Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
741 résistants juifs
8734 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Jean-Baptiste Robert


Dossier Yad Vashem : 8920
Remise de la médaille de Juste : 2000
Sauvetage : Nice 06000 - Alpes-Maritimes
La Souterraine 23300 - Creuse
Profession: Directeur de l'École Primaire Supérieure (EPS) de garçons de La Souterraine
Religion : Catholique
Date de naissance: 1892 - 12/1952
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Baptiste-Robert
La classe de 3e C de l'E.P.S, sur le perron en compagnie de J-B Robert (x)
source photo : Arch. EPS de la Souterraine
crédit photo : D.R.
Jean-Baptiste-Robert
Jean-Baptiste Robert et Blanche, son épouse. Au dos du cliché fourni par son fils était écrit : "Dieu que n[ou]s somme laids ! Et c'est bien nous cependant. Ne faire voir à personne qu'à Rototo. Il faut dire qu'on n[ou]s a pris quand on était sans nouvelles de vous !! Aussi voyez nos têtes. Chercher le sourire. Sommes pas tellement mal, vus d'un peu loin."
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Notice

Jean-Baptiste Robert naît en 1892 à Viverols dans le Puy-de-Dôme.
Son père est marchand de bois et maire de ce chef-lieu de canton. Après la mort précoce de ce dernier, sa mère obtient, pour faire vivre cinq enfants, la charge d'un bureau de tabac à Saillant.

Bien qu'il soit originaire d'une région où le catholicisme est largement dominant, Jean-Baptiste Robert est envoyé au collège d'État d'Ambert. Il est par la suite reçu au concours d'entrée à l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud, pépinière des "hussards" de l'école républicaine et laïque sous la Troisième République. Mobilisé en 1915 dans l'infanterie, il termine la guerre comme caporal.

A la sortie de Saint-Cloud, Jean-Baptiste Robert est nommé professeur de français à l'École Primaire Supérieure de Saint-Étienne. Il y reste jusqu'en 1939.

Il a 48 ans quand il est nommé à la tête de l'E.P.S. de La Souterraine. Il occupe ce poste jusqu'à sa retraite en juillet 1952.

Durant la guerre, à l'initiative de l'OSE, des enfants juifs sont cachés à l'École Primaire Supérieure de garçons (EPS) de La Souterraine, l'actuel lycée.
Les enfants sont inscrits, sous de faux-noms, avec le plein assentiment solidaire de Jean-Baptiste Robert, le directeur de l'époque. Ils suivent la même scolarité que leurs condisciples, mais leur séjour fut d'une durée variable

Seront ainsi abrités Pierre Vormus (qui devient Pierre Valentin), Harry Kujawski (Henri Kujar), Jean-Georges Kahn (Roger Halin), Jacques Schlaff, Léon Porzycki, Henri Hochner (Henri Hochet), Menashe Meno Horowitz (Michel Hofmann)...

Jean-Baptiste Robert prend sa retraite en juillet 1952, mais décède en décembre lors d'une intervention chirurgicale.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Remise de médaille de Juste parmi les Nations, le 10 mai 2001

M. Trigosse, Proviseur, lors de la remise de la médaille de Juste parmi les Nations à J-B. Robert, le 10 mai 2001, dresse son portrait.

"Monsieur le Préfet, Madame la Rectrice, Monsieur le Ministre plénipotentiaire, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les représentants de Yad Vashem et de l'OSE, Chers amis du lycée-collège Raymond Loewy, Chers élèves d'hier ou d'aujourd'hui,

C'est avec une grande joie et une grande fierté que je vais essayer de retracer ce matin le portrait de mon prédécesseur, M. Jean-Baptiste Robert. J'ai fait appel aux souvenirs des anciens élèves, de sa famille, et les propos qui vont suivre se veulent le reflet de leurs témoignages. Que tous soient ici chaleureusement remerciés.

Monsieur Robert est entré dans cette maison en septembre 1940.

Il y arrive avec la tranquille assurance que donne alors la foi dans la République. Celle qui avait permis à son père, marchand de bois, d'être le maire de son village du Puy-de-Dôme, celle qui avait soutenu sa mère devenue veuve en lui confiant la gérance d'un bureau de tabac, celle qui lui avait ouvert les portes du collège d ' Ambert, puis de l ' Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, et qui en avait fait un professeur de lettres, la République enfin qui avait su vaincre le 11-Novembre, le laissant caporal, médaillé, et dans la joie des retrouvailles, bientôt père. Nommé directeur de l ' Ecole Primaire Supérieure de la Souterraine en 1940, il ne peut que se sentir chez lui dans ce monument à la gloire de l'école laïque, publique et obligatoire.

Il va y imposer son physique impressionnant, et disons-le, à première vue, un peu ridicule: c'est un homme corpulent, immense, mais peut-être le voit-on avec les yeux de l'enfance, un chapeau inamovible et de grosses lunettes rondes. Il reçoit bientôt de ses élèves le surnom de Bidon, et même de Bidon 5, en référence à un film aujourd'hui oublié. S'il faut parler cinéma, imaginons-le avec quelque chose de Philippe Noiret, bonhomme et nonchalant, un peu terne, voire mélancolique, avec quelques rares éclats tonitruants.

Y eut-il jamais plus triste rentrée des classes que celle du 1er octobre 1940 ? Que dire à la jeunesse après un tel effondrement ? M. Robert s'adresse ce jour-là aux élèves et aux personnels. Il commence par demander une pensée pour ceux qui sont morts au printemps, histoire sans doute d'affirmer, contre le discours officiel, que nos soldats se sont vraiment battus. Et puis, après trois mois d'armistice, et trois semaines avant Montoire, il déclare tranquillement que la guerre continue, et qu'il souhaite la victoire de l'Angleterre.

Il sait par la suite n'être jamais servile avec le régime de Vichy, et marque plusieurs fois une distance et un dédain où il faut bien reconnaître une audace étonnante. Un tel courage étonne ses élèves, réjouit certains, déconcerte peut-être d'autres. Il emporte l'adhésion de tous par ses qualités pédagogiques, ses cours de morale, sa tournée quotidienne des études où il distribue généreusement et avec discernement félicitations et punitions. Nombreux sont ceux dans l'assistance qui doivent à leurs facéties d'adolescents de pouvoir réciter à leurs petits enfants les plus obscures des fables de La Fontaine, ou de dessiner de mémoire le réseau hydrographique de l'Amazone ou du Rio de la Plata.

Là est sans doute l'essentiel : c'est avec cette tranquille assurance, ce courage sans ostentation, cette confiance acquise dès l'enfance dans la supériorité inéluctable des principes de la liberté, qu'il accueille les enfants juifs qui frappent à sa porte.

D'où venaient-ils ? on ne le sait pas toujours. Certains étaient venus avec leurs parents trouver une hypothétique sécurité en zone sud, d'autres furent transférés des maisons de l'OSE après 1942. M. Robert était certainement l'une des extrémités du réseau Garel, et Pauline Gaudefroy*, assistante sociale de Limoges, était celle qui amenait les enfants. Disparue dans la tourmente de la Libération, elle emporta avec elle les secrets de bien des destins.

Combien étaient-ils ? difficile à savoir. Sept ont témoigné, et sont présents aujourd'hui. Peut-être y en eut-il une quarantaine, entre 1941 et 1944, certains restant deux ans et d'autres quelques semaines.

Comment pouvaient-ils passer inaperçus ? ils étaient mêlés à d'autres enfants réfugiés, républicains espagnols, expulsés du nord ou de l'est de la France, petits citadins placés à la campagne. Mais il est évident qu'une grande partie du personnel devait savoir tout ou partie de l'origine de ces enfants, et a contribué à leur accueil et à leur sauvetage.

M. Robert n'a pas pour seule ambition de les préserver du malheur, mais aussi de leur apporter instruction, éducation et autant que possible, sérénité. Certains commencent ou continuent ici grâce à leurs professeurs des études brillantes qui les amèneront aux plus hautes responsabilités scientifiques ou universitaires. Ils connaissent comme les autres les hivers très froids, les maigres rations du réfectoire, et pire encore, les fins de semaine lugubres dans cette grande bâtisse, quand les Creusois rentrent chez eux, l'absence des nouvelles des parents, et les nuits torturées par les pressentiments du sort tragique qui attend ceux que les gendarmes arrêtent. Dans ces épreuves, Madame Charret est leur bonne fée. Lingère et infirmière, elle calme les angoisses, réchauffe les coeurs meurtris à coup de robustes tisanes paysannes, et ses caresses du soir tiennent lieu de confitures. Son souvenir est indissociable de celui de M. Robert, et nous avons une pensée pour elle, comme pour Mme Noël, directrice de la BDB, l'école des filles, où se trouvaient aussi plusieurs réfugiées.

La Libération venue, les enfants juifs partis, M. Robert continue ses activités comme si rien ne s'était passé : il reste anonyme, discret, se mêlant peu à la vie locale. Sa seule entorse à la neutralité républicaine reste ce soir de mai 1947, où, la mine réjouie, les pommettes rosies, le chapeau très en arrière, il vient annoncer au réfectoire, d'une voix mal assurée, l'élection à la présidence de la République de son ami Vincent Auriol.

Il continue d'oublier de sanctionner les vilains tours que ses potaches jouent à ceux de l'école privée ; il vit encore quelques réformes, l' Ecole Primaire Supérieure devenant Collège moderne, essuie quelques tempêtes, comme l'arrivée des filles à la BDH, et prend sa retraite en 1952. Il n'en profite que deux mois, et meurt des suites d'une opération bénigne.

Son histoire aurait pu s'éteindre avec lui, puisqu'il ne parla jamais de ses activités à personne, pas même à son fils. On ne saura jamais s'il avait conscience des risques qu'il prenait, s'il faut voir dans ce silence l'extrême pudeur du simple devoir accompli, le dédain des honneurs des véritables héros, ou s'il voyait dans le sauvetage des enfants la seule vraie reconnaissance de son courage. Ceux qui l'avaient aidé gardèrent le silence, et ceux qui ne l'avaient pas fait évidemment encore plus. Seuls les enfants d'alors, juifs ou non, se souviennent encore. Il faut remercier ici tous ceux qui ont ravivé la mémoire sur cet homme, comme sur bien d'autres. Parmi eux, René Castille qui suscita la recherche sur les enfants juifs lors du colloque de Guéret en 1996, les enseignants et les élèves du lycée qui bâtirent un remarquable travail de recherche historique lancé par internet aux quatre coins du monde, et Paul Parot et son amicale des anciens élèves. Les participants n'oublieront jamais ces dimanches matin de retrouvailles, où l'on pouvait partager cette chose si belle et si rare qui s'appelle la fraternité.

Jean-Baptiste Robert est enterré dans son village natal de Viverols. Personne ne doute que cet Auvergnat, comme celui de Brassens, le croque-mort l'ait conduit à travers ciel au Père Éternel. Dans un paradis bien à lui, sans doute peuplé de vieux professeurs en Sorbonne à la barbe dreyfusarde et libre-pensante, de minces hussards noirs de la République tombés avec leurs élèves dans les tranchées de 14, d'humbles pédagogues de la ville et des champs qui ont fait de nous tous ce que nous sommes, différents mais rassemblés ce matin par une même émotion.

De tout là-haut, ses regards se portent sans doute sur ceux qui, par leur témoignage, sont à l'origine de sa distinction d'aujourd'hui, et qui sont venus de toute la France ou d'Israël pour retrouver une fois encore cette vieille école. Valentin dont il était le seul à savoir qu'il s'appelait Vormus, Kujar qui s'appelait Kujawski et Halin dont le vrai nom était Kahn, Horowitz, qui ne se prénommait pas Michel né à Strasbourg mais Menashe, né à Vienne, le petit Porzycki, séparé pendant des mois de ses parents qui se cachaient pourtant dans une maison en face, Jacques Schlaf, dont l'œil déjà exercé savait apprécier les jolies jambes de sa professeur de français, et le petit Hochner, devenu Hochet, à qui, sans doute la mort dans l'âme, M. Robert dût interdire, pour sa sécurité, le réconfort d'un livre de prières caché sous l'oreiller.

Sans doute le souvenir de cet homme, et de quelques autres, vous a aidé à affronter les terribles révélations qui vous attendaient au fur et à mesure de la libération des camps, et à ne pas désespérer complètement de l'espèce humaine. Cependant, le connaissant comme on le connaît, on doute que cette cérémonie lui ait fait plaisir. Il ne vous dirait certainement pas merci d'avoir fait de lui un héros, et vous récolteriez bien quelques fables. Mais il serait certainement ravi de vous revoir, et de vous dire, comme il y a soixante ans " bonjour, et bienvenue les enfants !
"

15/02/2010
Auteur : Michel Trigosse Lien : EPS de La Souterraine

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Pauline Gaudefroy (Renée dite Pauline)
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Jean-Baptiste Robert
Henri Hochner (dit Henri Hochet)
Menashe Meno Horowitz
Jean-Georges Kahn (Roger Halin)
Henri Kujawski (dit Kujar)
Léon Porzycki
Jacques Schlaff
Pierre Vormus (dit Pierre Valentin)

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
2 Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés des Alpes Maritimes (l’AMEJDAM a été créée, à l’initiative de fils et filles de déportés, d’enfants cachés et d’anciens élèves des écoles de Nice et des Alpes-Maritimes, afin de pérenniser la mémoire des enfants juifs scolarisés dans ces établissements, arrêtés et exterminés en déportation, durant la Seconde Guerre mondiale. )
3 Guide des Archives départementales des Alpes maritimes (Guide des sources d'histoire de la Seconde Guerre mondiale conservées aux Archives départementales des Alpes maritimes )
4 La répression de la Résistance dans les Alpes-Maritimes (La répression de la Résistance par Vichy et par les occupants dans les Alpes-Maritimes. Dossier édité par le Musée de la Résistance azuréenne dans la perspective du Concours de la Résistance et de la Déportation. Il fournit un aperçu régional et des documents originaux, ainsi que des exemples de lieux de mémoire. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]
Erreur requête - select * from ajpn_alerte WHERE destina = 'juste' and signal = 'oui' and noid=2389