Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11291 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Loire-Atlantique

Région :
Pays de la Loire
Département :
Loire-Atlantique

Préfets :
Jean Roussillon
(16/08/1940 - 31/07/1943) Préfet régional de la région d'Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1896-1970)
(1942 - 1943) Préfet de Loire-Atlantique. Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
Charles Donati
(01/08/1943 - 10/08/1944) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région d'Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (né en 1891)
Michel Debré
(10/08/1944 - 01/04/1945) Michel Debré dit Jacquier, Commissaire de la république de la région d’Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1912-1996)
Alain Savary
(01/04/1945 - 11/05/1945) Commissaire de la république de la région d’Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1918-1988)

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

François Gauducheau François Gauducheau
16 septembre 1943, les morts oubliés

 

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Richard Sartène Richard Sartène
Une enfance entre guerre et paix

ACHETER EN LIGNE

Annie Lambert Annie Lambert
Etre juif à Nantes sous Vichy

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Antoine Prost Antoine Prost
Jean-Pierre Azéma
Jean-Pierre Rioux
Les communistes français, de Munich à Châteaubriant (1938-1941)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Nantes en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Nantes 44000
cf. Vieux-Doulon
Sous-préfecture : Nantes
- Loire-Atlantique
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Nantes en 1939-1945
Nantes, vue sur le château, prise du Quai Baco
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.
Nantes en 1939-1945
Hôtel de Ville
source photo : Eusebius
crédit photo : D.R.
Nantes en 1939-1945
La Loire et le château d'Anne de Bretagne à Nantes
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.
Nantes en 1939-1945
Hôtel de la Préfecture
source photo : Eusebius
crédit photo : D.R.
Nantes en 1939-1945
Arrêt de la Cour Martiale
source photo : Archives Nantes
crédit photo : D.R.
Nantes en 1939-1945
Panneaux indicateurs allemands à Nantes
source photo : Archives municipales de Nantes
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département de la Loire-Atlantique
Histoire

La commune des Nantais et des Nantaises

Nantes est une commune de la Loire-Atlantique.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 195 185 habitants et 200 265 en 1946.

29/04/2010

[Compléter l'article]

Nantes sous l'Occupation

Nantes est occupée par l'armée allemande à partir du 19 juin 1940 et les autorités allemandes d'occupation garantissent la sécurité des troupes d'occupation. Le port et les gares sont immédiatement occupés et les autorités militaires font établir sur-le-champ par la municipalité une liste de 20 notables-otages.

Le bâtiment du XIe Corps d’armée, place Foch, devient aussitôt le siège de la Feldkommandantur.

A Nantes et dans les environs, 45 000 prisonniers de guerre français sont internés dans différents camps jusqu'à leur transfert vers l'Allemagne en janvier 1941.

Une résistance spontanée, composée d'individus ou de petits groupes isolés, naît dès les débuts de l'occupation.
En juillet 1940, les bases d'un premier réseau de renseignements - sous la direction de Jean-Baptiste Legeay (qui sera décapité à Cologne en février 1943) - se constituent.

Le 20 octobre 1941, Gilbert Brustlein, membre d'un commando parisiens composé de Spartaco Guisco et de Marcel Bourdarias et appartenant à un groupe de résistants communistes, abat, rue du Roi Albert, le Feldkommandant Hotz, commandant la place de Nantes et responsable des troupes d'occupation du département de Loire-Inférieur.
Par mesure de représailles, les autorités militaires allemandes exigent l’exécution de 50 otages. Des primes sont également offertes pour obtenir la dénonciation des coupables. 48 otages sont fusillées le 22 octobre 1941 : 27 à la carrière de la Sablière à Châteaubriant, 16 à Nantes, sur le champ de tir du Bêle, et 5 résistants nantais au Fort du Mont Valérien.1

Le couvre-feu est instauré de 21 h à 5 h du matin et des amendes de plusieurs millions de francs sont imposées à la ville.

Les bombardements alliés d'octobre et décembre 1941 occasionnent de nombreux morts et de nombreuses destruction.

Nantes est honorée par la croix de la Libération par un décret du 11 novembre 1941 : "Ville héroïque qui, depuis le crime de la capitulation, a opposé une résistance acharnée à toute forme de collaboration avec l'ennemi. Occupée par les troupes allemandes et soumise aux plus dures mesures d'oppression, a donné aux Français, par de nombreuses actions individuelles et collectives, un magnifique exemple de courage et de fidélité. Par le sang de ses enfants martyrs, vient d'attester devant le monde entier la volonté française de libération nationale."

Dans les mois qui suivent, de nouveaux attentats ont lieu et d'autres otages sont exécutés, pour la plupart choisis parmi les Nantais détenus et les internés politiques du camp de Choisel.

De nouveaux bombardements alliés en avril et mai 1942 occasionnent à nouveau de nombreux morts et de nombreuses destruction.

En janvier et février 1943, 34 résistants sont fusillés à Nantes.

Les bombardements alliés en mai et en septembre 1943 sont dramatiques.
Les 16 et 23 septembre, les bombardiers lâchent entre 1000 et 1500 bombes sur la ville avec pour principaux objectifs la destruction des infrastructures portuaires et industrielles. Cependant les civils sont fortement touchés avec 1463 morts et 2500 blessés et 700 habitations sont détruites.
Le centre de Nantes est détruit.

En juin 1944, une des dernières opérations allemandes est la destruction du maquis de Saffré où 350 jeunes sont cachés entre les communes d'Héric, de Nort-sur-Erdre et de Saffré. 27 maquisards arrêtés sont fusillés le 29 juin au Château de la Bouvardière à Saint-Herblain.

Les Allemands quitte la ville le 12 août 1944. Le 5e Bataillon FFI entre dans la ville, suivi par les Américains. Le maire, Clovis Constant, et le nouveau conseil municipal sont installés dans leurs fonctions par le préfet Vincent.

Avec 442 alertes, la ville de Nantes subira au total 28 bombardements dont ceux de septembre 1943 particulièrement meurtriers. Au total, ces différents raids aériens provoqueront la disparition de 1732 victimes et 2946 blessés. Ce sont également 1240 maisons détruites et 3986 édifices inhabitables2. L’équipe municipale perdra 25 membres dont 3 lors d’opérations de déminage. Une plaque rappelle leur souvenir à l’entrée de leur ancien PC à la mairie, hôtel Rosmadec.

15/09/2013

[Compléter l'article]

La rafle du 15/07/1942 en Loire-Inférieure

Le 15 juillet 1942, à la veille de la grande rafle du Vélodrome d’Hiver à Paris, une rafle est réalisée dans le département de Loire-Inférieure. Au total, 98 personnes juives sont arrêtées : 28 dans l’arrondissement de Nantes, 4 dans celui de Châteaubriant et 66 dans l’arrondissement de Saint-Nazaire.

15/09/2013

[Compléter l'article]

Compagnon de la libération

Discours prononcé par le général de Gaulle le 14 janvier 1945 à Nantes lors d’une cérémonie publique. Le général de Gaulle remet la croix de la Libération de la ville de Nantes à son maire, Clovis Constant et 6 Nantais (René Babonneau, Jean Demozay, Alfred Heurtaux, Bertrand Jochaud du Plessix, Yves et Jean Mahé) sont faits compagnon de la Libération à titre individuel.

Quelle émotion nous étreinte tous aujourd’hui, en cette grande ville libérée qui a donné à la France en 1940, en 1941, en 1942 et en 1943, l’exemple de ce que peut faire et de ce que sait faire une bonne grande ville française quand elle est courageuse et résolue ! Les ruines, les morts, les épreuves physiques et morales endurées ici collectivement, et celles plus dures encore que chacun de vous a supportées à son foyer ou dans le secret de son cœur… tout cela est l’ensemble de ce que Nantes a offert à la France et que la France n’oubliera jamais.

C’est pourquoi, au nom de la France, le Chef du Gouvernement de la République, accompagné des Ministres de la Reconstruction et de l’Agriculture, est venu remettre la plus haute distinction possible : la Croix de la Libération en vertu de quoi elle devient « Compagnon de la Libération » avec ce que cela représente de courage, de sacrifice et d’unité. Je dis unité parce qu’elle est indispensable pour mener à bien tout ce qui nous reste à faire : il nous faut terminer cette guerre victorieusement. Nous aurons encore à subir des épreuves physiques, les plus dures peut-être. Mais cette année sera l’année de la gloire, de la victoire, l’année où nous irons sur le Rhin… L’année où toutes nos souffrances seront récompensées, qui fera que nous n’aurons pas souffert pour rien et que nos morts ne seront pas morts en vain. [ovation formidable] La France a sur revivre, sortir du tombeau, plus grande que jamais. Nous en sortirons. J’en réponds ici, devant la France entière, en présence de Nantes. La France, pour cette victoire et pour son avenir, a besoin de tous deux et celles qui sont ses enfants. Elle sait bien qu’il y a pu avoir des illusions pour les uns et les autres ; mais elle sait aussi que l’immense majorité de ses enfants est restée fidèle à la Patrie. La France veut que tous ses enfants aient une place autour du Foyer de la Patrie. Tels sont les sentiments qui nous animent tous et qui remplissent l’âme de tous nos soldats qui se battent à l’Est, et de tous ceux qui, à proximité immédiat, font face aux derniers Allemands cramponnés à notre sol : ces soldats, qui sont une même armée française, qui sont là pour témoigner que la France veut être servie et devenir une grande puissance unie… C’est là notre volonté. N’est-ce pas, Nantes, que j’ai raison de la dire ?
3

15/09/2013

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Loire-Atlantique

139e-168e-177e-278e CTE du Vieux Doulon 44000 Nantes
181e CTE Saint-Nazaire 44600 Saint-Nazaire
185e CTE Savenay 44260 Savenay
Camp de Choisel 44110 Châteaubriant
Camp de Juigné-des-Moutiers 44670 Juigné-des-Moutiers
Carrière de la Sablière 44110 Châteaubriant
Centre Gorges 44190 Gorges
Centre Grand Gaumier 44190 Gétigné
Champ de tir du Bêle 44000 Nantes
Château de la Bouvardière 44800 Saint-Herblain
Dulag le Bertefois 44260 La Chapelle-Launay
Frontstalag 182 Nantes 44000 Nantes
Frontstalag 182 Savenay 44260 Savenay
Frontstalag 183A Châteaubriant 44110 Châteaubriant
Frontstalag 205 Donges 44480 Donges
Frontstalag 232 Savenay 44260 Savenay
La Forge Neuve à Moisdon-la-Rivière 44520 Moisdon-la-Rivière
Prison des Rochettes 44000 Nantes
Prison Lafayette 44000 Nantes

Les lieux de sauvetage de la Loire-Atlantique

École Sainte-Anne 44000 Nantes
Pensionnat du Sacré-Coeur 44000 Nantes


Les 21 Justes parmi les Nations de la Loire-Atlantique


Maires de Nantes

Auguste Pageot   (1935-1940)
Édmond Prieur   (1940-1941)
Gaëtan Rondeau   (1941-1942)
Henry Orrion   (1942-1944) Réélu de 1947 à 1965
Clovis Constant   (1944-1945)
Jean Philippot   (1945-1947)

Cultes à Nantes

Jean-Joseph-Léonce Villepelet  Évêque de Nantes ( 20/08/1936-02/07/1966 )

2 Familles réfugiées à Nantes [Compléter]
1942 / 1944
Famille Stagzman - Suzanne, enfant juive, âgée de 13 ans, va être cachée par les Filles de la charité du Sacré-Coeur de Jésus au Pensionnat du Sacré-Coeur puis à l'École Sainte-Anne.
1942 / 1944
Famille Stagzman - Suzanne, enfant juive, âgée de 13 ans, va être cachée par les Filles de la charité du Sacré-Coeur de Jésus au Pensionnat du Sacré-Coeur puis à l'École Sainte-Anne.

30 Familles arrêtées (Nantes) [Compléter]
15/07/1942
Famille Aaron - Berthe, 78 ans, née Dreyfus à Altkirch (68) le 24 février 1865, résidant à Nantes, arrêtée parce que Juive, sera déporté sans retour le 20 juillet 1942 par le convoi n° 8, d'Angers vers Auschwitz (827 déportés, 14 survivants à la Libération).
Déportation :
20/07/1942   convoi no 8

16/07/1942
Famille Ajzenbuch - Joseph, 40 ans, né à Klimentow (Pologne) le 17 février 1902, tapissier résidant à Nantes, arrêté parce que Juif, sera déporté sans retour le 20 juillet 1942 par le convoi n° 8, d'Angers vers Auschwitz (827 déportés, 14 survivants à la Libération).
Déportation :
20/07/1942   convoi no 8

1944
Famille Altmann - Dina, 40 ans, et Suscher Altmann, 42 ans, et leurs quatre plus jeunes fils, Joseph, 14 ans, Salomon, 8 ans, Jacky, 7 ans et Max sont arrêtés chez eux à Romainville le 15 octobre 1942 parce que juifs. Ils sont déportés sans retour à Auschwitz par le convoi n° 40 du 04/11/1942 et gazés à leur arrivée, le 7 novembre 1942. 
Jacques est arrêté à Nantes parce que juif. Il sera déporté le 10 février 1944, par le convoi 68. Il sera survivant et évacué en 1945 à Ohrdruf, camp satellite de Buchenwald, où il est libéré et soigné par les soldats américains.

Déportation :
10/0/1944   convoi no 68

15/07/1942
Famille Aptowicz - (ou Aptovici) Joseph, 44 ans, Roumain né à Cernanti le 14 mai 1898, résidant à Nantes. Arrêté parce que Juif, le 15 juillet 1942, il sera déporté sans retour le 20 juillet 1942 par le convoi n° 8, d'Angers vers Auschwitz (827 déportés, 14 survivants à la Libération).
Déportation :
20/07/1942   convoi no 8

15/07/1942
Famille Behar - Esther, 71 ans, née à Constantinople (Turquie) le 14 juillet 1872, résidant à Nantes, arrêtée parce que Juive, le 15 juillet 1942 et déportée sans retour le 20 juillet 1942 par le convoi n° 8, d'Angers vers Auschwitz (827 déportés, 14 survivants à la Libération).
Déportation :
20/07/1942   convoi no 8

>> Voir les 30 familles arrêtées dans la commune <<


Chronologie [Ajouter]

1940 - Entrée des Allemands à Nantes.
22/01/1941 - Arrestation à Nantes du lieutenant de vaisseau Honoré d’Estienne d’Orves, né le 5 janvier 1901 à Verrières, chef du 2e bureau de la France libre, en France pour organiser des réseaux de résistance. Condamné à mort, il sera exécuté avec plusieurs de ses compagnons le 29 août 1941 au Fort du Mont Valérien.
20/10/1941 - Le lieutenant-colonel Hotz, chef de la Kommandantur de Nantes, est exécuté par deux jeunes résistants Parisiens, Gilbert Brustlein et Guisco Spartaco, rue du Roi-Albert, près de la cathédrale de Nantes. En représailles, les Allemands fusillent 48 otages (16 à Nantes, 27 au Camp de Choisel à Châteaubriant et 5 au Mont-Valérien). C’est la première exécution massive de civils.
15/07/1942 - Rafle du 15 au 20 juillet 1942 par la police allemande et les gardiens de la paix du commissariat central de Nantes. 98 Juifs seront raflés en Loire-Atlantique, 28 dans l'arrondissement de Nantes, 4 dans celui de Châteaubriant, 66 dans celui de Saint-Nazaire dont 51 Français (La Baule 21, Le Pouliguen 9, Pornichet 2, Guenrouët 1, Pornic 16, Sainte-Marie-sur-Mer 4, Tharon 9, Saint-Nazaire 3). La plupart seront déportés par le convoi n° 8 parti d'Angers vers Auschwitz le 20/07/1942. 827 déportés, 14 survivants.
09/10/1942 - Rafle du 9 octobre 1942, par la police allemande de sûreté : 13 arrestations à Nantes, 11 à Mauves, 5 à Gorges et 5 à Châteaubriant.
13/02/1943 - Cinq résistants espagnols furent fusillés à Nantes en même temps que d’autres combattants FTP. Ils s’appelaient : Benedicto BLANCO DOBARRO, Basilio BLASCO MARTÍN, Alfredo GÓMEZ OLLERO, Ernesto PRIETO HIDALGO, Miguel SÁNCHEZ TOLOSA.
16/09/1943 - Bombardements aériens alliés sur Nantes.
26/01/1944 - Rafle du 26 janvier 1944 : 17 Juifs sont arrêtées à Nantes dont 16 de nationalité française et un Polonais.
12/08/1944 - Les Allemands évacuent Nantes.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Nantes sur Wikipedia 
2 Site internet sur le Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière (Histoire du Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière. )
3 Le camp de Beauregard à Clefs (Site personnel en cours de réalisation )
4 Site Communal (Site officiel de la Mairie de Draché )
5 A Bléré, la ligne de démarcation est toujours dans les mémoires (Cet article résume bien la position de Bléré et le role heroique de ses habitants Journal La Nouvelle République. 25 Aout 2007 )
6 la Famille Angel (Destin croisés des familles Angel et Delépine, originaires du nord et toutes deux réfugiées à Tharon plage )
7 "Lettre à Esther" (La vidéo retrace l'histoire de la famille Angel depuis son arrivée en France début XX°, son intégration en France, l'arrestation et la déportation à Auschwitz (convois 8 et 34) de cette famille réfugiée à Pornic et Tharon. "Enfances volées": vidéo retraçant la déportation de Rachel Angel et de Victor Pérahia, avec le témoignage de celui-ci )

Notes

- 1 - Au lendemain de la guerre, le conseil municipal décide à l’unanimité de donner le nom de "Cours des 50 Otages" au bras comblé de l’Erdre, nouvellement aménagé.
- 2 - Paul Caillaud, Nantes sous les bombardements, Editions du Fleuve 1946. Paul Caillaud dirigeait la Défense passive, organisme civil créé au début des années 1930 pour venir au secours des populations en temps de guerre.
- 3 - Chancellerie de l'Ordre de la Libération, Nantes.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Martineau Aristide

    Bonjour
    Je cherche des informations, même anecdotique, concernant l'avocat Martineau Aristide qui a participé à la défense des otages durant leur procès pendant la deuxième guerre mondiale à Nantes à Nantes
    gurdabarranco@gmx.fr -(kia.cd.st).
    [répondre]

***  Monique Fay Trompeter Edelist

    Nous recherchons des informations, témoins ayant connu Monique Trompeter Edelist, soeur de Betty, déportée et morte à Auschwitz en 1942.
    contacter : isa.pele@orange.fr
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018