Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
692 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
696 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4148 Justes de France
920 résistants juifs
10995 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1250 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vosges

Région :
Grand-Est
Département :
Vosges

Préfets :
Paul Dupuy
(1936 - 11/1941) Préfet des Vosges
Edmond Jean Schmidt
(21/09/1940 - 04/11/1946) Préfet de Meurthe-et-Moselle à compétence régionale. En janvier 1942 il est promu préfet de Meurthe-et-Moselle, de la Meuse et des Vosges, sous tutelle de la Feldkommandantur
André Parmentier
(11/1941 - 09/1942) André Auguste Parmentier, Préfet des Vosges. Arrêté et révoqué par la Résistance en 1944, il est relevé de sa condamnation pour faits de Résistance (1896-1991)
Jean Spach, directeur de cabinet

Albert-René Daudonnet
(09/1942 - 1944) Albert René Daudonnet, Préfet des Vosges. Accusé d'aider la résistance, il est arrêté par la Gestapo le 14/05/1944 et libéré le 01/05/1945.
Georges Parisot
(1944 - 1946) Georges Nicolas René Robert Parisot, Préfet des Vosges

À lire, à voir…

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jean Camille Bloch Jean Camille Bloch
Juifs des Vosges, 1940-1944 - 1200 martyrs oubliés

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Gérardmer en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Gérardmer 88400
- Vosges
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Gerardmer en 1939-1945
Mairie de Gérardmer
source photo : Commune de Gérardmer
crédit photo : D.R.
Gerardmer en 1939-1945
Gérardmer
source photo : Commune de Gérardmer
crédit photo : D.R.
Gerardmer en 1939-1945
Stèle à l'armée Delattre de Tassigny, 1ère armée libératrice de Gérardmer le 10 novembre 1944
source photo : Commune de Gérardmer
crédit photo : D.R.
Gerardmer en 1939-1945
Stèle à la mémoire des résistants maquisards de Noire-Goutte morts en concentration
source photo : Commune de Gérardmer
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département des Vosges
Histoire

La commune des Géromois

Gérardmer est une commune des Vosges, située au cœur du massif des Vosges, surnommée "Perle des Vosges" par Alfred Hugo, frère de Victor Hugo.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 9 312 habitants et 5 784 en 1946.

17/06/2011

[Compléter l'article]

Gérardmer du 19e au 20e siècle

Dans la seconde partie du XIXe siècle, de nombreuses localités tentent d’organiser et de développer le tourisme. Le 23 juillet 1875, Gérardmer est la première ville à se doter d’une structure qui y est entièrement dédiée.

Proche de la frontière depuis l'annexion de l'Alsace par les Allemands en 1871, Gérardmer devient une ville de garnison à partir de 1905 ; une caserne est construite (quartier Kléber) pour y loger le 152e régiment d'infanterie.

17/06/2011

[Compléter l'article]

La communauté juive à Gérardmer

La communauté de Gérardmer ressemble beaucoup aux autres communautés vosgiennes qui se sont constituées soit dans la première moitié du 19ème siècle, comme celles de Neufchâteau, Lamarche, Charmes, Epinal, Remiremont ou Saint-Dié, soit sous le Second Empire, à l'instar de celles de Bruyères ou Rambervillers. Les juifs de Gérardmer, comme ceux des autres villes vosgiennes, sont marchands de bestiaux (ex. : la famille Netter), bouchers, négociants de fromages en gros (ex. : les familles Bloch-Simon), ou commerçants de vêtements, telle la famille Weill, qui possède un grand magasin en face de l'église. Ils jouent aussi un rôle actif dans le développement de l'industrie textile locale.
Au 19e siècle, les familles Salmon, Paris et Lévy sont des négociants en textiles qui font travailler des tisserands à domicile. L'une de ces familles, la famille Lévy, réussit à créer au début du 20ème siècle une usine, un tissage précisément. Les établissements Nathan Lévy deviennent l'une des principales entreprises de Gérardmer. Ils emploient 96 salariés en 1906, 159 en 1921 et 216 en 1936.

Dans les années 1930, la réunion du minyam, c'est-à-dire du quorum de dix hommes adultes nécessaire pour la prière publique est souvent difficile. Après 1937, la célébration régulière des offices s'interrompt. A cette date, les familles juives bien intégrées ne sont plus environ qu'une douzaine. Appartenant au monde des notables, elles participent à la vie politique locale. Le négociant Léon Weill est conseiller municipal de 1919 à 1935 ; dans les années 1930, le négociant de fromages en gros Fernand Bloch est vice-président du syndicat des commerçants et président de la section locale des droits de l'homme.

A la déclaration de guerre, en septembre 1939, les autorités françaises font évacuer l'ensemble de la population des communes d'Alsace-Moselle limitrophes de l'Allemagne, et donc l'ensemble de la population de Strasbourg. Certains de ces Alsaciens évacués s'établissent à Gérardmer. Parmi eux, se trouvent des juifs. Dans la synagogue, des offices sont à nouveau célébrés régulièrement.

En mai-juin 1940, les Allemands envahissent la France. Gérardmer est occupé le 22 juin. Avant l'invasion de la ville, beaucoup des juifs, qui y résidaient, ont eu la prudence de partir. A l'automne 1940, le gouvernement de Vichy prend des mesures antisémites.

A partir de 1942, les nazis mettent en place la Solution finale. La quarantaine de juifs qui vit encore à Gérardmer est arrêtée en plusieurs vagues au cours des années 1942, 1943 et 1944. Ils sont d'abord conduits au camp d'Ecrouves, près de Toul, puis au Camp de Drancy, dans la région parisienne, avant d'être assassinés à Auschwitz, en Pologne.
Parmi ces déportés, se trouvaient l'industriel André Lévy, sa femme, son fils, son neveu et sa nièce.

A la veille de la Libération, les 15, 16 et 17 novembre 1944, les Allemands, après avoir rassemblé toute la population dans un îlot au centre ville, incendient tous les bâtiments qui se trouvent en dehors de cet ensemble protégé, et donc la synagogue. Plus de 85 % des habitations sont détruites.

A la fin de la guerre, la situation très difficile que connaît Gérardmer est défavorable au retour des juifs gérômois qui ont passé la guerre loin des Vosges. Parmi les rares familles qui reviennent se trouvent les membres survivants de la famille Lévy, qui reconstruisent leur usine détruite et retrouvent leur place parmi les notables de la ville. Jean Lévy, qui a succédé à son frère André mort en déportation à la direction de l'entreprise familiale, est adjoint au maire de 1947 à 1965. Mais à la suite des difficultés liées à l'évolution de l'industrie textile, la famille Lévy décide en 1969 de vendre son entreprise à un grand groupe international, à la suite de quoi, elle est amenée à quitter la ville.

De l'histoire de la communauté juive de Gérardmer, il subsiste dans la ville diverses traces, notamment le carré juif du cimetière. Il subsiste aussi l'attachement des descendants des familles juives gérômoises à la ville où ont vécu leurs aïeuls.

08/08/2011
Auteur : Gilles Grivel et Eric Tisserand Lien : Histoire de la communauté juive

[Compléter l'article]

Le 17 novembre 1944

Le 17 novembre 1944, des incendies se déclarent un peu partout et des dynamitages sont effectués. Le soir, tout Gérardmer brûle, la ville est recouverte d'un épais nuage noir. Ce qui ne brûle pas explose. Les réservoirs d'eau de la ville sont détruits, comme le transformateur électrique. Il n'y a donc plus d'électricité, ni d'eau courante à Gérardmer. La kommandantur quitte la ville dans la soirée, suivant ainsi le général Schiel et son état-major, partis dans la nuit du 15 au 16 novembre. Le matin du 18 du même mois, un groupe de choc sillonne Gérardmer, armes automatiques au poing. Et d'autres éléments mettent le feu dans les maisons qui n'ont pas encore été assez détruites.

L'après-midi, plus aucun soldat allemand n'est présent à Gérardmer. Les civils circulent librement et constatent les dégâts opérés par si peu d'hommes et en si peu de temps. Le 19 novembre 1944, Gérardmer n'est plus qu'un amas de ruines fumantes. Et vers 14 heures, ce sont les premiers soldats français qui arrivent et se rendent à l'hôtel de ville. 85% de la ville est détruit lors de la fuite allemande.

08/08/2011
Lien : Wikipedia

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement des Vosges

28e CTE Combrimont 88490 Combrimont
33e-34e GTE Remiremont 88200 Remiremont
3e CTE Darney 88260 Darney
Camp annexe de Mattaincourt 88500 Mattaincourt
Camp annexe Sionne 88630 Sionne
Camp d'Harchéchamp 88300 Harchéchamp
Camp de Mirecourt 88500 Mirecourt
Camp de Neufchâteau 88300 Neufchâteau
Camp de Villers annexe de Mirecourt 88500 Villers
Camp de Vittel 88800 Vittel
Centre Bazoilles-sur-Meuse 88300 Bazoilles-sur-Meuse
Fort du Parmont 88200 Remiremont
Frontstalag 120 Mirecourt 88500 Mirecourt
Frontstalag 121 Épinal 88000 Épinal
Hôtel Continental 88800 Vittel
Ilag Vittel 88800 Vittel
Prison militaire d'Épinal 88000 Épinal
Stalag 314 Épinal 88000 Épinal
WOL Frénois 88270 Frénois

Les lieux de sauvetage des Vosges

Congrégation des Religieuses de Jésus Marie 88300 Neufchâteau
Maison de l'enfance 88160 Fresse-sur-Moselle
Maison de l'enfance la Maison joyeuse 88400 Gérardmer



1 Familles réfugiées à Gérardmer [Compléter]
1939 / 1944
Famille Tambéri - Jean, né le 27/12/1930, Rosaria, née le 04/09/1936 et François, né le 15/06/1934, ont été pensionnaires à la Maison de l'enfance la Maison joyeuse de 1939 à 1944. (Témoignage de François Tambéri)

2 Familles arrêtées (Gérardmer) [Compléter]
1944
Famille Caron - Achille, né à Mertzwiller (67) le 17/08/1879, fils de Marc Caron et Henriette Hertzog, son épouse Paulette née Wurmser, à Bollwiller (68) le 18/03/1881, fille de Abraham Wurmser et de Rosa Wurmser, et les soeurs d'Achille, Emma épouse Wolff, née le 15/02/1882 à Mertzwiller (67), qui habitait Linfolqheim avec son mari Gustave Wolff et leur fils Pierre Wolff, et Lucie épouse Weill sont réfugiés à la Maison Griselle à Gérardmer.
Arrêtés parce que juifs, Achille, 65 ans, Paulette, 63 ans, Emma, 62 ans, et Lucie sont internés le 16/03/1944 au Camp d'Écrouves et seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz le 13/04/1944 par le convoi n° 71.


Déportation :
13/04/1944   convoi no 71
Source :
Shoah Names Database

29/08/1942
Famille Lévy - Roger David, né à Colmar (68) le 18/01/1884, fils d’Alexandre Lévy et de Emma Spira, et son épouse Jeanne Camille, née Lévy à Colmar (68) le 01/02/1896, fille de Maurice Lévy et Clémence Reiss, sont réfugié en 1940 à Gérardmer avec leurs enfants Emma et Maurice. Roger David, 58 ans, est arrêté parce que juif en 1942, interné le 29/08/1942 au Camp d'Écrouves et déporté sans retour à Auschwitz le 23/09/1942 par le convoi n° 36. Son épouse Jeanne Camille, 48 ans, est arrêtée à l'hôpital de Gérardmer. Internée le 16/03/1944 au Camp d'Écrouves, elle sera déportée sans retour à Auschwitz le 13/04/1944 par le convoi n° 71.

Déportation :
23/09/1942   convoi no 36 et 71
Source :
Shoah Names Database

Chronologie [Ajouter]

22/06/1940 - L'armistice met fin aux combats. L'Alsace est occupée par l'Allemagne nazie. L'administration civile de l'Alsace est confiée au Gauleiter de Bade-Alsace, Robert Wagner, avec pour mission de gagner en une décennie la population alsacienne à la cause du national-socialisme.
13/07/1940 - Le Gauleiter Robert Wagner décide d'expulser les Juifs restés en Alsace, et de confisquer tous leurs biens, intérêts et droits au profit de l'État.
14/07/1940 - Les Alsaciens non Juifs sont autorisés à rentrer chez eux.
16/03/1941 - Le gauleiter Bürckel, responsable, entre autre, de l'Alsace Lorraine, demande aux Mosellans se reconnaissant Français une déclaration d'option.
08/04/1941 - Départ vers la France des Mosellans se reconnaissant Français.
29/07/1941 - L'allemand devient la langue obligatoire en Alsace-Lorraine.
25/12/1944 - L'Alsace étant annexée et les déboires de l'armée allemande sont fréquents. Le 2 décembre 1944, toutes les unités des forces terrestres, de l'air et des Waffen-SS sont placées sous le haut commandement du Reichsführer-SS Heinrich Himmler et doivent coute que coute empêcher que les Forces de Libération traversent le Rhin. Ce sera le début de la "Poche de Colmar" Heinrich Himmler en personne vient galvaniser ses troupes et sera signalé à Wuenheim durant la Nuit de Noël 1944 où il passera la nuit au presbytère du villageWuenheim France
06/02/1945 - Les troupes de 1ère Armée Française sont arrêtées sur la rivière de la Doller depuis quelques semaines. Il a beaucoup neigé en ce début d'année 1945. Fin janvier l'état major décide de reprendre les combats pour éradiquer la "Poche de Colmar" Au Sud des combats ont lieu à l'Ochsenfeld et dans les rues de Cernay. Le 4 février au petit matin les Allemands quittent Wuenheim et font sauter le pont au bas du village. Vers 14 heures le 4ème RSM et le 1er RTM libèrent le village et poursuivent vers Soultz Guebwiller et quelques éléments arrivent même à entrer dans RouffachWuenheim France
07/05/1945 - Le général Jodl et l'amiral Freideburg signent la capitulation sans condition au quartier général d'Eisenhower à Reims, en présence de représentants britanniques, français, américains et soviétiques. La reddition entrera en vigueur le 8 mai à minuit.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Gérardmer sur Wikipedia 
2 Journal de guerre de Charles Altorffer
3 Actes du colloques de Metz (Annexion et nazification en Europe, Actes du colloques de Metz, 2003 )
4 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
5 Site non officiel de la commune d' Auxon (Site non officiel de la commune d' Auxon.
Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes.
)
6 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
7 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  famille Bloch

    Bonjour,
    je suis enseignante à Paris et prépare avec mes élèves la pose commémorative d'une plaque dans mon établissement.
    Je recherche des informations sur la famille Bloch (parents : Benoît et Lucie, née Metzger ; fils : Gilbert Emmanuel) qui habitait à Paris, rue d'Ulm et s'est réfugiée à Saint Dié (Vosges). Elle a été arrêtée en 1944. Ils ont été internés à Ecrouves. Benoît et Gilbert ont été déportés sans retour. Lucie a été libérée. Cette famille ne figure pas dans la liste recensée sur votre site pour Saint Dié pour les familles réfugiées et arrêtées). Je ne trouve pas de traces de Lucie après son internement à Ecrouves. Ils étaient domiciliés 1, rue Dauphine à Saint Dié.
    C'est Gilbert Emmanuel dont le nom sera inscrit sur la plaque du groupe scolaire car il y a été inscrit.
    Je vous remercie par avance de toute information dont vous pourriez me faire part.
    Bien cordialement,
    Karine Martin (enseignante Paris)
    mail : kar.ma2006@orange.fr
    [répondre]

    Bonjour,
    Le livre du mémorial de S.Klarsfeld indique à la page 90 que Benoît Bloch est né le 18/09/1882 à Wintzheim. Son fils Gilbert le 01/10/1927 à Paris 13ème.
    Vous pourriez peut-être vous adresser à la mairie du lieu de naissance du père pour demander une fiche familiale d'état civil avec indication des mentions marginales. Devraient figurer les dates du mariage et le nom de l'épouse avec indication du lieu de naissance. Faire la même démarche pour l'épouse ce qui devrait vous renseigner sur sa date de décès. Pour ce qui concerne Paris, les demandes peuvent être faites en ligne.
    Cordialement,
      [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018