space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
345 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
637 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3898 Justes de France
743 résistants juifs
8849 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Émile Marquillie


Dossier Yad Vashem : 702
Remise de la médaille de Juste : 07/09/1971
Sauvetage : Lille Lomme 59000 - Nord
Profession: Employé des chemins de fer
Qualité: Résistant

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

emile-Marquillie
Pauline Marquillie plantant un arbre à Yad Vashem à Jérusalem
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Notice

En 1939, Pauline* et Émile Marquillie* habitaient à Lomme, près de Lille, avec leur petit garçon de 10 ans. Émile*, qui avait été blessé lors de la Grande Guerre, était employé des chemins de fer.

Lorsque les Allemands occupèrent le nord de la France, il décida de se battre pour libérer sa patrie et rallia la Résistance.
Il recevait et transmettait des informations de Londres et cachait sous son toit des fugitifs, parfois juifs.
Il avait pris contact avec Gabrielle Lavoine, une assistante sociale qui était la déléguée à Lomme du syndicat des employés des chemins de fer, pour lui offrir son aide. En effet, la jeune femme, résistante elle aussi, avait besoin de cachettes pour des résistants et des déserteurs recherchés par les autorités.
En automne 1942, Mme Grosskopf, juive allemande, demanda à l'assistante sociale de l'aider à trouver asile pour elle-même et ses trois enfants, qui avaient réussi par miracle à échapper à la grande rafle des Juifs de Lille le 11 septembre 1942. M. Grosskopf s'était enfui dans le sud de la France où il comptait trouver un refuge pour sa famille. Gabrielle Lavoine l'envoya chez Pauline* et Émile Marquillie* qui acceptèrent sans hésiter de les héberger.
Les Grosskopf vécurent environ une année chez eux, sans que jamais Émile* leur demande quoi que ce soit.
Vers le milieu 1943, M. Grosskopf réussit à faire passer toute sa famille en Suisse.

Pauline* et Émile Marquillie* hébergèrent d'autres Juifs qui leur avait été envoyés par Gabrielle Lavoine et notamment M. et Mme Sherman et les deux neveux de cette dernière, André Epstein et Simon Rosenpick, dont les parents avaient été arrêtés et déportés.
Ils arrivèrent chez Pauline* et Émile Marquillie* en juillet 1943. Le petit Simon Rosenpick avait alors 8 ans. Toute sa famille ayant péri en déportation, il se retrouva seul à la Libération. Pauline Marquillie*, devenue veuve, l'adopta et l'éleva comme son propre fils, Pierre, qui avait le même âge.

Pauline* et Émile Marquillie* sauvèrent aussi la famille du tailleur Rochman, qui avait fui Paris au cours de l'été 1942 pour se réfugier à Lille. Au début de l'année 1943, Émile Marquillie* vint lui porter un complet à raccommoder. Il trouva le tailleur et sa famille dans une mansarde sous les toits. Le couple et leurs trois enfants vivaient dans le dénuement le plus complet. Grâce à ses contacts dans la police, Émile Marquillie* leur procura immédiatement des cartes d'alimentation.

Lorsque Pauline Marquillie*, devenue veuve, se rendit à Jérusalem à l'invitation de Yad Vashem pour planter un arbre, ce fut au tour du vieux tailleur établi en Israël avec sa famille, de lui offrir l'hospitalité.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Rescue story

When the war began, Pauline* and Emile Marquillie* and their ten-year-old son were living in Lomme, near Lille. Emile Marquillie*, who fought and was wounded in the World War I, worked for the French railroad. In 1940, when the Germans occupied the northern zone, Marquillie joined the underground to liberate his homeland. In this capacity, he forwarded information from London and hid fugitives in his home. Some of these were Jews. Emile Marquillie* made contact with Gabrielle Lavoine, a social worker for the Lomme local of the railroad workers’ union in Lille, and offered his assistance. She herself was a member of the Resistance and needed to find hiding places for deserters and underground members wanted by the authorities. In the autumn of 1942, Mme Grosskopf, a German Jewish woman, asked Gabrielle Lavoine to arrange shelter for her and her three children. The Grosskopfs had miraculously escaped the roundup of September 11, 1942 that emptied Lille of its Jews. M. Grosskopf had fled south, hoping to find shleter for his family there. Gabrielle Lavoine referred Mme Grosskopf and her three children to Pauline* and Emile Marquillie*, who sheltered Mme Grosskopf and her children without asking any questions for about a year, meeting all their needs and never demanding payment. In mid-1943, M. Grosskopf successfully smuggled his entire family across the border to Switzerland. Pauline* and Emile Marquillie* sheltered other Jews, also sent by Gabrielle Lavoine, including M. and Mme Sherman and her two nephews, André Epstein and Simon Rosenpik, whose parents had been arrested and deported. They came to the Marquillies’ home in July 1943. Simon Rosenpik was eight years old at the time. His entire family perished in the camps, and he was left alone after the liberation. Pauline Marquillie, who was now a widow, adopted him and raised him with her own son, Pierre, who was the same age. Pauline* and Emile Marquillie* also assisted the Rochman family, who, in the summer of 1942, fled from Paris to Lille. In early 1943, Emile brought a suit to be mended to Ruchman, a tailor. He found him and his family in a tiny room in the attic. The couple and their three children were entirely indigent. Thanks to his contacts with the police, M. Marquillie immediately obtained ration cards for them. When Pauline Marquillie* came to Jerusalem to plant a tree at the inviation of Yad Vashem, the old tailor, who had settled in Israel with his family, had the opportunity of extending hospitality to her.
On September 7, 1971, Yad Vashem recognized Pauline* and Emile Marquillie* as Righteous Among the Nations.

02/03/2012
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1422399598' order by champ5