Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11251 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Morbihan

Région :
Bretagne
Département :
Morbihan

Préfets :
Henri Piton
(26/11/1936 - 03/09/1941) Préfet du Morbihan
François Ripert
(02/11/1940 - 12/05/1942) François Charles Joseph Ripert, Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan)
Robert Cousin
(03/09/1941 - 14/11/1941) Préfet du Morbihan
Paul Grimaud
(14/11/1941 - 24/10/1942) Préfet du Morbihan
(12/06/1942 - 06/07/1943) Préfet régional de la région de Rennes (Ille-et-Vilaine, Finistère, Côtes-du-Nord, Morbihan), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant.
Pierre Marage
(24/10/1942 - 24/01/1944) Préfet du Morbihan
Philibert Dupart
(06/07/1943 - 24/02/1944) Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1890-1944)
Roger Constant
(24/01/1944 - 04/08/1944) Préfet du Morbihan
Robert Martin
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1895-1957)
Jacques Onfroy
(17/11/1944 - 01/03/1946) Préfet du Morbihan
Victor Le Gorgeu
(1944 - 1946) Commissaire de la République de la région de Rennes (Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan) (1881-1963)
Jean Laporte
(01/03/1946 - 26/07/1950) Préfet du Morbihan

À lire, à voir…

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Guy Le Corre Guy Le Corre
Un Cheminot rennais dans la Résistance 1941-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Jérôme Lucas Jérôme Lucas
Un canton breton en 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

René Le Guénic René Le Guénic
Morbihan. Mémorial de la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

Albert Oriol-Maloire Albert Oriol-Maloire
Hommes et combats en Bretagne. Le Morbihan 1939/1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Claude Toczé Claude Toczé
Annie Lambert
Les Juifs en Bretagne : 5e-20e siècles

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Guilliers en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Guilliers 56490
Sous-préfecture : Vannes - Morbihan
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Voir l'histoire du département du Morbihan
Histoire
Guilliers est une commune française située dans le département du Morbihan, dans le pays du Porhoët.

25/03/2009

[Compléter l'article]
Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas le 10 mai 1940.
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice. Les Allemands instaurent la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands.

Guilliers est en zone occupée.

La rafle de Guilliers du 20 janvier 1944
Le 18 janvier 1944 un soldat allemand abattu d'un à coups de revolver est découvert dans une rue de Guilliers. Le 20 janvier 1944, une grande rafle, organisée par l'occupant sur les communes de Guilliers, Évriguet, Mauron, Loyat, Mohon, Brignac, Saint-Brieuc-de-Mauron, rassemble dans la cour de l'école publique de Guilliers près de 500 personnes.

Les Allemands retiennent pour la déportation 43 hommes, de préférence jeunes et pris au hasard. les autres sont relâchés. de ces malheureux, dirigés d'abord sur Compiègne et ensuite Mauthausen et Dachau, 25 seront déportés sans retour.
Le responsable de ce drame avait 19 ans et habitait Saint-Brieuc.1

07/11/2009

[Compléter l'article]

Rafle de Guilliers du 20 janvier 1944

"Les Allemands occupaient Guilliers, réquisitionnaient Les écoles et d'autres bâtiments. Le 18 janvier, une réquisition de chevaux a lieu à Guilliers. Le soir ou dans la nuit, un soldat allemand a été tué et retrouvé dans la rue du 20 janvier qui n'était à l'époque qu'une servitude piétonne. le 19 janvier, on s'attendait à des représailles. Les hommes les plus jeunes avaient commencé à se cacher et à fuir. Au matin du 20 janvier, les Allemands ont amené de la troupe et cerné Guilliers, au niveau de Loyat, Mohon, Évriguet, Saint-Brieuc-de-Mauron, le Bois de la Roche à Mauron et ramenaient tous les hommes valides qu'ils trouvaient dans la cour de l'école laïque de Guilliers, nous présentaient à deux officiers de la Feldgendarmerie qui nous indiquaient le groupe où l'on devait se mettre. Le plus petit groupe était destiné à être exécuté car une mitrailleuse était braquée sur nous avec un soldat au pied qui n'attendait que les ordres pour tirer. le temps a été très long et angoissant, jusqu'au moment où on appris qu'il y avait un sursis à l'exécution, qu'on serait emmenés à 10 kilomètres de là mais on ne savait pas où (à signaler qu'ils ont ont emmenés les plus jeunes).

Cinq cent personnes furent arrêtés et parquées dans la cour de l'école publique de Guilliers. Cinquante parmi les plus jeunes sont choisis et emmenés sous escorte à pied dans une salle de l'école publique de Mauron, où nous sommes restés trois jours avec un peu de ravitaillement.

Puis ce fut l'embarquement à la gare de Mauron pour Rennes dans des wagons à voyageurs, puis direction à Compiègne-Royallieu. Les soldats qui nous escortaient ne savaient pas où étaient le camp et nous mirent du temps à arriver. Nous restâmes deux mois à fabriquer des paillassons. Nous n'avons pas été maltraités à Compiègne.

Ensuite nous avons été embarqués pour l'Allemagne.

Nous étions entassés à 100 par wagon à bestiaux avec un bidon pour les besoins et une botte de paille. Nous n'avions ni à boire ni à manger: ceux qui tombaient ne pouvaient plus se relever. certains ont essayé d'ouvrir le wagon et y sont parvenus, mais les soldats allemands surveillaient y compris la nuit, avec de puissants projecteurs.. Lorsqu'ils ont constaté les premières évasions, ils ont fait stopper le convoi et vérifier tous les wagons. Quand ils ont vu notre wagon ouvert, ils nous ont fait déshabiller entièrement et fait remonter dans le wagon dans la tenue d'Adam.

Ce voyage a duré environ trois jours et deux nuits. On avait faim, froid et on devenait fou là dedans.

Arrivés à Mauthausen, nous avons pu récupérer des vêtements mais pas forcément les nôtres: le curé avec le képi et le gendarme sans uniforme. puis il a fallu courir pour arriver au camp. A l'entrée, un répit a permis de se rhabiller. mais ce ne fut pas long car nous avons dû de nouveau nous déshabiller pour la douche froide; puis on nous a rasé et barbouillé de désinfectant. Nous sommes ressortis nus dans le froid. Nous avons endosser notre uniforme de bagnard: le bonnet, le pantalon et la veste rayée, des chaussures composées d'un plaque de bois et d'une lanière de cuir avec des chiffons.

Ce fut alors le début de l'enfer!

Tout d'abord, il y a eu la quarantaine: pour nous dresser à coups de cravache, apprendre à obéir aux ordres, connaître son numéro matricule en allemand, car nous n'étions plus que des numéros matricule.

On pouvait parfois rester des heures debout, sans bouger sur un sol mal pavé, ce qui rendait encore plus difficile la position et malheur à celui qui n'était pas droit ou qui tombait.

Ensuite, nous avons été répartis dans différents commandos de travaux forcés avec pour seule nourriture 250 grammes de pain et une louche de rutabagas pour 12 heures de travail par jour. Tous les déplacements se faisaient à pied sous la garde des SS, mitraillettes chargées et accompagnés de chiens.

Louis Garin était affecté au charbon pour alimenter l'usine électrique, Louis Gapaillard à la construction d'un tunnel qui mesurait cinquante mètres à son arrivée et 12.500 mètres en avril 1945.
Combien de morts pour en arriver jusque là ?
Quant à Jean Thébault, il était affecté à la construction de chars. A la Libération, Louis Gapaillard ne pesait plus que 27 kg. Il a été transporté par avion à Hazebrouck où il fut soigné avant d'être envoyé sur Paris à l'hôtel Lutétia, durant quelques jours. Puis il fut rapatrié sur Guilliers. On nous avait mis un brassard pour que l'on puisse s'asseoir dans le train parce que l'on était trop faible pour rester debout..."2

07/11/2009

Source :
Ville de Guilliers

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement du Morbihan

54e-55e CTE Coëtquidan-Bellevue 56380 Guer
Camp de l'île de Groix 56590 Groix
Camp de Toulboubou 56300 Pontivy
Citadelle de Port-Louis 56290 Port-Louis
Dulag de Coetquidan 56380 Guer
École La Mennais 56800 Ploërmel
École Sainte-Barbe 56320 Le Faouët
Frontstalag 183 Vannes 56000 Vannes
Frontstalag 183A Vannes 56000 Vannes
Frontstalag 183B Hennebont 56700 Hennebont

Les lieux de sauvetage du Morbihan

Abbaye Notre-Dame de Timadeuc 56580 Bréhan
Augustines de la Miséricorde de Jésus 56140 Malestroit
Hôpital de Josselin 56120 Josselin
Orphelinat de La Bousselaie 56350 Rieux
Orphelinat du château de Fescal 56130 Péaule
Pensionnat des Sœurs du Sacré-Cœur 56220 Saint-Jacut-les-Pins



Familles réfugiées à Guilliers [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


13 Familles arrêtées (Guilliers) [Compléter]
05/01/1944
Famille Adato - Joseph, 24 ans, né le 28 octobre 1920 en Turquie, de nationalité turque, demeurant à Coursaines en Guilliers est arrêté parce que juif lors de la rafle du 5 janvier 1944 et déporté sans retour par le convoi n° 68 parti de Drancy vers Auschwitz le 10 février 1944.
Déportation :
10/02/1944   convoi no 68

20/01/1944
Famille Besnier - Alfred, 24 ans, né le 16 septembre 1919 à Guilliers est arrêté à Guilliers le 20 janvier 1944. Il est déporté sans retour le 22 mars 1944 de Compiègne vers le KL Mauthausen.
Déportation :
22/03/1944   

20/01/1944
Famille Ganne - Marcel, Yves, Eugène, 24 ans, né le 14 janvier 1920 à Guilliers, est arrêté à Guilliers et déporté sans retour le 18 juin 1944 de Compiègne vers le KL Dachau.
Déportation :
18/06/1944   

20/01/1944
Famille Garin - Louis (Puissant Marcel), 20 ans, né le 25 août 1923 à Guilliers, FFI, est arrêté à Guilliers et déporté le 22 mars 1944 de Compiègne vers le KL Mauthausen. Il est rapatrié le 25 avril 1945.
Déportation :
22/03/1944   

20/01/1944
Famille Guillemot - François, Lucien, Marie, 18 ans, né le 17 octobre 1925 à Guilliers, est arrêté à Guilliers et déporté sans retour le 22 mars 1944 de Compiègne vers le KL Mauthausen.
Déportation :
22/03/1944   

>> Voir les 13 familles arrêtées dans la commune <<


Chronologie [Ajouter]

02/11/1940 - Le gouvernement de Vichy révoque 3 préfets et les places en disponibilités. M. Jouany, préfet d'Ille-et-Vilaine, M. Moulin, préfet d'Eure-et-Loir, et M. Morel, préfet dans les Hautes Alpes.
20/01/1944 - Rafle organisée sur les communes de Guilliers, Evriguet, Mauron, Loyat, Mohon et Brignac en représailles suite à un soldat allemand abattu le 18 janvier 1944 à Guilliers. 500 personnes sont arrêtées, 43 seront internées à Compiègne puis déportées à Mathausen et Dachau.
18/06/1944 - Combats du maquis de Saint-Marcel dans le Morbihan.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Guilliers sur Wikipedia 
2 Miliciens contre maquisards (Essai publié aux éditions Ouest-France en 2010 et réédité en collection de poche. Résumé disponible sur le site de Françoise Morvan http://francoisemorvan.com/histoire/miliciens-contre-maquisards-ou-la-resistance-trahie/ )
3 Un canton breton en 1939-1945 (Vous trouverez des extraits audio de témoignages d'anciens qui ont vécu la guerre 39-45 en Centre-Bretagne. L'un des témoignages évoque l'aide apportée par le secrétaire de mairie de Plouguenast à deux familles juives.
Plus de 200 témoignages ont été collectés à l'échelle d'un canton rural pour l'écriture du livre "Un canton breton en 1939-1945. Plouguenast". Une véritable immersion dans la vie de l'époque. 2013)

Notes

- 1 - Mémoire de guerre http://assoc.pagespro-orange.fr/memoiredeguerre/deportation/56/guillers.htm
- 2 - Document publié par la municipalité de Guilliers lors du 60e anniversaire de la rafle de Guilliers du 20 janvier 1944

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Ancien Combattant 39/45

    Je recherche tous les renseignements concernant Jean-Marie CHRISTIEN, né à Barégant au Faouët le 21 juillet 1914, mort et enterré à Plouay le 01 novembre 1977; Mr CHRISTIEN était ancien combattant de 39/45; Ses enfants souhaitent ardemment retracer son parcours au service de la France.
    Cordialement
    [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018