La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
326 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8768 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Édouard Badon


Dossier Yad Vashem : 6653
Remise de la médaille de Juste : 31/07/1995
Sauvetage : Puy-Saint-Martin 26450 - Drôme
Profession: Agriculteur
Religion : Protestant

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

edouard-Badon
Les Justes de France au Panthéon
source photo : YV _ FMS
crédit photo : D.R.
Notice

Édouard* et Émilienne Badon* et leurs deux enfants, Jean* et Monette* ont protégé les jumelles Claudine et Micheline (nées en 1939), leurs deux grands-mères et les deux sœurs d'Odette Pérèle née Lévy, qui étaient encore adolescentes.

Henri Pérèle, né en 1909 à Paris et son épouse Odette née Lévy à Nancy en 1910, vivaient à Paris, dans le 11e arrondissement. Henri était représentant.
Au début de la guerre, la famille part se réfugier à Montélimar.

A la suite d'une dénonciation, dans la nuit du 22 octobre 1943, la Gestapo envahit la maison des Pérèle, tue Henri et arrêtent Odette, qu'ils amènent à la prison municipale.

Les deux grands-mères, Mme Pérèle et Mme Lévy ne sont pas inquiétées, pas plus que les deux jeunes sœurs d'Odette, sans doute parce que les jumelles d'Henri et d'Odette, âgées de 4 ans, avaient la scarlatine.
Odette Pérèle ne reviendra pas. Elle sera déportée sans retour de Drancy vers Auschwitz par le convoi n° 62 le 20 novembre 1943.

Dès le départ des Allemands, les deux jeunes filles parviennent à entrer en contact avec un de leurs frères, résistant. Ce dernier envoya un ami, Édouard Badon* les chercher la nuit même.
Il emmène les deux femmes, les deux jeunes filles et les deux fillettes chez lui à Puy-Saint-Martin.
Elles y sont accueillies sans hésitation par Édouard* et Émilienne et y resteront jusqu'à la fin de l'année 1945.

Les fillettes, Claudine et Micheline trouvèrent de véritables amis en la personne des enfants Badon, Jean* et Monette*.

Les deux familles restèrent en contact après la guerre, tant avec les parents qu'avec les enfants.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1416780553' order by champ5