Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
738 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11399 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1266 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Vendée

Région :
Pays de la Loire
Département :
Vendée

Préfets :
Raoul-Stéphane Moreau
(19/05/1934 - 03/01/1940) Préfet de Vendée
Raoul Catusse
(03/01/1940 - 17/09/1940) Préfet de Vendée
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Gaston Jammet
(17/09/1940 - 17/09/1944) Préfet de Vendée
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)
Léon Martin
(17/09/1944 - 16/07/1945) Préfet de Vendée

À lire, à voir…

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Antoine Prost Antoine Prost
Jean-Pierre Azéma
Jean-Pierre Rioux
Les communistes français, de Munich à Châteaubriant (1938-1941)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Raoul Manen


Père Raoul Manen
Dossier Yad Vashem : 10533
Remise de la médaille de Juste : 11/02/2009
Sauvetage : Valence-d'Albigeois 85340 - Vendée
Profession: Prêtre, supérieur de l'Institution Saint-Étienne
Religion : Catholique
Nom de naissance: Raoul Augustin Maurice Manen
Date de naissance: 30/03/1871
Date de décès: 12/05/1956
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Raoul-Manen
Raoul Manen
source photo : Coll. Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Notice

Jean Joseph Moussaron* était l’archevêque d’Albi dans le département du Tarn pendant la guerre. Tout comme les archevêques Jules Saliège*, Pierre-Marie Gerlier* et Pierre-Marie Théas*, durant l’été 1942, l’archevêque Jean Joseph Moussaron* publia une lettre de protestation contre le traitement inhumain infligé aux Juifs par le Régime de Vichy et il ordonna aux ecclésiastiques de son département d’aider à cacher les enfants juifs. C’est ainsi que Jeanne Ramade* accueillit six fillettes juives dans son couvent, bien que les inscriptions soient officiellement terminées. Elle a ainsi suivi les instructions de son supérieur hiérarchique en soulignant que c’était pour elle « une obligation morale ».
De même, Simonne Bondurand*, Sœur Suzanne Marie* en religion, faisait partie de la congrégation des dominicaines d'Albi.

En 1942, l’archevêque Jean-Joseph Moussaron* baptisa toute la famille Zenatti pour les protéger et les aida à trouver un abri sûr. Émile Zenatti, sa femme Lucie et ses deux enfants, Claude né en 1928 et Arlette née en 1931, habitaient à Paris au début de la guerre. Quand il devint dangereux de rester dans la capitale, Émile Zenatti prit contact par un ami commun avec Simonne Bondurand* (Soeur Suzanne Marie en religion), infirmière à la Clinique Saint Dominique.
Lors de la cérémonie du baptême, Simonne Bondurand* joua le rôle de la marraine de la petite Arlette.

Émile Zenatti, ophtalmologiste, sa femme Lucie et leurs deux enfants, Arlette et Claude ainsi que la sœur de Lucie, Maria Bloch, habitent à Paris, avenue de la République dans le 11e arrondissement.
Le 20 août 1941, un policier français vient arrêter Émile Zenatti au cours d’une opération de rafle des Juifs du 11e arrondissement et le conduit au camp de Drancy dont c’est l’ouverture. Jusqu’en novembre 1941, les prisonniers sont dans un état de famine extrême.
Début novembre, le directeur du camp, Théodore Dannecker quitte Drancy pour se marier. Pendant son absence, le sous-directeur, impressionné par le nombre de malades dénutris, décide d’en libérer 750, dont Émile Zenatti.
L’un des camarades d’emprisonnement à Drancy, Léo Helner connaît Céline Morali*. Elle héberge pendant une nuit Émile Zenatti et Léo Helner. Elle confie les deux hommes à un passeur-camionneur pour les faire passer en zone non occupée en janvier 1942.
Un mois après le départ d’Émile Zenatti, un policier vient déposer une convocation au domicile des Zenatti. Immédiatement Lucie Zenatti comprend le danger et demande l’aide de Céline Morali*. Lucie Zenatti, sa belle-sœur et les deux enfants passent une première nuit chez une amie, puis une deuxième nuit dans l’appartement de la quincaillerie de Céline Morali*. À l’aube elle les met entre les mains du passeur-camionneur qui avait aménagé un espace-banquette pour franchir la ligne de démarcation.

Émile et Lucie Zenatti, leurs deux enfants, Claude et Arlette, et leur tante Maria Bloch, vont partir s’installer fin 1942, dans le quartier du Gô à Albi.

Alors que les rafles anti-juifs se multipliaient dans la région d'Albi, Sœur Suzanne Marie*, âgée de 35 ans à cette époque, arrive essoufflée au Go, chez les Zenati pour les prévenir de l'imminence d'une rafle.

Avec l’accord de la directrice de la Clinique Saint Dominique dans laquelle elle est infirmière, Sœur Suzanne Marie* cache sans la moindre hésitation Lucie et Émile Zenatti et leurs enfants Claude et Arlette, ainsi que leur tante Maria Bloch.
Ils resteront quelques jours dans la clinique puis ils seront dispersés dans différentes cachettes :
Lucie Zenatti et Arlette furent envoyées au Couvent du Sacré-Cœur à Valence-d’Albigeois.
Claude fut conduit à l’Institution Saint-Etienne à Valence-d'Albigeois sous le faux nom de Claude Grange. Il fut pris en charge par le Père Raoul Manen*, qui travaillait dans le pensionnat et cachait d’autres enfants juifs dont Pierre Dawny né en 1937. Il s’en occupa jusqu’à la Libération, s’assurant que personne ne connaissait leur véritable identité et ne demanda jamais aucune compensation financière pour ses actes de sauvetage.
Émile Zenatti, ophtalmologiste, sera ensuite dirigé au Couvent des Dominicaines à Perpignan.
Arlette sera ensuite envoyé à la maison de retraite du Couvent du Sacré-Cœur de Valence-d’Albigeois, tandis que sa mère, Lucie Zenatti se cache dans une maison annexe sous le nom de Lucie Fleury.

Le 6 Novembre 2006, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de juste parmi les nations à Simonne Bondurand*.
Lors de la remise du titre de Juste des nations, on souligna l’attitude irréprochable de soeur Suzanne*, appréciée dans la communauté pour son dévouement : "une femme remarquable et une excellente infirmière. Elle était capable d’assumer des responsabilités. Tout le monde devrait être ouvert aux autres mais parfois, le courage manque. Sœur Suzanne Marie* l’a eu".
Simonne Bondurand* est décédée après avoir quitté les ordres.

Le 11 février 2009, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de juste parmi les nations à Raoul Manen*.

Le 21 juillet 2009, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de juste parmi les nations à Jean-Joseph Moussaron*.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem



Histoire

Rescue Story


Jean-Aimé Moussaron was the Archbishop of Albi in the Tarn department during the war. Like Archbishops Saliège*, Gerlier* and Théas*, in the summer of 1942, Archbishop Jean-Aimé published a letter of protest against the inhuman treatment of the Jews by the Vichy regime and ordered all the clergymen in his department to help hide Jewish children. That is how Jeanne Ramade* accepted six Jewish girls in her convent, even though registration was officially closed: "In principle the registration is closed at this time of the year," said Ramade, "unless it is for Jewish girls, because that is what was decided by the Archbishop – that we had to accept them. It is our moral obligation."
In 1942, Archbishop Jean-Aimé baptized the entire Zenatti family in order to protect them, and helped them find safe shelter. Emile Zenatti, his wife and two children, Claude (b. 1928) and Arlette (b. 1931), were living in Paris when war broke out. When it became dangerous to stay in the capital, Zenatti made contact, through a mutual friend, with Simone Bondurand (Sister Suzanne Marie), who worked in a hospital. At the baptism ceremony, Bondurand played the role of godmother to little Arlette Zenatti.
In 1944, Bondurand warned the Zenattis that a manhunt of the Jews was about to take place. She took the four family members as well as an aunt to hide in her hospital for a few days. After that, they were sent with Archbishop Jean-Aimé to different shelters: Mme. Zenatti and Arlette went to the Sacré-Coeur convent de Valence- d’Albigeois; Claude was taken to the St. Etienne de Valence d’Albigeois school, under the false name of Claude Grange. The rest of the family found others refugees thanks to Jean-Aimé Moussaron. There he was cared for by Father Raoul Manen, who was in charge of the boarding school. During the war, Father Manen gave shelter to several other Jewish children, including Pierre Dawny (b. 1937). He took them under his charge until liberation, making sure no one knew of their true identity, and never asked for any financial compensation for his rescue actions.
Claude Zenatti survived the war, as did his family and Pierre Dawny. They owe their lives to Archbishop Jean-Aimé, Father Raoul and Sister Simone, all of whom acted out of religious conviction. Despite the great danger to which their acts exposed them, they were determined to help the persecuted.
On November 6, 2006, Yad Vashem recognized Simonne Bondurand as Righteous Among the Nations.
On February 11, 2009, Yad Vashem recognized Raoul Manen as Righteous Among the Nations.
On July 21, 2009, Yad Vashem recognized Jean-Aime Moussaron as Righteous Among the Nations.


The Righteous Among The Nations

03/10/2018

asso 324
Réseau de sauvetage
Simonne Bondurand
(Sœur Suzanne Marie)
Jean Joseph Moussaron (Mgr Moussaron)
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Raoul Manen
Pierre Dawny
Claude Zenatti (dit Paul Grange)

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Site internet sur le Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière (Histoire du Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière. )
2 Le camp de Beauregard à Clefs (Site personnel en cours de réalisation )
3 Site Communal (Site officiel de la Mairie de Draché )
4 A Bléré, la ligne de démarcation est toujours dans les mémoires (Cet article résume bien la position de Bléré et le role heroique de ses habitants Journal La Nouvelle République. 25 Aout 2007 )
5 la Famille Angel (Destin croisés des familles Angel et Delépine, originaires du nord et toutes deux réfugiées à Tharon plage )
6 "Lettre à Esther" (La vidéo retrace l'histoire de la famille Angel depuis son arrivée en France début XX°, son intégration en France, l'arrestation et la déportation à Auschwitz (convois 8 et 34) de cette famille réfugiée à Pornic et Tharon. "Enfances volées": vidéo retraçant la déportation de Rachel Angel et de Victor Pérahia, avec le témoignage de celui-ci )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019