Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
772 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11820 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Indre

Région :
Centre-Val de Loire
Carte du département

Préfecture :
Châteauroux

Préfets :
Raoul Grimal
(Mai 1938 - Juin 1940) Préfet de l'Indre
Léon Gonzalve
(06/1940 - 09/1940) Préfet de l'Indre
Jacques Moranne
(25/06/1940 - 1942) Jacques Alexandre Moranne, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1901-1982)
René Faugère
(09/1940 - 09/1940) Préfet de l'Indre
Raoul Grimal
(09/1940 - 08/1941) Préfet de l'Indre
André Jacquemart
(08/1941 - 08/1944) Préfet de l'Indre
Pierre Berger
(1941 - 1942) Pierre Jean Berger, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Antoine Lemoine
(01/05/1942 - 1943) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Jacques Bussière
(25/11/1942 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté, interné au camp de Compiègne puis déporté en Allemagne, il mourra en déportation (1895-1945)
René Rivière
(Jan. 1943 - 1943) René Édouard Rivière, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Marc Freund-Valade
(11/09/1943 - 10/05/1944) Marc Paul Freund dit Freund-Valade, Préfet de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
Angelo Chiappe
(06/02/1944 - 08/1944) Ange Marie Pascal Eugène Chiappe, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté à la Libération, il est fusillé le 23 janvier 1945. (1889-1945)
André Fourcade
(10/05/1944 - 06/1944) André Fourcade dit Vergnaud, Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne), arrêté par la Gestapo en juin 1944, fusillé à Buzet-sur-le-Tarn le 17 août 1944
Jean-Georges Laporte
(08/1944 - 03/1946) Préfet de l'Indre
Pierre Boursicot
(23/10/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Limoges (Corrèze, Creuse et Haute-Vienne et les parties non-occupées de la Charente, du Cher, de la Dordogne, de l'Indre, de l'Indre-et-Loire et de la Vienne)
André Mars
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1896-1957)

À lire, à voir…

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Jacques Fijalkow
Histoire régionale de la Shoah en France : Déportation, sauvetage, survie

ACHETER EN LIGNE

Sébastien Dallot Sébastien Dallot
L'Indre sous l'occupation allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Georgette Guéguen-Dreyfus Georgette Guéguen-Dreyfus
Résistance Indre et vallée du Cher

 

Jacques Cukier Jacques Cukier
L'éclipse

ACHETER EN LIGNE

Frédéric Auger Frédéric Auger
Louis Auger
André Guédé
Bernard Heude
Simon Ostermann
Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

 
[Ajouter un ouvrage]

Département de l'Indre en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement de l-Indre en 1939-1945
Une stèle en reconnaissance des Justes de l'Indre réalisée par Alain Kleinmann (à gauche) et inaugurée le 17 avril 2016
source photo : La Nouvelle République
crédit photo : D.R.
Departement de l-Indre en 1939-1945
La préfecture de l'Indre, à Châteauroux
source photo : www.fdpi.eu
crédit photo : Golf 76
Histoire

La drôle de guerre et l'occupation

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.
Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées.
Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon...
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.
La Demarkationsline disparaîtra le 11 novembre 1942, après l’occupation totale de la France.

26/04/2011

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront. Les Tsiganes sont internés dans les camps français. Les Francs-maçons et les Communistes, considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

26/04/2011

[Compléter l'article]

Les Juifs de l'Indre

L'Indre compte peu de familles juives, souvent bien intégrées dans la vie locale, à l'instar de Max Hymans, député de l'Indre en 1928.

Le premier statut des Juifs du 3 octobre 1940 et le deuxième du 2 juin 1941 excluent les Juifs de la société. Ils sont listés, internés ou assignés à résidence.
De nombreux juifs de la zone occupée tentent de se réfugier en zone non occupée.
À partir du 1er juillet 1942, les juifs français et étrangers qui changent de résidence doivent en faire la déclaration au Commissaire de Police de la Commune de
leur domicile si la durée du déplacement prévu dépasse 30 jours.

Les lettres de dénonciation se multiplient... dans les préfectures et les commissariats de police.

Une rafle de Juifs, hommes, femmes et enfants est organisée par la police française dans la nuit du 25 au 26 août 1942. Les Juifs raflés emmenés Salle Diredot à Châteauroux avant d'être envoyés au camp de Douadic.
Les documents d'archives prouvent l'implication des forces de l'ordre (gendarmerie, police, G.M.R.) dans les arrestations et le rôle essentiel des services préfectoraux dans l'organisation et la mise en œuvre de la rafle d'août 1942 et des opérations qui suivront.

Cependant, le 2 octobre 1942, René Bousquet1, Secrétaire Général à la Police attire l'attention des préfets sur le fait que le Commissaire Général aux Questions Juives lui signale que des Préfets de la zone occupée rencontrent parfois des difficultés pour obtenir de leurs collègues de la zone non occupée tous les renseignements nécessaires pour leur permettre d'identifier les immeubles appartenant à des Juifs, afin de les placer sous administration provisoire.2

Le 14 octobre 1942, un rapport concernant les étrangers hébergés au "Centre d'Accueil de Douadic", seul centre d'hébergement existant dans l'Indre, fait état de 139 israélites étrangers dont 45 hommes, 78 femmes et 16 enfants de moins de 12 ans. Le même rapport précise que les étrangers sont nourris moyennant une somme de 16 francs 50 par jour.3

Une nouvelle rafle de Juifs a lieu le 23 février 1943 dans l'Indre. Environ 300 personnes sont amenées au camp de Douadic.
Le 15 mai 1943, le préfet fait état de 74 Israélites hébergés au Centre d'Accueil de Douadic.
Le 9 juillet 1943, le sous-préfet du Blanc fait connaître les effectifs du camps : 167 personnes.4

Le 25 octobre 1943, un nouveau rapport fait état de l'augmentation des effectifs du camp, dû à l'arrivée d'étrangers venant des camps de Brens et de 104 vieillards arrivant du camp de Gurs.5
Un rapport du 12 janvier 1944 précise que le camp compte actuellement 110 hébergés (96 femmes et 14 hommes).6
Le 7 juillet 1944, le sous-préfet de Blanc fait état de 75 hebergés au camp de Douadic : 10 hommes, 59 femmes et 11 enfants.7

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

26/04/2011

[Compléter l'article]

Toutes les communes de l'Indre

Les camps et les lieux d'internement de l'Indre

100e CTE Neuvy-Pailloux 36100 Neuvy-Pailloux
668e-931e GTE Montgivray 36400 Montgivray
Camp de Douadic 36300 Douadic
Prison de Pellevoisin 36180 Pellevoisin
Salle Diderot 36000 Châteauroux

Les lieux de sauvetage de l'Indre

Château d'Anjouin 36210 Anjouin

Les 72 Justes parmi les Nations de l'Indre


15 Familles hébergées, cachées ou sauvées de l'Indre[Compléter]

Ardentes

Famille Kancyper - Chaïm et Rojla Kancyper et leurs enfants, Jacqueline et Mina, resteront chez Raymonde* et Hubert Mayeux* pendant plus de trois mois.

03/1943 - 1946 Famille Korenbaum - Hadassa Korenbaum dite Ginette et sa fille Solange, accueillies à Ardentes par Hubert* et Raymonde Mayeux* de mars 1943 à 1946.

Famille Orzeck - David Orzeck et ses deux garçons sont accueillis à Ardentes par Hubert* et Raymonde Mayeux*.

Buzançais

Fin 1941(environ) - Fin 1944 (environ) Famille GARDYN - La famille Gardyn comprenait la mère Rose et le père Szmuel qui était tailleur à Buzançais. Ils étaient venus de Paris avec leurs enfants : l'aînée Esther (26 ans), le fils Henri (24 ans), et les trois dernières : Rachel-Billie (22 ans), Chaja-Sylvette (20 ans) et Madeleine (18 ans). Chaja-Sylvette était mariée à Salomon-Sylvain Francblu qui a été arrêté à son domicile 5 rue des Prés ND, Le Landais en Février 1943. Sa fille Catherine est née à l'hôpital de Buzançais le 7 mai 1943.

Issoudun

Famille Zylberstein - Anatole, le fils de Jitta Zylberstein, éducatrice de l'OSE au château de Chabannes fut inscrit sous le nom de Sicard au lycée d'Issoudun, après la dispersion des enfants du château de Chabannes, en 1943, tandis que ses parents sont logés à Chavannette jusqu'à la fin de la guerre.

La Châtre

Mars 1943 - ???? 1945 Famille AKERMAN JOSPA - AKERMAN Léon AKERMAN Bernard

Neuvy-Saint-Sépulchre

Famille Karpman Madeleine - Habitait avec sa fille Marguerite alors que son mari était interne au camp de Vernet sur Ariège. La maison est en face la gendarmerie .

Famille Pacanowski - Madame Pacanowski habitait à l'hôtel Lapouge avec sa fille Rose Mr Pacanowski ayant été arrêté en mai 1941 ,interné à Beaune la Rolande et déporté par le convoi 12 à Auschwitz

Famille Wajnbuch - Ma grand-tante Hawa ,son époux Srul et leur fille Paulette étaient présents à Neuvy ,l'étaient -ils assignés à résidence comme mon grand-père Laizer Jablonski ?

Famille Wajzer Esther - Habitait une petite maison en face la gendarmerie avec ses deux enfants Mali et Lucien.Le père était prisonnier de guerre. Les deux enfants ont été sauvés grace à l'intervention du Pere Henri Noir.Une plaque commemorative est depose a Neuvy saint Sepulcre

>> Voir les 15 familles réfugiées dans le département <<

59 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Argenton-sur-Creuse
09/06/1944 Famille Aybry - Hélène Marie Cabaret est née le 25 juillet 1899 à Nogent-sur-Oise. Elle se marie avec René Nicolas Adolphe Aubry, né le 27 mai 1889 à Rennes. M. Aubry est photographe et Mme Aubry, photographe retoucheuse. Leur studio se trouve à Laon. Leur première fille Nicole Adolphine Marie naît à Laon le 10 novembre 1926. Gisèle Hélène Renée, naît le 8 février 1931 à Laon. En juin 1944, les deux filles et leur mère se trouvent à Argenton-sur-Creuse. Les allemands, le 9 juin 1944, prennent 67 personnes au hasard, dont Gisèle, Nicole, et Mme Aubry, et les fusillent. Mme Aubry et Gisèle décèdent le jour même. Nicole décèdera deux jours plus tard, le 11 juin 1944, à l’hôpital d’Argenton-sur-Creuse.
Date d'exécution : 09/06/1944


17/01/1944 Famille Weber - Lucien, né en 1904 à Argenton-sur-Creuse, contrôleur des PTT, résistant, est arrêté le 17/01/44 à Argenton-sur-Creuse et déporté vers Neuengamme. Il sera rapatrié en 1945.
JO : Mémorial de la déportation politique dans l'Indre

Baraize
26/07/1944 Famille Babier - Marcel, né en 1909 à Argenton-sur-Creuse, cheminot, résistant, est arrêté le 26/07/44 à Baraize et déporté sans retour vers Neuengamme.
JO : Mémorial de la déportation politique dans l'Indre

Bazaiges
27/07/1944 Famille Arpheuille - Abel, né en 1908, habitait Pouligny-Saint-Pierre et était chauffeur. Résistant, il est arrêté le 27/07/44 à Bazaiges et déporté sans retour.
JO : Mémorial de la déportation politique dans l'Indre

Buzançais
23 février 1 Famille FRANCBLU - Salomon Sylvain Francblu (ou Francblum), Juif polonais, a été arrêté à Buzançais, 5 rue du Pré ND, Le Landais, où il s'était réfugié avec sa femme, née Gardyn. Il a été envoyé au camp de Gurs, puis à Drancy, puis à Lublin-Maïdaneck où il est mort le 11 mars 1943. Sa fille Catherine est née à Buzançais le 7 mai 1943. convoi no 51
Date d'exécution : 11 mars 1943

>> Voir les 59 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

30/06/1940 - Les troupes allemandes évacuent le département de l'Indre.
02/11/1940 - Le gouvernement de Vichy révoque 3 préfets et les place en disponibilités. M. Jouany, préfet d'Ille-et-Vilaine, M. Moulin, préfet d'Eure-et-Loir, et M. Morel, préfet dans les Hautes-Alpes.
28/05/1942 - Visite du maréchal Pétain dans l'Indre ; il est reçu par la municipalité de Châteauroux et son maire Louis Deschizeaux.
05/1943 - Fin mai 1943 : Constitution du premier maquis (à l'origine des maquis Francs-Tireurs et Partisans dans l'Indre) dans la forêt de Taille de Ruines près de Dun-le-Poëlier.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.



Autres articles parus dans le site de l'AJPN

1 Edmond Dauphin* (Secrétaire générale de la préfecture de l'Indre )

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 L'abbé Henri Péan Chef méconnu de la Résistance en Touraine (Le curé de Draché à partir de 1930 sous l'occupation, l'âme de la résistance en Sud Touraine et Nord de la Vienne.
144 pages format 16x23cm 60 illustrations (inédites pour la plupart) ISBN : 978-2-914818-49-0 )
2 Honneur à des résistants (résistants à Esvre et déportation en camps de la mort. )
3 bombardements à Beaujardin Tours (Chateau de Beaujardin à Tours , bombardements. )
4 Mémoires du survivant des camps nazis A-5672 - Leonhard Bundheim (L'ouvrage retrace le parcours de Leonhard Bundheim depuis son enfance. Viendra ensuite l'exil après l'avènement du nazisme et "la nuit de cristal". C'est alors qu'il quitte son pays natal par kindertransport pour la Belgique d'où il sera expulsé en mai 1940 vers les camps d'internement du sud de la France. Grâce à l'action de l'OSE, il rejoint ensuite Limoges mais est arrêté lors de la grande rafle du 26 aout 1942 à Limoges, transféré à Nexon et déporté par la convoi 27.

Il connaîtra différents camps de travaux forcés pour juifs, survivra à la marche de la mort.

Après guerre, il rejoint Lyon où sa mère travaille (L'Hirondelle")et se marie avec Suzanne (membre des EIF). Il émigre illégalement en Israël en 1947. Il est décédé durant l'hiver 2018, peu de temps après la publication de son témoignage. Source Fanny DUPUY )

Notes

- 1 - René Bousquet a été Secrétaire général à la police du régime de Vichy du 18 avril 1942 au 31 décembre 1943.
- 2 - Archives départementales de l'Indre, M 2722.
- 3 - Archives départementales de l'Indre, M 3262.
- 4 - Archives départementales de l'Indre, M 3262.
- 5 - Archives départementales de l'Indre, M 3262.
- 6 - Archives départementales de l'Indre, M 3262.
- 7 - Archives départementales de l'Indre, M 3263.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  complément et rectification

    Rectification : il s'agit de HUMBERT Yvonne, originaire du Doubs, Montferney près de Beaume les Dames.
    Après la guerre, elle s'est mariée en 1946, avec Simon Borenstein et ils ont eu un fils né en 1947.
    [répondre]

***  recherche enfants cachés à Paris

    Recherche des enfants juifs cachés chez Madame Yvonne (Humert) coiffeuse en étage, au 22 rue Saint-Martin, Paris 4ème. Avec la complicité de Monsieur Le Curé de l'église Saint Merri, elle a notamment accueillie une petite fille frisée, peut-être rebaptisée Martine, qui est revenu voir sa bienfaitrice après la guerre. Merci si vous avez des renseignements de cette période.
    Photos de Madame Yvonne en 1941
    [répondre]

***  Dr Avrane

    Ce médecin juif est réfugié à Chateauroux pendant la 2nde guerre . Je recherche des personnes qui l'aurait connu
    Merci de vos informations
    [répondre]

    Bonjour,
    Je viens de voir votre réponse. Pourriez-vous m'en dire un peu plus. Je viens de réaliser l'histoire de la famille Wajntreter qu'il a beaucoup aidé pendant la 2nde Guerre.
    Merci d'avance
      [répondre]

***  hotel de france

    Je recherche des personnes qui aurait travaillé à l'hôtel pendant la guerre et qui y auraient renconté : Paulette , et Mr Pierre
    Merci de vos réponses
    [répondre]

***  Famille Grimberg Laboratoire à St Quentin Fuyant St Gaultier en 11/1942.

    Selon mes dernières informations vérifiées, la famille Grimberg avait un laboratoire pharmaceutique, et non une pharmacie, à Saint- Quentin (02). Mon grand père Hector Smagghe les a cachés à Saint-Gaultier (Indre).
    Or je viens d'apprendre que les 2 filles ainées s'appelaient Sabine et Hélène, et qu'il y avait encore 2 bébés un garçon (peut être un "Pierre") et une fille.
    Enfin, fin 1942, la famille a récupéré d'urgence les aînés à l'école, et plus personne n'a vu cette famille de 6 personnes ensuite, jusque 1944, la libération.
    Peut être ont t'ils étés cachés tout près de Saint-Gaultier, au château de la Roche, à Anjouin ?
    D'autant plus que mon grand père louait 2 étages d'une maison propriété de Mr Berthelot, résistant de la 1ère heure, qui a pu être avisé de l'invasion de la zone libre.
    Il est curieux que le sujet de ce Chateau d'ANJOUIN soit si peu alimenté: aurais je mal cherché sur ce site ?
    Donc nous recherchons les Grimberg, et surtout Hélène et Sabine.
    Merci à vous.
    Hervé Smagghe (06 15 06 36 45)
    [répondre]

    Nouveau complément TRES IMPORTANT, grâce à une dame qui était enfant de 7 ans en 40, jouait avec les enfants Grimberg, et a vu mes grands parents !
    Les éléments ci dessous viennent de ses souvenirs et des recherches de l'historien Simon Ostermann, via Mme Katy Hazan de OSE
    Orthographe certaine, avec G final GRIMBERG.
    Il était pharmacien, mais pas d'officine, mais de laboratoire
    Prénommé Arthur, ce Grimberg, est né le 12/12/1890 à Darabani, Roumanie, naturalisé français, et engagé volontaire pour 14/18. En 1920 devient directeur du laboratoire COLLOVACCINS et d'un autre labo à Paris.
    A déposé le brevet d'un vaccin contre la tuberculose osseuse, et seul détenteur du secret de fabrication, avec sa femme
    Entre décembre 1930 (Sabine) novembre 1933 (Hélène) et mars 1936 (Danielle), 3 de ses 4 enfants sont nés à Paris. Le dernier, Pierre est né à Cahors le 15/1/1940.
    Toute la famille de 6 personnes, caché par mon grand père chez Mr Berthelot, dans la rue qui était à l'époque rue du blanc ou rue du stade. C'est le CAT actuel, rue Langlois Bertrand.
    La maman est la fameuse Juliette, grande amie de feu ma mère Paulette Housay, qui était épouse Smagghe depuis le 25/4/40 ! Mme Grimberg est née Hendle le 14/8/1901 à Hermanville/Mer dép. 14. Il y a, dans sa famille et celle de sa sœur des préfets et conseiller d'état, ce qui, avec le secret du vaccin, a contribué à une meilleure situation pour des juifs en 1940/42.
    En 1942, la famille a récupéré dans l'urgence ses 2 aînés à l'école: plus jamais la famille fut vue à St Gaultier: la date peut être celle de la 1ère rafle de fin août 42, ou peu avant l'invasion de la zone libre par les nazis, en 11/42. Mais, de 1946 à 1969, ils étaient bien vivants, et le labo à St Quentin 02 !!
    Si vous pouvez faire des recherches sur biusante.parisdescartes.fr, vous y trouverez ce Mr Arthur Grimberg: je n'ai pas su me servir de leur logiciel !!!
    Merci de votre aide !
    Hervé Smagghe 06.15.06.36.45
      [répondre]
    Je suis le petit fils de Mr berthelot. Je possède des photos et renseignements vous concernant. vous pouvez me joindre par mail   [répondre]
    Vous pouvez me joindre sur mon e mail :
    jean.hivernault@gmail.com
      [répondre]

***  Recherche éléments biographiques concernant Raoul GRIMAL

    Littéraire de formation, je m'intéresse tout particulièrement à la littérature locale du Bas Berry . J'effectue une recherche sur un roman publié en 1948 et dont l'auteur est un certain Raoul GRIMAL, Préfet de l'Indre à partir de 1938 et probablement jusqu'en 1942. Il fut auparavant Sous Préfet de Béziers. Je cherche des éléments biographiques le concernant , visiblement en 1948 au moment où il publie son ouvrage il est en résidence à CLUIS. Je remercie toute personne qui pourrait me fournir des éléments biographiques le concernant. [répondre]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019