Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
738 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11399 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1266 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Deux-Sèvres

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Deux-Sèvres

Préfets :
M. Graux
(26/08/1936 - 15/05/1940)
M. Bouché-Leclercq
(15/05/1940 - 14/11/1941)
M. Roger-Machart
(14/11/1941 - 08/02/1943)
M. Monzat
(08/02/1943 - 24/01/1944)
M. Gomot
(24/01/1944 - 09/1944)
M. Hudeley
(09/1944 - 27/05/1947)
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Jean Schuhler
(06/1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)

À lire, à voir…

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler

ACHETER EN LIGNE

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Jean-Marie Pouplain Jean-Marie Pouplain
Michel Chaumet
La Résistance en Deux-Sèvres 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Jean-Marie Pouplain Jean-Marie Pouplain
Les enfants cachés de la Résistance

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Juste parmi les Nations

Auguste Garnaud


Dossier Yad Vashem : 5839
Remise de la médaille de Juste : 26/09/1993
Sauvetage : Saint-Léger-de-la-Martinière Quaireux 79500 - Deux-Sèvres
Profession: Cultivateur
Qualité: Prisonnier évadé, résistant FFI
Religion : Protestant
Date de naissance: 1903
Date de décès: 1995
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Auguste-Garnaud
source photo : Coll. personnel
crédit photo : D.R.
Notice

Lucie et Albert Lazare habitaient Metz avec leurs trois enfants, Micheline, née en 1927, Colette, née en 1929 et Jean, né en 1933.
Albert Lazare était préparateur en pharmacie.

Ils avait quitté Metz pendant l'exode de 1940 et étaient arrivés au Gué-d'Alleré, petit village de 450 habitants à 15 kilomètres de La Rochelle. Ils y avaient été accueillis très chaleureusement et des aides spontanées leur avaient été proposées, tant de la part du curé que des instituteurs "laïques convaincus et militants".

Malgré le déracinement, Lucie et Albert Lazare tentent d'établir une vie presque normale et cherchent à se rendre utiles. En effet, Lucie Lazare connaissait l'allemand et pouvait aider la secrétaire de mairie et les familles réfugiées qui avaient des parents prisonniers. Albert Lazare, quant à lui appris aussi à jardiner.
Mais, comme partout ailleurs, les mesures antisémites sont parvenues à la mairie de ce village. Recensement des personnes et des biens, marquage:des pièces d'identité avec le npon "Juif", avis d'interdiction de travail professionnel ou d'emploi rémunéré, saisie des avoirs bancaires et des véhicules pour ceux qui en avaient, remise de trois étoiles jaunes par personne contre délivrance d'un point textile, enfin toutes les dispositions, prises conjointement, même si elles n'étaient pas concomitantes, par les autorités allemandes et, le plus souvent, par l'État français, arrivaient sans problème jusqu'à la plus petite commune de France.
Pourtant, une mesure particulière survint qui interdisait les zones côtières aux Juifs jusqu'à une distance de trente kilomètres du littoral concerna la famille Lazare directement.
Une première injonction de partir fut faite par des agents de la Gestapo assistés d'un interprète qui s'était présenté comme s'appelant Kieffer, originaire de Sarreguemines et connaissant bien Metz, ville d'origine des Lazare. Cette première incursion s'accompagna de l'enlèvement de leur voiture personnelle et du vol d'argent et de différents objets. Puis, après la réception de l'ordre d'expulsion, une autre visite domiciliaire se produisit alors que Albert Lazare était parti chercher un nouvel endroit où habiter, qui allait être le village de Coulon. Cette fois-ci, encore, des objets furent dérobées à Lucie Lazare, terrorisée parce que seule devant cette incursion policière
.
C'est donc après ces évènements que Lucie et Albert Lazare et leurs enfants arrivèrent à Coulon au cours du mois de février 1943.
Ils s'installèrent rue du Four, dans une maison à deux niveaux disposant d'un jardin, et Albert Lazare s'efforça de recréer un cadre de vie le plus normal possible compte tenu des circonstances.

Jean Lazare fut scolarisé dans la classe de M. Rouger alors que Colette allait à l'école des filles, voisine de celle des garçons puisque seul le bâtiment de la mairie les séparait. Micheline, quant à elle, avait été admise dans un établissement niortais.
Les parents Lazare et leurs enfants ne portaient pas habituellement l'obligatoire étoile jaune quant ils étaient à Coulon, mais chacun d'entre eux en avait une cousue sur un vêtement au cas où il aurait été nécessaire de l'arborer.
Dans les souvenirs de cette époque, il semble que les relations aient été moins chaleureuses et l'ambiance plus tendue que dans leur précédente résidence. L'accumulation des mesures vexatoires et tyranniques, l'idée d'être toujours sur des listes détenues par une administration qui était le bras séculier de la persécution, constituaient certainement des éléments qui n'étaient pas pour rendre l'atmosphère respirable. Il y avait pourtant, dans une maison voisine, une famille Boyer dont la fille, Annie, était très attentionnée, mais c'est surtout les instituteurs, M et Mme Rouger, qui apparaissent comme ayant été très près de la famille Lazare. Malgré une vie qui essayait de paraître normale, Jean Lazare garde le sentiment que ses parents "se tenaient en permanence sur leurs gardes". C'est certainement pour cette raison qu'ils s'étaient procuré, par un moyen qui n'a pas été rapporté, de faux papiers d'identité au nom d'une famille Lafond originaire de Nantes.

Cependant, la marche des événements se poursuivait malgré les précautions et les inquiétudes. Le 30 janvier 1944, pendant le repas du soir, des gendarmes vinrent avertir, ce qui constituait certainement une dérogation aux ordres reçus, qu'ils allaient revenir pour arrêter les parents et les enfants Lazare. Tout de suite, Annie Boyer et M. Rouger furent avertis afin de voir ce qu'il était possible de faire. La fuite de Albert Lazare fut envisagée mais, comme son épouse était enceinte de sept mois et que lui-même avait une santé précaire, ce projet n'eut pas de suite. Par contre, les trois enfants, Micheline, Colette et Jean furent immédiatement emmenés à l'école de garçons par M. Rouger, en passant par l'arrière de leur habitation et par les jardins, afin de dissimuler leur .départ. Là, avec aussi le concours de l'institutrice Mme Mathé, ils ont été cachés toute la nuit dans les combles de cette école, en attendant qu'une décision soit prise à leur égard.
Quelques heures après, le 31 janvier 1944, à 0 heure 30 ainsi que le précise le procès-verbal, les gendarmes de la brigade de Niort revinrent pour procéder à l'arrestation de la famille Lazare, ainsi d'ailleurs que de deux autres personnes considérées comme juives et résidant à Coulon.
Entre temps, le docteur Forget, qui exerçait dans ce village, avait été alerté, et les forces de gendarmerie durent constater que Micheline, Colette et Jean possédaient un certificat médical les déclarant intransportables.
Dans le même procès-verbal, les gendarmes durent également constater que les enfants avaient été soustraits à l'arrestation. Dans la soirée de ce même jour, à 18 heures 30, la gendarmerie établit un nouveau document qui indiquait que Lucie et Albert Lazare avaient été transférés à l'hôpital de Niort pour y être internés sous surveillance policière.

Pendant ce temps, les trois enfants Lazare étaient toujours dissimulés dans les combles de l'école de garçons de Coulon. M. Rouger, qui avait été instituteur à l'Enclave de la Martinière, dans le pays mellois, avant d'être nommé dans le Marais Poitevin, avait envoyé une de ses filles, Jeanne, rencontrer une personne qu'il connaissait à Saint-Léger-de-la-Martinière.
Jeanne Rouger partit donc vers Melle, peut-être en car, ce souvenir étant toutefois incertain, mais ce qu'elle se rappelle parfaitement, c'est qu'elle fit à pied, la nuit tombée, à travers les champs et les bois, le trajet de Melle à l'Enclave de la Martinière, ce qui représente environ cinq kilomètres. Arrivée à l'Enclave, elle se rendit à la ferme de Louise* et Jacques Pelletier*, que lui avait indiquée son père, au lieu-dit la Bertramière, et donna les raisons de sa visite tardive.
Sans hésiter, Louise* et Jacques Pelletier* acceptèrent de recevoir le garçon, Jean Lazare, regrettant seulement de ne pas pouvoir les prendre tous les trois. Dès le lendemain matin, Jacques Pelletier* alla voir un de ses voisins, Auguste Garnaud*,, qui habitait au Quaireux, à peu de distance de la Bertramière, pour lui demander s'il accepterait de recueillir les deux autres enfants, Micheline et Colette. Là encore, l'acceptation fut sans réserve et Jeanne Rouger put revenir à Coulon pour apporter la nouvelle.

La nuit du 31 janvier au 1er février 1944, Micheline, Colette et Jean furent emmenés à Glandes, petit hameau dépendant de la commune de Coulon mais distant d'environ deux kilomètres du village lui-même. Ils furent accueillis chez Marie-Paule Moinard, qui les installa dans une pièce située au-dessus de sa petite épicerie. Maurice Moinard, son fils, précise que Jean Lazare, qui avait peut-être pris froid dans le grenier de l'école, toussait assez fréquemment et, afin que les clients de l'épicerie ne se posent pas de questions, il se mettait un édredon sur le visage pour étouffer le bruit.

Mais il fallait à présent trouver un moyen pour conduire clandestinement à l'Enclave de la Martinière les trois enfants qui se trouvaient sous le coup d'un mandat d'arrêt. Là encore, ce fut la nuit que s'effectua le voyage. Il y avait à Coulon un marchand de bière et de charbon qui s'appelait Gédéon Pipet et qui disposait d'un petit camion équipé d'un gazogène. Des tonnes furent montées dans le camion el recouvertes de fagots. C'est dans cet abri précaire et improvisé que se glissèrent les trois enfants.
A leur arrivée Louise Pelletier* accueille Jean dans ses bras. Après avoir rajouté du charbon de bois dans le fourneau de son gazogène, M. Pipet continua sa route et alla déposer Micheline, Colette au Quaireux, chez Marie-Louise* et Auguste Garnaud*.

Jean Lazare fut tout de suite intégré à la vie campagnarde grâce à la chaleur de l'accueil de Jacques Pelletier*, appelé familièrement "Jacquet" ou Raoul, de son épouse Louise* et de leurs enfants Louis et Pierre. Il se souvient qu'ils "l'ont cajolé et adopté comme un nouveau fils et frère", mais aussi "des grandes rôties (tartines grillées au feu de bois) el du chocolat, en place du déjeuner - repas que les autres avaient et qui n'était pas (dans son) habitude".

Ses sœurs bénéficiaient de la même qualité d'hébergement chez Marie-Louise* et Auguste Garnaud* où Jean Lazare allait les voir environ une fois par semaine. Elles étaient très entourées par toute la famille et les deux filles de la maison, Louisette et Yvonne - appelée "Vonette" - qui étaient sensiblement de leur âge.
Jean Lazare se rappelle ses visites au Quaireux où, en plus de la chaleur humaine qui y régnait, il découvrait chez Auguste Garnaud* la séduction d'une culture protestante qu'il n'avait jamais encore côtoyée. "La bibliothèque de Auguste Garnaud* était très riche" et celui-ci parlait beaucoup avec son jeune visiteur, s'intéressant à son travail scolaire et accompagnant "ses occupations agricoles de multiples réflexions et citations". Il se souvient aussi des soirées passées au coin du feu avec les membres de la famille et les voisins, ainsi que des réfractaires au STO qui se cachaient dans les granges.

Sous le nom de Lafond, réfugié de Nantes, Jean Lazare allait à l'école du village où l'instituteur, M. Contre, satisfait de ses résultats, voulait le faire passer en sixième. Il fallut bien lui dire quelle était la véritable situation et les choses en restèrent là, toujours protégées par le silence et la discrétion. En effet, à l'Enclave de la Martinière, personne n'était au courant, à l'exception du maire et plus tard de l'instituteur, de la véritable identité des enfants. Même s'il y avait des questions qui restaient sans réponse, toute la population demeurait dans une expectative prudente, tant vis-à-vis des enfants Lazare que pour les nombreux réfractaires qui logeaient et se déplaçaient de ferme en ferme.
Micheline et Colette Lazare, quant à elles, ne pouvaient pas poursuivre leur scolarité, le niveau de l'école primaire étant dépassé pour elles.

Louise Pelletier* et Auguste Garnaud* s'étaient rendu à Niort et avaient pu prendre contact avec Lucie et Albert Lazare détenus l'un et l'autre à l'hôpital. Lucie Lazare venait de donner le jour à une petite fille, Danielle, et Louise Pelletier* se souvenait que la chambre où elle se trouvait était gardée par un policier. Pour approcher Albert Lazare, Auguste Garnaud* s'était fait passer pour un membre du personnel chargé de l'entretien. Par ce subterfuge, il avait pu rapporter aux enfants des lettres de leur père où, dans l'une d'entre elles, celui-ci disait à son fils que "quoi qu'il arrive (tu) ne dois pas (te) faire justice (toi)-même à l'encontre de ceux qui ont fait le mal". Auguste Garnaud* avait aussi reçu en dépôt différents papiers et objets qu'il avait cachés dans un vieux chêne têtard et "cabourne", c'est-à-dire dont le tronc était creux.

Pendant ce temps, les événements poursuivaient leur cours et la fin de l'été 1944 vit le reflux des troupes d'occupation et la libération du département des Deux-Sèvres, célébrée le 6 septembre,

Le 14 septembre, Jean Lazare se souvient d'avoir vu Annie Boyer arriver en tandem depuis Coulon où il revint avec elle. Le lendemain, il put enfin se rendre à l'hôpital pour y voir son père qui était très souffrant, ainsi que sa mère, toujours très fatiguée après la naissance de sa fille Danielle. Micheline et Colette étaient également revenues à Niort et, le 17 septembre, ils apprirent le décès de leur père.
Avec l'aide de personnes de Niort, M. et Mme Mayoux, qui avaient gardé le contact avec elle, Lucie Lazare et maintenant ses quatre enfants purent s'installer dans un logement de la rue de la Poste.
Ainsi se terminait pour cette famille un temps d'exode et de persécution.

Les liens d'amitié noués entre les Pelletier*, les Garnaud*, la jeune veuve et ses enfants perdurèrent de longues années durant après la guerre.

Le 26 septembre 1993, Yad Vashem a décerné à Louise* et Jacques Pelletier* et à Marie-Louise* et Auguste Garnaud* le titre de Juste parmi les Nations.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Rescue story

Albert and Lucie Lazare lived in Metz with their three children, Micheline (b. 1927), Colette (b. 1929), and Jean (b. 1933). They were evacuated from Metz at the beginning of the war and, after many vicissitudes, they settled in Coulon (Deux-Sèvres) in the autumn of 1942. By that time, the Germans had occupied all of France. On the night of January 26,1944, the French police arrested Albert and Lucie Lazare. The neighbors witnessed their arrest. One of them, a teacher in the school attended by the Lazare children, distracted the policemen and snatched the children away while Albert and Lucie boarded a truck. The children hid that night and the following day in the attic of the school, while the police searched for them. The teacher’s daughter went to St.-Léger-de-la-Martinière (Vendée), about fifty kilometers from Coulon, to find a hiding place for the children. Jean, who was nine, was placed in the care of Jacques and Louise Pelletier. The couple, who had two children, welcomed the Jewish child as one of their own and said they were prepared to adopt him after the liberation. Auguste and Marie-Louise Garnaud, who had two daughters of their own, agreed to care for the girls. The Garnauds lived in a remote farm area that was hard to reach. The Germans seldom bothered to come because of the difficult access, but, nonetheless, a visit by French or German police posed a constant threat. The Garnauds offered their farm as a place of refuge for underground fighters and fugitives from forced labor. Micheline and Colette arrived at the farm utterly destitute, with no one who could pay for their upkeep. Nevertheless, for the six months remaining until the liberation, the Garnauds took care of them with warmth and devotion. They were also prepared to adopt the girls, but they learned that their mother, who was seven months pregnant at the time of her arrest, had not been deported and had given birth to another little girl. They then made great efforts to give her news of her girls, despite the risk. Albert Lazare, who was gravely ill, was also not deported. He underwent surgery, but he died a few months afterward. After the liberation, their mother reclaimed her surviving children. The friendship that had developed between the Pelletiers, the Garnauds, and the Lazares continued long after the war.
On September 26, 1993, Yad Vashem recognized Auguste and Marie-Louise Garnaud and Jacques and Louise Pelletier as Righteous Among the Nations.

26/02/2012
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Auguste Garnaud
Jean Lazare
Colette Lazare
Albert Lazare
Lucie Lazare
Micheline Lazare

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
4 Victime en représailles à Mussidan
5 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
6 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
7 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019