Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11251 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vaucluse

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Vaucluse

Préfets :
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Valréas en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Valréas 84600
- Vaucluse
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Valreas en 1939-1945
Valréas
source photo : Jean-Marc ROSIER
crédit photo : D.R.
Valreas en 1939-1945
Mairie de Valréas
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Valreas en 1939-1945
Chapelle des Pénitents blancs de Valréas où furent réunis les corps des fusillés du 12 juin 1944
source photo : Jean-Marc ROSIER
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département du Vaucluse
Histoire

La commune des Valréassiens

Valréas est une commune du Vaucluse, dont la vieille ville est située sur une petite colline qui borde la Coronne.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 4 765 habitants et 5 169 en 1946.

06/12/2010

[Compléter l'article]

Les Juifs à Valréas

Selon Jean-Pierre Kaminker, les nombreux juifs réfugiés à Valréas y ont joui d'une sécurité relative, la bienveillance faisant obstacle à la persécution". Le mérite en revient selon lui à la population considérée dans son ensemble, quoique sa minorité protestante fasse l'objet d'un hommage particulier.

06/12/2010

[Compléter l'article]

La résistance à Valréas

Le Maquis Ventoux, appartenant au réseau désigné sous le nom de code R2, a été l'un des plus importants maquis de Provence. Il le doit d'abord à la position stratégique du massif dans la vallée du Rhône puis au nombre de réfractaires s'y étant réfugiés entre 1939 et 1940 ainsi qu'à l'accueil de la population sur place.1

Le 8 juin 1944, deux jours après le débarquement en Normandie, les maquisards entrèrent dans Valréas.
Immédiatement, ils coupèrent lignes télégraphiques et téléphoniques, barrèrent les routes, occupèrent Hôtel de Ville et Hôtel des Postes, ainsi que la gendarmerie. Non seulement les gendarmes se laissèrent désarmer mais livrèrent armes et munitions et rejoignirent les FFI.

La réaction de l'occupant allemand sera très rapide.

Le 12 juin, à 11 heures, les officiers des FFI, avertis de l'arrivée des troupes allemandes, informèrent Jules Niel, le premier magistrat de Valréas, qu'afin de préserver la ville de toutes représailles, leurs hommes se retireront sans combat avant la contre-attaque. Un heure plus tard, l'alerte étant donnée, les résistants commencèrent à se replier sur Nyons.

À 13 heures, 1 200 soldats allemands, après avoir bouclé la ville, pénétrèrent dans ses murs avec un tir nourri. Le maire tenta alors de parlementer avec le commandant qui, pour toute réponse, fit savoir qu'il était prêt à faire raser la ville et qu'il ordonnait à toute la population de se rassembler place de la Mairie. Quand ses ordres furent exécutés, à 16 heures 30 et par l'intermédiaire d'un traducteur, il informa que les fouilles avaient commencé, que toute saisie d'armes impliquerait la mort et toute rébellion la destruction de Valréas. Ce fut alors qu'arrivèrent des maquisards des FTP faits prisonniers alors qu'ils tenaient le barrage de la route de Baume de Transit. Ils furent collés au mur et rejoints par les premiers Vaisonnais pris les armes à la main.

Alors que le peloton d'exécution se préparait, Jules Niel intervint et réussit à sauver quelques-uns de ses concitoyens, mais ne put empêcher que 53 d'entre eux fussent fusillés. Avant de se retirer de la ville, ordre fut donné par le commandement allemand de ne pas enlever les corps avant le lendemain à l'aube. Le 13 juin, une chapelle ardente fut installée dans la chapelle des Pénitents Blancs pour accueillir les cercueils des fusillés. Mais à 15 heures les autorités allemandes firent savoir qu'elles n'autoriseraient les obsèques que le surlendemain. Ce fut donc, le 15 juin, à 6 heures 30, que les cercueils furent placés sur sept charrettes et dirigés vers le cimetière accompagnés des seuls membres de leur famille, du maire et de ses deux adjoints.

06/12/2010
Lien : Wikipédia

[Compléter l'article]

Les fusillés du 12 juin 1944

ALLOUARD René
ANCELIN Henri
ARNAUD Marcel
BARTHELEMY Raoul
BORELLO Charles
BUEY Alfred
BARJOL Roger
BIANCHI Umberto (bianqui)
BONNAVENT Jacques
CARRIERE Raymond
CARTIER Gustave
CHARASSE Jules
COURTIAL Claudius
CONSTANT Edouard Roger
COULLET Fernand
COMBE Julien
DEVÉS Fernand et François
DISCOURS-BOURDET René
FABRE Léopold
FACH Marcel
FERLAY Emile
GENOT Lucien
GROS Louis et Georges
GUITTON René et Maurice
GUILLARD Roger
GUILLAUME Aimé
GUINARD Raymond
GRIMAUD René
HUEBERT René
D’ISERNIA Louis
JARDIN Gabriel et Ulysse
KRIEGER Georges
LAGET Cyrile
MARGERIN Jean
MARY Gabriel
MARTIN Jean
MONDAN Gilbert
PAUL Joseph
PEYRONNET Lucien
RABEL Félix
RAUD Raymond
RENZO Roger
RAYNAUD Pierre
RIGAUD Pierre
ROUSSIN Louis-Joseph
SALARD Julien
TARDIEU Charles
VERGIER Raoul
VEYRENC Jean

Fusillés rescapés du 12 juin 1944
BOUCHET Emile
COUTTON Joseph
MARY Auguste
SOUREILLAT Gratien

06/12/2010

[Compléter l'article]

12 juin 1944 à VALREAS

Résumé (Sur les événements du 12 juin 1944 à Valréas) Au 6 juin 1944 les Alliés débarquèrent en Normandie. De Londres arriva l’ordre d’un soulèvement général en France. Deux jours après, un groupe de résistants entra dans Valréas. Le but principal de l’occupation de Valréas et d’autres lieux de la vallée du Rhône était de couvrir la mobilisation générale et le soulèvement général dans la zone Est montagneuse du département en créant un point de fixation pour les forces d’occupation. Le chef régional de l’armée secrète (AS) le commandant «  Alain  » (Pierre Reynaud) délégua le commandement militaire sur Valréas au lieutenant «  Georges  » (Pierre Rigaud). L’autorité civile était exercée par Marius Gras et Louis Clarice, responsable de l’AS pour Valréas et environ. Une rivalité existait entre les forces Gaullistes, l’AS et la résistance communiste FTPF. Les résistants prirent possession de la poste, la mairie et s’emparèrent des armes de la gendarmerie. Les lignes téléphoniques furent coupées, les collaborateurs et les miliciens, arrêtés. Des barricades furent dressées autour de Valréas en vue de résister. Dans un élan général, beaucoup de jeunes gens de Valréas, se joignent aux résistants. La possibilité d’un repli en cas d’attaque allemande fut envisagée. Mais «  Roger  » (André Chaiffre) lieutenant de la FTPF, se prononce contre l’idée d’un repli et veut engager le combat avec son groupe. Au 12 juin, les Allemands attaquent et un ordre de repli est donné aux groupes de résistants. Cet ordre de repli n’est jamais parvenu aux deux groupes des FTPF, installées à la barricade de la route de Baume. Les anciens résistants expliquent ce fait que l’agent de la Gestapo Roger Ferrant, qui s’était infiltré les rangs de la résistance à Valréas, avait détourné l’ordre de repli. Une autre explication: Peut-être ces deux groupes ont été tout simplerment oublié suite à la confusion régnant au poste de commandement lors de l’attaque allemande. Valréas était un obstacle pour les forces allemandes. Pour remonter de la Provence vers la Normandie, elles devaient éviter la nationale le long du Rhône continuellement bombardée. De ce fait l’ordre de nettoyage de Valréas a été donné au groupe de combat «  Unger  » Le noyau de ce groupe de combat se composait de 3 compagnies du 2me bataillon du 10me régiment de Panzergrenadiers de la 9me Panzerdivision. En tout, 13 officiers, 166 sous-officiers et 653 soldats. Parmi eux se trouvait le soldat Emil Bauer de la 7me compagnie. La 9me Panzerdivision stationnait pour repos en France du sud de mai à juillet 1944 suite à de sévères pertes sur le front russe. Pour l’attaque de Valréas le groupe de combat «  Unger  » fut appuyé par  : Une compagnie de véhicules blindés composée de 32 chars et deux chars de reconnaissance appartenant à la 9me section de reconnaissance de la 9me Panzerdivision, sous le commandement du capitaine Gerhard Blank. Un groupe de la 8me compagnie (légionnaires) du 3me régiment de la division Brandenburg avec les interprètes nécessaires aux interrogatoires. Groupe placé sous le commandement du chef de compagnie le commandant Träger et le chef de groupe le lieutenant Demetrio, entre 25 et 30 hommes en somme. Les noms de 9 de ces hommes qui se trouvaient à Valréas le 12 juin 1944 sont connus. Des Feldgendarmes de Montélimar accompagnés de 250 jeunes gens du service des travailleurs du Reich également stationnés à Montélimar. On confie au groupe de mitrailleuse lourde du soldat Emil Bauer un détachement de ces jeunes fanatiques qui ont moins de 20 ans. Une section, cent hommes environ, du 200ème régiment de sécurité stationné à Livron, sous le commandement d’un lieutenant. Ce régiment appartenait à l’escadrille de combat 200, une unité spéciale de la Luftwaffe. Pour combattre les résistants du Vercors elle avait organisé le parachutage spécial le 21.07.1944 à Vassieux. Dans la marche d’approche vers Valréas, à Taulignan eurent lieu les premiers incidents impliquant le groupe d’Emil Bauer. Avec comme conséquence, 13 tués parmi les résistants et les civils plus 5 prisonniers fusillés ultérieurement. En fin de matinée du 12 juin, Valréas était encerclée. Mais la plus grande part des résistants avait pu fuir. Une partie des résistants ensemble avec les personnels des cantines, des bureaux et des gendarmes voulait fuir avec un convoi de plusieurs camions en direction de Nyons. Paul Mège partit en reconnaissance de la route en moto. A mi-chemin, à Novezan, le chemin de retraite était déjà barré par le groupe d’Emil Bauer. Paul Mège fut blessé mais réussi à prévenir le convoi. Les gens voulurent s’enfuir à pieds mais la 9me section de reconnaissance blindée sous la responsabilité du lieutenant Scheible en fit environ 20 prisonniers. Ces prisonniers ont été rassemblés à Valréas au Portalon devant la maison Autajon (5 cours Tivoli, où se trouve actuellement une plaque commémorative). Puis ils devaient se rendre à l’Hôtel Thomassin (aujourd’hui Grand Hôtel), quartier général allemand pour s’aligner le long du mur d’en face. Quand le barrage défensif sur la route de Baume se leva sans ordre de repli il était trop tard. 15 résistants en voulant traverser la route d’Orange furent cernés et se rendirent, parmi eux Joseph Coutton et Emile Bouchet. Le lieutenant allemand Demetrio, jugé plus tard par la justice militaire à Marseille, y avait participé. Encordés les uns aux autres, les prisonniers devaient parcourir 2 km à pieds pour rejoindre les autres prisonniers en face de l’Hôtel Thomassin. Selon le témoignage de madame Jeanine Talmon, les prisonniers furent rapidement interrogés devant l’Hôtel. Le maire Jules Niel, avec véhémence, insiste auprès de l’autorité allemande pour échanger sa vie contre les prisonniers. Il a pu sauver deux prisonniers civils, mais pas le troisième déclaré innocent par lui, parce qu’arrêté avec un revolver à la main. Ensuite l’autorité allemande le major Unger ne voulut plus discuter. Qui donc par la suite a donné l’ordre d’exécution  ? Cette question fut capitale lors du procès militaire en 1951 à Marseille et resta sans réponse. Le major Unger se trouvait dans l’Hôtel un court instant quand l’ordre d’exécution a été donné. Lorsqu’il en sortit, 6 à 8 exécutés se trouvaient déjà par terre. D’après le témoignage du Oberleutnant Blank de la 9me section de reconnaissance blindée, l’ordre d’exécution fut donné par un commandant fanatique du SD, car son chauffeur avait été blessé à l’approche de Valréas. On a soupçonné le commandant Wilhelm Hentsch responsable de la Feldgendarmerie d’Avignon. Il s’est défendu en précisant qu’en tant qu’officier de police on l’informait toujours après l’action militaire et que de plus il n’était pas à Valréas ce jour là. Le lieutenant Demetrio fut également soupçonné mais il put démontrer que sept ou huit morts se trouvaient par terre lorsqu’il arriva sur le lieu d’exécution après avoir mené les interrogatoires à la mairie. D’après les témoignages lors de l’instruction (surtout celui du maire Niel) le major Unger n’a pas donné l’ordre d’exécution. On peut supposer que sa demande ultérieure de mutation résulte du fait que son prestige avait été écorné parce que l’ordre d’exécution de Valréas avait été donné par un officier subalterne. En tout il y a eu 53 morts à déplorer, dont 10 personnes pendant l’attaque sur Valréas. Quatre personnes ont survécu à l’exécution, Emile Bouchet, Joseph Coutton, Auguste Mary et Gratien Soureillat. Un cinquième, Alfred Buey, est mort à l’hôpital des suites de ses blessures. Ainsi 47 personnes se trouvaient devant le peloton d’exécution. Parmi les 53 morts, 27 venaient de la résistance et les 26 autres étaient des civils considérés comme otages par les Français. Les exécutés devaient être transportés par camion pour être enterrés quelque part, ce qui aurait permis aux allemands de découvrir les blessés. Jeannine Talmon a pu empêcher le déplacement des cadavres. En tant que représentante de la croix rouge elle avait eu un entretient familier avec un lieutenant allemand qui avait étudié l’électronique à Grenoble. Après discussion avec son supérieur, le lieutenant obtint que les morts restent sur place jusqu’au lendemain matin pour être comptés par un officier allemand et le maire. Pendant la nuit les blessés furent évacués vers l’hôpital et remplacés par des morts lors des combats précédents. Le lendemain, à 6h le matin, les morts sont rassemblés dans la chapelle des pénitents blancs instituée comme chapelle ardente. Après mise en cercueil les familles purent identifier les leurs. L’enterrement eut lieu à 6h30 le 14 juin sous les conditions de la préfecture. Le convoi funèbre de 7 charrettes tirées par des chevaux fut accompagné non par la population mais seulement par le maire, ses deux adjoints et les fossoyeurs. Mais le jour même les tombes étaient recouvertes de fleurs.

12/08/2014
Auteur : Michel REBOUL
Source :
Association des Familles de Fusillés Valréas Vaucluse
Lien :

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement du Vaucluse

104e-105e CTE Orange 84100 Orange
104e-148e CTE-GTE Le Pontet 84130 Le Pontet
148e CTE-GTE L'Isle-sur-la-Sorgue 84800 L'Isle-sur-la-Sorgue
210e CTE-GTE Beaumont-de-Pertuis 84120 Beaumont-de-Pertuis
801e GTE de Vacqueyras-Montmirail 84190 Vacqueyras
Centre Vedène 84270 Vedène
Chantiers de la Jeunesse Française 84300 Cavaillon

Les lieux de sauvetage du Vaucluse

Collège Saint-Joseph 84000 Avignon
Couvent de l'Immaculée-Conception 84000 Avignon
Couvent du Sacré-Coeur 84000 Avignon
Hôpital de Valréas 84600 Valréas
Hôpital Sainte-Marthe 84000 Avignon


Les 31 Justes parmi les Nations du Vaucluse


Maires de Valréas

Jules Niel   (jusqu'en 1974)

Familles réfugiées à Valréas [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


1 Famille arrêtée (Valréas) [Compléter]
1943
Famille Canaud - Marguerite Canaud, 37 ans, née à Valréas le 29 décembre 1905, est arrêtée parce que juive et déportée sans retour de Drancy vers Sobibor le 23 mars 1943 par le convoi n° 52.
Déportation :
23/03/1943   convoi no 52

Chronologie [Ajouter]

02/11/1940 - Le gouvernement de Vichy révoque 3 préfets et les place en disponibilités. M. Jouany, préfet d'Ille-et-Vilaine, M. Moulin, préfet d'Eure-et-Loir, et M. Morel, préfet dans les Hautes Alpes.
26/08/1942 - Rafle des Juifs étrangers par la police de Vichy dans les Alpes-Maritimes, les Basses-Alpes (54 personnes) et la principauté de Monaco.
11/11/1942 - Une centaine de personnes se rassemblent le 11 Novembre au Monument aux morts de Valréas, malgré l'interdiction par le Préfet de tout rassemblement devant les monuments aux morts.2
08/09/1943 - Rafle des Juifs par la Gestapo dans les Alpes-Maritimes.
12/06/1944 - Le 12 juin 1944, massacre à Valréas, 27 FFI et 26 otages civils tués par le "Kampfgruppe Unger" composé d'une compagnie du régiment "Brandenburg" et d'un élément de la Luftwaffe de la Wehrmacht.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Valréas sur Wikipedia 
2 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
3 Les Allemands n’étaient pas seuls (Pour en savoir plus sur la persécution des Juifs dans le Vaucluse, ce site a été créé afin d’essayer de déterminer le visage Vauclusien de la solution finale, dénombrer les victimes et identifier les auteurs du crime. Une place spéciale est réservée à ceux qui ont pris des risques considérables pour protéger les persécutés. )
4 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Notes

- 1 - Jean-Marie Guillon, Encyclopédie Ventoux, p.223.
- 2 - A.D. Vaucluse 3W90.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Je recherche mon grand père

    Bonjour,

    La photo ci-jointe m'a été donnée par ma mère. Elle a été prise en 1947 à Paris où résidait sans doute mon grand-père, polonais dont le prénom peut être francisé pour l'occasion devrait être Jules. Il a séjourné dans le Vaucluse en Avignon en 1948.

    Quelqu'un pourrait il m'aider à le reconnaître et réparer un peu les ravages de l'Histoire ?

    Vous remerciant par avance de votre aide,

    Christelle
    [répondre]

    Bonjour,

    En espérant que cela puisse vous aidez à le retrouver.
    lien pour accéder à l'image : https://zupimages.net/up/18/16/1ioh.png

    Merci de me répondre à cette adresse mail plutôt que sur ce site.

    clementguilaumont@gmail.com


    Clément Guillaumont, 18 ans.

      [répondre]

***  Mme de Roquefeuil

    Quelqu'un se souvient t-il des activités de Mme de Roquefeuil en Vaucluse et notamment à Sault, qui aurait permis de faire héberger clandestinement des enfants juifs à Sault, ferme du Clerc proche du Hameau de la Loge. Merci par avance de vos informations éventuelles qui permettraient d'avance un peu dans cette recherche de faits inconnus ou hélas oubliés en Pays de Sault. [répondre]

***  Pasteur Rouger

    Bonjour,

    Quelqu'un se souvient-il du pasteur Rouger de la paroisse d'Avignon qui a aidé le pasteur Manen du camp des Milles ou le Père Roche du lycée Saint-Joseph et le chanoine Delorme ?
    [répondre]

***  Enfants chemin de Lopi, Avignon ?

    Nous recherchons des renseignements sur des enfants qui ont pu être accueillis à Avignon, 13 chemin de Lopi dans la famille Zimberlin entre 1942 et 1944. Cet accueil a peut-être pu se faire avec l’aide du pasteur Pierre ROUGER.
    Ces enfants ont pu être envoyés ultérieurement au Chambon-sur-Lignon.
    Dorothée Zimberlin avait en 1942 80 ans et sa fille Sophie Zimberlin 43 ans.

    [répondre]

***  ZIMBERLIN, chemin de Lopi

    Quatre enfants juifs ont été hébergés chez Me Zimberlin et sa fille Sophie, chemin de Lopi à Avignon.

    Sophie Zimberlin tenait un magasin dans le centre : les soieries Dandine.
    Qui se souviennent-d'elles ?
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018