Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
817 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1204 lieux d'internement
716 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
918 résistants juifs
12192 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1273 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Deux-Sèvres

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Carte du département

Préfecture :
Niort

Préfets :
M. Graux
(26/08/1936 - 15/05/1940)
M. Bouché-Leclercq
(15/05/1940 - 14/11/1941)
M. Roger-Machart
(14/11/1941 - 08/02/1943)
M. Monzat
(08/02/1943 - 24/01/1944)
M. Gomot
(24/01/1944 - 09/1944)
M. Hudeley
(09/1944 - 27/05/1947)
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)

À lire, à voir…

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Jean-Marie Pouplain Jean-Marie Pouplain
Michel Chaumet
La Résistance en Deux-Sèvres 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Jean-Marie Pouplain Jean-Marie Pouplain
Les enfants cachés de la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Département des Deux-Sèvres en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement des Deux-Sevres en 1939-1945
Sous-Préfecture de Bressuire
source photo : Pascaloue
crédit photo : D.R.
Departement des Deux-Sevres en 1939-1945
Préfecture des Deux-Sèvres à Niort
source photo : Commune de Niort
crédit photo : D.R.
Departement des Deux-Sevres en 1939-1945
Sous-préfecture de Parthenay
source photo : Commune de Parthenay
crédit photo : D.R.
Histoire

C'est la guerre !

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.

04/02/2012

[Compléter l'article]

L'occupation

Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées.
Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon...
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.
La Demarkationsline disparaîtra le 11 novembre 1942, après l’occupation totale de la France.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront. Les Tsiganes sont internés dans les camps français. Les Francs-maçons et les Communistes, considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Les rafles dans les Deux-Sèvres

En septembre 1940, conformément à l'obligation qui leur est faite, 370 juifs vont se faire recenser sur les registres. 345 d'entre eux recevront l'Étoile Jaune, conformément à l’ordonnance allemande de mai 1942.
184 personnes (femmes, vieillards et hommes) et 54 enfants de 5 à 16 ans vont être arrêtés parce que Juifs par la police et la gendarmerie françaises lors des rafles massives orchestrées par les services de la Gestapo à partir de juillet 1942.

Les rafles se poursuivront jusqu'au 31 juillet 1944, quelques semaines avant la libération du département.

143 Juifs auront été déportés des Deux-Sèvres entre 1942 et 1944, dont 33 enfants de moins de 18 ans.

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

Sur les 143 déportés des Deux-Sèvres, quatre sont revenus. Ils avaient entre 14 et 20 ans. Assez âgés pour travailler, assez jeunes pour résister. L'une de ces rescapés du camp d'Auschwitz, Ida Grinspan, a consacré sa vie à témoigner.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Sauvetages

Des enfants sont "bloqués" car fichés dans le département. 21 d'entre eux seront sauvés grâce à des initiatives individuelles et collectives (prise en charge par des voisins ou amis de la famille après l'arrestation de leurs parents, hospitalisation grâce à la complicité de médecins, etc.), ou encore grâce à l'action organisée des pasteurs dans le pays mellois ou dans le bocage.

Les enfants cachés, quant à eux, n'existent pas aux yeux de l'administration. La plus grande discrétion était de rigueur. Leur état de juif ne devait être connu que des familles d'accueil ou de quelques rares intimes. Pour beaucoup, ils étaient des réfugiés venus se refaire une santé à la campagne ou étaient de lointains cousins de la famille. Venus d'ailleurs, leur refuge est orchestré par des mouvements de résistance (Mouvement national contre le racisme, etc.) et des organisations mises sur pied dans les milieux protestants par les pasteurs Pierre Fouchier*, Jospin, Roullet, Cramer, Casalis, Riebel, etc. qui ont su alerter leus paroissiens, susciter un mouvement de solidarité et organiser l’hébergement au cœur de la population melloise ou du bocage.

Plus des deux tiers des enfants cachés l'ont été dans des foyers protestants ou de culture protestante. A Parthenay, Mme Lemanner, directrice de l'institution catholique Notre-Dame de la Couldre, cache dans son école cinq jeunes filles qu'elle est allée chercher à Paris.

Aucun des 48 enfants cachés par ce réseau dans les Deux-Sèvres ne sera arrêté.

04/02/2012

[Compléter l'article]

Toutes les communes des Deux-Sèvres

Les camps et les lieux d'internement des Deux-Sèvres

Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='' order by champ2