space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
589 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
652 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4107 Justes de France
908 résistants juifs
9544 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1216 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Drôme

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Carte du département

Préfecture :
Valence

Préfets :
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962)
(24/01/1944 - 05/1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)

À lire, à voir…

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
De la Drôme aux camps de la mort

ACHETER EN LIGNE

Anne Vallaeys Anne Vallaeys
Dieulefit ou le miracle du silence

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Département de la Drôme en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement de la Drome en 1939-1945
La sous-préfecture de Nyons
source photo : www.fdpi.eu
crédit photo : Drômois
Departement de la Drome en 1939-1945
La sous-préfecture de Die
source photo : www.fdpi.eu
crédit photo : Le07moijytiens
Departement de la Drome en 1939-1945
La préfecture de la Drôme à Valence
source photo : www.fdpi.eu
crédit photo : Le07moijytiens
Histoire

La Seconde Guerre mondiale

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.

L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin. La France est envahie. C’est l’exode vers le sud. Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice et se trouve coupée en deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone sud où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.
La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km.

L’avance allemande s’arrête fin juin 1940 sur la rivière Isère, occupant le tiers nord du département. La Drôme est alors dans la zone dite libre, occupée le 11 novembre 1942, par les troupes allemandes et italiennes.
La Drôme va rester sous administration italienne jusqu'à la capitulation de l'Italie en septembre 1943. Les Allemands occuperont alors la Drôme.

Dès le début de la guerre, des habitants de Paris, du nord et de l’est de la France sont venus se réfugier dans la Drôme. Parmi eux, plus qu’ailleurs, de nombreux intellectuels ont trouvé refuge à Dieulefit (Pierre Emmanuel, Emmanuel Mounier...), à Mirmande et à Saint-Donat qui a hébergé Elsa et Louis Aragon. Ces intellectuels ont aidé la Résistance armée par l’organisation de réseaux spécialisés (écrivains, médecins, juristes…), mais aussi en écrivant des poèmes de lutte, des tracts, en créant des journaux clandestins comme La Drôme en armes.

16/02/2015

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils sont internés dans les camps du département avant d'être massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront.
Les Tsiganes, les Francs-maçons et les Communistes, considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

Dans la Drôme, Recoubeau, Saint-Martin-en-Vercors, Loriol, Montélimar, Saint-Vincent-de-Charpey, Crest... sont autant de lieux d'enfermement des "indésirables" (Juifs, Tsiganes, réfugiés fuyant le nazisme...). Ces camps multiformes ont souvent servi de réservoirs de main-d'œuvre, mais aussi d'antichambres vers les camps d'extermination.

Les réfugiés Juifs

La Drôme n'a pas de communautés juives anciennes.
La grande majorité des Juifs qui y résident durant la guerre sont des réfugiés étrangers ou Français ayant fui la zone occupée.

Dès 1935 les environs de Nyons accueillent une cinquantaine de juifs allemands fuyant leur région que vient annexée par Hitler. Entre 1938 et 1941, d'autres Juifs les rejoignent, à la suite des regroupements familiaux, d'assignations à résidence de Juifs internés dans les camps français, ou de démobilisation d'engagés dans l'armée française.
Nombre de Juifs Sarrois était des gens jeunes, dynamiques et disposant de ressources. Ils achètent des fermes aux environs ou des commerces et ouvrent des ateliers artisanaux. Ils sont bien intégrés et les enfants sont scolarisés.
La communauté protestante leur prête même un local où ils installent leur synagogue.

Entre 1940 et 1942 beaucoup de juifs de zone occupée arrivent.
Les rafles et les arrestations se multiplient durant l'année 1942.

Selon le recensement des juifs daté du 15 mars 1942, il y a dans la Drôme 967 juifs, dont 745 Français.

Persécutés par l'Etat français jusqu'en novembre 1942, ils auront un temps de répit, les Italiens n'appliquant pas les mesures antisémites.

En 1943, la Drôme occupée par les Italiens voit affluer de nouveaux réfugiés de la zone sud.

Fin 1943 début 1944, on voit affluer des juifs jusque là réfugiés sur la Côte d’Azur. C'est aussi le temps de l'occupation allemande à partir de septembre 1943. Les Français aideront alors les Allemands à pourchasser les juifs.

Après la fermeture du camp de Montélimar, les Juifs sont assignés à résidence à Buis-les-Baronnies

D'autres Juifs étrangers, des hommes jeunes pour la plupart, se retrouvent dans le Groupe de travailleurs étrangers de Crest

267 Juifs, arrêtés à Crest, à Montélimar, à Valence, à Nyons, à Buis-les-Baronnies et à Saint-Rambert-d’Albon seront déportés de la Drôme vers Drancy puis vers Auschwitz.

16/02/2015

[Compléter l'article]

La résistance

La Drôme a été un des départements où la Résistance a été la plus active.
En 1943, la Résistance s’organise et s’amplifie.
Le général de Gaulle déclare en 1943 : "La Résistance, c’est-à-dire l’espérance nationale, s’est accrochée sur la pente à deux pôles qui ne cédèrent point. L’une était le tronçon de l’épée, l’autre la pensée française...".
De nombreux Drômois s’engagent. Avec l’instauration du STO, les jeunes hommes sont requis pour aller travailler en Allemagne.
Nombre d’entre eux refusent cette situation et vont se cacher dans la campagne ou rejoignent le maquis. La Résistance se développe dans tout le département dans de petites unités. Le relief de la Drôme est propice à l'installation des camps. La population soutient de plus en plus les résistants.

La Milice, créée en février 1943, est chargée de réprimer les opposants.

La répression contre les résistants devient de plus en plus féroce. Plus de 800 Drômois sont déportés dans les camps nazis de concentration ou d’extermination, notamment les Juifs.

Après le déraillement d’un train de militaires allemands le 23 décembre 1943 à Vercheny, dans le nord de la Drôme, 55 personnes sont arrêtées par la Gestapo dans les villages voisins pour être déportées le 22 janvier 1944 vers les camps de travail en Allemagne.

16/02/2015

[Compléter l'article]

Les combats pour la Libération

Après le débarquement du 6 juin 1944, la mobilisation contre l’occupant s’intensifie. Les sabotages des voies de communication gênent considérablement le ravitaillement et les mouvements
de troupe allemands. Des accrochages violents opposent résistants et occupants.
Un grand nombre de résistants se regroupe dans le Vercors, passant de 400 à 4 000 après le 6 juin 1944, mais leur armement ne leur permet pas, malgré leur courage et leur sacrifice, de s’opposer aux troupes allemandes qui l'attaquent en juillet 1944. C’est le drame qui frappe les villages du massif et notamment Vassieux et La Chapelle où maquisards et civils sont massacrés.
D’autres communes, comme Saint-Donat, Crest, ont particulièrement souffert des exactions des troupes allemandes et de leurs complices français.
La libération du département après le débarquement du 15 août en Provence a été marquée par des combats meurtriers, auxquels ont pris part résistants et Alliés, en particulier la bataille dite de Montélimar. Le 1er septembre 1944, les troupes allemandes avaient toutes quitté la Drôme.

16/02/2015

[Compléter l'article]

Toutes les communes de la Drôme

Les camps et les lieux d'internement de la Drôme

352e GTE Crest 26400 Crest
533e CTE-GTE de Saint-Vincent-de-Charpey 26300 Charpey
Camp de Loriol-sur-Drôme 26270 Loriol-sur-Drôme
Camp de Montélimar 26200 Montélimar

Les lieux de sauvetage de la Drôme

Centre de Pont-de-Manne 26190 Saint-Thomas-en-Royans
Château de Salmard 26380 Peyrins
École de Beauvallon 26220 Dieulefit
École des Auberges de jeunesse 26170 Mollans-sur-Ouvèze
École Sainte-Croix 26200 Montélimar
Hôtel Bitsch 26190 Saint-Thomas-en-Royans
Institution La Providence 26190 Saint-Laurent-en-Royans
La Roseraie 26220 Dieulefit
Manoir de l'enfance 26750 Saint-Michel-sur-Savasse
Pension Beauvallon 26220 Dieulefit
Sanatorium Maison Blanche 26400 Plan-de-Baix

Les 92 Justes parmi les Nations de la Drôme


23 Familles hébergées, cachées ou sauvées de la Drôme[Compléter]

Bourg-de-Péage (Témoignage de Jacqueline Behr)

1944 Famille Dennery - André et son épouse, Denise Dennery sont hébergés à Bourg-de-Péage avec leur fille, Jacqueline, chez Madame Pocachard, une veuve vivant seule. Par sécurité, Jacqueline sera envoyée quelques jours plus tard au Château de Salmard.

Crest

1940 Famille Gotchouk - Monsieur et Madame Gotchouk (alias Garnier) de Mulhouse, ont été cachés en 1940 avec leurs deux fillettes, Ginette et Monique, par Monsieur et Madame Lutrand à Livron (Drôme), puis à Crest par Madame Breyto. En 1945, la famille a eu un fils, Daniel, et en 1950 Ginette part en Israël.

Dieulefit

1943 - 1944 Famille Abramovitsch Meyer - Odette et Sam Abramobitsch sont réfugiés à Dieulefit. Ils sont rejoint par leur nièce Françoise Meyer, 8 ans, cachée à l'École de Beauvallon. Le 11 octobre 1943, les parents de Françoise, Robert Meyer, 43 ans, marchand de confection originaire de Troyes et replié à Montélimar, et son épouse Raymonde née Louscham, 34 ans, née le 04/04/1909 à Troyes, sont arrêtés par les Allemands chez eux à Montélimar 7 rue Clabaud, où ils dirigeaient un réseau de Résistance. Ils seront internés à Drancy le 25/10/1943 et dépor

Famille Aragon et Triolet - Louis Aragon et Elsa Triolet vivent à Saint-Donat, à 80 km, entre juillet 1943 et septembre 1944. A Dieulefit, ils font quelques séjours à la pension Beauvallon.

Famille Char - René Char.

07/1940 - 1945 Famille Emmanuel - Pierre Emmanuel, poète, résistant, s’installe dans la Pension Beauvallon en juillet 1940, après que sa maison de Pontoise a été bombardée en juin. Il y reste avec sa femme jusqu’à la fin de la guerre et enseigne à l’École de Beauvallon.

Famille Jouve - Pierre Jean Jouve, poète, romancier, résistant.

Famille Malraux - Clara Malraux

1942 - 1944 Famille Matzdorff - Werner Matzdorff est raflé le 26 août 1942 et envoyé au camp de Vénissieux où il est récupéré in extremis par Marguerite Soubeyran* et Simone Monnier*, aidées par l'OSE, la CIMADE et l'Abbé Alexandre Glasberg*.

1942 - 1944 Famille Meyer - Helmut David Meyer (16 ans) est raflé le 26 août 1942 et envoyé au camp de Vénissieux. Il sera récupéré in extremis par Marguerite Soubeyran* et Simone Monnier*, aidées par l'OSE, la CIMADE et l'Abbé Alexandre Glasberg*.

>> Voir les 23 familles réfugiées dans le département <<

36 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Bourg-de-Péage
27/08/1944 Famille Magnet Chirat Gignoux - L'abbé Georges Magnet*, André Chirat et Marie-Joseph Gignoux, résistants FFI, participent à la libération de Romans. Encerclés le 27/08/1944, ils tombent dans une embuscade à Bourg-de-Péage. Faits prisonniers ils subissent un interrogatoire. Ils tentent de s’évader dans la soirée, mais se font tuer pendant cette tentative, rue des Ardoux.
Date d'exécution : 27/08/1944
Source : Georges Magnet

Buis-les-Baronnies
21/05/1944 Famille Angel - Elie, né le 1er avril 1912 à Istanbul, commerçant en Avignon, est arrêté parce que juif et déporté à Auschwitz-Birkenau. Il sera rescapé.
Source : Déportés des Hautes-Baronnies


21/05/1944 Famille Carcassone - Edouard, né le 3 janvier 1906 à Marseille, représentant à Mirabel-aux-Baronnies (26), et son épouse Gilberte Esther, née Elias née le 21 juillet 1909 à Nîmes, sont arrêtés parce que juifs et déportés. Ils arrivent le 30 juin 1944 à Auschwitz, évacué sur Buchenwald le 6 janvier 1945, Edouard y meurt en février ou avril et Gilberte , rescapée, en reviendra le 28 mai 1945.
Source : Déportés des Hautes-Baronnies


21/05/1944 Famille de Ciaves - Maurice. né le en 1907 à Smyrne (Izmir) Turquie, nationalité hollandaise, venant d’Avignon, est arrêté parce que juif et déporté. Il arrive le 30 juin à Auschwitz-Monowitz, où il meurt en octobre.
Source : Déportés des Hautes-Baronnies


21/05/1944 Famille Franck - Robert, né le 18 décembre 1903 à Epernay (51), venant de Marseille, est arrêté parce que juif et déporté. Il arrive le 30 juin à Auschwitz, évacué sur Buchenwald le 27 janvier 1945, il en est libéré le 11 avril 1945.
Source : Déportés des Hautes-Baronnies

>> Voir les 36 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

25/06/1940 - Par la signature de l'Armistice, la Drôme est contrôlée par l'Italie.
25/08/1942 - Rafle des Juifs étrangers effectuée par la police et la gendarmerie française dans la nuit du 25 au 26 août.
26/08/1942 - Mesures de regroupement des israélites étrangers dans le département de la Drôme.
11/11/1942 - Les Allemands et les Italiens se partagent la zone dite "libre".
29/06/1943 - Rafle de la Gestapo à la Maison des Roches au Chambon-sur-Lignon. Dix-huit pensionnaires et le directeur, Daniel Trocmé*, sont arrêtés. Ils seront déportés : cinq jeunes juifs mourront à Auschwitz et Daniel Trocmé à Maïdanek.
21/07/1944 - Du 21 au 23 juillet, les Allemands prennent d'assaut le maquis du Vercors. 120 FFI et 72 civils seront tués, hommes, femmes et enfants par les parachutistes de la "Kampfgeschwader 200" de la Wehrmacht et Sipo/SD de Lyon.
01/09/1944 - La Drôme est libérée le 1er septembre 1944.
08/05/1945 - L'Allemagne capitule.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Dieulefit et l'homme le confirma (Critique de Bruno Frappat, dans La Croix. Aux pires périodes de la seconde guerre mondiale, un millier de réfugiés seront passés par Dieulefit. Anne Vallaeys nous raconte une histoire : celle des habitants qui firent de leur village un havre de paix. Caché, s'y cacher, y être caché. Dans son joli récit, Anne Vallaeys s'y promène en reporter sur les traces d'une saga discrète, héroïque, silencieuse en effet et un peu oubliée : celle des habitants de Dieulefit qui, durant la Seconde Guerre mondiale, firent de leur village un havre de paix, un refuge pour les proscrits, une halte bénéfique au flanc d'une histoire faite de violences et d'exils. )
3 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
4 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
5 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
6 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
7 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
8 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
9 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2016