Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11291 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Loiret

Région :
Centre-Val de Loire
Département :
Loiret

Préfets :
Antoine Lemoine
(15/04/1938 - 30/04/1942) Préfet du Loiret
Yves Farge
(21/06/1940 )
Jacques Moranne
(25/06/1940 - 1942) Jacques Alexandre Moranne, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1901-1982)
Jacques Bussière
(25/11/1942 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté, interné au camp de Compiègne puis déporté en Allemagne, il mourra en déportation (1895-1945)
Angelo Chiappe
(06/02/1944 - 08/1944) Ange Marie Pascal Eugène Chiappe, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté à la Libération, il est fusillé le 23 janvier 1945. (1889-1945)
André Mars
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1896-1957)

À lire, à voir…

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Jacques Fijalkow
Histoire régionale de la Shoah en France : Déportation, sauvetage, survie

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Georgette Guéguen-Dreyfus Georgette Guéguen-Dreyfus
Résistance Indre et vallée du Cher

 

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Éric Conan Éric Conan
Sans oublier les enfants : Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande 19 juillet-16 septembre 1942

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Frédéric Auger Frédéric Auger
Louis Auger
André Guédé
Bernard Heude
Simon Ostermann
Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

 

Jacques Cukier Jacques Cukier
L'éclipse

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Noémie Tessier


Dossier Yad Vashem : 2900
Remise de la médaille de Juste : 14/05/1984
Sauvetage : Pithiviers 45300 - Loiret
Loriol-sur-Drôme 26270 - Drôme
Profession: Maraîchère
Nom de naissance: Plantier
Nom d'épouse: Tessier
Date de naissance: 08/03/1894
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Noemie-Tessier
Noémie Tessier
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Notice

Henri* et son épouse, Noémie*, sont maraîchers et vivent modestement avec leurs six enfants dans l'arrière-pays de Pithiviers, dans le quartier de Fricambourg.
Le fils aîné a rallié la résistance dans le Sud de la France, et Janine*, la cadette, a 17 ans.

Un camp ouvre à Pithiviers en prévision des mesures prises pour interner les Juifs.
Le 14 mai 1941, c'est la rafle du "Billet vert". 6 500 juifs étrangers (Polonais, Tchécoslovaques et Autrichiens) de 18 à 45 ans, résidant dans la région parisienne, reçoivent le 13 mai une convocation pour se rendre dès le lendemain matin dans différents lieux parisiens accompagnés d'un parent ou d'un ami, pour "examen de situation".
A leur arrivée, chaque homme convoqué doit remettre sa carte d'identité. 3 700 hommes vont se présenter. Ils seront internés dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande et y passeront un an avant d'être envoyés à Auschwitz.

L'Echo de Pithiviers, journal de la Beauce et du Gâtinais, seule source d'information locale, déversait depuis 1940 des insanités sur les juifs, les francs-maçons et les élus du Front populaire.
Le 24 mai 1941, son éditorialiste, Jean de Nibelle, salue l'ouverture du camp de Pithiviers d'un gros titre à la Une - "Israël dans le Loiret !", se réjouissait de voir les juifs "derrière des fils de fer barbelés plutôt qu'à la tête de nos mairies et de nos administrations, comme ils y étaient encore, naguère, sous le règne des Blum, des Zay, des Lévy et de toute la pouillerie sémite qu'ils entraînaient derrière eux. [...] Ainsi, la roue tourne! Et les juifs, hier tout-puissants, ne sont plus, aujourd'hui, qu'un misérable gibier de camp de concentration!".

Une circulaire du préfet du Loiret, datant du 7 juin 1941, établi le tarif de la "main-d'œuvre israélite", disponible par lots d'au moins 10 hommes : 5 francs d'indemnité par détenu à verser au commandant du camp.
Ces emplois ont permis à quelques prisonniers de s'évader, mais la plupart des gens ne veulent pas embaucher des Juifs...

La famille Tessier* n'avait jamais rencontré de Juifs, n'avait aucun préjugé à leur égard et ne faisait partie d'aucun réseau de résistance ou de sauvetage. Ils vont sauver la famille Polak et faire passer la ligne de démarcation à plusieurs autres Juifs.

Froïm Polak est tailleur et habite à Paris avec son épouse Malka et leurs deux petites filles âgées de 1 an et de 3 ans.
Le 14 mai 1941, Froïm est arrêté parce que Juif Polonais, lors de la rafle du "Billet vert" et interné au camp de Pithiviers. De nombreux tziganes se trouvaient également dans le camp, mais à la différence des Juifs, ils pouvaient en sortir. Les femmes des prisonniers Juifs, venues à Pithiviers, eurent beau manifester contre cette discrimination, la population locale resta indifférente.

Malka Polak apprend que Froïm pourrait sortir du camp s'il trouvait du travail dans la région.
Après avoir frappé à plusieurs portes sans succès, elle propose les services de Froïm à Henri Tessier*. Henri* commença par refuser, mais au bout de deux jours, il comprit que Malka ne trouverait pas une autre solution pour faire sortir son mari du camp d'internement et accepte.
Janine* se souvient de leur rencontre : Henri Tessier* dit à Malka Polak "Je suis père de 6 enfants et je ne peux exposer ma vie".
Deux jours après, Henri Tessier* se rendit au camp de Pithiviers pour embaucher Froïm et une heure plus tard, le tailleur Froïm Polak était devenu ouvrier agricole.

Deux semaines plus tard, Henri Tessier* prévenu d'une déportation pour le lendemain était inquiet pour Froïm et le cache. Henri* et Noémie Tessier* aménagèrent alors une véritable cachette chez eux avec une sortie sur le jardin et une fenêtre permettant de voir tous ceux qui approchaient. Froïm y restera 11 mois.

En mars 1942, le bruit commença à courir dans la commune que Tessier* cachait un Juif.
"Le danger augmentait. Froïm Polak dut fuir. Les Tessier* sont perquisitionnés en mars 1942. Il fallait lui faire passer la ligne de démarcation. Il a alors été transporté en ambulance avec Janine* déguisée en infirmière ! Le chauffeur était payé pour ne rien dire.
En effet, Henri* avait décidé de transférer son protégé en zone libre, à Loriol, dans la Drôme, dans la maison de Mme Tessier mère où habitaient sa sœur et son beau-frère. Froïm Polak est muni de faux papiers au nom de Philippe.
Janine* emmène également Malka, munie de papiers au nom de "Marie Philippe" et les enfants Polak rejoindre Froïm à Loriol.

Après la rafle du Vel d'Hiv, en juillet 1942, Janine* va mettre en lieu sûr le reste de la famille Polak : les deux sœurs de Malka, Fela Bamache qui est veuve et Lydia Cymerman avec sa petite fille de 4 ans ainsi que la belle-sœur de Froïm, Fanny Polak et ses deux enfants et les sœurs de M. Polak, Eva, 18 ans, et Thérèse, 21 ans.

Henri*, Noémie* et Jeanne Tessier* vont ainsi sauver 14 personnes dont 12 membres de la famille Polak, Georges Boisset, un chef cuisinier juif, et Yvonne Netter, une avocate juive née à Paris en 1889, et faire passer un grand nombre de personnes. Janine* évoque ces passages : "Froïm Polak nous avait donné des noms de passeurs. Les personnes passaient la ligne à Montchanin par train. Il y avait souvent des contrôles mais avec les fausses cartes d’identité qu’ils avaient obtenues pour M. Polak, pas de problème. M. Langer, secrétaire de mairie, nous aidait en nous donnant de fausses cartes d’identité".

Les Tessier* vont aider également deux autres Juifs qu'ils ne parviendront pas à sauver.
Janine* se souvient d'une jeune fille de 18 ans : "Un jour, je devais emmener une jeune fille juive qui était cachée dans une école fermée pour les vacances à Paris. Je suis allée la voir la veille mais j’avais une petite mansarde (petite chambre) à Paris, trop petite pour deux. Je devais l’emmener en zone libre par le premier train à 5 ou 6 heures du matin. Quand je suis venue la chercher, elle n’y était plus. La concierge l’avait dénoncée. Je ne connais pas son nom, ce sont des mauvais souvenirs" dit-elle.
Janine* raconte l'arrestation d'un autre de leurs protégés, de M. Potaz : "Mr Potaz a été caché à Pithiviers quelques jours. Il a voulu retourner chez lui pour voir son matériel (Il avait une fabrique de pulls à Paris). La concierge l’a dénoncé. Il a été brûlé, il est parti là-bas".

Complicités cependant rarissimes. "Que voulez-vous, ici, les gens sont personnels! Au moins, ils ne nous ont pas dénoncés, explique simplement Janine Tessier*, à présent retraitée. Ces juifs avaient le droit de vivre. Qu'est-ce qu'ils avaient fait? Mon père faisait ça parce qu'il avait connu la misère: les pieds gelés et un poumon percé, à la guerre de 1914-1918."
Et eux le faisaient pour rien. Car d'autres se sont rappelé avoir "aidé» des juifs, oubliant de dire que c'était pour de l'argent: ils leur vendaient, au prix fort, de la nourriture, leur octroyaient de petites facilités ou leur faisaient de fausses promesses".

Après la guerre, Henri Tessier* a prêté à Froïm Polak "80 000 F (ce qui était toute la fortune des Tessier*) parce que M. Polak était ruiné par la guerre et qu’il voulait recommencer une nouvelle vie. Avant guerre, il était tailleur, se souvient encore Janine* qui évoque son meilleur souvenir : "C’est quand les enfants de M. Polak se sont mariés et mes parents ont été leurs témoins. Ils envoient toujours des cadeaux pour Noël et les fêtes…"

Le 14 mai 1984, Yad Vashem a décerné à Noémie* et Henri Tessier*, ainsi qu'à leur fille Jeanine*, le titre de Juste parmi les Nations.
Le 14 décembre 1992, Yad Vashem a décerné à Albertine* et Joseph-Marie Cardin* ainsi qu'à leur fille Josèphe Cardin* le titre de Juste des Nations.
Le 26 mai 1997, Yad Vashem a décerné au docteur Robert Piguet*, sa femme Line* et leur fille Janine* le titre de Juste parmi les Nations.
En 2018, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madeleine Fauconneau du Fresne*.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Noémie Tessier
Fela Bamach
Georges Boisset
Lydia Cymerman
Yvonne Netter
Thérèse Polak
Eva Polak
Fanny Polak
Malka Polak
Froïm Polak

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 L'abbé Henri Péan Chef méconnu de la Résistance en Touraine (Le curé de Draché à partir de 1930 sous l'occupation, l'âme de la résistance en Sud Touraine et Nord de la Vienne.
144 pages format 16x23cm 60 illustrations (inédites pour la plupart) ISBN : 978-2-914818-49-0 )
2 Honneur à des résistants (résistants à Esvre et déportation en camps de la mort. )
3 bombardements à Beaujardin Tours (Chateau de Beaujardin à Tours , bombardements. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018