Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
727 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4154 Justes de France
920 résistants juifs
11365 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vaucluse

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Vaucluse

Préfets :
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Fernand Devès


Dossier Yad Vashem : 12908
Remise de la médaille de Juste : 13/01/2015
Sauvetage : Bollène Rigabo 84500 - Vaucluse
Profession: Transporteur routier
Date de naissance: 21/03/1895
Date de décès: 12/09/1982
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Fernand-Deves
Fernand Devès
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Fernand-Deves
Mariage de Fernand Devès et Émilie Roux, 1922
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Notice

Fernand Devès*, transporteur routier, et son épouse Émilie née Roux*, institutrice, ont deux enfants, Etienette et André.
Ils vont sauver les filles de Max et Mania Margolis, Estera, dite "Édith", née le 11 septembre 1917, et sa sœur Roza, dite "Rose", née en 1921, toutes deux en Russie, ainsi que Esther et Lutek Sapir, dit "Lucien", originaires de Varsovie.

Édith était arrivée de Russie à Lodz à l’âge de 4 ans où elle va dans une école juive et poursuit ses études à Cracovie.
Le 9 février 1939, Édith arrive de Cracovie à Paris et poursuit ses études à l’Alliance française et à la Sorbonne et fait des études économiques.
À Paris, elle adore flâner, fréquente les musées et les bouquinistes le long de la Seine, va au cinéma et améliore son français.
Le 31 juillet 1939, ses parents et sa sœur Rose arrivent à Paris puis se rendent à Bordeaux où Rose est opérée des oreilles par un professeur, également sénateur de la Gironde.

M. Margolis, industriel, et son épouse rentrent en Pologne, tandis que les deux filles restent à Bordeaux pour deux semaines, le temps que Rose soit guérie.
Elles tentent de rejoindre leurs parents et arrivent à Paris, mais le 27 août, un ami qui arrive de Pologne les empêche de prendre un train pour la Pologne.
Elles ne reverront jamais leurs parents.

Le 1er septembre l’armée allemande envahi la Pologne et es deux jeunes filles retournent à Bordeaux, sans argent.
Elles sont admises quelques jours à l’hôpital grâce au professeur, puis trouvent une chambre chez l’habitant à Bordeaux, mais la propriétaire, qui ignore qu’elles sont juives, leur signifie qu’elle ne veut pas de juifs chez elle.
Édith trouve plusieurs petits travaux afin de subvenir à leurs besoins. Elle travaille dans une petite usine, donne des cours de français à un juif de Riga, aide une femme, dont le mari a été mobilisé, à tenir la petite entreprise familiale et tient lieu de demoiselle de compagnie à une riche polonaise.

Le 9 novembre 1939, elles reçoivent enfin des nouvelles de leurs parents, grâce à un télégramme arrivant de Genève où est réfugiée une partie de leur famille.

À Bordeaux, elles rencontrent d’autres juifs polonais réfugiés et Rose, qui va à l’école, commence à apprendre le français.

Mais Bordeaux est bombardé en juin 1940 et elles sont prévenues que les Allemands arrivent et qu’il faut partir au plus vite.
Elles partent à Biarritz, où elles tentent de trouver un visa pour n’importe où et un bateau pour l’Amérique ou l’Afrique du nord, mais sans succès.

Un soldat Polonais qui connaissent Fernand* et Émilie Devès* envoi les deux jeunes filles à Bollène, occupé par les Italiens.
En effet, en février 1940, après l’écrasement de la Pologne par les armées hitlériennes, des unités de l’armée polonaise, dépendant du général Maczek, étaient venues s’installer à Bollène et dans le nord Vaucluse. Le soldat s’était lié d’amitié avec les Devès*.
Le Vaucluse accueille environ 1 500 juifs, dont 450 étrangers. À Bollène sont déjà réfugiés de nombreux "étrangers".

Édith et Rose sont accueillies et logées à "Rigabo", dans le quartier Saint-Blaise, chez Fernand* et Émilie Devès* où est déjà hébergée une famille juive polonaise : Joseph Sapir, né le 4 mars 1899 à Varsovie (Pologne), son épouse Szayne Sapir, leur fille, Estelle, et leur fils, Jehuda, né le 2 juin 1925 à Varsovie (Pologne).

Édith et Rose trouvent un travail, qui leur permet de subsister.

En 1941, elles s’enregistrent en tant que juives à la mairie.
Elles vont à Marseille en 1941 pour tenter de trouver un visa, mais leurs parents habitant en Pologne, pays ennemi des États-Unis, le visa leur est refusé.

Par une amie qui habite Vienne et qui correspond avec leur famille à Genève, elles parviennent à avoir des nouvelles de leurs parents, enfermés dans le ghetto de Lodz, avant de partir pour Varsovie.

Elles reviennent plusieurs fois à Marseille pour tenter de trouver un visa et sont à Marseille durant la grande rafle. Elles parviennent à échapper et rejoignent Bollène.
Le 26 août 1942, les gendarmes français, sous la direction du capitaine Ferrier, commandant la section de gendarmerie d’Orange, viennent les arrêter. Édith, qui vient juste d’être opérée de l’appendicite à l’hôpital d’Orange, a un certificat médical des docteurs Descalopoulos et Madon, certifiant qu’elle n’est pas transportable.
Szayne Sapir, est prise d’une très forte crise. Le docteur Marianne Basch, appelée en urgence, constate qu’elle est elle aussi intransportable. En réalité, elle alerte les membres de la famille encore endormis en yiddish.
Les gendarmes arrêtent malgré tout, Yehouda, le jeune fils de la famille Sapir ainsi que 8 autres juifs polonais résidant à Bollène.

Édith et Rose retournent à l’hôpital d’Orange.

Le 11 novembre 1942, rompant les accords de l’Armistice, les nazis occupent la zone sud.

Espérant encore fuir la France, Édith et Rose partent pour Perpignan où elles sont cachées et nourries avec cinq autres juifs qui tentent de rejoindre les États-Unis, via l’Espagne et le Portugal.
Ils trouvent un passeur qui doit venir les chercher à 5 h du matin. Dénoncés par le passeur, ce sont deux gendarmes qui viennent les chercher à 3 h du matin.
Enfermées et interrogées à la prison de Perpignan durant 3 jours, Édith et Rose sont envoyées au camp de Rivesaltes en octobre 1942.
Elles écrivent au professeur, sénateur de la Gironde, qui a opéré Rose à Bordeaux, et à Fernand* et Émilie Devès*, à Bollène, et attendent la réponse.
Envoyée au camp de Gurs, Édith tombe malade et est admise, seule, à l’infirmerie durant quelques jours.
Édith retrouve Rose et le directeur du camp de Gurs l’emploie au bureau du camp pour taper les listes des arrivants et des partants.

En 1943, les hommes sont envoyés en camps de travail et en avril 1943 Édith et Rose sont autorisées à retourner à Bollène chez Fernand* et Emilie Deves*, où elles sont protégées.
À Bollène, Édith trouve du travail en tant que professeure d’anglais et tutrice d’un jeune garçon.

Le 24 février 1944, des troupes de la WAFFEN S.S. N° 56136 A arrivent à Bollène, tandis qu’Édith et Rose partent à pied et parcourent plusieurs kilomètres pour se cacher.
Le 24 août 1944, les premiers chars américains arrivent à Bollène en provenance de La Croisière et de Saint-Blaise.
C’est la joie pour tous et Édith, qui parle parfaitement anglais, est employée en tant que traductrice.
En octobre 1944, Édith et Rose accompagnent les Américains qui doivent aller chercher de la nourriture à Marseille.
Elles seront toutes deux engagées par le consulat américain, où elles travaillent 7 jours sur 7 et tentent d’avoir des nouvelles de leurs parents.

Rosa se fiance avec un GI de Chicago, puis se marie au Consulat le 22 août 1945.
Édith part la première pour les États-Unis sur un bateau militaire où elle arrive le 12 mars 1946. Elle prend le train pour Chicago où elle est hospitalisée. Rosa arrive quelques jours plus tard, le 22 mars 1946, et rejoint sa sœur et son mari.

Édith rencontre son fiancé en novembre 1951 et ils se marient en février 1952.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Fernand Devès
Rose Margolis
Édith Margolis
Esther Sapir
Lucien Sapir

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Les Allemands n’étaient pas seuls (Pour en savoir plus sur la persécution des Juifs dans le Vaucluse, ce site a été créé afin d’essayer de déterminer le visage Vauclusien de la solution finale, dénombrer les victimes et identifier les auteurs du crime. Une place spéciale est réservée à ceux qui ont pris des risques considérables pour protéger les persécutés. )
3 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019