Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11251 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Charente

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Charente

Préfets :
Georges Malick
(10/1937 - 08/1940) Préfet de la Charente
Alfred Papinot
(08/1940 - 08/1943) Préfet de la Charente
Louis Bourgain
(16/08/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Pierre Daguerre
(08/1943 - 01/09/1944) Préfet de la Charente
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)
Joseph Garnier
(01/09/1944 - 12/1951) Préfet de la Charente
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)

À lire, à voir…

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Gérard Benguigui Gérard Benguigui
Frank Svensen
La rafle d'Angoulême

ACHETER EN LIGNE

Jacques Farisy Jacques Farisy
La ligne de démarcation en Charente

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Otto Fischl Otto Fischl
Mon journal ; 19 octobre 1943 - 15 mars 1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Angoulême en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Angoulême 16000
cf. Sillac-les-Alliers
Sous-préfecture : Angoulême
- Charente
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Angouleme en 1939-1945
Le sens de la marché, 31 août 1940
source photo : Arch. fam. Vilain
crédit photo : D.R.
Angouleme en 1939-1945
Hôtel de Ville
source photo : Ville d'Angoulême
crédit photo : D.R.
Angouleme en 1939-1945
Hommage aux Juifs déportés d’Angoulême et aux Justes de Charente, inauguré le 08/10/2012
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département de la Charente
Histoire
Angoulême est une commune française située dans le département de la Charente.

21/03/2009

[Compléter l'article]

La Seconde Guerre mondiale

En mai-juin 1940, la Charente accueille des réfugiés de l'est de la France : 82 000 Lorrains, 5 700 Alsaciens et des milliers d'autres évacués.

Le 24 juin 1940, la 2e division Verfugunstruppe (troupe spéciale d'intervention) Das Reich, appuyée par d'autres unités de la Wermacht, fait son entrée à Angoulême. Ces troupes neutralisent et font prisonniers les nombreux soldats français réfugiés dans la ville. On estime leur nombre entre 10 et 20 000. Ils seront rendus à la liberté dans les jours suivants.

Le 27 juin 1940, les autorités allemandes autorisent le retour des réfugiés possesseurs d'un véhicule, à l'exception des évacués d'Alsace-Lorraine.
Des familles entières sont hébergées par les familles d'accueil charentaises, d'autres trouvent un logement.

La division Das Reich, qui se rendra tragiquement célèbre en 1944, va continuer sa "guerre éclair" en rejoignant au plus vite la frontière espagnole pour définir rapidement la ligne de démarcation qui va couper la France en deux.

Angoulême, en zone occupée, sous autorité allemande devient le siège d'une "Feld Kommandantur". La frontière avec la zone libre, familièrement appelée zone nono (non occupée) passe à environ 20 kilomètres d'Angoulême, scindant le département en 2. Cette partie subira le régime de Vichy.

Le 20 août 1940 part d'Angoulême un convoi de républicains espagnols : le convoi des 927. c'est le premier convoi de l'histoire de la Déportation en Europe. Les hommes de plus de 13 ans seront dirigés vers les camp de Mauthausen où très peu survécurent, les femmes et les enfants seront rendus à Franco.
Ces réfugiés avaient été rassemblés au camp de La Combe aux Loups à Ruelle-sur-Touvre et le camp des Alliers à Angoulême qui servit également de camp de concentration pour les nomades.

Le 21 octobre 1941 le jeune Gontran Labrégère, qui avait tenté, avec son ami Jean Pierre Rivière d'incendier en gare d'Angoulême un train de paille et de munitions est fusillé par les occupants.
C'est le premier d'une longue liste de 98 résistants ou otages originaires de Charente.

En 1942, le maire Gustave Guillon est destitué par Vichy, accusé d'appartenir à une organisation déclarée hors la loi par le régime. Il sera remplacé par un notable, l'industriel Ariste Pallas qui restera maire jusqu'en 1944.

Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942, 422 juifs juifs sont arrêtés et rassemblés à la Salle Philharmonique d'Angoulême (actuellement le Conservatoire Gabriel Faure).
Le 15 octobre, sur instructions de la SIPO/SD de Poitiers, 387 juifs sur les 422 arrêtés partent d'Angoulême pour Drancy. Ils seront tous déportées vers Auschwitz. Huit survivants en reviendront.

Les autorités continueront les arrestations : 12 à Montemboeuf, 4 à Ligné, 36 à Cognac...

Le 11 décembre 1942, une loi relative à l'apposition de la mention "Juif" sur les titres d'identité délivrés aux juifs étrangers et français est publiée dans toute la France.

Le 19 mars 1944 un bombardement fait d'importants dégâts et une victime à la Poudrerie nationale.

Le 15 juin et le 14 août 1944, la gare est la cible des forteresses volantes qui déversent un tapis de bombes faisant peu de dégâts à l'ennemi mais causant la mort de 242 victimes, détruisant 400 maisons et faisant 5 000 sinistrés.

À la fin du mois d'août 1944 la Colonne Elster qui réunit des débris de différentes unités allemandes et la Légion Hindoue traverse la ville sans incident notable en se repliant.

Différentes unités des FFI du département et des renforts venus de Dordogne commencent alors l'encerclement de la ville. Le soir du 31 août l'attaque est lancée, mettant en fuite les restes de la garnison allemande. Celle-ci n'a heureusement pas eu la possibilité d'organiser la défense de la ville en utilisant les nombreux et redoutables ouvrages fortifiés érigés dans ce but.Cette attaque aura fait cependant 51 victimes dans les rangs des différentes unités engagées : Maquis de Bir Hacheim, Groupe Soleil, SSS (Section spéciale de sabotage)...

Dans la nuit du 31 août au 1er septembre la ville est libérée, un Comité de Libération et un nouveau préfet sont installés.

17/08/2011

[Compléter l'article]

La ligne de démarcation

L'article 2 de l'armistice du 22 juin 1940, prévoit « Pour assurer les intérêts du Reich allemand, le territoire français situé au nord et à l’ouest de la ligne tracée sur la carte ci-annexée sera occupé par les troupes allemandes. Les territoires qui ne sont pas encore aux mains des troupes allemandes seront immédiatement occupés après la conclusion de la présente convention ».
Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre les deux grandes zones.
La ligne de démarcation, qui entre en vigueur trois jours plus tard, traverse treize départements : Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques), Landes, Gironde, Dordogne, Charente, Vienne, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Cher, Allier, Saône-et-Loire, Jura, Ain.

Dans la région, la ligne de démarcation sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. Elle passait près d’Angoulême, Aubeterre-sur-Dronne et Ribérac, Montpon-Ménestérol, Castillon-la-Bataille et Sainte-Foy, La Réole, Auros, Roquefort (Landes), Mont-de-Marsan, Saint-Sever, Hagetmau, Orthez, Mauléon, Saint-Jean-Pied-de-Port...

La ligne de démarcation est comme une frontière. Des guérites et des barrières aux couleurs allemandes sont installées aux postes de passage, signalés par des pancartes.  Un Ausweis (laissez-passer), délivré par les Kommandanturen (bureaux de l'autorité allemande chargés de l'administration militaire ou civile d'une zone déterminée du territoire) et très difficile à obtenir, est obligatoire pour aller d’une zone à l’autre, que ce soit à pied, en voiture ou en train.
Les personnes qui résident à dix kilomètres de part et d'autre de la ligne peuvent demander des Ausweis für den kleinen Grenzverkehr (laissez-passer pour la petite circulation frontalière) qui leur permettent de circuler pour un temps déterminé sur le territoire de leur département coupé en deux. La délivrance de ces laissez-passer est du ressort des Feldkommandanturen et des Kreiskommandanturen locales.
Jusqu'en septembre 1940, aucun courrier ne peut circuler d'une zone à l'autre.

La Demarkationslinie - la ligne de démarcation - ne disparaîtra que le 1er mars 1943, plusieurs mois après l’occupation totale de la France, le 11 novembre 1942.

24/03/2009

[Compléter l'article]

Le Père Le Bideau

Arrivé  à Angoulême en 1933, dans la communauté Montfortaine d'Obezine, le Père Jean-Baptiste Le Bideau anime un patronage pour les enfants de quartiers défavorisés où vivent des familles dans une grande pauvreté. Dès le début de la guerre, le patronage prend de l'ampleur. Une cantine est créée et le Père Le Bideau devient mendiant pour nourrir les enfants.

Devant le flux des enfants égarés, abandonnés, orphelins suite à la débâcle, la Petite Œuvre, comme on l'appelle alors, s'installe d'abord dans diverses maisons jamais assez grandes, puis dans les baraquements militaires de Chanzy.

Une association est créée en 1941. Elle prend le nom de "La Mère des Pauvres" et ses statuts sont déposés à la préfecture d'Angoulême.

A la fin de la guerre, l'Association et ses centaines d'enfants s'installent sur le camp "des Trois Chênes" à Basseau où se trouve encore aujourd'hui le siège. Elle prend alors le nom de "Marie Mère des Pauvres".

26/06/2012
Lien : Association Père Le Bideau

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Charente

114-3e CTE Genté 16130 Genté
127-130e CTE Cognac 16100 Cognac
Camp de la Braconne 16590 Brie
Camp de Ruelle 16000 Angoulême
Camp des Alliers à Sillac-les-Alliers 16000 Angoulême
Frontstalag 184 Angoulême 16000 Angoulême
La Combe aux Loups 16600 Ruelle-sur-Touvre
Salle philharmonique 16000 Angoulême

Les lieux de sauvetage de la Charente

École Sainte-Bernadette 16420 Lesterps
Institut Saint-Cyran 16100 Cognac
La Mère des Pauvres 16000 Angoulême


Les 27 Justes parmi les Nations de la Charente


Maires de Angoulême

Gustave Guillon   (1925-1941) Destitué par le régime de Vichy
Ariste Pallas   (1941-1944)
Antoine Rougerie   (1944-1945)
Antonin Denis   (1945-1947)
Roger Baudrin   (1947-1954)

Cultes à Angoulême

Jean-Baptiste Mégnin  Évêque d'Angoulême ( 07/12/1933-†09/05/1965 )
Jean-Baptiste Le Bideau  Prêtre  Nommé "Gardien de la vie"

Familles réfugiées à Angoulême [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


5 Familles arrêtées (Angoulême) [Compléter]
Famille Abramovicz - Szajndla née Lindenbaum est née à Markowicze (Pologne) le 14 septembre 1905. Réfugiée de Metz, elle habite à Angoulême. Arrêtée pare que juive, elle est déportée sans retour vers Auschwitz.    

Famille Ber - Marie, née le 8 février 1907 en Pologne, réfugiée à Angoulême, est arrêtée parce que juive et déportée sans retour vers Auschwitz.    

1942
Famille Ber - Keilia, née Osterlander le 23 novembre 1904 à Cracovie (Pologne) est réfugiée à Angoulême. Arrêtée parce que juive, elle est déportée sans retour vers Auschwitz et assassinée le 29 novembre 1942.    

16/10/1942
Famille Grubsztajn - Chil, né à Konskie (Pologne) le 7 juillet 1908, était tailleur et vivait à Metz avec son épouse Bina née Samuel. Ils se réfugient à Angoulême avec leur fils Chaïm et habitent 14 rue de Chateaubrun. Jacques naît le 19 octobre 1942, trois jours après l'arrestation de son père. Arrêté parce que juif, Chil est envoyé au camp de Gurs, puis à Drancy le 28 février 1943 avant d'être déporté sans retour de Drancy vers Sobibor, à l'âge de 35 ans.
Déportation :
06/03/1943   convoi no 51
JO :
Témoignage de Chaïm Grubsztajn

02/1943
Famille Lambert - Ginette et Josette Lambert, leur mère Aline (née Bloch) et leur grande sœur Andrée habitaient à Angoulême en 1941 au 11 rue de la Mutualité dans le quartier Victor Hugo. Les deux petites filles vont à l’école Ferdinand Buisson dans le quartier de la Bussate. Elles y sont inscrites depuis le 6 octobre 1941. En février 1943, Ginette et Josette sont arrêtées par les allemands. Le registre de l’école Ferdinand Buisson indique « Juives. Emmenées par les allemands en février 1943 ». Leur maman et leur grande sœur sont également arrêtées. La famille LAMBERT est emmenée à la Salle Philarmonique d’Angoulême où elle reste 3 jours. Le 10 février 1944, la famille LAMBERT, soit Ginette 14 ans, Josette 13 ans, Andrée 29 ans et Aline 54 ans embarquent dans un train constituant le convoi n°68 à destination du camp d’Auschwitz. Ils arriveront le 13 février 1944 (d’après les survivants du convoi). Selon les registres de Yad Vashem, leurs certificats de décès indiquent qu’elles sont toutes décédées le 15 février 1944.
Déportation :
10/02/1943   convoi no 68
Date d'exécution :
15/02/1943

Chronologie [Ajouter]

20/08/1940 - Le 20 août 1940 part d'Angoulême un convoi de républicains espagnols : le convoi des 927. c'est le premier convoi de déportés.
05/08/1942 - La circulaire n° 2765 du secrétaire général à la Police envoyée au préfet régional de Limoges vise les étrangers suivants en vue de leur transfert en zone occupée : "Les israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et les réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936 incorporés dans des groupes de T.E., hébergés au centre du Service social des étrangers, dans les centres des comités privés ou dans ceux de l'UGIF, placés dans les centres de regroupement israélites en application des circulaires du 3 novembre 1941 et du 2 janvier 1942 ainsi que ceux en résidence libre, seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre". La circulaire exclut quelques catégories de Juifs, dont les vieillards de plus de 60 ans, les enfants de moins de 18 ans non accompagnés, les femmes enceintes...
26/08/1942 - Rafle de Juifs réfugiés en Limousin. 446 Juifs dont 68 enfants de la région sont regroupés au camp de Nexon sont acheminés vers Drancy le 29 août 1942 et déportés vers Auschwitz par les convois n° 26 et 27.
08/10/1942 - Rafle des Juifs en Charente dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942.
31/01/1944 - Grande rafle ordonnée par le Préfet de région Poitou-CharentesLencloître France


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Angoulême sur Wikipedia 
2 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
3 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
4 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
5 Victime en représailles à Mussidan
6 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
7 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
8 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Recherche de renseignements sur une famille juive hébergée à Gond-Pontouvre

    Je suis le petit fils d'une personne dont les parents ont hébergé durant la guerre une famille juive, dans la rue Aristide Briand à Gond-Pontouvre (Charente) ; ma grand-mère, qui était jeune à l'époque, se souvient d'une petite fille qui se prénommait Fanny.

    Merci de me contacter pour tout renseignement sur cette famille.
    [répondre]

    Bonjour,

    Je fais actuellement des recherches sur les Juifs étrangers déportés lors de la rafle d'aout 1942 sur la région de Limoges. Je me concentre sur les personnes déportées depuis la Haute-Vienne, mais, attendu que la région de Limoges était beaucoup plus vaste et qu'elle comprenait la Charente-Libre, je peux avoir certains renseignements sur quelques personnes réfugiées en Charente qui furent raflées à l'époque. Je recherche tout témoignage utile sur le sujet globalement.
    N'hésitez pas à m'envoyer un message.
      [répondre]
    bonjour,
    je suis également à la recherche de renseignements sur des familles juives mosellanes expulsées de Moselle suite à l'annexion et recueillies en Charente. plus particulièrement la famille Gliott dont les parents on été arrêtés en 1942.
    Auriez-vous des pistes pour mes recherches ?
      [répondre]

***  Recherche sur un militaire Français au Frontst. 184

    Bonjour,

    Je recherche tous renseignements sur le sergent Maurice POIREAU né le 29/03/1908 à Aulnay(17).
    Classe 1928; matricule 487 (bureau de La Rochelle).
    Fait prisonnier à Viteau (?)le 17/06/1940, évadé et repris le 22/06/1941 et arrivé au Frontstalag 184 à Angoulême.
    [répondre]

    Bonjour,
    Vous pourriez lancer une rechercher auprès
    de l'organisme suivant :
    - Service historique de la défense

    Division des archives des victimes des conflits contemporains

    Rue Neuve du Bourg l’Abbé

    14037 Caen cedex
    Cordialement,
    JD
      [répondre]

***  RAFLE D'ANGOULEME AOUT 1942

    Je suis à la recherche d'information concernant deux petites filles juives et de leur mère qui ont été arrêtées lors de la rafle d'août 1942 à Angoulême. Les petites s'appelées Ginette et Josette Lambert, respectivement 13 et 14 ans. Je ne sais pas comment s’appelait leur maman qui était juive (donc peut être arrêtée sous son nom de jeune fille). Les deux petites sont répertoriées comme faisant partie du convoi n°68 du 10 février 1944 (site des Klarsfeld "children of the holocaust"). Je ne sais pas si elles sont mortes ni ce qui est advenu de leur maman. Toute information sera la bienvenue. C'est pour ma grand mère (92 ans) à qui je viens d'offrir le livre de Franck Svensen sur la Rafle d'Angoulême et qui a connu Ginette. Merci. [répondre]

    BONJOUR
    J'ai fait des recherches sur le site de YAD VACHEM..et helas j'ai retrouve Ginette et Josette..deportees a Aushwitz.il y a un temoignage de leur oncle
      [répondre]
    Merci. J'ai aussi trouvé cette information et depuis beaucoup d'autres sur l'histoire de cette famille. Mais il y a encore beaucoup de "blanc" dans ma recherche. Toute information sera la bienvenue.  [répondre]

***  RECHERCHE PARENT TYCZEWSKI IGNACE

    je recherche des infos sur mon oncle Tyczewski Ignace qui a quitté (ou fui ) le Pas de Calais en Avril 1944 pour Langeais en Indre et Loire ,il n'a plus jamais contacté sa famille et doit être décédé dans les années 1960
    merci
    Monique P
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018