Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
88 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36587 communes
95 départements et l'étranger
1213 lieux d'internement
725 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4202 Justes de France
916 résistants juifs
13714 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Yonne

Région :
Bourgogne-Franche-Comté
Département :
Yonne

Préfets :
Paul Gibaud
(1944 - 1946)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
(07/1943 - 30/12/1943) Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

Jean-Pierre Marandin Jean-Pierre Marandin
Résistances 1940-1944 : Volume 1, A la frontière franco-suisse, des hommes et des femmes en résistance

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Les Maquis de Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Claude Delasselle Claude Delasselle
Joël Drogland
Frédéric Gand
Thierry Roblin
Jean Rolley
Un département dans la guerre 1939-1945 : Occupation, Collaboration et Résistance dans l'Yonne

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté Agents secrets & services spéciaux dans la résistance Tome 2 Jura & Doubs

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Robert Dutriez Robert Dutriez
La Seconde Guerre mondiale en Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

Simon Igel Simon Igel
Matricule 157 085 , Témoignage d'un adolescent rescapé

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté : Agents secrets et services spéciaux dans la résistance

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Auxerre en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Auxerre 89000
- Yonne
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Auxerre en 1939-1945
Auxerre
source photo : Par Wikoipedia — Wikipedia, CC BY-SA 4.0, Lien
crédit photo : D.R.
Auxerre en 1939-1945
Hôtel de Ville
source photo : Auxerre
crédit photo : D.R.
Auxerre en 1939-1945
Le Palais de Justice d'Auxerre
source photo : Par Wikipedia — Wikipedi, CC BY-SA 4.0, Lien
crédit photo : D.R.
Auxerre en 1939-1945
Auxerre et l'Yonne depuis le Pont Paul Bert
source photo : Par Zairon — https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Auxerre_Stadtpanorama_vom_Pont_Paul_Bert_2.jpg, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=78109335
crédit photo : D.R.
Auxerre en 1939-1945
Auxerre
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.
Auxerre en 1939-1945
Le 24 août 1944, les Forces Françaises de l’Intérieur défilent dans la rue du Temple, dans l’enthousiasme général.
source photo : L'Yonne Républicaine
crédit photo : © D. R. Arory
Auxerre en 1939-1945
Les Allemands à Auxerre
source photo : X
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département de l'Yonne
Histoire

La commune des Auxerrois

Auxerre est une commune de l'Yonne, située dans le nord-ouest de la région Bourgogne-Franche-Comté. La ville est traversée par l'Yonne, un affluent de la Seine qui parcourt le département du sud vers le nord.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 24 282 habitants et 24 052 en 1946.

18/03/2021

[Compléter l'article]

La drôle de guerre

La France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre.

Le 20 mars 1940, le cabinet Daladier démissionne. Paul Reynaud est chargé de former un nouveau cabinet qui sera investi par 268 voix contre 156 et 111 abstentions.

L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.
Plusieurs villes du Nord et Colmar sont bombardées.

La gare d’Auxerre est bombardée le 7 juin 1940.

Le 10 juin, l’Italie déclare la guerre à la France et à l’Angleterre.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Tours le 10 juin. La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.
Le 13 juin le gouvernement arrive à Bordeaux.
Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner.

Le samedi 15 juin 1940, l'armée allemande s'empare de Sens, Joigny et Auxerre.
Le 16 juin, le 14e Armeekorps motorisiert (14ème Corps d’Armée Motorisé) arrive à Clamecy et se dirige vers Nevers.
D'autres unités allemandes remontent la Loire depuis Orléans.

Des centaines de réfugiés traversent le département, fuyant devant l'avancée de l'armée ennemie.

18/03/2021

[Compléter l'article]

L'Occupation

Les forces de l'occupation

La Feldkommandantur, Etat-major de Campagne, siège de l'armée allemande en pays occupé, est installée au 15 avenue Foch, dans la maison de l'ancien maire Charles Surugue.

La Feldgendarmerie se trouve quelques mètres plus loin, dans l'Hôtel des Maréchaux, 6 avenue Foch, seul bâtiment apte à héberger 50 hommes.

Les officiers de la Luftwaffe avaient leurs bureaux dans l'actuel Lycée Vauban.

Les polices de l'occupation

Le SD (Sicherheitsdienst) est installée 17 avenue Victor Hugo. Trois responsable allemands y travaillent, en étroite collaboration avec la Gestapo. Lischka, ancien chef du service des affaires juives de la Gestapo du Reich, est nommé en France sous-responsable de la SIPO-SD (Sicherpolzei) et supervice en même temps le travail de la Gestapo.
Il déclare au Commandement militaire en zone occupée le 30 janvier 1941 : "Il convient de laisser aux Français le soin de régler la suite [des questions juives] afin d'éviter dans ce domaine la réaction du peuple français contre tout ce qui vient des Allemands".

La SD exerce une pression sur le Commandement militaire et sur Vichy. Elle obtient de Vichy : la création des camps d'internements pour juifs en zone occupée, la mise en place du Commissariat Général aux questions juives, la création de l'Union Générale des Israélites de France. La SD exerce une pression également sur la police d'Etat dirigée par Bousquet.

La Gestapo siège au 26 avenue Victor Hugo, dans un appartement confisqué à la famille Hermann.
Elle dispose d'un petit service des affaires juives et surveille et influence la police de sûreté (SD). 

Les autorités de l'Etat français et leurs antennes locales

Entre novembre 1940 et juillet 1944, les préfets Dupart, Bourgeois, puis Gardas se sont succedés : nommés par Pétain, ils contribuèrent à l'application des décisions de Vichy dans le département de l'Yonne.

René Grégoire assure pendant l'occupation, la fonction de commissaire divisionnaire des Renseignements Généraux : il est à l'origine d'un grand nombre d'arrestations de Juifs et de résistants.

L'officier chargé des affaires juives est installé à l'Hôtel de l'Epée (rue du Temple). Après l'arrestation des parents, il transmet la liste des enfants qui devront être conduits à Paris.
Placés provisoirement à l'Orphelinat Denfert-Rochereau d'Auxerre, ils sont ensuite conduits au siège de l'UGIF à Paris.

L'Union Générale des Israélites de France : sous le contrôle de l'Etat de Vichy, l'UGIF eest chargée de ficher tous les citoyens juifs et les apatrides présents sur le territoire. 

Recensement et fichage des Juifs

Le fichage des Juifs ordonné par le commandement militaire en France (MBF), commence le 27 septembre 1940 en zone occupée seulement. Vichy prend librement l'initiative d'établir le premier statut des Juifs le 3 octobre 1940 pour mettre en oeuvre le recensement. Ce statut est plus large que celui qui a été établi en Allemangne.

La loi du 2 juin 1941 élargit le recensement à la zone libre.

18/03/2021
Lien : Auxerre 1942-1944

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de l'Yonne

107e-108e-109e CTE Saint-Florentin 89600 Saint-Florentin
205-208-209e CTE Auxerre 89000 Auxerre
36e-65e-114-8e-175e CTE Cravant 89460 Cravant
66e CTE Chemilly-sur-Yonne 89250 Chemilly-sur-Yonne
67e CTE Vincelles 89290 Vincelles
Camp de Saint-Denis-lès-Sens 89100 Saint-Denis-lès-Sens
Camp Lalande 89130 Lalande
Camp Les Vaudeurs 89320 Vaudeurs
Camp Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes 89190 Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes
Frontstalag 124 Joigny 89300 Joigny
Frontstalag 150 Auxerre 89000 Auxerre
Frontstalag 150 Saint-Florentin 89600 Saint-Florentin
Frontstalag 150Z Cravant 89460 Cravant
Frontstalag 150Z Joigny 89300 Joigny
Frontstalag 150Z Sens 89100 Sens
Maison d'arrêt d'Auxerre 89000 Auxerre
Prison de Sens 89100 Sens

Les lieux de sauvetage de l'Yonne

Abbaye de la Pierre-Qui-Vire 89630 Saint-Léger-Vauban
Orphelinat Denfert-Rochereau 89000 Auxerre
Penson Sainte-Madeleine 89450 Vézelay


Les 53 Justes parmi les Nations de l'Yonne



1 Familles réfugiées à Auxerre [Compléter]
12/07/1942 / 13/07/1942
Famille Igel - La famille de Simon Igel s'installe à Auxerre, 27 rue du Puits des Dames. Le 12 juillet 1942, la famille est arrêtée parce que juive. Son père Aron Markus Igel, sa mère Jenta Igel, et ses frères Joseph et Menasse sont transférés à la prison d’Auxerre tandis que Simon Igel, 15 ans, est conduit à l'Orphelinat Denfert-Rochereau à Auxerre. Le lendemain, Madame Coqblin prend en charge l'adolescent et il restera enfermé pendant un mois chez M. et Mme Roche, restaurateurs, propriétaires du café du Pont, à Auxerre. Le 17 juillet 1942, Aron, Jenta, Menassé et Joseph sont déportés sans retour de Pithiviers vers Auschwitz par le convoi n° 6. En septembre 1942, Simon Igel quitte Auxerre dans un camion de ravitaillement allemand et arrive à Chalon-sur-Saône. A Chalon, il trouve un passeur pour traverser la ligne de démarcation et y laisse toutes ses économies : 10 000 francs...

2 Familles arrêtées (Auxerre) [Compléter]
16/07/1942
Famille Igel - Aron Markus Igel, né en 1899 en Pologne, et son épouse Jenta, née en 1900 en Pologne, habitent à Zolkiew, aux environs de Cracovie (Pologne). Ils ont trois fils, Menassé, Joseph et Simon. De 1928 à 1937, ils habitent à Vienne (Autriche) et arrivent en France en 1937. En 1938, la famille s'installe à Paris, rue d’Aboukir. Aron et Jenta sont artisans fourreurs. En 1938, Aron est convoqué à la Préfecture car il est entré en France avec un visa de tourisme et ne peuvent donc pas rester en région parisienne. Ils choisissent alors de s'installer dans l’Yonne, à Auxerre, 27 rue du Puits des Dames. En 1942, ils portent l’étoile jaune. En juin 1942, Simon passe son certificat d’études avec l'étoile et le manque de peu... Le 16/07/1942, la famille est arrêtée parce que juive. Aron, Jenta, Menassé et Joseph sont transférés à la prison d’Auxerre tandis que Simon est conduit dans un orphelinat. Le 17/07/1942, ils sont déportés sans retour de Pithiviers vers Auschwitz par le convoi n° 6. Seul Simon, déporté le 07/10/1943 par le convoi n° 60, survivra.
Déportation :
17/07/1942   convoi no 6
JO :
Daf-Ed Simon Igel

1944
Famille Levy - Marcel David, 45 ans, né le 4 février 1898 à Pont-à-Mousson, commerçant, marié avec Thérèse Sophie née Crehange le 24 mars 1901 à Saint-Max, 43 ans, habitaient à Jeouf. Réfugiés à Auxerre, ils sont arrêtés parce que juif et déportés sans retour de Drancy par le convoi n° 69 du 7 mars 1944 et gazés dès leur arrivée à Auschwitz.
Déportation :
07/03/1944   convoi no 69
JO :
Témoignage de Denyse Bauer née Lévy

Chronologie [Ajouter]

12/07/1942 - Ordre de rafle commandée par le Préfet de région par télégramme : « Tous les juifs de 16 à 65 ans, de nationalité polonaise, tchécoslovaque, russe… et apatride, devront être immédiatement arrêtés et transférés dans le camp de concentration de Pithiviers.
Arrestations devront être commencées rigoureusement le 12 juillet courant. Elles devront être intégralement exécutées le 13 juillet à 20 h.
Juifs arrêtés devront être livrés le 15 juillet 20 h dernier délai camp de concentration.
Il devra être porté à la connaissance des juifs que les objets suivants devront être emportés :
1° une paire de chaussures fatigue solides, deux paires de chaussettes, deux caleçons, un costume de travail, deux couvertures laine, quatre draps et deux taies, matériel couchage avec rechange, une gamelle, un verre, une cuillère, un pull over, ainsi que objets de toilette les plus indispensables.
2° juifs devront se munir ravitaillement trois jours. Ils ne pourront emporter qu’un seul bagage (malle ou sac de tourisme). Ne pourront être emportés titres, devises, livrets caisse d’épargne etc… objets d’art de tous genres, or, argent, platine, à l’exception d’une alliance.
Cartes ravitaillement : celles-ci devront être retirées au moment leur arrestation et remises aux services ravitaillement locaux…
Négligences dans exécution présent ordre par agents et gendarmes chargés cette mission entraîneraient révocation immédiate ».

20/02/1943 - Rafle exigée par les autorités allemandes en représailles à un attentat parisien le 13/02/1943 contre des officiers de la Luftwaffe. Le gouvernement de Vichy transmet une directive aux préfets de région avec des quotas: les autorités allemandes ont exigé 2000 Juifs étrangers au total. Ils sont pris essentiellement en "zone libre".Cluny France
24/02/1944 - Rafles en Côte d’Or, Saône-et-Loire, Yonne, Nièvre, Doubs, Haute-Loire, Jura et du Territoire de Belfort : 485 personnes sont arrêtées dans la région.1
24/08/1944 - Auxerre est libérée par les troupes du maréchal Leclerc. Les résistants pénètrent dans Auxerre, tandis que les Allemands battent en retraite.Auxerre


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Auxerre sur Wikipedia 
2 ARORY (L'Association pour la Recherche sur l’Occupation et la Résistance dans l’Yonne est née en 1988 à l’initiative d’anciens résistants et déportés de l’Yonne, mène un travail de recherche historique sur la période de la Seconde Guerre mondiale. L'ARORY diffuse deux fois par an son bulletin, l'Yonne-Mémoire 40-44. L'ARORY mène aussi d'autres activités comme l'aide apportée aux enseignants et élèves qui participent au concours national de la Résistance et de la Déportation ainsi qu'aux étudiants dont les travaux portent sur des personnalités et des organisations résistantes. Enfin l'ARORY anime et participe à des conférences et à des expositions. )
3 Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. (Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. Auteur : Julie Philippe (julia.philippe@laposte.net) Éditeur : Mémoire de master en histoire contemporaine Date de publication : 19-09-2007 )

Notes

- 1 - Archives Départementales de la Côte d’Or.

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


***  RECHERCHE SUR LA COMMUNE DE SAINT FLORENTIN (89600) Déposée le 06/01/2015

    Je suis à la recherche de renseignements concernant une petite fille nouveau née abandonnée ou perdue sur la commune de SAINT FLORENTIN (Yonne) ou dans les environs en avril, mai 1939, et qui fut recueillie en grand secret dans une famille de Saint Florentin.

    B.H.L.L.
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021