Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
15 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1229 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1069 résistants juifs
15936 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1365 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Janine Gerson Janine Gerson
Bella : Itinéraire mémoriel

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

François Szulman François Szulman
Le Petit Peintre de Belleville

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Jean Laloum Jean Laloum
Les Juifs dans la banlieue parisienne des années 20 aux années 50

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

 Hélène Schustermann-pincow Hélène Schustermann-pincow
Les Déracinés

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

Zysman Wenig Zysman Wenig
Hélène Wenig
Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Suzanne Erbsman

Texte pour ecartement lateral

Paris 75000 Paris
Nom de naissance: Erbsman

Aidé ou sauvé par : - Magda Zech
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Née le 24 septembre 1879 à Soignes (Hainaut, en Belgique), Marthe Zech* est issue d’une famille de huit enfants. Elle a une sœur jumelle, Madeleine, qui entrera aussi dans la congrégation des soeurs de Sion sous le nom de Mère Marie Guillaume. 
Mère Marie Magda* prononce ses premiers vœux en 1908, quatre ans après sa sœur. 
Elle voyage beaucoup : Prague, Istanbul, Marseille, Tunis…
En 1936-1938, elle se trouvait à Oradea Mare (aujourd’hui en Roumanie), et en 1938-1940, à Strasbourg, comme première assistante. 

Lors de l’évacuation de la ville au début de la guerre, la communauté de Strasbourg dût se disperser : un groupe se réfugia à Gérardmer, tout proche ; un autre, conduit par Mère Odile, partit pour Grandbourg ; tandis qu’un dernier groupe, conduit par Mère Magda*, part à Grenoble fonder une nouvelle maison : elles y parvinrent en septembre 1940.

Mère Magda Zech* devient la supérieure du couvent de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame-de-Sion à Grenoble.
Soeur Joséphine* (Denise Paulin) qui avait prononcé ses vœux le 26 avril 1940, arrive à Grenoble en septembre 1940 et devient l'assistante sociale et l'infirmière du pensionnat. Mère Théodore et Sœur Ignace (Anne-Marie Van Hissenhoven, originaire d’Anvers en Belgique) se mettent également au travail pour aider les réfugiés et les persécutés. 

Les conditions de vie de la nouvelle communauté ne sont guère faciles : les sœurs vivent dans un hôtel particulier, la villa Truchetet qu’elles ont pu obtenir et aménager grâce aux parents d’une des religieuses. Elles décident d’ouvrir un pensionnat dès la rentrée 1940. Mais rapidement, la villa devient trop petite : il y avait une soixante d’inscriptions d’élèves dès la première année, parmi lesquelles des Alsaciennes qui avaient suivi les sœurs depuis Strasbourg. La communauté fut donc contrainte de louer un puis plusieurs appartements supplémentaires. Cela obligea à multiplier les allers et venues, mais eut le mérite de faciliter les opérations de sauvetages. Pendant un mois, les sœurs ont vécu dans des conditions précaires, dormant sur des paillasses, qui dans la chapelle, qui dans des salles de classe. Chaque pièce avait plusieurs usages successifs : par exemple la sacristie devenait salle à manger 3 fois par jour et, entre temps, parloir de la directrice ou salle pour des leçons particulières. La nuit c’était la chambre d’une sœur. Les professeurs laïcs avaient leur salle à manger et salle des professeurs dans un petit bâtiment qui avait contenu des clapiers et des cours eurent lieu dans une salle de bain contenant une vieille baignoire 1900 à quatre pieds !
Grenoble était alors en zone libre ; cette ville et sa région étaient donc devenues une sorte de refuge pour des personnes en danger de zones occupées, d’autant plus que jusqu’en 1943, Édouard Bonnefoy, le préfet de l’Isère appliquait les ordres "sans grande conviction", ce qui lui valu d’ailleurs d’être destitué, puis déporté . 

En août 1942, la ville fut soumise à une rafle très violente. 
Après novembre 1942, la zone passe sous occupation italienne, peu favorable aux persécutions antisémites. 

La maison de Grenoble devient un havre pour les Juifs persécutés et le centre d’une organisation de placement d’enfants et de passage en Suisse pour tous ceux qu’on ne pouvait pas héberger dans un pensionnat de jeunes filles.
Mère Magda Zech* est en contact avec plusieurs couvents et le château de Virieu ou plusieurs juifs à qui elle fourni de faux papiers vont trouver refuge.

La petite Jacqueline Mizné, née en 1936 à Bruxelles, est une des internes juives, protégées au couvent.
Le 23 mai 1943, Mère Magda Zech* s'inquiète de ne pas voir rentrer la petite Jacqueline âgée de 6 ans et demi. 
Ce jour là, la Gestapo de Lyon surgit au domicile de ses parents. Son père, Jacques Mizné avait réussit à s’échapper tandis que Jacqueline avait assisté, atterrée, à l’arrestation de sa mère et de sa grand-mère parce que juives. Génia Mizné née Boczke le 25/05/1910 et sa mère Riwa Boczke avaient alors été emmenées au fort de Montluc, alors que la petite fille, sur ordre de la Gestapo, est confiée à la femme de ménage.
Dès le lendemain matin, Mère Magda* aidée de Denise Paulin* (Sœur Joséphine) fait les démarches auprès des autorités italiennes pour faire libérer Génia Mizné et sa mère Riwa Boczke et confient Jacqueline à Renée Maillard*, amie des parents de Denise Paulin* qui habite à Chapareillan, petit village entre Grenoble et Chambéry.

On estime que 800 familles passèrent par le couvent de Notre-Dame-de-Sion.

L’action des sauveteurs consistait à fournir de fausses cartes d’identité et d’alimentation, à cacher des filles parmi les élèves du pensionnat, à contribuer à trouver des places dans les fermes des environs pour des enfants que deux assistantes sociales juives, Ethel et Colette, allaient chercher à Paris, ou à aider des personnes à passer en Suisse. Ethel et Colette sillonnaient la campagne pour trouver des familles d’accueil où cacher des enfants. Les sœurs travaillèrent aussi avec Germaine Ribière*, ainsi que des organisations comme l’OSE ou une émanation clandestine des Éclaireurs Israélites de France. 

Soeur Joséphine* avait de nombreuses connaissances, et savait parfaitement utiliser ce réseau. Cela allait d’une voisine, Isaure Luzet*, dite "Le Dragon", pharmacienne, à ses propres parents, Joséphine* et Louis Paulin*, à Chapareillan, sans oublier les amis qu’elle avait à Notre-Dame de l’Osier, commune proche de Grenoble où purent se réfugier de nombreux Juifs ainsi que des résistants. Soeur Joséphine* fit aussi partie du réseau de résistance Combat. 

Les témoignages sont nombreux de tout ce qui a été fait : Jacqueline MiznéHélène KalmusRita Verba (cachée sous le nom de Marguerite Sturm), Suzanne Erbsman, Rachel Levy, une fillette cachée au pensionnat, fut camouflée derrière le dos de Mère Théodore qui affirmait dans le même temps que l’enfant n’était pas dans la maison. 
Lorsque les Allemands venaient perquisitionner, Mère Magda*, qui parlait couramment leur langue, était chargée de retarder au maximum les soldats pendant que les fillettes passaient chez les Rédemptoristines voisines. Une fois, l’une d’elles fut abritée à l’infirmerie, "ayant attrapé une maladie fort contagieuse". Tout ce qui se faisait restait secret. Parfois on faisait passer les enfants juifs de passage pour des protestants, ce qui expliquait qu'ils n'aillent pas à la chapelle. Peu de personnes étaient au courant, si bien qu’il arrivait que quelqu'un s'étonne que ces enfants ne sachent pas le Notre Père... Il y avait aussi, bien sûr, le problème de l’étoile jaune. Soeur Joséphine* se souvient qu’un des enfants avait gardé l’étoile. Elle l’avait décousue, mais la marque se voyait toujours sur le vêtement, et l’enfant avait dû enfiler son pull à l’envers pour la cacher… Elle conclut ainsi ce souvenir "Cette marque était comme le symbole de l’empreinte inoubliable de la souffrance et de la peur qui est demeurée pour toujours dans l’âme de chacun d’eux."
Une religieuse de Grenoble, Sœur Eliezer, était d’origine polonaise juive. Un matin, après une nuit de rafles, des messieurs en civils sont venu la chercher sous son nom civil. D’après les souvenirs de plusieurs sœurs, on appela Mère Magda* et celle-ci répondit qu’elle ne connaissait personne de ce nom là. Les enquêteurs dirent qu’ils reviendraient après avoir vérifié. A la suite de cela, Sœur Eliezer fut cachée chez les Rédemptoristines qui avaient une maison en face de Sion, et elle a pu être sauvée. Les enquêteurs ne sont jamais revenus. Ainsi, ce qui arriva à Sœur Gila, arrêtée à Issy-les-Moulineaux et déportée, avait pu être évité à Grenoble.
Le curé de la paroisse voisine était le Père Jaquet. Il avait aménagé un grenier où il pouvait loger quelques personnes en danger ou en attente de papiers, mais uniquement pour quelques jours. Les Ancelles leur portaient alors de la nourriture discrètement en se rendant à l’église.

Soeur Joséphine* dû quitter Grenoble en 1943, car ses activités commençaient à être trop connues. Elle partira pour Paris. 
Mère Magda* reçut une obédience pour Grandbourg à peu près à la même époque, et elle y resta jusqu’à son décès en 1947, remplacée au supériorat de Grenoble par Mère Marie Clotilde. Elle reçut le titre de Juste parmi les Nations en 1993, à Anvers.

A partir de septembre 1943 et la capitulation italienne, la zone fut occupée par les Allemands et la dernière année avant la libération fut particulièrement sévère. A cette époque, les religieuses de Grenoble décidèrent de demander asile aux Pères OMI (Oblats de Marie Immaculée) à Notre-Dame de l’Osier et d’y déménager une partie du pensionnat, car la ville devenait trop dangereuse après l’explosion d’une poudrière dans une caserne de la ville. Sœur Jeanne-Simone (Lugand) remplaça alors Soeur Joséphine*.

29/09/2021

asso 6971

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
2 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
3 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était ancelle (en religion, fille qui voue sa vie au service de Dieu). Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
4 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
5 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
6 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ? )
7 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
8 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024