de leur côté.
    Pendant la fouille, le train était arrêté et on cachait les enfants sous le train à ce moment-là. Quand les soldats avaient le dos tourné, on ramenait ensuite les enfants dans le train. »

    Toute personne ayant rencontré (ou ayant été sauvée) par le pasteur Paul Zbinden est priée de prendre contact avec nous au plus vite.

    Merci de regarder attentivement ces photos de M. Paul Zbinden, prises à cette époque.
    [répondre]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018