Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
797 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
715 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
920 résistants juifs
12081 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1273 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Haute-Garonne

Région :
Occitanie
Département :
Haute-Garonne

Préfets :
Maurice Georges Bézagu
(14/11/1941 - 17/11/1944) Préfet délégué de Haute-Garonne (1880-1969)
Pierre Cassagneau
(21/08/1944 - 31/12/1944) Préfet de Haute-Garonne (1887-1963)
Camille Vernet
(29/12/1944 - 04/01/1946) Préfet de Haute-Garonne (1884-1957)
Frédéric Atger
(21/09/1935 - 13/10/1940) Préfet de Haute-Garonne
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Jean Bélingard Jean Bélingard
Henri Chas, alias « Charlieu » (1900-1945) Compagnon de la Libération

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Jean-Louis Dufour
Les Juifs dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Denis Baud Denis Baud
Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Freddy Szpilfogiel

Texte pour ecartement lateral

Toulouse 31000 Haute-Garonne
Nom de naissance: Achille Szpilfogiel
Date de naissance: 07/02/1924 (Radom (Pologne))
Aidé ou sauvé par : - Jeanne Marceillac Qualité: Résistant EIF
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Freddy-Szpilfogiel
Freddy, Chantal et Paule
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire

Nathan et Chana Cynamon, tous deux juifs polonais originaires de Radom, émigrèrent en France en 1932. Nathan avait été apprenti tailleur chez le père de Chana. Ils se marièrent le 1er avril 1933 et ont un premier fils, Henri, le 9 septembre 1933. Malheureusement, le bébé meurt à 5 mois d’une méningite.
Charles Cynamon naît le 5 janvier 1936 à Paris.

Au printemps 1941, Nathan et Chana se réfugient à Toulouse.
Marcel naît le 23 Août 1942.
Quelques mois après leur arrivée à Toulouse, un neveu de Chana, Achille Szpilfogiel (dit "Freddy" dans la Résistance), âgé de 18 ans, vient habiter chez les Cynamon après l'arestations de sa famille lors de la rafle de juillet 1942.

A Toulouse, Achille fait la connaissance d’une jeune fille de religion catholique, Paule Marceillac, dite "Paulette", avec laquelle il se lia d’amitié.

Les menaces se faisant de plus en plus pressantes, Freddy demande à la jeune Toulousaine si elle accepterait de cacher son cousin, Charles Cynamon, 6 ans. Avec l’accord de sa mère Jeanne Marceillac* et avec l'aide de sa sœur Ginette, Paule prit Charles dans sa famille. Cette protection fut activée à maintes reprises jusqu’à la fin 1943.
Au cours de l’été 1943, Freddy est arrêté par la police de Vichy pour "port et usage de faux papiers".
Il est interné à la prison Saint-Michel puis envoyé au camp de Noé : "J’ai été arrêté en juillet 1943 par la police française pour usage d’une fausse pièce d’identité parce que j’étais juif polonais. On m’a conduit à la prison Saint Michel puis à l’îlot spécial du Camp de Noé. J’y suis arrivé menotté en voiture avec deux inspecteurs de police, à l’entrée on a relevé mes empreintes. L’îlot spécial comprenait 2 baraques pour 100 hommes (politiques, résistants, espagnols, tchèques jugés) entourées de barbelés. Le directeur choisissait les déportés parmi eux. On n’avait pas de travail, pas de contact avec le camp libre. On ne subissait pas de mauvais traitement mais on n’avait pas assez de nourriture. On allait chercher les repas aux cuisines. Il n’y avait pas de douches, on se lavait dehors."1
Paule lui rend visite et lui apporte des colis.

Freddy parvint à s'évader du camp le 29 décembre 1943, avec l’aide d’un réseau de résistance. Toujours fidèle, Paule organisa son repli. La police chercha en vain le fugitif...
"Notre évasion a eu lieu le dernier jour de la fête israélite des lumières (le 29 décembre 1943). On allume des bougies, on était dans une baraque spéciale pour la fête. On est sorti par la porte du fond, du côté du cimetière, une demi-heure avant l’appel. L’aumônier du camp Léon Nisand nous avait fourni des tenailles et nous attendait dehors avec sa bicyclette pour nous conduire à la gare. C’est David Blum officier de la résistance, 25 ans, arrêté pour faux papiers qui devait s’évader avec l’aide de l’extérieur. Il a dit qu’il ne partirait pas sans moi. Nous nous connaissions uniquement depuis quelques jours au camp. Il y avait beaucoup de solidarité entre nous."2

Parmi les caches efficaces, figure l’église de la Daurade. A la synagogue de la rue Palaprat, Paule reçut pour Freddy une fausse carte d’identité au nom d’André Soudan. Le jeune homme était sain et sauf à la libération !

De plus, la famille Marceillac prit également des risques importants en acceptant d’héberger à de nombreuses reprises le petit Charles. Celui-ci écrit dans son témoignage que pour lui, pour ses parents, et pour Achille, si Paule était "leur plaque tournante", tout le reste de la famille Marceillac était totalement au courant et également méritante.

En 1945, la famille Cynamon réintégra son appartement parisien.

En 1946, Paule et Achille se marièrent. Ils eurent une fille Chantal, née le 15 Juillet 1948.

14/07/2015

[Compléter l'article]

Résistant juif

Période de Résistance
De juin 1943 à la Libération (Toulouse, maquis de Vabre, Mazamet, Castres)

Réseau
Sixième-EIF

Responsables
Léon Nisand-Neugewurtz, Robert Gamzon (Castor)

Recherché à Paris en 1942 par les nazis, Freddy Szpilfogiel part pour Lyon, puis pour Toulouse.
Il fait la connaissance de Léon Nisand-Neugewurtz, aumônier qui lui confie la distribution de fausses cartes dans le Sud-Ouest.

En juillet 1943, arrêté porteur de fausses cartes, il est incarcéré à la prison Saint-Michel à Toulouse et jugé.
Nous possédons copie de la lettre du secrétariat de l'Intérieur au maintien de l'ordre datée de Vichy le 17 mars 1944, où il est fait remontrance au Garde des Sceaux que les juges ont commis une violation de la loi en accordant des circonstances atténuantes à Achille Szpilfogiel lors du jugement de septembre 1943.
Le condamné est alors interné au camp de Noé dans l'îlot spécial des politiques en attente de déportation.
Léon Nisand-Neugewurtz le fait évader avec d'autres détenus le 29 décembre 1943 avant la date prévue pour la déportation.

Muni d'une nouvelle carte d'identité, il se rend au maquis de Vabre où, sous la direction de Robert Gamzon (Castor), il participe à différentes actions : parachutages, attaque du cantonnement de Larroque, attaque du train blindé de Mazamet et libération de Castres avec le commando américain du capitaine Legueux.

Avec les membres de la compagnie Marc-Haguenau, il est incorporé dans le 12e régiment de dragons de reconnaissance et participe à la libération de plusieurs départements, dont l'Hérault. Puis le cavalier Szpilfogiel participe avec ce corps franc aux opérations du mont de Vannes (secteur de Lure, en Haute-Saône) et du bois des Granges (secteur de Belfort) en septembre et octobre 1944, mais il est renvoyé dans ses foyers parce qu'il n'est pas de nationalité française.

Médaille des Évadés, croix du Combattant 1939-1945, médaille des Internés 

05/09/2017
Auteur : Frida Wattenberg Lien : Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
3 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
4 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
5 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
6

Notes

- 1 - Témoignage de Freddy Szpilfogiel.
- 2 - Témoignage de Freddy Szpilfogiel.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019