Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
696 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
701 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11232 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Deux-Sèvres

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Carte du département

Préfecture :
Niort

Préfets :
M. Graux
(26/08/1936 - 15/05/1940)
M. Bouché-Leclercq
(15/05/1940 - 14/11/1941)
M. Roger-Machart
(14/11/1941 - 08/02/1943)
M. Monzat
(08/02/1943 - 24/01/1944)
M. Gomot
(24/01/1944 - 09/1944)
M. Hudeley
(09/1944 - 27/05/1947)
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)

À lire, à voir…

Jean-Marie Pouplain Jean-Marie Pouplain
Michel Chaumet
La Résistance en Deux-Sèvres 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Jean-Marie Pouplain Jean-Marie Pouplain
Les enfants cachés de la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Département des Deux-Sèvres en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement des Deux-Sevres en 1939-1945
Sous-préfecture de Parthenay
source photo : Commune de Parthenay
crédit photo : D.R.
Departement des Deux-Sevres en 1939-1945
Sous-Préfecture de Bressuire
source photo : Pascaloue
crédit photo : D.R.
Departement des Deux-Sevres en 1939-1945
Préfecture des Deux-Sèvres à Niort
source photo : Commune de Niort
crédit photo : D.R.
Histoire

C'est la guerre !

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.

04/02/2012

[Compléter l'article]

L'occupation

Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées.
Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon...
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.
La Demarkationsline disparaîtra le 11 novembre 1942, après l’occupation totale de la France.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront. Les Tsiganes sont internés dans les camps français. Les Francs-maçons et les Communistes, considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Les rafles dans les Deux-Sèvres

En septembre 1940, conformément à l'obligation qui leur est faite, 370 juifs vont se faire recenser sur les registres. 345 d'entre eux recevront l'Étoile Jaune, conformément à l’ordonnance allemande de mai 1942.
184 personnes (femmes, vieillards et hommes) et 54 enfants de 5 à 16 ans vont être arrêtés parce que Juifs par la police et la gendarmerie françaises lors des rafles massives orchestrées par les services de la Gestapo à partir de juillet 1942.

Les rafles se poursuivront jusqu'au 31 juillet 1944, quelques semaines avant la libération du département.

143 Juifs auront été déportés des Deux-Sèvres entre 1942 et 1944, dont 33 enfants de moins de 18 ans.

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

Sur les 143 déportés des Deux-Sèvres, quatre sont revenus. Ils avaient entre 14 et 20 ans. Assez âgés pour travailler, assez jeunes pour résister. L'une de ces rescapés du camp d'Auschwitz, Ida Grinspan, a consacré sa vie à témoigner.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Sauvetages

Des enfants sont "bloqués" car fichés dans le département. 21 d'entre eux seront sauvés grâce à des initiatives individuelles et collectives (prise en charge par des voisins ou amis de la famille après l'arrestation de leurs parents, hospitalisation grâce à la complicité de médecins, etc.), ou encore grâce à l'action organisée des pasteurs dans le pays mellois ou dans le bocage.

Les enfants cachés, quant à eux, n'existent pas aux yeux de l'administration. La plus grande discrétion était de rigueur. Leur état de juif ne devait être connu que des familles d'accueil ou de quelques rares intimes. Pour beaucoup, ils étaient des réfugiés venus se refaire une santé à la campagne ou étaient de lointains cousins de la famille. Venus d'ailleurs, leur refuge est orchestré par des mouvements de résistance (Mouvement national contre le racisme, etc.) et des organisations mises sur pied dans les milieux protestants par les pasteurs Pierre Fouchier*, Jospin, Roullet, Cramer, Casalis, Riebel, etc. qui ont su alerter leus paroissiens, susciter un mouvement de solidarité et organiser l’hébergement au cœur de la population melloise ou du bocage.

Plus des deux tiers des enfants cachés l'ont été dans des foyers protestants ou de culture protestante. A Parthenay, Mme Lemanner, directrice de l'institution catholique Notre-Dame de la Couldre, cache dans son école cinq jeunes filles qu'elle est allée chercher à Paris.

Aucun des 48 enfants cachés par ce réseau dans les Deux-Sèvres ne sera arrêté.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Toutes les communes des Deux-Sèvres

Les camps et les lieux d'internement des Deux-Sèvres

132e CTE de la Poudrerie 79600 Saint-Jouin-de-Marnes
152e CTE Airvault 79600 Airvault
152e CTE Louin 79600 Louin
Camp de Prin-Deyrançon 79210 Prin-Deyrançon
Camp de Saint Loup-sur-Thouet 79600 Saint-Loup-Lamairé
Centre de Bressuire 79300 Bressuire
Frontstalag 231 Airvault 79600 Airvault
Frontstalag 231 Parthenay 79200 Parthenay

Les lieux de sauvetage des Deux-Sèvres

Notre-Dame de la Couldre 79200 Parthenay

Les 19 Justes parmi les Nations des Deux-Sèvres


5 Familles hébergées, cachées ou sauvées des Deux-Sèvres[Compléter]

Bressuire

1942 - 1944 Famille Zangier - Jacob Zangier, né en 1900 en Pologne, son épouse Esther et leur fille Jeannine, née le 26 mai 1934 à Paris. Ils sont réfugiés à Chiché. Lors de la rafle de la nuit du 8 au 9 octobre, ils s'échappent et confie leur fille à Mme Gouachaud à Bressuire. Les parents se cachent à la Léonière de Terves chez Maria Bisleau dont le mari est prisonnier en Allemagne qui les avaient accueillis à leur arrivée dans le bocage. Ils vont rester ainsi cachés, presque une année, du 8 octobre 1942 à la fin de l’été ou au début de l’automne 1943. Mme Gouachaud vient se promener dans le jardin de la propriété avec Jeannine, afin que ses parents puissent l’apercevoir sans se montrer. Le père de Jeannine est arrêté en 1943 a à Bagnères-de-Bigorre en tentant le passage en Espagne. Il sera déporté sans retour par le convoi 76, du 30 juin 1944. Son épouse Esther échappera aux rafles retrouvera sa fille

Celles-sur-Belle

08/02/1944 - 25/09/1944 Famille LORACH - Ce témoignage, écrit par Marc-Philippe Stoll, concerne: Mme Berthe Lorach née Picard le 8 avril 1880 à Ste-Marie-aux-Mines (HR), mère de Mme Elisabeth Stoll, née Lorach le 2 juin 1903 à Mulhouse et ses petits-enfants Madeleine née le 4 octobre 1934 à Strasbourg, Claire née le 18 août 1936 à Strasbourg, Marc-Philippe né le 23 décembre 1938 à Forbach (Moselle), famille aidée et sauvée à La Mothe-St-Héray en 1944, cachée ensuite à Maupertuis près La Couarde puis à La Guessonnière de Rom. Mon témoignage est corroboré par mes deux sœurs Madeleine Ernwein-Stoll à Strasbourg et Claire Juchault-Stoll à Poitiers. Les événements qui précèdent et ont motivé le fait que Mme Berthe Lorach ait été cachée à Verrines sont brièvement relatés dans les témoignages concernant les communes de La Mothe-St-Héray , La Couarde et Rom. Dans la nuit du 30 au 31 janvier 1944, aidés par plusieurs personnes de La Mothe-St-Héray connues de nous ou inconnues de nous, fuyant une arrestation imminente par la Gestapo, nous avions t

La Couarde

30/01/1944 - 05/02/1944 Famille STOLL-LORACH - Ce témoignage, écrit par Marc-Philippe Stoll, concerne: Mme Berthe Lorach née Picard le 8 avril 1880 à Ste-Marie-aux-Mines (HR), Mme Elisabeth Stoll, née Lorach le 2 juin 1903 à Mulhouse et ses enfants Madeleine née le 4 octobre 1934 à Strasbourg, Claire née le 18 août 1936 à Strasbourg, Marc-Philippe né le 23 décembre 1938 à Forbach (Moselle), famille cachée à La Couarde en 1944. Mon témoignage est corroboré par mes deux sœurs Madeleine Ernwein-Stoll à Strasbourg et Claire Juchault-Stoll à Poitiers. Les événements qui précèdent et ont motivé le séjour de la famille à La Couarde sont brièvement relatés dans le témoignage concernant la commune de La Mothe-St-Héray. Nous arrivons à Maupertuis près La Couarde dans la nuit du 30 au 31 janvier 1944, fuyant notre arrestation imminente en tant que juives et enfants de juifs. Nous sommes accueillis dans la ferme de M. et Mme Daunizeau, refuge trouvé in extremis par M. Hervé, pasteur à La Mothe, et où, nous le saurons plus tard, sont déjà cachés des enfant

La Mothe-Saint-Héray

28/04/1943 - 25/09/1944 Famille STOLL - Ce témoignage, écrit par Marc-Philippe Stoll, concerne: Mme Berthe Lorach née Picard le 8 avril 1880 à Ste-Marie-aux-Mines (HR), Mme Elisabeth Stoll, née Lorach le 2 juin 1903 à Mulhouse et ses enfants Madeleine née le 4 octobre 1934 à Strasbourg, Claire née le 18 août 1936 à Strasbourg, Marc-Philippe né le 23 décembre 1938 à Forbach (Moselle), famille aidée et sauvée à La Mothe-St-Héray en 1944. Mon témoignage est corroboré par mes deux sœurs Madeleine Ernwein-Stoll à Strasbourg et Claire Juchault-Stoll à Poitiers. La plupart des éléments de ce témoignage, et de ceux qui concernent les autres lieux où nous avons vécu dans les Deux-Sèvres, nous les devons, mes sœurs et moi, au récit détaillé écrit par notre mère après la guerre. Les événements qui ont affecté notre famille durant cette période en Poitou sont évoqués dans l’émouvant livre « Les enfants cachés de la résistance » de J.M. Pouplain. Berthe Picard-Lorach et Elisabeth Lorach-Stoll, nées juives dans une famille alsacienne totalement intégrée

Rom

05/02/1944 - 20/09/1944 Famille STOLL - Ce témoignage, écrit par Marc-Philippe Stoll, concerne: Mme Berthe Lorach née Picard le 8 avril 1880 à Ste-Marie-aux-Mines (HR), Mme Elisabeth Stoll, née Lorach le 2 juin 1903 à Mulhouse et ses enfants Madeleine née le 4 octobre 1934 à Strasbourg, Claire née le 18 août 1936 à Strasbourg, Marc-Philippe né le 23 décembre 1938 à Forbach (Moselle), famille aidée et sauvée à La Mothe-St-Héray en 1944, cachée ensuite à Maupertuis près La Couarde puis cachée à La Guessonnière. Mon témoignage est corroboré par mes deux sœurs Madeleine Ernwein-Stoll à Strasbourg et Claire Juchault-Stoll à Poitiers. Les événements qui précèdent et ont motivé le séjour de la famille à La Guessonnière de Rom sont brièvement relatés dans les témoignages concernant les communes de La Mothe-St-Héray et La Couarde. Le samedi 5 février 1944, dissimulés sous des cageots dans la camionnette de M. Pierre, ramasseur d’œufs et volailles, et accompagnés par M. Hervé, pasteur à La Mothe qui a organisé notre déplacement, ma mère, mes sœur


43 Familles arrêtées dans le département [Compléter]


Famille Amarilio - Jacques Amarilio (ou Amariglio) est arrêté dans les Deux-Sèvres parce que Juif et déporté sans retour.


1944 Famille Atlan - Gisèle, née le 06/04/1924 à Bougie (Algérie) est arrêtée dans les Deux-Sèvres parce que juive et déportée sans retour par le convoi n° 68 de Drancy vers Auschwitz Birkenau le 10/02/1944.
Déportation : 10/02/1944 convoi no 68


Famille Barchan - Haïm (Chaïm) est arrêté dans les Deux-Sèvres parce que juif et déporté sans retour.


1943 Famille Bernheim - Albert, né à Paris le 03/10/1909, est arrêté parce que juif et déporté sans retour par le convoi n° 59 du 02/09/1943.
Déportation : 02/09/1943 convoi no 59


Famille Cukier - Fajwel est arrêté dans les Deux-Sèvres parce que juif et déporté sans retour.

>> Voir les 43 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

05/08/1942 - La circulaire n° 2765 du secrétaire général à la Police envoyée au préfet régional de Limoges vise les étrangers suivants en vue de leur transfert en zone occupée : "Les israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzicois, sarrois, soviétiques et les réfugiés russes entrés en France postérieurement au 1er janvier 1936 incorporés dans des groupes de T.E., hébergés au centre du Service social des étrangers, dans les centres des comités privés ou dans ceux de l'UGIF, placés dans les centres de regroupement israélites en application des circulaires du 3 novembre 1941 et du 2 janvier 1942 ainsi que ceux en résidence libre, seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre". La circulaire exclut quelques catégories de Juifs, dont les vieillards de plus de 60 ans, les enfants de moins de 18 ans non accompagnés, les femmes enceintes...
26/08/1942 - Rafle de Juifs réfugiés en Limousin. 446 Juifs dont 68 enfants de la région sont regroupés au camp de Nexon sont acheminés vers Drancy le 29 août 1942 et déportés vers Auschwitz par les convois n° 26 et 27.
08/10/1942 - Rafle des Juifs en Charente dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942.
05/1943 - Implantation du mouvement Libération-Nord.
31/01/1944 - Dernière grande rafle des Deux-Sèvres.
31/01/1944 - Grande rafle ordonnée par le Préfet de région Poitou-CharentesLencloître France
15/08/1944 - Naissance des FFI dans les Deux-Sèvres sous les ordres de "Chaumette".
09/1944 - Prise de fonction du Comité Départemental de Libération.
06/09/1944 - Libération officielle des Deux-Sèvres.
06/09/1944 - Prise de fonction du Préfet René Hudeley.
29/04/1945 - 29 avril et 13 mai : Élections municipales.
23/09/1945 - 23 et 30 septembre : Élections cantonales.
21/10/1945 - Élections législatives d'une Assemblée Constituante.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
4 Victime en représailles à Mussidan
5 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
6 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
7 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  chateau de chiché

    bonjour,
    je recherche des témoignages sur le centre de la croix-rouge du château de chiché pendant la guerre 1939-1945.
    [répondre]

***  Chateau d'Oriou - 79 Saint Maxire

    Je recherche des témoignages sur Mme Lambert (amie de Mme Gonse Boas) qui à recueilli 25 enfants de 1940 jusqu'à la fin de la guerre dans son château d'Oriou commune de Saint-Maxire; Mme Gonse Boas et sa fille y ont séjourné quelques temps. Mme Lambert à reçu une médaille pour ses actes. [répondre]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018