Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
780 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
711 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11922 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Mayenne

Région :
Pays de la Loire
Département :
Mayenne

Préfets :
Jean Roussillon
(16/08/1940 - 31/07/1943) Préfet régional de la région d'Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1896-1970)
(14/11/1941 - 1942) Préfet de la Mayenne. Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
Charles Donati
(01/08/1943 - 10/08/1944) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région d'Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (né en 1891)
Michel Debré
(10/08/1944 - 01/04/1945) Michel Debré dit Jacquier, Commissaire de la république de la région d’Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1912-1996)
Alain Savary
(01/04/1945 - 11/05/1945) Commissaire de la république de la région d’Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1918-1988)

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Antoine Prost Antoine Prost
Jean-Pierre Azéma
Jean-Pierre Rioux
Les communistes français, de Munich à Châteaubriant (1938-1941)

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Fougerolles-du-Plessis en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Fougerolles-du-Plessis 53190
- Mayenne
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Fougerolles-du-Plessis en 1939-1945
Les fusillés de Fougerolles
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Fougerolles-du-Plessis en 1939-1945
Enfants juifs cachés à Fougerolles-du-Plessis : David et Léon Zysman dans la famille Huard à l'Azerie
source photo : Arch. Fougerolles
crédit photo : D.R.
Fougerolles-du-Plessis en 1939-1945
Les enfants juifs cachés à Fougerolles-du-Plessis : Albert London avec les parents Triguel
source photo : Arch. Fougerolles
crédit photo : D.R.
Fougerolles-du-Plessis en 1939-1945
L'école libre des garçons
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.
Fougerolles-du-Plessis en 1939-1945
La mairie, dans l'ancien presbytère depuis 1997
source photo : Commune de Fougerolles
crédit photo : D.R.
Fougerolles-du-Plessis en 1939-1945
Enfants juifs cachés à Fougerolles-du-Plessis : avec une image Jacques Moskowitz, à droite Simon Spitzagen à l'école publique
source photo : Arch. Fougerolles
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département de la Mayenne
Histoire

La commune des Fougerollais

Fougerolles-du-Plessis est une petite commune de la Mayenne.

Lors du recensement de 1962, la commune comptait 1 673 habitants.

15/12/2012

[Compléter l'article]

Des enfants juifs cachés à Fougerolles

Une centaine d'enfants juifs avaient été cachés dans la région pendant la guerre : 33 à Fougerolles-du-Plessis, 43 à Landivy et près de 30 à Savigny-le-Vieux.

L'entreprise de sauvetage des enfants est organisées par les institutions juives. L'OSE (Oeuvre de secours aux enfants) à Paris, était chargée de trouver des familles d’accueil pour accueillir les enfants juifs. Une convoyeuse (Mme Mounier mais aussi Mlle Roussel) les accompagne pendant leur voyage jusqu'à Laval et ensuite en car vers Landivy, là les familles les attendent et les emmènent vers leur nouvelle vie. A Fougerolles, les enfants sont visités par Gilberte Nissim qui faisait partie des Éclaireurs Israélites. Elle parcourait la campagne à vélo, sous le nom de "Claire Yvonne Marchand", pour visiter les enfants dans les familles (Gilberte Nissim deviendra l'épouse du professeur Ady Steg). C'est Mme Huard de l'Azerie à Fougerolles qui recevait les cartes d'alimentation d’après un récépissé émanant de l'UGIF et les redistribuaient dans les familles.

Les enfants étaient généralement scolarisés sous leur véritable nom.

La nourriture était riche, saine et abondante, la campagne ne connaissait pas les restrictions de la ville.

Source : Patrimoine 53. Fougerolles-du-Plessis : 33 enfants Juifs cachés.

15/12/2012

[Compléter l'article]

Groupe FTP de Fougerolles

Dés 1942, Raymond Derenne organise un noyau de résistance à Fougerolles avec Louis Petri, responsable FTPF pour l'Ile et Vilaine. Le groupe de fougerolles est structuré en mars 1943 et rattaché au réseau Bretagne-Normandie-Maine. Démantelé en décembre 1943, à l'arrestation de Raymond Derenne, il renait début 1944 avec son frère Julien Derenne. Il effectue de nombreuses opérations de sabotages et de renseignements. Il assure l'organisation, la distribution d'armes de 4 parachutages de juin et juillet 1944.

Le groupe est décimé le 28 juillet 1944 lors de l'encerclement de Fougerolles par la Division SS Das Reich. il comporte alors près de 50 hommes. Début aout 1944, avec Jules Linais, il assure des opérations de nettoyage dans les zones de combat. Pertes ennemies : 3 tués et 20 prisonniers.

15/12/2012
Lien : Patrimoine 53 : Fougerolles

[Compléter l'article]

Parachutages

"La mer empêche les poissons de dormir"

En décembre 1943, un parachutage de 1600 kg d'armes est annulé du fait des arrestations effectuées par la milice. "La banque est fermée".

Initiés par le commandant MICHEL (Claude de Baissac) officier Britannique du S.O.E, 4 parachutages ont lieu les 28 et 30 juin, puis les 2 et 8 juillet 1944 sur le terrain du "PANAMA". 40 tonnes d'armes sont larguées pour des groupes FTPF du Calvados, d'Ile et Vilaine, de Manche-Sud et Nord-Mayenne. Les évènements du 28 juillet 1944 annulent un parachutage d'hommes et d'armes. Le terrain du "Panama" est aussi un lieu de repli et de transit pour les groupes volants du réseau FTPF Bretagne-Maine.

Récit de Michel Tauzin

La grange de Sérouanne abritait depuis plusieurs semaines le groupe de Saint-Hilaire du Harcouet. Sur le sol en terre battue, avait été aménagé, au long du mur, un espace pour dormir ;  au centre,  une longue table et deux bancs pour les repas ;  au-dessus, un fenil où l'on accédait au moyen d'une échelle.

Ce 2 juillet 1944, je suis là-haut, installé sur la paille, une nouvelle fois à l'écoute de notre poste à galène, à l'heure des messages diffusés par Radio Londres après 13 heures. Écouteurs plaqués sur les oreilles, je perçois assez nettement, malgré le brouillage habituel, la longue litanie qui,  au même instant, intrigue à la fois des milliers d'auditeurs en France. Les messages ainsi se succèdent et, soudain, le nôtre, - celui que l'on a utilisé fin juin - me parvient : c'est comme un lourd secret que cette voix de femme vient de me confier, là, dans ce grenier.

"La banque est fermée. Deux fois". Je n'ai pas besoin d'en entendre davantage. J'ai dévalé l'échelle en m'écriant : "ça y est, c'est pour ce soir... et il y aura deux avions". Les six camarades présents accueillent avec enthousiasme qu'on devine la nouvelle de ce nouveau parachutage d'armes à Fougerolles auquel notre groupe doit, cette nuit encore, participer. D'autres groupes, en ce moment même, grâce au même magique avertissement, doivent manifester la même joie fébrile et prendre leurs dispositions pour ce soir. On décide que, cette fois, j'y accompagnerai Charlot  (Charles Ruault) qui a pris part aux précédents parachutages. Alice (Alice Bougourd), chargée d'une nouvelle mission en Mayenne, viendra avec nous.

Fougerolles... Fougerolles-du-Plessis... Pour y parvenir, nous avons pédalé tous les trois sur des routes ensoleillées, en cet après-midi d'été qui, en d'autres temps, nous aurait plutôt incités à musarder à l'ombre des talus. Mais la guerre est trop présente pour laisser longtemps place à la rêverie et tant de signes, au long de cette  vingtaine de kilomètres, se chargent de nous rappeler l'atroce réalité : rencontre de quelques véhicules allemands isolés ; réfugiés fuyant le front de Saint-Lô sur des charrettes surchargées; pancartes fléchées de la Wehrmacht indiquant, la plupart du temps, la direction de Laval ; jaillissement soudain d'un chasseur anglais à double fuselage, surveillant le trafic à basse altitude ; entailles creusées dans les talus bordant la route pour protection d'urgence en cas de mitraillage ; convois ennemis bivouaquant sous les pommiers d'une ferme en attendant la nuit pour repartir vers le front.

En fin d'après-midi, nous avons atteint l'entrée de Fougerolles ; au premier bistrot, nous avons posé nos vélos pour nous restaurer et nous rafraîchir. Maintenant remis sur pied, nous avons flâné dans les rues du village. A l'extrimité du bourg, Charlot nous indique la route de Désertines qui descend à droite ; c'est par là, au-delà des étangs, qu'on devra se rendre cette nuit. Dans un bureau de tabac, nous avons reconnu Loulou (Louis Pétri).

A la nuit tombée, nous avons repris nos bicyclettes et nous voilà lancés dans la descente vers Désertines. Devant nous, on devine quelques cyclistes, sans éclairage, filant probablement vers la même destination que nous ; mais par prudence, nous ralentissons pour garder quelque distance avec eux. Plus loin, nous doublons une poignée d'hommes, marchant bon pas, sac au dos. Il ne fait pas de doute que nous sommes dans la bonne direction !

Quand Charlot nous fait quitter la route, on s'engage dans un chemin aux ornières profondes ; une barrière, un sentier battu et une ferme seule. Plus loin, encore une ferme, que l'on dépasse pour atteindre le terrain : un pré qui paraît sans limite dans la pénombre et une grange en bordure. On distingue quelques silhouettes, des chuchotements et quelqu'un qui fait remarquer que le ciel se couvre et qu'il fera froid cette nuit. Dans la grange faiblement éclairée, Julien accueille les nouveaux arrivants, identifie les groupes et donne les consignes pour les postes de garde, le balisage et la réception des containers. Courtes explications car beaucoup parmi cette quinzaine de camarades ont déjà participé à la manœuvre.           Mais, avant de prendre possession du terrain, il faut rassembler les vaches qui y sont disséminées pour les refouler dans un enclos voisin. On s'échauffe à ce jeu et cela permet d'atténuer les frémissements de l'attente. J'ai remarqué tout à l'heure que les autres étaient pour la plupart chaudement habillés : canadiennes, cache-col, revers de veste relevés et je crois que je ne suis pas suffisamment vêtu pour affronter la fraîcheur de la nuit avec simplement un blouson léger sur ma chemise : la fraîcheur se glisse, humide, tout autour de nous, elle s'insinue en moi.

Julien a distribué les rôles. Je suis de ceux qui sont répartis sur le pré pour baliser la terre avec des torches électriques. Le froid m'a envahi et je serre les mâchoires en regardant autour de moi : je ne distingue pas les limites du terrain mais je sais qu'à distances régulières, piétinent des ombres qui, comme moi, attendent minuit en serrant leur lampe au fond de la poche. Je sais aussi qu'aux extrémités du terrain, ont pris place ceux qui, tout à l'heure, feront de la main un mouvement de va-et-vient devant leur lampe pour que, de l'avion, on sache que le pré se limite à ces lumières régulièrement clignotantes.

Je lève la tête : le ciel est couvert mais, curieusement, une légère luminosité blanchit le sommet des arbres groupés sur un côté du pré. Au-delà, c'est la grand-route d'où, une fois nous est parvenu le ronronnement d'on moteur :"T'entends les Chleuhs ?". On parle à mi-voix alors que le silence retombe.

Et puis, brutalement, un bourdonnement caractéristique qui s'amplifie et me raidit sur place. Le vrombissement se rapproche tandis que le cœur précipite son piétinement dans la poitrine.

La grosse lampe centrale a donné le signal et toutes nos lumières se tendent vers le ciel ; aux extrémités du pré, les clignotants entrent en jeu. L'avion a surgit de la nuit ; il vole bas au-dessus de nos têtes et disparaît quelques instants, puis réapparaît cette fois en sens inverse, carrément dans l'axe de nos éclairages ; il me paraît plus haut qu'à son premier passage.

Et soudain, on voit s'épanouir au-dessus de nous des parachutes de toutes les couleurs. Impossible de tout voir et de tout entendre en même temps, de fixer toutes ces images et de discerner  tous ces bruits : l'éloignement de l'avion dévorant la nuit, tandis que ces ballons jaunes, blancs, bleus... glissent silencieusement du ciel. Ils sont déjà à portée de la main, entraînés par leur charge.

Pour le deuxième avion, s'opère presque aussitôt la même manœuvre et, à nouveau, se déroule le fascinant spectacle.

" Vite les gars, repérez les <>, coupez net les cordages qui les retiennent à leur parachute". Tout le monde s'active dans le silence à peine troublé. Les uns portent, à quatre, les énormes cylindres noirs jusqu'à la grange ; d'autres plient les parachutes libérés. "Vite les gars et ne laissez rien traîner". Les bruissements légers de la nuit sont à peine perturbés par le froissements de nos allées et venues. La brise, bien qu'à peine perceptible, a entraîné quelques parachutes vers les arbres bordant le terrain. Certains ont grimpé aux branches pour cisailler les cordages et décrocher  les containers qui y sont retenus. On s'agite partout. Va-et-vient incessant entre le terrain et la grange. On signale un parachute dans le pré voisin et on enjambe le fil barbelé du talus pour le récupérer  avec sa cargaison. Vite, vite, avant que l'aube ne pointe.

La poignée des containers me scie les doigts et j'ai dû me protéger avec mon mouchoir. On ignore la bruine légère qui nous environne comme si se liquéfiait lentement la nuit. On hisse encore un cylindre égaré par-dessus le grillage. Le petit jour blafard et glacial commence à pâlir l'horizon. C'est fini : le terrain n'a rien vu, n'a rien su.

On se retrouve dans la grange où, pendant nos navettes du pré à la bâtisse, Julien avait commencé à répartir le contenu des cylindres ; ici les carabines, là les mitraillettes, puis les chargeurs, le plastic, les mines, les grenades. Il est debout, jambes écartées, dominant cet amoncellement venu du ciel.

Le tri des armes s'est poursuivi encore longtemps dans la grange. A l'ouverture de chaque container, tous les regards convergent vers son gros ventre noir pour découvrir ce qui s'y cache ; l'apparition des blousons et des cigarettes est saluée avec de grands sourires ; les revolvers et les pistolets à barillet ont, aussi, bien des amateurs ; mais les plus applaudis sont les petits postes de radio, parallélépipède de métal gris clair tenant dans la main et qui, magiquement, fonctionne sans branchement électrique.

Pendant que, de découverte en découverte, s'achève l'inventaire, le jour a élargi sa brèche dans le ciel et une grande lassitude m'est venue. Je me sens les joues creuses, les yeux me piquent, un grand désir de dormir m'assomme. Je me hisse par l'échelle jusqu'en haut, dans la paille, là où on trie les parachutes, ils ont été pliés et enveloppés de leur housses brune marquée de leur couleur : yellow, blue, white... J'en choisis un blanc, tandis qu'un groupe discute des mérites respectifs des différentes teintes. (J'ai appris depuis que nous avions eu là notre premier contact avec le nylon encore inconnu en France).

Non loin de là, Alice est endormie sur la paille.

D'en bas, me parviennent des voix, comme un bourdonnement dans une atmosphère ouatée ; puis le roulement d'un tombereau brinqueballant venant prendre son chargement. Quand je redescends, il pleut toujours. Avec Charlot, nous faisons mettre de côté ce que nous destinons au groupe de Serouanne : nous tenons beaucoup aux mitraillettes Sten ; nous aurons aussi des chargeurs en quantité raisonnable et du plastic et des mines antichars et des crève-pneus ; et puis aussi un poste de radio, un blouson et des cigarettes.

Une autre charrette est en cours de chargement. On la couronne de fagots et la voilà partie paisiblement sous la pluie.

Julien est toujours debout au milieu de la cabane. Il me paraît extrêmement fatigué, comme amaigri, les cheveux en désordre, la voix lasse.

Nous avons été dans les derniers à partir en attendant le camion du Père Hamel qui doit transporter notre lot de matériel et celui de Juvigny.

Le pré a l'aspect tranquille et sans histoire de tous les prés du bocage, impassible dans son entourage de talus couronnés de broussailles mêlées aux coudriers : il n'attends plus que le retour des vaches.

Quand le camion arrive enfin, la pluie a cessé, mais il ne peut rouler jusqu'à la grange et nous avons dû faire plusieurs navettes pour le charger, pataugeant et glissant dans la boue du sentier défoncé par les piétinements et les chariots précédents. Un vieil homme devant la ferme, casquette au ras des yeux et longues moustaches tombantes, observe notre manœuvre ; il semble n'avoir pas dormi beaucoup plus que nous. Au dernier paquet, il est venu nous souhaiter bonne route et nous lui conseillons d'observer prudence et discrétion.

Sur la plateforme, notre chargement avait été camouflé sous une couche de paille et nous nous sommes allongés, Charlot et moi, sur cette "paillasse" pas trop inconfortable. Nous avons tiré des couvertures sur nous d'où seules nos têtes émergent, mais nous tenons chacun en main une mitraillette chargée en cas de mauvaise rencontre. Au moment où l'on démarre, Charlot, cheveux en brosse et fine moustache blonde, me fait un clin d'œil qui veut me dire : "T'en fais pas, ça ira". Dans la cabine, à côté d'Eugène Hamel au volant, s'est assis Leboulanger, de Juvigny.

Sur les ridelles, une banderole à croix rouge froufroute tandis que nous remontons vers Fougerolles. Nous refaisons ensuite, en sens inverse, le trajet que nous avions parcouru la veille à vélo avec Alice. Mais les deux jeunes gens qui pédalaient hier comme en une insouciante balade en douce compagnie sont maintenant étendus là, plaqués sur cette plateforme , étreints par la sensation quelque peu angoissante  d'une glissade cahotante dont ils n'ont pas la maîtrise.

Immobiles, passifs, mais vigilants, l'arme fermement tenue, d'autant plus vigilants qu'en cas de contrôle, nous n'aurions pas le choix de la manœuvre ni l'avantage de l'anticipation.

Au delà de la claire-voie des ridelles, on ne distingue pas grand chose ; sous l'accompagnement des nuages qui paraissent s'effilocher dans un ciel qui se dégage, nous échangeons peu de mots et une pensée fixe s'accroche et s'impose en moi :"Tant qu'on roule, ça va". Et je me répète :"Tant qu'on roule, ça va".

Un premier ralentissement nous met en alerte ; les maisons qu'on discerne me font supposer que nous entrons dans Savigny  ; le camion réduit de plus en plus son allure tout en se déportant vers la gauche : je m'aperçois que nous sommes entrain de doubler une colonne de Chleuhs alignés sur le bas-côté de la route. On a beau se persuader que la maîtrise du Père Hamel est rassurante et que le sang-froid qu'il avait montré en d'autres circonstances doit, cette fois encore, nous permettre de franchir l'obstacle. N'empêche que la gorge se serre et que le cœur bat plus fort que jamais.

Comme pour me dénouer la langue, je chuchote à Charlot : "Tant qu'on roule, ça va". Et lui me répond encore de son clin d'œil :"T'en fais pas, ça ira".

Longue, longue, interminable, cette lente traversée du village où, à cette heure-là, la banale agitation quotidienne dresse inconsciemment sur notre passage le danger d'une fausse manœuvre ou d'une immobilisation du véhicule qui risquerait alors de nous livrer à la plus périlleuse des curiosités.

Le camion reprend un peu de vitesse avant même que les dernières maisons soient dépassées : il retrouve enfin son allure normale quant l'étau de la rue qui l'enserrait s'est relâché en même temps qu'un grand soupir soulage l'oppression qui m'étreint la gorge, m'écrase la poitrine et l'estomac.

Nous roulons sans autre incident jusqu'à Saint-Hilaire. Là les cicatrises  trouant la chaussée depuis le bombardement américain qui avait ravagé la ville en juin, oblige à ralentir. Mais la traversée s'effectue sans alerte et, dès qu'on s'engage dans la descente vers la gare et la Sélune, nous retrouvons une atmosphère si familière qu'on imagine que rien de fâcheux ne peut plus nous arriver.

Le camion attaque maintenant courageusement mais non sans maugréer, la dure côte de Parigny. Après avoir  tourner vers Sérouanne, nous faisons arrêter Hamel à l'endroit que nous avions repéré pour déposer provisoirement notre chargement jusqu'au soir. Aucune circulation ne vient nous troubler, aussi pouvons nous, sans interruption, cacher le tout derrière le talus choisi. Et, après la chaleureuse poignée de mains qu'on imagine. Eugène Hamel et son passager de cabine poursuivront leur route vers Juvigny, emportant le reste du chargement sous sa protection de paille.

Ce fut encore une rude nuit, cette fois-là : tous les gars de notre groupe en file indienne, à travers champs, prés, talus, grillages, évitant routes et habitations, chacun portant sa charge, du talus au-dessus de la route où nous avions déchargé le camion jusqu'à l'inoffensive cabane plus près de notre planque où nous allions entreposer nos armes.

Et par là-dessus, un clair de lune dont, cette fois, on se serait bien passés.

15/12/2012
Lien : Patrimoine 53 : Fougerolles

[Compléter l'article]

Mission "HELMSMAN"

Le capitaine ERIC (Jack Hayes), officier Britannique du S.O.E, est parachuté le 8 juillet 1944, sa mision : éclairer le Haut Etat Major Allié sur l'arrière de front Avranches-Saint-Lo. Il contribue significativement au succés de la Percée du Général PATTON.

15/12/2012
Lien : Patrimoine 53 : Fougerolles

[Compléter l'article]

28 juillet 1944

Fougerolles est encerclé par des éléments de la Division SS "Das Reich". 300 hommes sont contrôlés place de l'église, l'un d'eux est tué en s'échappant.

6 sont déportés en Allemagne.

4 sont fusillés à Saint Jean du Corail (Manche) :

  • François Bostan
  • Julien Derenne
  • Victor Freard
  • François Genevée

15/12/2012
Lien : Patrimoine 53 : Fougerolles

[Compléter l'article]

La croix de guerre avec étoile de bronze

La croix de guerre avec étoile de bronze est attribuée à la ville Fougerolles-du-Plessis le 21 février 1950.

Citation : "Commune de la Mayenne, point de réunion d'organisations de résistance qui, de mars 1943 à août 1944, ont harcelé sans cesse l'occupant et participé à la réception de plusieurs parachutages. En dépit de sanglantes représailles, n'a jamais cessé son activité dans la lutte clandestine".

FTPT : Francs Tireurs et Partisans Français

SOE : Special Operation Executive (Direction des Opérations Spéciales)

15/12/2012
Lien : Patrimoine 53 : Fougerolles

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Mayenne

126e CTE Château-Gontier 53200 Château-Gontier
136e CTE Longuefuye 53200 Longuefuye
Camp de Grez-en-Bouère 53290 Grez-en-Bouère
Camp de Guelaintin 53100 Mayenne
Camp de Meslay-du-Maine Les Rochères 53170 Meslay-du-Maine
Camp de Montsûrs 53150 Montsûrs
Frontstalag 132 Laval 53000 Laval
Frontstalag 132 Mayenne 53100 Mayenne

Les lieux de sauvetage de la Mayenne

Si vous connaissez des lieux de sauvetage dans le département, merci de nous les signaler par mail.

Les 45 Justes parmi les Nations de la Mayenne


Maires de Fougerolles-du-Plessis

Alexandre Lebouc   (1937 - 1951)

Cultes à Fougerolles-du-Plessis

Théophile Chauveau  Curé ( 1910-1940 )
Jérosyme Souty  Curé ( 1940-1943 )
Émile Côme  Curé ( 1943-1948 )

1 Familles réfugiées à Fougerolles-du-Plessis [Compléter]
/ 18/05/1944
Famille Algazi - Sylvain Algazi est accueilli à Fougerolles-du-Plessis par Victor et Marguerite Paillard, jusqu'au 18/05/1944.1 (Patrimoine de Fougerolles)

Familles arrêtées (Fougerolles-du-Plessis) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.


Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Fougerolles-du-Plessis sur Wikipedia 
2 Site internet sur le Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière (Histoire du Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière. )
3 Le camp de Beauregard à Clefs (Site personnel en cours de réalisation )
4 Site Communal (Site officiel de la Mairie de Draché )
5 A Bléré, la ligne de démarcation est toujours dans les mémoires (Cet article résume bien la position de Bléré et le role heroique de ses habitants Journal La Nouvelle République. 25 Aout 2007 )
6 la Famille Angel (Destin croisés des familles Angel et Delépine, originaires du nord et toutes deux réfugiées à Tharon plage )
7 "Lettre à Esther" (La vidéo retrace l'histoire de la famille Angel depuis son arrivée en France début XX°, son intégration en France, l'arrestation et la déportation à Auschwitz (convois 8 et 34) de cette famille réfugiée à Pornic et Tharon. "Enfances volées": vidéo retraçant la déportation de Rachel Angel et de Victor Pérahia, avec le témoignage de celui-ci )

Notes

- 1 - Patrimoine de Fougerolles

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019