Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
13 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1230 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1072 résistants juifs
15959 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1372 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vaucluse

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Vaucluse

Préfets :
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

René Bézer


Dossier Yad Vashem : 12686
Remise de la médaille de Juste : 16/10/2013
Sauvetage : Villes-sur-Auzon 84570 - Vaucluse
Flassan 84410 - Vaucluse
Type d'aide: Hébergement
Profession: Agriculteur
Date de naissance: 09/05/1895
Date de décès: 02/07/1976
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Rene-Bezer
René Bézer
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Rene-Bezer
Andréa* et René Bézer*
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Rene-Bezer
René Bézer, à droite
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Notice

Andréa*, née Bernath en 1899, et son mari René Bézer*, né en 1895, sont agriculteurs à Villes-sur-Auzon, un village du Vaucluse au pied du Mont Ventoux, situé à 20 km de Carpentras.
René Bézer* est aussi boulanger à Flassan.
Ils vont sauver Maurice Seunanèche et son épouse Germaine née Lozneanu, ainsi que leurs enfants Armand et Claudine.

Les grands-parents Seunanèche, venant de Boufarik en Algérie, s’installe à Marseille en septembre 1896. Ils ont quatre enfants, dont Maurice né en avril 1896.
Maurice Seunanèche s’engage dans l’armée en 1914. Blessé, il est pensionné pour invalidité partielle. Il deviendra représentant de commerce. Maurice épouse en 1928 Germaine née Loznéanu en 1904 à Aix-en-Provence.

Le couple Maurice Seunanèche vit avec ses deux enfants, Armand né en 1929 et Claudine née en 1933, à Marseille, zone libre jusqu’en novembre 1942.
Fin novembre 1942, ils obéissent à l’obligation de faire tamponner leurs cartes avec le mot « Juif ». Les rafles ont lieu dans le Vieux Port de Marseille les 22, 23 et 24 janvier 1943.

En février 1943, le beau-frère des Seunanèche, Albert Hababou, le mari de Juliette née Seunanèche, est arrêté et déporté le 23 mars 1943 par le convoi n° 52 pour Sobibor où il est assassiné.
Miraculeusement, Juliette née Seunanèche et ses trois jeunes enfants sont épargnés.
Un frère aîné de Juliette Seunanèche Hababou leur trouve un abri à Beaumont-de-Pertuis (84) dans le Vaucluse.

Maurice Seunanèche part pour Flassan, petit village du Vaucluse, où vit la sœur de sa voisine. La route est longue. Il faut passer par Avignon, Carpentras. Dans le car qui le mène à Villes-sur-Auzon, il fait connaissance d’un habitant de Flassan. Ce dernier propose un arrêt chez des amis, Andréa* et René Bézer*. Les trois hommes ont fait la guerre de 14 et cela crée des liens.
Maurice Seunanèche raconte la détresse dans laquelle se trouve sa famille. Andréa* et René Bézer* sont atterrés. Ils lui conseillent de ne pas se fixer à Flassan, mais à Villes-sur-Auzon, petit village de 600 habitants, essentiellement gaulliste, qui est plus sûr.
Maurice Seunanèche part chercher sa famille.
Andréa* et René Bézer* gardent les deux enfants, le temps de trouver un logement pour la famille Seunanèche.
En attendant, un ami hôtelier héberge le couple.

Après une quinzaine de jours, leurs protégés peuvent s’installer dans une habitation séparée de celle des Bezer par une route. Pendant dix-huit mois, les Seunanèche sont aidés matériellement, cachés en cas de besoin, exfiltrés en cas d’urgence. Pour le village, ils passent pour de vieux amis ayant fui de Marseille.
Les amis de Andréa* et René Bézer* leur portent également assistance, les Jouvaud, les Jamaïque, les Bénistan, les Jullien et d’autres.
Claudine Seunanèche va en classe et passe son certificat d’étude. Armand ne peut aller au collège de Carpentras.

Un soit d’août 1944, la famille Seunanèche doit se réfugier dans le cabanon appartenant à Andréa* et René Bézer*. Les Allemands fouillent le village.

Le 16 octobre 2013, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Andréa* et René Bézer*.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Réseau de sauvetage
Andréa Bézer

 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par René Bézer
Claudine Seunanèche
Armand Seunanèche
Germaine Seunanèche
Maurice Seunanèche

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Les Allemands n’étaient pas seuls (Pour en savoir plus sur la persécution des Juifs dans le Vaucluse, ce site a été créé afin d’essayer de déterminer le visage Vauclusien de la solution finale, dénombrer les victimes et identifier les auteurs du crime. Une place spéciale est réservée à ceux qui ont pris des risques considérables pour protéger les persécutés. )
3 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024