space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
412 annonces de recherche

39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements et l'étranger
1147 lieux d'internement
643 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3952 Justes de France
748 résistants juifs
9090 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1201 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Contribuer à ajpn.org
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Martha Sharp


Dossier Yad Vashem : 10599
Remise de la médaille de Juste : 26/09/2005
Sauvetage : Pau 64000 - Pyrénées-Atlantiques
Marseille 13000 - Bouches-du-Rhône
Profession: Assistante sociale
Religion : Chrétien unitarien
Nom de naissance: Marta Alice Ingham
Nom d'épouse: Sharp
Date de naissance: 25/04/1905
Date de décès: 1999
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Martha-Sharp
Martha Sharp stands next to her milk distribution center in Pau, France, 1940-1941. Unitarian Universalist Service Committee
source photo : www.ushmm.org
crédit photo : © United States Holocaust Memorial Museum, Washington, D.C.
Martha-Sharp
Martha et Waitstill Sharp
source photo : Arch. fam. Sharp
crédit photo : D.R.
Martha-Sharp
Martha et Waitstill Sharp
source photo : Arch. fam. Sharp
crédit photo : D.R.
Martha-Sharp
Enfants et adultes réfugiés, accompagnés de France au Portugal par Martha et Waitstill Sharp, installés à l'école d'agriculture, près de Lisbonne, avant leur départ pour les Etats-Unis
source photo : Arch. fam. Sharp
crédit photo : D.R.
Notice

Le révérend Waitstill Hastings Sharp* est pasteur de l'église unitarienne de Wellesley (Massachusets) et son épouse Martha* est assistante sociale et missionnaire de l'Unitarian Service Committee (branche de l'Église Protestante Américaine ayant pour but d’aider les enfants des pays touchés par la guerre).
L’unitarisme est un courant né en Angleterre au 18e siècle. Cette doctrine affirme que le Dieu du christianisme est une seule personne et nie la divinité de Jésus-Christ été ne reconnaissent pas la Trinité.

En 1939, In 1939, Martha* et Waitstill Sharp* acceptent l'invitation des Unitariens en Tchécoslovaquie. Ils arrivent à Prague en février 1939.
A partir du 15 mars, les nazis ont envahi la Tchécoslovaquie et les Sharp* vont aider des Juifs à quitter le Pays.
Il continue leur oeuvre charitable jusqu'en août 1939, date où ils doivent quitter Prague, prévenu de leur arrestation imminente par la Gestapo et se rendent à Lisbonne (Portugal) pour venir en aide aux réfugiés juifs et non-juifs qui arrivent de France, poursuivis par les nazis et le régime de Vichy.

En juin 1940, deux cents mille réfugiés affluent à Pau, fuyant la guerre et le chaos. Martha Sharp*, âgée de vingt-cinq ans, organise alors une action humanitaire historique au profit des enfants. Elle accompagne de Lisbonne à Pau, deux wagons de lait en poudre destiné aux nourrissons. La jeune américaine et les deux wagons de lait arrivent à Pau le 14 juin 1940. En plus de ses quarante mille habitants, Pau abrite deux cents mille réfugiés fuyant l'avancée des nazis. Le maire de l'époque, le docteur Pierre Verdenal, aide Martha Sharp* de toutes ses forces et lui fournit véhicules et bons d'essence.

Le 20 juin 1940, de retour à Lisbonne, Martha* et Waitstill Sharp* apprennent que Lion Feuchtwanger doit quitter la France. Romancier juif allemand, il avait publié Le Juif Süss en 1925. Ce roman, l'histoire de J. Süss-Oppenheimer, conseiller financier du Wurtemberg au début du XVIIIe siècle, dénonçait l'antisémitisme. Il connu un grand succès avant d'être adapté par les nazis en œuvre de propagande antisémite en 1940. Il était aux Etats-Unis en janvier 1933, quand Hitler arrive au pouvoir. Goebbels le déclare "ennemi du peuple allemand", le prive de la nationalité allemande, de son diplôme de doctorat et confisque ses biens à Berlin. Lion Feuchtwanger et sa femme, Marta née Löffler rentrent en Europe pour s'installer en France, accompagnés de la secrétaire de Lion, Lola Humm, et trouvent refuge à la Villa Valmer à Sanary-sur-Mer, dans le Var.
Interné en 1939 au Camp de la Rode, près de Toulon, parce qu'Allemand, il est interné en mai 1940, au Camp des Milles parce que juif. Son épouse Marta essaye par tous les moyens de le faire sortir. Elle demande de l'aide à Myles Standish, du consulat américain à Marseille, de l'aider à faire libérer son mari. Lion Feuchtwanger parviendra à sortir, habillé en femme, et sera caché à Marseille. Il devient urgent de le faire sortir de France car il est recherché.

Martha* et Waitstill Sharp* arrivent à Marseille.

Ils rencontrent Varian Fry*, missionné par l'Emergency Rescue Committee (ERC) (Comité de sauvetage d'urgence), créée deux mois plus tôt à New York par des intellectuels libéraux et des antifascistes allemands, tel qu'Einstein, qui officie à Marseille sous le nom de Centre américain de secours (CAS) afin d'aider des intellectuels, artistes, écrivains et anti-nazis à fuir l'Europe.

Martha* et Waitstill Sharp* organisent sa fuite et lui procurent une nouvelle carte d'identité au nom de Wetcheek (traduction anglaise de Feuchtwanger). Ils louent une chambre près de la gare afin de pouvoir s'échapper et éviter les contrôles de police par les souterrains.

En septembre 1940, Martha Sharp*, déguisée en paysanne, accompagne Marta et Lion Feuchtwanger par le train à Cerbère, dans les Pyrénées-Orientales où il retrouvent Waitstill Sharp* qui les attendait.
Il avait soudoyé les gardes-frontières français pour permettre la fugue des Feuchtwanger, mais les prévint de rester très vigilants. Il fut décidé que Marta Feuchtwanger partirait la première. Grâce aux cigarettes qu'elle distribua généreusement aux gardes-frontière, elle pu passer sans encombres.
Lion Feuchtwanger passât également sans encombre avec ses faux-papiers au nom de Wetcheek.

Martha* et Waitstill Sharp* les attendaient côté espagnol et ils partirent ensemble à Barcelone.
Ils devaient rejoindre Lisbonne et prendre un râteau pour les Etats-Unis, mais pour aller à Lisbonne, ils devaient passer par Madrid, mais craignaient d'utiliser l'unique ligne aérienne desservie par la Lufthansa, sous contrôle des nazis, pour y parvenir. Ils prirent donc le train.

Waitstill Sharp* pris un billet de 1re classe pour Lion Feuchtwanger, espérant que la police espagnole serait moins regardante pour les passagers de ces compartiments et lui donna une serviette siglée de la Croix Rouge.
Marta Feuchtwanger voyageait par le même train, en 3e classe.

Durant le long trajet jusqu'à Lisbonne, Waitstill Sharp* surveillait le train, restant à distance raisonnable de ses protégés.

Ils arrivèrent sains et saufs et Martha* et Waitstill Sharp* leur trouvèrent un bâteau pour New York et s'assurèrent qu'ils ne seraient pas refoulés par les Etats_unis.
Marta et Lion Feuchtwanger partirent à la fin du mois de septembre.

Martha* et Waitstill Sharp* repartirent pour la France et se rendirent à Vichy pour demander des laissez-passer pour quitter la France pour un groupe de 9 enfants juifs munis de visas pour les Etats-Unis. Ces enfants partirent le 26 novembre 1940, dont les trois soeurs Diamant (Amalie, Evelyn et Marianne) ainsi que Eva Feigl.

Eva Feigl était née à Vienne (Autriche) en 1926. Arrivée en France en 1938 avec ses parents, ils avaient été arrêtés dès 1939 et cherchaient un moyen de sauver leur fille et de la faire quitter la France. Par chance, elle fit partie de ce groupe d'enfants et pu rejoindre les Etats-Unis.

En novembre 40, Martha* et Waitstill Sharp* rentrent aux États-Unis, accompagnés par une cinquantaine d'enfants, la plupart des orphelins.

Après la guerre, Martha* et Waitstill Sharp* aida à la collecte de fonds pour la Wizo qui aidait les jeunes juifs à partir en Israël.
Dans ce but, il séjournèrent au Maroc en 1947 et en Iraq en 1951, coordonnant l'émigration clandestine des Juifs désireux de partir en Israël.

Lors de la remise de la médaille des justes à Martha* et Waitstill Sharp*, le 13 juin 2006, la famille d'Eva Feigl était présente.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire


The Sharps then rented a room in Marseilles near the main train station, from where one could cross via an underground passage directly into the station and thus avoid the police control at the station’s entrance. In September 1940, Martha Sharp, dressed as a native peasant woman, accompanied Lion and Marta Feuchtwanger by train to Cerbere, on the Franco-Spanish border, where Waitstill Sharp was waiting for them. He told them that he had bribed the French border guards to allow the flight of the Feuchtwangers, but urged them to be careful, for he could not guarantee that the same guards would be on duty when the Feuchtwangers would attempt their crossing. It was decided that Marta Feuchtwanger would go first, and with the help of the cigarettes that she freely distributed to the guards, she distracted them for enough time to be allowed to pass the frontier undisturbed. As for Lion, he also crossed over successfully with the help of his false identity card under the name of Wetcheek. The Sharps waited for them on the Spanish side, and the whole party continued on to Barcelona. The intention was to reach Lisbon, Portugal, and catch a boat sailing for New York. To get to Lisbon, the party of four first had to head to Madrid, but were afraid to use the sole airline making that route, the German (and Nazi-controlled) Lufthansa, so instead they went by train. Waitstill bought a first-class ticket for Lion, hoping that the Spanish police would be less diligent in inspecting travelers in that compartment. He also gave him a briefcase bearing the large heading “Red Cross.” Lion’s wife Marta traveled third class. Throughout the long trip to the Spanish-Portuguese border, Waitstill watched over Lion Feuchtwanger, keeping inquisitive travelers at a safe distance, so as to lessen the danger of his disclosure by the Spanish police, and the risk of his being returned to Vichy French hands. The Fascist dictatorship in Spain, headed by Franco, was at the time considering aligning itself with Nazi Germany, and would certainly not have hesitated to hand over Lion Feuchtwanger to the Nazis if they had asked for him. Arriving safely in Lisbon, also at the time a near-Fascist country headed by Salazar, the Sharps arranged for the Feuchtwangers to quickly board a ship heading for New York, and they sailed at the end of September 1940. At the time, they were assured that the US government had allowed their entry into the United States. In 1976, Marta Feuchtwanger gave a lengthy account of their escape from France with the assistance of Waitstill and Martha Sharp.
Having accomplished this, Martha Sharp returned to France, and journeyed to Vichy to plead for permits (laissez-passer) for a group of children-9 of them Jewish- to leave the country, which she eventually received. On November 26, 1940 this group left France, including the three Jewish Diamant sisters (Amalie, Evelyn and Marianne), and Eva Esther Feigl, all of whom, thanks to Martha Sharp’s efforts, were armed with US visas. Born in Vienna, Austria in 1926, Eva Feigl had fled with her parents in 1938, and arrived in France. Arrested as “enemy aliens,” the Feigls desperate sought ways to leave the country. Luckily for them, the Sharps were able to add Eva Esther to this group of children, and take her out of the country. Her parents stayed behind. Mrs. Feigl lives in New York, and gave testimony of her timely rescue by the Sharp couple. After the war, Martha Sharp helped raise funds for Hadassah, the Women’s Zionist Organization, and was active in helping Jewish children reach Israel under the Youth Aliyah program. In that capacity, in 1947 she journeyed to Morocco, and in 1951, to Iraq, to coordinate clandestine emigration possibilities for Jews desirous to leave for Israel. She died in 1999; Waitstill had passed away in 1984.
In light of the risks taken by the Sharps – first of being apprehended by the French authorities for helping Lion Feuchtwanger, a fugitive from French law, to avoid arrest, coupled with the offense of bribing French border guards, and the equal risks of arrest while traveling incognito through Spain, a country leaning toward Nazi Germany, and keeping in mind the Sharps’ meritorious assistance to other Jewish fugitives of Nazi terror – Yad Vashem decided on September 9, 2005 to confer upon the late Waitstill and Martha Sharp the title of Righteous Among the Nations. A medal and certificate of honor will be presented to the Sharps’ daughter, Martha Sharp Joukowsky, in a ceremony at Yad Vashem, on June 13, 2006, in the presence of a large audience, including members of the Sharp family, and Mrs. Eva Esther Feigl, one of the Jews rescued by the Sharps.


09/02/2015
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Varian Fry
Waitstill Sharp

 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Martha Sharp
Amalie Diamant
Evelyn Diamant
Marianne Diamant
Eva Feigl
Lion Feuchtwanger
Marta Feuchtwanger

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 Histoire du pasteur Nyffler à Agen (Pendant la guerre, Werner Nyffeler et son épouse Julie, couple pastoral, installés à Agen dans l'église méthodiste, protégèrent de nombreux juifs en les accueillant dans leur maison. )
4 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
5 Jacky Tronel, Séjour surveillé pour « indésirables français » : Le château du Sablou en 1940 (La politique de répression mise en place par la IIIe République à l’encontre des individus jugés “dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique” se traduit par la création de “centres de séjour surveillé pour indésirables français”. En Dordogne, le “Camp du château du Sablou” voit ainsi le jour. Il fonctionne du 17 janvier au 30 décembre 1940, soit une année à peine… Suffisamment longtemps pour marquer la mémoire du lieu, ainsi que celle des trois à quatre cents internés, détenus “par mesure administrative” (in Arkheia, revue d'histoire). )
6 Victime en représailles à Mussidan
7 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Pyrénées-Atlantiques

Région :
Aquitaine
Département :
Pyrénées-Atlantiques

Préfets :
Paul Grimaud
(1942 - 1944)
Émile Ducommun
(1940 - 1942) Préfet des Pyrénées-Atlantiques
Angelo Chiappe
(16/07/1939 - 24/09/1940) Préfet des Pyrénées-Atlantiques
Maurice Sabatier
(01/05/1942 - 1944) Maurice Roch Antoine Sabatier, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1897-1989)
François Pierre-Alype
(1941 - 1941) Marie François Jules Pierre dit Pierre-Alype, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1886-1956)
Gaston Cusin
(30/08/1944 - 18/05/1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1903-1993)
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Dora Goland Dora Goland
Un présent qui s'accroche à moi : Dieuze-Pau-Auschwitz et retour

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Eric Mailharrancin Eric Mailharrancin
Des barbelés français

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
20 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2015