Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11291 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vaucluse

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Vaucluse

Préfets :
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Georges Charmaison


Dossier Yad Vashem : 10517
Remise de la médaille de Juste : 2005
Sauvetage : Bollène 84500 - Vaucluse
Profession: Cultivateur
Date de naissance: 27/11/1880 (Alboussières (Ardèche))
Date de décès: 12/10/1962 (Bollène)
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Georges-Charmaison
Famille Charmaison
source photo : Jacob Cukier
crédit photo : D.R.
Notice

Georges Charmaison* est né à Alboussières, dans l’Ardèche le 27 novembre 1880.
Son épouse, Marie-Angèle*, née Rimbert, de trois ans plus jeune que lui, est née en 1883 à Bollène.

Georges Charmaison* était arrivé à Bollène un peu avant la guerre de 1914, comme ouvrier agricole et c’est là qu’il a connu celle qui devait devenir sa femme et la mère de leurs deux enfants, Marius et Éva. Marius, allait devenir employé des Chemins de Fer ; marié, il n’eut pas d’enfants. Éva, qui ne s’est jamais mariée, travaillait comme couturière à domicile, à une époque où, à la campagne, la confection et la réparation des vêtements s’effectuaient chez les particuliers et non en atelier. Malgré la modicité de ses revenus, c’est elle qui aidait ses parents.
Georges Charmaison*, de petite taille, un peu rondouillard, souriant, tranquille, aimait la nature et les animaux. Il avait acquis une réputation de spécialiste des plants de vigne et des greffes entre arbres. C’était un communiste farouche, admirateur inconditionnel de l’Union Soviétique et de Joseph Staline dont il portait la photo en permanence dans sa poche. Il partageait les mêmes opinions avec son ami et voisin le plus proche, M. Mégier. Il faut dire que Bollène et ses environs étaient des fiefs communistes.
Marie-Angèle* plus mince, toujours vêtue de noir faisait bien plus vieille.
Leur ferme était petite, flanquée d’une remise dont l’étage servait de grenier à foin. On y accédait par une échelle.
Leur ferme était pauvre avec peu de terres. Leur maigre culture de pommes de terre et de céréales avec l’élevage de quelques poules, d’un cochon et d’un petit troupeau de moutons et de chèvres, leur permettait de vivre frugalement. Pour les moissons, le seul cheval de la ferme n’aurait pas eu la force de tirer une moissonneuse-batteuse. Les Mégier leur prêtaient leurs deux chevaux qu’amenait Gilbert Mégier, leur fils.

De novembre 1943 au 26 août 1944, Georges* et Marie-Angèle Charmaison*, cultivateurs, âgés de 60 ans vont cacher et protéger Jacob Cukier, âgé de 9 ans, dans leur petite ferme à Bollène.
Tous deux d’une gentillesse extrême le traiteront comme le petit-fils qu’ils n’ont jamais eu. Quand des personnes venaient leur rendre visite, ce qui était rare, Marie-Angèle* le prenait par la main et le conduisait dehors, l’air de rien, pour le soustraire à la curiosité qui aurait pu me trahir.
Quand les gendarmes faisaient leur ronde, Jacob Cukier grimpait à toute vitesse se cacher dans le foin.

Après la Libération, le 26 août 1944, Jacob retrouvera ses parents, Moszek et Frymet Cukier cachés non loin de là.

Marie-Angèle Charmaison* est décédée le 1er décembre 1957.
Georges Charmaison* est décédé le 12 Octobre1962.
Leurs enfants n’ont laissé aucun descendant.

D'après le témoignage du Professeur Jacob Cukier.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Témoignage de Jacob Cukier

Très peu de temps après la déclaration de guerre le 1er septembre 1939, nous avons (mon père Moszek Cukier, ma mère Frymet Cukier née Strausman et moi, leur enfant unique, Jacob Michel né en 1933) quitté Paris et sommes descendus vivre à Bollène où depuis le 10 février 1940 était stationnée une unité de la section polonaise de l’armée française dans laquelle avait été versé mon père, citoyen polonais, engagé volontaire dans l’armée française.
C’est dans cette petite ville de 5000 habitants à l’époque, que nous avons vécu, d’abord sous le régime de Vichy en zone non occupée, après l’armistice de juin 1940, puis sous occupation italienne à partir du 11 novembre 1942. Les italiens nous laissèrent en paix. Ils refusèrent d’appliquer les directives anti-juives du gouvernement du Maréchal Pétain et de son premier ministre Pierre Laval, et durant cette période d’occupation italienne, qui a duré une dizaine de mois, aucun juif ne fut arrêté à Bollène.
Le 8 septembre 1943, coup de tonnerre, la radio annonce la capitulation de l’Italie. Les troupes italiennes quittent Bollène. Je les ai vues s’entasser dans les camions pour partir. Pour mes parents, il était évident que les allemands n’allaient pas tarder. La situation des juifs persécutés par la Milice1 en collaboration directe avec les SS et la Gestapo allait devenir intenable. Il fallait prendre une décision immédiate et me cacher. J’ai vu partir les italiens. Je n’ai jamais vu l’arrivée des allemands. J’avais été caché, subrepticement mis en lieu sûr.

Une nouvelle page s’ouvrait dans ma vie, celle d’un enfant caché chez deux paysans des alentours de Bollène, Georges * et Marie-Angèle Charmaison* qui m’ont hébergé, nourri, blanchi, protégé pendant toute une année dans leur ferme, dans le quartier de l’Étang, route de Mondragon. Ils l’ont fait au péril de leur vie, sans demander la moindre rétribution. Et ils n’étaient pas riches, loin de là.

Comment suis-je arrivé chez les Charmaison* ?
À vrai dire, je ne le sais pas vraiment. J’aurais pu l’apprendre plus tard. Il n’en fut rien. Mes parents et moi n’avons jamais, je dis bien, jamais dit un seul mot sur cette période et je ne sais donc pas de façon certaine comment mes parents ont organisé mon sauvetage, ni même comment ils ont assuré leur propre survie. Je ne peux qu’essayer de reconstituer l’histoire.
Fin 1942 et dans les premiers mois de l’année 43, deux personnes courageuses décident de recueillir des enfants de déportés de la région parisienne : Madame le Docteur Marianne Basch2 et Monsieur André Rombeau. Marianne Basch, initiatrice du projet, je l’ai bien connue. André Rombeau, lui, je ne l’ai jamais vu. Il fut de ces français qui n’ont jamais collaboré qui détestait le régime de Vichy et l’Allemagne nazie. Aussi, quand Marianne Basch est venue soigner la famille Rombeau, André Rombeau et elle étaient-ils faits pour s’entendre.
Mme Basch avait besoin d’une liste de familles bollénoises de confiance, prêtes à accueillir ces enfants. Elle demande à André Rombeau de l’aider3. C’est lui qui établit ce véritable réseau d’entraide. À qui d’autre qu’à Marianne Basch mes parents auraient-il pu s’adresser pour me cacher ? J’imagine que les Charmaison* devaient figurer sur la liste.
Je n’ai gardé aucun souvenir du jour où je fus séparé de mes parents pour atterrir chez des étrangers.
Les Charmaison* savaient que j’étais juif; ils n’en ont dit mot à personne; leurs enfants non plus. Ils avaient fait croire que j’étais un petit neveu venant de l’Ariège4. Les agriculteurs alentour l’avaient admis. J’avais changé de nom : "Jacques Cullérier", et pour rien au monde aurais-je répondu au nom de Jacob Cukier. Mes parents m’avaient fait la leçon. J’avais compris.
Georges Charmaison* était né à Alboussières, dans l’Ardèche le 27 novembre 1880. Son épouse, Marie-Angèle*, née Rimbert, de trois ans plus jeune que lui, était née en 1883 à Bollène. Tous deux avaient donc la soixantaine quand ils m’ont accueilli dans leur petite ferme en novembre 1943. Georges Charmaison* était arrivé à Bollène un peu avant la guerre de 1914, comme ouvrier agricole et c’est là qu’il a connu celle qui devait devenir sa femme et la mère de leurs deux enfants, Marius et Éva. Marius, allait devenir employé des Chemins de Fer; marié, il n’eut pas d’enfants. Éva, qui ne s’est jamais mariée, travaillait comme couturière à domicile, à une époque où, à la campagne, la confection et la réparation des vêtements s’effectuaient chez les particuliers et non en atelier. Malgré la modicité de ses revenus, c’est elle qui aidait ses parents.
Georges Charmaison*, de petite taille, un peu rondouillet, souriant, tranquille, aimait la nature et les animaux. Il avait acquis une réputation de spécialiste des plants de vigne et des greffes entre arbres. C’était un communiste farouche, admirateur inconditionnel de l’Union Soviétique et de Joseph Staline dont il portait la photo en permanence dans sa poche. Il partageait les mêmes opinions avec le père de Gilbert Mégier qui m’a transmis toutes ces informations. Il faut dire que Bollène et ses environs étaient des fiefs communistes.
Marie-Angèle* plus mince, toujours vêtue de noir faisait bien plus vieille. Tous deux d’une gentillesse extrême m’ont traité comme le petit-fils qu’ils n’ont jamais eu. Quand des personnes venaient leur rendre visite, ce qui était rare, Marie-Angèle* me prenait par la main et me conduisait dehors, l’air de rien, pour me soustraire à la curiosité qui aurait pu me trahir.
Leur ferme était petite, flanquée d’une remise dont l’étage servait de grenier à foin. On y accédait par une échelle. Quand les gendarmes faisaient leur ronde, je grimpais à toute vitesse me cacher dans le foin. Le souvenir de l’arrestation de ma tante, Sarah Hendl Straussman, la sœur de ma mère, me hantait. Elle avait été arrêtée en ma présence par les gendarmes et n’était pas revenue; j’avais peur d’être emmené par les gendarmes pour ne pas revenir. Plus de soixante ans plus tard, quand je suis venu revoir la ferme, l’échelle était toujours là, exactement à la même place!
Leur ferme était pauvre avec peu de terres. Leur maigre culture de pommes de terre et de céréales avec l’élevage de quelques poules, d’un cochon et d’un petit troupeau de moutons et de chèvres (dont j’allais devenir le «berger»), leur permettait de vivre frugalement. Pour les moissons, le seul cheval de la ferme n’aurait pas eu la force de tirer une moissonneuse-batteuse. Les Mégier leur prêtaient leurs deux chevaux qu’amenait Gilbert Mégier, le fils des voisins les plus proches, alors âgé de 16 ou 17 ans et qui se souvient parfaitement des événements de l’époque. J’observais les moissons de loin, ce qui surprenait les moissonneurs habitués à se voir entourés d’enfants. Prudence et crainte devaient sans doute me rendre méfiant et m’incitaient à éviter des rencontres inopinées.
Je ne garde de cette période que des souvenirs heureux, André Mégier, lui, se souvient de moi comme d’un petit garçon en pleurs. La première fois qu’il m’a vu, Madame Charmaison* était sortie de sa chambre, me tenant par la main, répétant en patois provençal : « je ne sais plus qu’en faire, je ne sais plus qu’en faire!». Celui dont elle ne savait plus que faire, c’était moi, en pleurs.
Mon père ne montait jamais. Ma mère, prétendant faire une promenade, est venue une fois ou deux durant toute l’année où je fus caché. Elle passait devant la maison. Je n’allais pas la voir et elle ne me faisait aucun signe. Nous étions convenus de ne pas nous reconnaître. De nous voir devait nous suffire.
Dans la journée, je faisais fonction de berger. Le soir, par beau temps, Georges Charmaison* m’apprenait à lire les configurations des étoiles.
Les Charmaison* élevaient un cochon. On l’appelait Adolphe! Un des plus beaux souvenirs date du jour où on l’a tué.
J’ai appris un peu de patois. Je n’allais pas à l’école. L’école buissonnière était quotidienne. Ainsi s’écoulèrent les mois de cette année entre septembre 1943 et août 1944, mois durant lesquels je n’ai vu ni milicien ni allemand. J’étais bien caché, en lieu sûr, dans cette ferme juchée sur une colline au-dessus de Bollène.

En bas, à Bollène, la situation reste tendue. Les dénonciations se poursuivent. Georges Cruon qui avait transporté ma tante depuis Bollène jusqu’au camp des Mille, était devenu le chef de la milice de Bollène et allait transmettre à Avignon une liste de juifs de Bollène5.
Mes parents exposés comme juifs étrangers pouvaient se faire arrêter à chaque instant. Pourquoi ne l’ont-ils pas été ? Qui sait ? Bienveillance de la municipalité qui n’a dénoncé personne ? Simplement la chance ? La girouette du vent de l’histoire ? La police ne voulait plus participer à la chasse aux juifs.
La Gestapo et les SS durent s’appuyer sur cette organisation collaboratrice parallèle abominable, la Milice, dont les membres se recrutaient parmi les anciens de la Légion Française des Combattants et surtout parmi la pègre, les malfrats et les repris de justice. Les miliciens armés travaillent main dans la main avec les SS et la Gestapo pour arrétéer des juifs et des résistants. Ce fut le cas de la rafle du 13 septembre 1943 au cours de laquelle 7 patriotes bollénois ont été arrêtés, parmi eux André Rombeau. Déporté au camp de Buchenwald, il y fut assassiné. Le 1er décembre 1943, Mme le docteur Basch réussit à échapper à la Gestapo venue l’arrêter.
La population de Bollène prend très mal toutes ces exactions, "la population du Vaucluse leur (aux juifs) marque une certaine sympathie et déplore ouvertement les mesures dont ils sont l’objet"6.

Mon retour à Bollène.
Vers la mi-août 1944, l’armée allemande est en déroute. Le 6 juin, le jour D, les troupes alliées débarquent en Normandie. Les 14 et 15 août, deuxième débarquement allié sur les côtes de Var. Mes parents sont dans leur petite maison et vers le 17 août mon père, depuis le soupirail de la cave, aperçoit une compagnie d’une vingtaine de SS faisant des allées et venues, comme s’ils étaient devenus fous. Après un dernier passage en direction du pont, mon père entend une immense explosion, sans doute la destruction du pont. Il était clair qu’ils ne reviendraient plus. Les allemands ne sont plus là. Les troupes alliées ne sont pas encore arrivées, mais Bollène est libre.

Mes parents viennent me chercher. Là non plus, je n’ai aucun souvenir de ce jour. Nous avions survécu, mais une personne qui m’était chère manquait à l’appel : ma tante qui avait été arrêtée lors de la rafle du mois d’août 1942. Sa disparition restera comme une ombre portée sur toute la durée de vie de mes parents. Nous n’en avons jamais parlé.

Paris s’était soulevé du 18 au 24 août 1944 et le 25 les allemands de Paris capitulent.

Nous sommes rapidement remontés à Paris. J’ai dû retourner à l’école. Le bon temps de l’école buissonnière de Bollène était bel et bien terminé. Après avoir survécu, il fallut reconstruire.

Marie-Angèle Charmaison* est décédée le 1er décembre 1957.
Georges Charmaison* est décédé le 12 Octobre1962.
Leurs enfants n’ont laissé aucun descendant.

En leur honneur, j’ai obtenu en 1996, en leur nom, pour la ville de Bollène, la médaille des Justes parmi les Nations. Le 13 juin 2006, une plaque de commémoration fut apposée à l’entrée de la mairie.

Jamais je ne pourrai exprimer toute ma reconnaissance à tous les bollénois qui nous ont témoigné leur solidarité, à André Rombeau et Madame le Docteur Marianne Basch qui m’ont permis d’être accueilli par les Charmaison*, et surtout à Georges* et Marie-Angèle Charmaison* qui m’ont adopté comme si j’avais été leur petit-fils, au péril de leur vie. Ils ont pris ce risque tout simplement pour parce que leur conscience leur a dicté de venir en aide à leurs semblables en perdition.
Je ne suis jamais revenu les voir. C’est soixante ans après les événements, alors qu’ils n’étaient déjà plus de ce monde que je me suis remis à penser à eux. J’en ai honte. Mais que faire ? Sans doute ce que je fais maintenant : parler d’eux et les faire honorer.
Merci à eux
Professeur Jacob Cukier

Témoignage rédigé pour l'AJPN le 08/08/2011.

08/08/2011
Auteur : Jacob Cukier

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Marie-Angèle Charmaison

 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Georges Charmaison
Jacob Cukier (dit Jacques Cullérier)

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Les Allemands n’étaient pas seuls (Pour en savoir plus sur la persécution des Juifs dans le Vaucluse, ce site a été créé afin d’essayer de déterminer le visage Vauclusien de la solution finale, dénombrer les victimes et identifier les auteurs du crime. Une place spéciale est réservée à ceux qui ont pris des risques considérables pour protéger les persécutés. )
3 Témoignage de Jacob Cukier à Bollène (Dans le cadre d’une thématique sur "la transmission de la mémoire", Le lycée Lucie Aubrac, sous la houlette de Mme Crevits professeur d’histoire et géographie responsable du projet, a accueilli le mercredi 18 mai, Jacob Cukier pour un témoignage poignant. )
4 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Notes

- 1 - En janvier 1943, le Service d’Ordre Légionnaire moribond avait été remplacé par la Milice, sous les ordres de Joseph Darnand. Cette organisation devient une police secrète de Vichy, totalement indépendante. Ses membres doivent prêter un serment en vingt et un points dont « Contre la dissidence gaulliste ….. Contre la lèpre juive. …. Pour la pureté française ». Darnand, son chef, prête personnellement serment de loyauté envers Hitler.
- 2 - Fille de Marius Moutet et belle-fille de Victor Basch un des fondateurs de la Ligue des Droits de l’Homme. Son époux, Georges Basch, officier dans l’armée française, n’ayant pas supporté le débâcle s’est suicidé le 20 juin 1940. Mme Marianne Basch vient alors s’installer comme médecin à Bollène. Elle fut après la guerre mon professeur de gynécologie et nous n’avons jamais évoqué la période de la guerre.
- 3 - Communication personnelle de Jacob Cukieravec Mme Michelle Rombeau, épouse Massonnet, qui se souvient de la conversation entre Marianne Basch et son père André Rombeau.
- 4 - Communication personnelle de Jacob Cukieravec Gilbert Mégier, un voisin proche de la ferme des Charmaison, auteur d’un petit livre très intéressant : Le livre de Derboux, mis à jour dans une nouvelle édition, le 30 juillet 2010.
- 5 - Communication personnelle de mon ami Isaac Levendel auteur du livre Un hiver en Provence, paru aux Éditions de l'Aube en 1996.
- 6 - Note du commissaire spécial des Renseignements Généraux. A.D.Vaucluse 3W29 qui m’a été signalée par Isaac Levendel.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018