space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
334 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3887 Justes de France
742 résistants juifs
8810 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Valenciennes en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Valenciennes 59300
- Nord
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Valenciennes en 1939-1945
L'hôtel de ville et la place d'Armes
source photo : R59
crédit photo : Copyleft
Valenciennes en 1939-1945
La bibliothèque municipale ou bibliothèque des Jésuites, installée dans l'ancien collège de la Compagnie de Jésus fondé au début du XVIe siècle
source photo : Strikehard
crédit photo : D.R.
Valenciennes en 1939-1945
Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, construit au début du XXe siècle
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département du Nord
Histoire

La commune des Valenciennois

Valenciennes, historiquement capitale du comté du Hainaut est sous-préfecture du département du Nord depuis 1824, située entre Bruxelles (à 106 km) et Amiens (à 127 km).

Située au confluent de l’Escaut avec la Rhônelle. Valenciennes, ville fut une ville industrielle et minière très prospère au XIXe siècle.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 42 564 habitants et 28 684 en 1946.

 

03/12/2012

[Compléter l'article]

Les deux guerres mondiales

Les Allemands occupent la ville en 1914. C'est l’armée britannique et son corps canadien qui délivrent la cité en 1918 après de durs combats.

Le 10 mai 1940, la ville, abandonnée par ses habitants partis sur les routes de l'exode, est livrée à des pillards de l'armée française. Un gigantesque incendie dévore le cœur de la cité, alimenté notamment par un dépôt de carburant. Les troupes allemandes occupent ensuite la ville en ruines, le 27 mai.

Le lycée Watteau devient siège de la GFP (Geheime Feldpolizei, police militaire secrète), on y torture des résistants dans les caves.

Le 2 septembre 1944, après des combats sanglants, les troupes américaines entrent dans Valenciennes et libèrent la ville.

03/12/2012
Lien : Wikipedia

[Compléter l'article]

L'eglise évangélique

L'eglise évangélique s'implante à Valenciennes en mars 1940.

C’est en 1936 qu’un couple alla en vacances au Andelys chez des amis. Ils assistèrent à des réunions, et de retour chez eux, ils en parlèrent à leurs voisins. Ils prirent contact avec le Pasteur Falq qui assurait des réunions sur Lille. Ce pasteur a commencé des réunions rue Louis Bracq à Valenciennes. Pendant la guerre, il quitta le pays à cause de sa nationalité.

Des réunions furent assurées dans des maisons par différentes personnes venue de Belgique.

Le 30 mars 1940 : 1er dépôt des statuts de l'église évangélique de Valenciennes. Le 25 avril 1940 : parution dans le J.O. Un local fut trouvé rue Malplaqué (le long du canal) au Faubourg de Paris.

Venant de Rouen, Monsieur Valot en fut le pasteur de nombreuses années (1941 – 1968). Des réunions furent assurées à Caudry, Blanc Misseron, Bruay sur Escaut, Fresnes les Râches. Des églises fondées à Saint Quentin, Douai, Maubeuge, Hirson. Pendant de nombreuses années, une colonie de vacances pour les jeunes de Valenciennes fut ouverte au Coq Banni. De la rue Malplaqué, l’église à été transférée rue de la digue (faubourg de Paris) et ensuite rue Saint Géry près du Square Froissart.

Le pasteur Marcel Goffin prend le relais de Monsieur Valot en 1957.1

06/12/2012
Auteur : Eglise évangélique de Valenciennes Lien : Petit Historique de l'Eglise de Valenciennes

[Compléter l'article]

Bref aperçu historique de la communauté juive de Valenciennes 1790-1945

Bref aperçu historique de la communauté juive de Valenciennes 1790-1945 par Danielle Delmaire Professeur émérite de l’université de Lille3., historienne des communautés juives

Avant 1789 : Passage de colporteurs juifs dans le Nord et dans la région de Valenciennes.
Un registre particulier à l’inhumation des non catholiques et comédiens (« inhumation de ceux auxquels la sépulture ecclésiastique ne sera pas accordée »), pour la ville de Valenciennes, porte le nom de Mardochée Lazare, en date du 9 octobre 1789 (AMV).

Sous la Révolution et l’Empire : Apparition d’une petite communauté.
Selon divers recensements (ADN, AN et Jér.), on compte une douzaine de personnes à Valenciennes entre 1798 et 1805 et 8 en 1806 (ADN et AN). Une liste de 1810 n’en comporte plus que deux mais les couples sont mixtes et la liste ne recense que les juifs de ces couples (Jér.).
La ville de Valenciennes a conservé, dans ses archives, des carnets qui notent les noms des personnes, étrangères à la ville, qui entrent et sortent par les portes de la ville en 1798-1799 : plusieurs noms de juifs de la région ou du reste de la France y sont inscrits.
Toutes ces familles vivent du colportage de marchandises diverses, commerce très modeste qui les fait vivre dans l’indigence. Elles sont toutes très pauvres et sont originaires d’Alsace et de Lorraine.

Première moitié du XIXe siècle : Présence de quelques familles
Les divers recensements (ADN, AN et Jér.) des années 1820-1850 prouvent l’existence d’une très petite communauté mais la présence juive ne semble pas avoir disparu.
1837 : 4 personnes
1841 : environ une vingtaine.
1851 : 30 personnes au moins.

Sous le Second Empire (1852-1870) : La communauté s’agrandit
C’est durant cette période que véritablement la présence juive se constitue en communauté structurée.
1854 : 90 personnes
1861 : 194 personnes
1869-1871 : 218 personnes,
à cette date, Valenciennes abrite la seconde communauté du Nord, après Lille, pour ce qui est du nombre de personnes. Cette population représente, environ, 1 % de la population valenciennoise. En 1871, environ 80 % des enfants (moins de 20 ans) de la communauté juive sont nés à Valenciennes. Les nouveaux arrivants sont majoritairement originaires d’Alsace et de Lorraine. Parmi eux, une fratrie de 5 frères et une sœur ainsi que deux cousins (tous mariés) arrivent à Valenciennes. A elle seule cette fratrie constitue près de la moitié de la communauté. Il s’agit des frères Meyer et de leur sœur, épouse Frybourg. Les Villar, les Schnerf, les Weill, les Cahen etc. composent aussi cette communauté.
Dès 1850, la communauté est desservie par un ministre officiant et on note la présence d’un shohet en 1853. Dans le même temps, la communauté se dote d’une commission administrative (ADN, AN).
En 1849, elle acquiert un local qui lui sert de synagogue. Désormais, les juifs de Valenciennes ont un lieu de prières qui n’est plus une pièce aménagée chez un particulier mais un bâtiment indépendant et ne servant qu’à la prière. Enfin en 1850, un terrain leur est attribué par la municipalité pour leur servir de cimetière (AMV).
En 1862, la communauté qui s’est agrandie a besoin d’une synagogue plus vaste et achète une bâtisse sise 36 rue de l’Intendance. C’est une ancienne maison qui date au moins du début du siècle (AN). Elle est aménagée pour la prière et pour l’habitat du ministre officiant. Elle est inaugurée en 1863. C’est actuellement la plus ancienne synagogue du Nord/Pas-de-Calais pour ce qui concerne le bâtiment.
La communauté, composée essentiellement de commerçants, s’intègre bien dans la société valenciennoise, sa participation à la fête des Incas en 1866 l’atteste (AMV). La fête associe annuellement toute la population pour un défilé de chars et le produit des quêtes qui l’accompagnent permet à la ville d’aider les indigents de Valenciennes. Cette année-là, la municipalité demande à la communauté de fabriquer le char qui représente les Hébreux apportant leur bienfait à l’Humanité en marche vers la modernité. Sur le char, des juifs de Valenciennes incarnent Moïse et les Hébreux qui apportent la Torah.

Troisième République, 1870-1940 : la communauté dans le consistoire de Lille
La communauté s’agrandit encore avec l’arrivée des juifs d’Alsace et de Lorraine qui optent pour la France après l’annexion de leur région à l’Allemagne, mais dans une proportion moindre que sous le Second Empire.
De ce fait, un rabbinat est créé en Valenciennes en 1873 (Lille vient d’être élevée au rang de consistoire départemental). Le premier rabbin est J. Lévy (ADN). En 1882, arrive le rabbin Félix Meyer. Il a été formé au séminaire rabbinique et c’est un érudit (il est l’auteur de divers articles savants en histoire), très proche de sa communauté. Il reste à Valenciennes jusqu’en 1905. A la fin du XIXe siècle, un ministre officiant assiste le rabbin.
En 1876, 34 électeurs consistoriaux sont des Valenciennois (sur 137 électeurs pour tout le consistoire). En 1888, ils sont 52 sur 239 (ADN), ce qui signifie que d’autres familles arrivent dans les années 1880, mais comme partout dans le consistoire de Lille. A partir de 1880, un Valenciennois (Dreyfus) siège au consistoire de Lille (ADN).
Le commerce n’est plus la seule occupation professionnelle des juifs de Valenciennes, quelques-uns d’entre eux vivent de leur art ou des services nouveaux comme les chemins de fer.
En 1882, la communauté améliore l’aménagement de la maison qui sert de synagogue, notamment le passage qui relie les deux bâtiments est couvert, donnant l’impression d’une unique bâtisse (ADN).
Enfin, suite à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat (1905), la communauté de Valenciennes se constitue en Association cultuelle israélite (ACI).
Dans l’entre-deux-guerres, l’arrivée de juifs de Pologne (très peu de Turquie) vient encore grossir la communauté. La plupart sont peu fortunés et vivent du petit commerce, quelques-uns travaillent dans l’industrie. Ils sont souvent plus religieux que leurs coreligionnaires français et plus réceptifs au sionisme.
A la veille de la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive de Valenciennes est composite : une partie est originaire de France depuis plusieurs générations et une autre est issue de l’immigration récente.

La Seconde Guerre mondiale, 1940-1944 : la catastrophe
A l’invasion de la France, des familles juives quittent Valenciennes et participent à l’exode comme le reste de la population. Certaines d’entre elles restent en zone non occupée tandis que d’autres rentrent rapidement chez elles.
Des juifs réfugiés dans le sud prennent part à la Résistance. Ceux qui se trouvent à Valenciennes et dans les environs subissent les diverses restrictions qu’impose le gouvernement militaire allemand de Bruxelles dont dépendent le Nord et le Pas-de-Calais depuis juin 1940. En juin 1942, le port de l’étoile est rendu obligatoire. Les juifs sont désormais repérables et localisables quand ils ont été recensés.
A l’été 1942, commencent les premières arrestations mais c’est surtout la grande rafle du 11 septembre 1942 qui décime la communauté de Valenciennes et des environs. Toutefois, des enfants ont pu être soustraits de la rafle avant l’arrestation ou sur le chemin menant à la gare. Les juifs raflés à Valenciennes rejoignent leurs coreligionnaires de la région, arrêtés comme eux le 11 septembre 1942 et regroupés en gare de Lille. Là des cheminots aident quelques uns d’entre eux à sortir de la gare. Le train les achemine vers Malines, à la caserne Dossin. Ils forment la moitié du convoi X qui quitte Malines pour Auschwitz le 15 septembre 1942.
Après la rafle, ceux qui ont eu le bonheur d’en échapper doivent vivre dans la clandestinité avec l’aide d’amis, de voisins. Certains participent à la Résistance.

Au lendemain de la guerre, la communauté renaît non sans difficultés mais surtout meurtrie par le désastre de la Shoah.

Les principales sources d’archives utilisées pour ce travail sont les archives municipales de Valenciennes (AMV), les archives départementales du Nord (ADN), les archives nationales (AN), des archives à Jérusalem (Jér.).

28/03/2013
Auteur : Danielle Delmaire Lien : Synagogue de Valenciennes

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement du Nord

13e CTE 59129 Avesnes-les-Aubert
15e CTE 59190 Hazebrouck
52e-101e-102e-103e CTE 59400 Cambrai
59e CTE de Bray Dunes 59140 Dunkerque
71e CTE 59300 Valenciennes
Caserne Kleber 59000 Lille
Caserne Vincent 59300 Valenciennes
Fort Lobau 59910 Bondues
Frontstalag 100 59190 Hazebrouck
Frontstalag 101 59400 Cambrai
Frontstalag 102 59000 Lille
Frontstalag 185 59200 Tourcoing
Frontstalag 186 59000 Lille
Prison de Cuincy-Douai 59553 Cuincy
Prison de Loos-lès-Lille 59120 Loos

Les lieux de sauvetage du Nord

Asile de mineurs 59000 Lille
Château de la Huda 59132 Trélon
Clinique Sainte-Catherine 59000 Lille
Couvent des Carmes 59000 Lille
Couvent des Franciscaines 59100 Roubaix
Enfant-Jésus de Lille 59000 Lille
École régionale des cadres de la jeunesse 59237 Verlinghem
Foyer du peuple 59000 Lille
Foyer Massabielle 59130 Lambersart
Frères Saint-Jean-de-Dieu 59350 Saint-André-lez-Lille
Hôpital Ambroise Paré 59000 Lille
Lycée Fénelon 59000 Lille
Maison du Buisson 59700 Marcq-en-Barœul
Notre-Dame de Grâce 59000 Lille
Notre-Dame de la Treille 59000 Lille
Orphelinat de Lauwin-Planque 59553 Lauwin-Planque
Orphelinat Saint-Pierre 59830 Bouvines
Religieuses de Notre-Dame 59120 Loos
Religieuses de Notre-Dame de Lourdes 59000 Lille


Les 72 Justes parmi les Nations du Nord

Marie Aymard  (Lille) Pierre Flipo  (Roubaix) Odile Nick  (Inchy)
Victor Aymard  (Lille) Madeleine Franchois  (Loon-Plage) Pierre-Élie Nick  (Inchy)
Edmée Baron  (Lille) Marcel  Franchois  (Loon-Plage) Marcel Pasche  (Roubaix)
Léonce Baron  (Lille) Georgette Franchois Vandenabaele  (Loon-Plage) Alphonse Pattyn  (Lille)
Anne-Marie Capitain  (Trélon) Élisa Guilbert  (Tourcoing) Jeanne Pattyn  (Lille)
Simone Caudmont  (Lille) Marcel Guilbert  (Tourcoing) Georgette Pichoff  (Lille)
Germaine Coghe  (Roubaix) Félicien  Hautcoeur  (Lille) Jean Pichoff  (Lille)
Léon Coghe  (Roubaix) Madeleine Héribel Bompais  (Roubaix) Daniel Quénu  (Armentières)
Jean Crombez  (Inchy) Simone Jouvencel Nève  (Lille) Yvonne Quénu  (Armentières)
Marguerite Crombez  (Inchy) François Lamotte  (Le Cateau-Cambrésis) Hermance Raynal  (Lille)
Madeleine Davaine  (Saint-Amand-les-Eaux) Thérèse Lamotte  (Le Cateau-Cambrésis) Léon Raynal  (Lille)
André David  (Fenain) Lucie Lamotte Halloie  (Le Cateau-Cambrésis) Oscar  Rousseau  (Mons-en-Barœul)
Mireille David  (Fenain) Maria Lamotte Soumillon  (Le Cateau-Cambrésis) Jeanne Rousselle  (Trélon)
Georgette  Delcroix  (Lille) Alice Lamotte Terrier  (Le Cateau-Cambrésis) Marie-Louise Siauve  (Lille)
Victor  Delcroix  (Lille) Jean Lecanuet  (Lille) Robert Stahl  (Lille) (Marcq-en-Barœul) (Bouvines)
Hélène Dequirez  (Marcq-en-Barœul) Julienne Lecoq   (Lille) Jean Stellamans  (Lille)
Madeleine Dietz (Valenciennes) Mademoiselle Leroye  (Lille) Émilienne Stellamans  (Lille)
Mireille  Dumoulin  (Lille) Raymonde Lombart  (Lille) Adelaïde-Agathe Thumerel  (Lille)
Robert  Dumoulin  (Lille) Émile Marquillie  (Lille) Marcel Thumerel  (Lille)
Éva Durrleman  (Lille) Pauline Marquillie  (Lille) Raymond Vancourt  (Lille)
Elsa Flipo  (Tourcoing) Thérèse Matter  (Lille) Edmond  Vandeportaele  (Lille)
Jules Flipo  (Roubaix) Suzanne  Mitault  (Roubaix) Henri-Dominique  Vandevoorde  (Lille)
Jules Joseph Flipo  (Tourcoing) France Neubert  (Lille) Marcel Vasseur  (Lille)
Marie-Thérèse Flipo  (Tourcoing) Henri Nick  (Lille) Sophie Vasseur  (Lille)


Familles réfugiées à Valenciennes [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.

1 Famille arrêtée (Valenciennes) [Compléter]
11/09/1942
Famille Lewkowitz - Shmuel Lewkowitz, né à Lodz (Pologne) et son épouse, Perla née Skerz, arrivés de Pologne avant la guerre, habitaient à Valenciennes. Shmuel était fourreur. Le 11 septembre 1942, jour de la grande rafle des Juifs de Valenciennes, la police française se présenta au domicile de la famille. Shmuel Lewkowitz était sorti avec deux des enfants, Betty, 7 ans, et Jacques, 5 ans. La police arrêta Perla Lewkowitz et le petit Michel, âgé de 2 ans et demi, né le 31/07/1940 à Domfront, parce que juifs. Internés à Malines (Belgique), ils seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz.
Déportation :
1942   

Chronologie [Ajouter]

01/06/1940 - Le Général Allemand Alfred Waeger étonné et impressionné par le courage des défenseurs français durant la bataille de Lille (27 mai - 31 mai 1940) autorise ceux-ci à défiler en arme jusqu'à la captivité. Les troupes allemandes rendent les honneurs militaires aux troupes françaises le 1er juin 1940.
26/05/1941 - Grève des mineurs des bassins houillers dans le nord à l'usine d’Ostricourt et dans le Pas de Calais à la mines de Dourges, suite à l'arrestation d’un grand nombre d’ouvriers par les Autorités allemandes et la condamnation de onze d’entre eux et de deux femmes aux travaux forcés. Cette grève se terminera le 10 juin 1941. La répression allemande contre ces grèves est forte.
11/09/1942 - Le vendredi 11 septembre 1942 a lieu dans la Région Nord-Pas-de-Calais la plus grande rafle depuis la mise en place de la solution finale. Elle restera comme l'opération la plus importante de toute l'occupation dans le Nord de la France. 528 personnes, hommes, femmes et enfants sont envoyés au camp Dossin de Malines dès le lendemain (soit le 12 septembre 1942). Les déportés seront finalement envoyés à Auschwitz (Pologne) pour y être gazés. Seul neuf d'entre eux auront la chance de survivre...
01/09/1944 - Le 1er septembre 1944, les différents mouvements de résistance se mettent d'accord pour lancer le mot d'ordre de soulèvement général. Dans toute la ville, dès le vendredi soir, la Résistance s'attaque aux différents objectifs désignés et aux convois allemands qui repartent vers la Belgique.
02/09/1944 - Valenciennes est libéré.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Valenciennes sur Wikipedia 
2 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )

Notes

- 1 - Petit Historique de l’Église de Valenciennes.


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Bombardement briqueterie Coudekerque/Cappelle-la-Grande

    Bonjour, je recherche des informations sur le bombardement de la briqueterie de Coudekerque-Branche. Plusieurs familles s'étaient réfugiées à l'intérieur pour échapper au bombardement sur Dunkerque, et malheureusement la briqueterie a été bombardée ce soir là. La tante de mon grand-père ainsi que ses enfants faisaient partis des victimes. [répondre]

***  RECHERCHE ORIGINES

    Bonjour,
    Ma mère est née le 21 juin 1941, à Lille. Elle a été recueillie par la Société de Patronage de la Région du Nord (16 rue du Marais à Lille ou 21 rue de Courtrai à Lille). Elle m'a demandé de faire quelques recherches sur ses origines. Si quelqu'un avait quelques éléments complémentaires sur ses origines, merci de m'en informer.
    Son nom de naissance : THOS - Son nom adoptif : DEBUF. Ses prénoms : Chantal Yolaine
    [répondre]
    j'ai consulte un site genealogique Geneanet et j'ai trouve un genealogiste Yves Thos qui a construit un arbre genealogique....contactez le
    yvesthos@laposte.net
      [répondre]

Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Nord

Région :
Nord-Pas-de-Calais
Département :
Nord

Préfets :
Fernand Carles
(1936 - 1944) Préfet régional
Henry Darrouy
(1941 - 1944) Préfet délégué
Jean Michel Adrien Cabouat
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Roger Édouard Verlomme
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Francis Louis Closon
(1944 - 1948) Commissaire régional de la République
Roger Verlomme
(1944 - 1946) Préfet
Marcel Lanquetin
(1946 - 1955) Préfet

À lire, à voir…

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
29 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014